Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2013

ce qui s'est passé vendredi

Je vous dois une explication...

D'abord l'ambiance où je vis. Lundi devait voir la fin des douleurs atroces à la hanche de mon épouse grâce à des infiltrations sous scanner programmées de longue date. Or (la faute à qui ?) les gens du scanner avaient l'air complètement ahuris quand on s'est pointés là-bas...
Non, ce n'est pas là qu'il fallait aller, mais chez un rhumatologue !!!
On file chez le rhumatologue, lequel avant même de lire la lettre adressée au praticien, fait allonger madame, lui fait lever une jambe, et laisse tomber :
"on ne peut pas parler d'infiltration sur la colonne tant qu'on ne sait rien sur la hanche. Certes la radio n'a rien décelé mais je ne peux rien faire sans qu'on n'ait pas fait d'IRM de la hanche...."

Donc retour au scanner où le RDV est pris pour le... 27 mars !!!
Mon épouse, qui avait compté les jours depuis des semaines, espérant que ce 25 mars la guérirait du mal dont elle souffre depuis des mois, sait qu'elle n'est loin d'être tirée d'affaire.

Et du coup son humeur s'en ressent. Je suis alors traité comme un chien à la maison, et de plus je chope la grippe. Laquelle grippe la laisse de marbre, et petit à petit, la fameuse "bête" revient.

Jeudi soir je m'embrouille avec une personne très chère, je n'en dors pas de la nuit , espérant que le le matin aura réglé tous les problèmes, mais non, au contraire, cette brouille (que je ne m'expliquais pas) est encore là...
Je lui écris une longue lettre (par mail) le vendredi matin, lettre qu'elle n'ouvre pas.

Alors une crise d'angoisse m'étreint. Je vois d'un côté cette personne très chère avec qui je ne peux plus communiquer, et de l'autre les semaines qui me restent à passer avec mon épouse qui souffre le martyre, et qui par la même occasion me traite comme une serpillère, me tenant une crève carabinée en plus.

J'écris donc cette fameuse note, puis je me pose la question, lancinante : quel est donc mon avenir désormais ??? Rester jusqu'à la fin de mes jours (c'est alors ce que je pensais) avec une mégère qui s'occupe plus de ma petite santé que de la mienne ? Impossible pour moi.

Alors, après avoir mangé sur le pouce, je coupe l'ordinateur, téléphone à la dame qui s'occupe du chat afin de voir si elle peut le garder quelques jours, puis pars vite de la maison, en oubliant la moitié des choses : déjà de prévenir mes amis du blog que je partais à l'aventure, et que si j'avais une décision (grave) à prendre, ce ne serait pas ici, dans l'enfermement de ma cave.
Puis d'éteindre mon radiateur soufflant dans la cave et d'y fermer les volets ! Je risquais l'incendie et/ou d'être cambriolé !!!

Mon état de santé ne me permet pas d'aller bien vite, et ce n'esy qu'à 16h20 que nous quittons Poligny, à 70 km de là, après avoir confié le chat à la dame qui s'en occupe. Le soleil décline assez fortement.

J'ignore encore mes intentions. Je sais qu'il faut que je mette une grande distance à partir de là où j'ai eu mes soucis. Je sais aussi que je dois me faire réconforter. J'ai donc deux points de chute : la vallée de la Drôme, voire Toulon. Mais de la façon dont je conduis, je doute de pouvoir arriver à ces destinations, d'autant que ma fièvre empire.

A 17h je suis à Lons le Saunier où je cherche un cybercafé d'ouvert, pouvant ainsi annoncer aux gens (j'ignore encore qu'il y a tant de commentaires inquiets) que je suis sur la route et que ça va mieux.

A qui tiennent les choses ??? Je serais arrivé un quart d'heure plus tôt, je serais monté dans mes anciens bureaux et j'aurais pu le faire !!!  Et du coup coucher là-bas, car j'étais de plus en plus dangeureux au volant.

