Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2022

Les numéros un de 1979

Cette année me verra quitter ma vie "pépère" en Isère, pour Millau, où je ne serai qu'à une heure de route de mes parents, au lieu de 6. Ces 4 ans Dauphinois m'auront vu manger de la vache enragée, aliment qui me profitera pas mal car je prendrai 20 bons kilos ! Chose à relativiser vu que je les perdrai durant les 3 premiers mois de 1980.

Musicalement, toujours le disco, avec aussi l'apparition de quelques talents nouveaux, comme Francis Lalanne (j'assume), Alain Brice, Angelo Branduardi, Jean-Patrick Capdevielle, Julie Pietri, Lio, Romain Ruel, Téléphone, Jean-Louis Pick, sans oublier les Buggles , Pretenders et Police.

Les numéros un, donc, assez nombreux :

Y M C A (Village People)
8 semaines de décembre à février

TOO MUCH HEAVEN (Bee Gees)
1 semaine en février

ROSALIE (Carlos)
2 semaines en février mars

NOUS (Hervé Vilard)
4 semaines en mars

BORN TO BE ALIVE (Patrick Hernandez)
7 semaines détachées en avril mai et juin

IN THE NAVY (Village People)
3 semaines en mai

KNOCK ON WOOD (Amii Stewart)
2 semaines en juin

ONE WAY TICKET (Eruption)
6 semaines en juin et juillet

JE L'AIME A MOURIR (Francis Cabrel)
2 semaines en juillet et aout

GLORIA (Umberto Tozzi)
1 semaine en aout

LAISSEZ-MOI DANSER (Dalida)
3 semaines détachées en aout et septembre

SHOW ME YOU'RE MAN ENOUGH (Karen Cheryl)
1 semaine en septembre

RING MY BELL (Anita Ward)
2 semaines en septembre

ALINE (Christophe)
7 semaines en septembre octobre novembre

VIDEO KILLED THE RADIO STAR (Buggles)
7 semaines en décembre janvier 80

Contrairement à la légende, pas de tube "écrasant". En revanche un groupe prédominant avec les Village People (2 numéros un), une production made in France. Les ténors sont absents: si on trouve Dalida, Hervé Vilard et Christophe, pas de Johnny, Sardou, Sheila, Dassin, Mathieu, Vartan, Abba...
Enfin, malgré ce que prétendent certaines émissions de télé, 1979 ne marque pas la fin du disco, même si celui-ci commence à fléchir. Il faudra patienter deux ans. 

A bientôt pour les numéros 2 et 3.

Commentaires

mis à part les Bee Gees , Cabrel et les Buggles, je n'ai pas de coup de foudre pour ces numéros 1...Christophe, même si j'étais très content pour lui vu sa carrière en dent de scie sentait le réchauffé, j'avais été surpris du tel succès d'Hervé Vilard pour cette chanson un peu trop "standard" à mon gôut, Anita Ward, why not ? , quand à Village People et Patrick Hernandez, bon, cà passait en boîte, mais quelle curée !

Écrit par : jmp | 11/05/2022

Bonjour,
Merci Patrick de cette compilation 1979. Je retiens surtout Bee Gees, Hervé, Amii Stewart, Gloria, Dalida et les Buggles. C'est vrai que j'attendais parmi les numéros1 au moins Abba. Il reste les 2 et 3, et là pas mal de noms sont à découvrir. Il faut noter que Dalida dont la carrière avait commencé en brune une vingtaine d'années auparavant arrive à faire un numéro 1. A bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 11/05/2022

Cédric : Abba a eu 4 succès cette année -là dont "Gimmi,Gimmi..." sa meilleure vente en 45 tours mais le titre arrive en fin d'année... et se heurtera aux Buggles.

Écrit par : Leroy | 11/05/2022

Gimme...Gimme.... bien sûr !

Écrit par : Leroy | 11/05/2022

Patrick : Effectivement, la grande majorité des numéros 1 est "disco" ou proche du "disco" : Village People, Éruption, Amii Steeewart, Anita Ward et même Dalida et Karen Chéryl.
Par contre, je ne vois pas de tube disco en 1980 sinon quelques succès sporadiques.

Écrit par : Leroy | 11/05/2022

Je retiens pour les numéros un de 79 en premier je l'aime à mourir de Francis Cabrel puis les Bee Gees , Dalida , Gloria , Aline pour ( déjà ) la nostalgie et les Village People avec YMCA . Sinon en 79 chez moi , tournait en boucle Abba en simple Gimme! gimme ! gimme ! voulez vous , Chiquitita , does your mother know , i have a dream et l'excellent album voulez vous . Cette année là ils sont au sommet ! 79 c'est aussi pour moi le single lady night et l'album du même nom à succès de Patrick Juvet . Amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 11/05/2022

dans cette liste des numéros un 79 seuls trois titres figurent dans ma collection de vinyls que j'ai acheté à l'époque: les Bee Gees "too much heaven", Francis Cabrel " je l'aime à mourir" et Christophe avec "Aline", sinon je rejoins l'avis de JMP je n'ai pas de coup de foudre pour les autres numéros 1. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 12/05/2022

@ Leroy: on l'a dit, répété, et même dernièrement chanté: C'ETAIT LE DERNIER JOUR DU DISCO !

https://www.youtube.com/watch?v=LCjzc2p6X7g

Écrit par : boixiere | 12/05/2022

Dans cette liste j'avais oublié de signaler que j'avais acheté le titre nous d'Hervé Vilar . Je constate que le titre de Francis Cabrel et le titre des Bee Gees font l'unanimité . Amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 12/05/2022

Michel , j'adore ce titre de Juliette Armanet ... merci ! Amicalement . Jean

Écrit par : jean | 12/05/2022

Oui, Cica, 1979 n'est pas la dernière année du disco, mais c'est l'année où il a commence à lasser. J'ai vu sur Télé Melody une émission de 1979 très intéressante, intitulée "Samedi et demi : Chantons français" où il y avait d'ardents défenseurs de la chanson française comme Isabelle Mayereau, Jacques Chancel, Adamo entre autres, et où le seul défenseur du disco était Cerrone et il n'en menait pas large sur le plateau.

Le disco c'est la période de présidence de Valéry Giscard D'Estaing : 1974-1981. Ensuite, le début des années 80 va être marqué par un retour de la chanson française. L'année de ma naissance : 1982, est d'ailleurs assez bonne en tube de chanson française avec les tubes de Pierre Bachelet (Même si "Les corons" n'est pas très apprécié par ici, je le sais, et "Ecris-moi"), Hervé Cristiani "Il est libre, Max", Louis Chedid "Ainsi soit-il" et les premiers tubes de Jean-Jacques Goldman "Il suffira d'un signe" et "Quand la musique est bonne" ou encore le tube de l'été de Philippe Lavil "Il tape sur des bambous" entre autres. Je pense que cela correspond aussi à la libéralisation des ondes FM par François Mitterrand, et une volonté de la part du public d'entendre plus de chanson française, après cette période disco.

Écrit par : Hug | 12/05/2022

Excusez-moi : "1979 est l'année où le disco a commencé à lasser.".

Écrit par : Hug | 12/05/2022

Je n'ai rien contre la chanson française, mais le DISCO m'a apporté beaucoup. En discothèque bien sûr, mais aussi émotionnellement avec certains titres notamment de Donna Summer.

Le DISCO, ce n'était pas seulement une ambiance mais une époque presque insouciante, en tout cas cette musique sur le dance floor nous faisait oublier nos soucis.

Que dire aujourd'hui de ce R&B 2è génération et le reste. Allez écouter le top 10 d'NRJ et vous comprendrez...

D'ailleurs, LE DERNIER JOUR DU DISCO est un franc succès, les gens de ma génération ( 69 ans) sont nostalgiques. C'est vrai qu'on était mince, qu'on était beaux, du temps du Disco....

Bises à tous.

Écrit par : boixiere | 12/05/2022

Arte a fait une grande émission sur Donna Summer il y a un certain temps déjà. C'est une femme intelligente qui a mérité sa belle carrière; beaucoup écoutée...
À bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 12/05/2022

Moi aussi j'ai aimé le disco dans les boites c'était très festif , en disques chez moi par contre c'était Patrick Juvet et les Bee Gees pour leurs périodes disco . Ce qui ne m''empêchais pas d'être amateur de variété française , de chanson française , de pop , de rock , de new wave où de Rhythm and blues etc ... l'important c'est de se faire plaisir non ? Jean

Écrit par : jean | 12/05/2022

Dès 1980, le ska (de façon éphémère), le reggae, le rock ont supplanté le disco. En témoignent les succès de Madness, Lavilliers,Bob Marley, Police, Pretenders,AC/DC, Bashung... Par contre, Cerrone, Boney M,Donna Summer, étaient en recul.
Reste à savoir si on peut classer "Upside Down" comme tube disco.
Quant à Adamo, il s'est, lui aussi, essayé au disco avec "Je danse."

Écrit par : Leroy | 12/05/2022

Par contre, je suis d'accord avec Hug quand il dit que 1982 marque le renouveau de la chanson française.

Écrit par : Leroy | 12/05/2022

Leroy, j'avais oublié Je danse, qui fut numéro1 au Québec; j'aimais bien et j'ai sûrement le disque. Mais pas réécouté depuis;... Je danse, je danse, j'suis pas heureux, je danse... Je danse, je danse, ça va mieux quand je danse... Oui, super chanson.