Mais non.... je continue donc ma course folle vers le sud. Il est près de 18h quand j'arrive à Bourg en Bresse et il fait presque nuit. Inutile donc de chercher un éventuel cyber, je suis à 65 km de Lyon et je sais que là-bas j'ai plus de chances.

Tant que la route était en rase campagne ça allait, mais dans la circulation Lyonnaise, je refuse deux priorités, manque de me faire un muret, bref, pas question de dépasser la cité des Gaules.

C'est à la sortie de la ville côté Marseille, que je choisis de me poser. Là je demande au jeune veilleur de de nuit de regarder mes mails, donc mes commentaires et là je vois que beaucoup s'inquiètent pour moi... Mais je peux rien faire, il ma juste permis d'écrire mon code, et je me peux pas (surtout devant mon épouse) les rassurer. Je pense donc aller en ville, espérant en trouver un, mais décidément "mes roues ne me portent plus" et c'est dans une Pizzeria del Arte, que, caché dans les WC, je vois que  j'avais plusieurs sms inquiets (pour la personne) et rassurants (pour moi) J'y réponds.

En espérant que je puisse rentrer le lendemain, j'essaie de dormir, mais impossible.

Je mettrai toute la journée à revenir, après avoir été récupérer le chat.

Et la première chose que je ferai sera (après avoir coupé le radateur soufflant !) bien sûr décrire un commentaire où je dirai que je suis là.

J'ai relu bien sûr ma note, et quand même, je ne la trouve pas si inquiétante que ça.

Mais je remercie du fond du coeur tous les commentateurs que mes "fausses alertes" doivent agacer à la longue...

Je vous embrasse.

10:05 Publié dans Merci | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

L'essentiel maintenant c'est que tu sois là. Prends soin de toi du mieux possible. Bises

Écrit par : Béatrice | 03/03/2013

Ce que tu as fait Cica,n'est pas sage du tout,j'espère que tu en es conscient quand meme! Bon,comme dit Béa,l'essentiel,c'est que tu sois là maintenant!Biz

Écrit par : lynda | 04/03/2013

Il faut se méfier des interprétations qu'on peut faire d'une note...

Écrit par : Cristophe | 04/03/2013

Suis super contente que tu ailles mieux,
j'avais pas fait de com parce que moi même suis en pleine déprime, tu as bien fait de partir un peu, mais je n'ai pas compris, tu es parti avec ton épouse ? Tu n'aurais pas moyen de la confier à quelqu'un d'autre que toujours toi quelques jours ?
Prends soin de toi,
bises

Écrit par : isa | 04/03/2013

Isa a raison ! Pourquoi ne pas confier ton épouse au chat ?

Écrit par : Cristophe | 04/03/2013

A cause d'une méchante bronchite qui devrait me clouer au lit (mais je ne le peux pas mon épouse est à l'hôpital...) je ne reviens qu'aujourd'hui sur mon blog.
Je vais essayer de répondre à vos commentaires :
• Béatrice je vais essayer, mais hélas, tout ne dépend pas que de moi...
• Lynda, il est des moments dans la vie où le mot "sagesse" ne signifie plus grand-chose. On essaie de s'accrocher aux branches, la philo est loin derrière !
• Cristophe, tu avais fait la bonne interprétation. J'ai eu un bol monstre, c'est tout ! Par exemple, non loin d'ici j'ai refusé une priorité (trop de fièvre) et je n'ai dû qu'aux bons réflexes du conducteur d'en face qu'il ne se produise rien de grave. Et malgré tout j'ai continué...
Mais dans ton autre com, je comprends très bien que tu te moques de moi...
• Isa, Je ne voulais rien laisser paraître à mon épouse, la raison officielle était "je veux prendre l'air, j'étouffe ici..."

Voilà, et encore pardon.

Écrit par : cica pour mes commentateurs | 08/03/2013

Non je ne me moquais pas de toi, c'était une blague mais sans me moquer.

Que la bronchite ne soit pas trop sévère !

Écrit par : Cristophe | 08/03/2013

Les commentaires sont fermés.