Écrit par : Cédric | 12/05/2022

Je n'osais pas l'écrire, mais puisque vous parlez des différents courants musicaux, j'ai aussi l'impression que 1979 est une année où de plus en plus de production de musiques pour enfants va se faire entendre. Chantal Goya connaît un nouveau tube durant cet été-là avec "Mon ami le pélican" puis avec "Bécassine" en fin d'année. Il y a aussi Annie Cordy avec "Le kazou" mais surtout la production de beaucoup de disques de génériques de dessins animés, grâce aux émissions de TF 1 "Les visiteurs du mercredi" et "L'île aux enfants", mais aussi d'Antenne 2 avec "Récré A2" qui cartonnent en termes d'audience. Durant les premiers mois de 1979, "Goldorak" par Noam cartonne toujours.

C'est aussi cette année-là que Philippe Chatel sort l'édition double-album originale du conte musical "Emilie Jolie" avec Henri Salvador, Séverine Vincent, Robert Charlebois, Julien Clerc, Sylvie Vartan, Françoise Hardy, Isabelle Mayereau, Georges Brassens, Bernard Paganotti, Yves Simon, Alain Souchon, Laurent Voulzy, Eddy Mitchell, Raymonde Vattier et Louis Chedid parmi les interprètes. 1979 ayant été désignée par l'ONU comme étant l'année de l'enfance. Ceci expliquant peut-être cela.

Écrit par : Hug | 13/05/2022

Intéressant, Hug, et bravo pour l'énumération des interprètes d'Emilie Jolie. J'avoue que les chansons pour enfants m'ont peu passionné, quoique... Viens sur ma planète, je l'avais apprise mais un peu oubliée.
Mais c'est ainsi que les enfants ont cessé de lire, je pense; quand je dis lire.. Bien, vive le chat!
À bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 13/05/2022

@ Leroy " Upside Down " Oui POUR MOI 100 % Disco.

Écrit par : boixiere | 13/05/2022

Cédric : Merci pour ton appréciation de mon commentaire d'hier, car je n'étais pas vraiment de bonne humeur hier. En effet, en ce moment, cause de nouvelle opération vendredi dernier lié à mon ongle incarné au doigt de pied qui a un peu repoussé, je suis de nouveau en convalescence. Et j'avais appris mercredi qu'aujourd'hui, ce serait une infirmière qui m'avait un peu agacé en janvier / février dernier qui viendrait chez mes parents me faire mon pansement.


Alors, je n'étais pas enthousiaste à l'idée de la revoir, et en plus, je m'étais réveillé après un cauchemar. Je dois avoir une phobie des mariages. J'ai vécu des mariages, surtout dans la famille de mon père, où je me suis fait chier comme un rat mort tellement l'ambiance était guindée (autant que dans des fêtes familiales de Pâques chez mes grands-parents paternels) et où, parfois, je ne connaissais personne. J'ai même été hospitalisé en HP la veille d'un mariage en Bretagne d'un de mes cousins germains en septembre 2005, parce que j'étais très déprimé à cause de mes études, du changement de mon psychiatre (qui m'avait administré du Zyprexa qui m'avait donné des insomnies) et du fait que mon grand-père paternel ait eu un problème cardiaque au début de l'été.

Or, dans la famille de mon père, avec ma grand-mère paternelle surtout, il fallait toujours faire semblant de rien, cacher ses sentiments et garder le sourire en toutes circonstances, pas de possibilités de déprime ou même de simples coups de blues. Le sourire factice de surface en toutes occasions. Donc, on ne peut pas dire que les fêtes familiales et surtout les mariages soient des événements qui me ravissent. Mais je m'attends à ce qu'une de mes petites cousines se marient bientôt.

De même, dans mon rêve de jeudi matin à jeudi fin d'après-midi (Vous comprendrez !), ma soeur attendant en vrai un deuxième bébé, j'ai rêvé qu'elle allait se marier avec son compagnon. (Elle n'est que pacsée). Il y a des personnes qui sont enchantés par les mariages, pas moi.

En plus, la veille au soir, j'avais parlé à mon père de mes mauvais souvenirs de mariages familiaux, et aussi j'ai lu le livre d'une de mes anciennes collègues de Terminales L : Suzanne Gachenot : "Les Soeurs Loubersac" et le chapitre où elle parle d'une de ces grandes-tantes ou de sa grand-mère qui s'est mariée de façon plus ou moins arrangée, comme on disait dans les années 1920. Ceci expliquant peut-être mon cauchemar.

Mais cette peur de m'ennuyer ou de faire des malaises dans les mariages, et encore plus lorsqu'il s'agit de mariages loin de la Vendée, il faudrait aussi que je travaille dessus.

"Viens sur ma planète", c'est quoi cette chanson ? En tout cas, ce n'est pas dans "Emilie Jolie". Néanmoins, dans "Emilie Jolie", il y a bien la Chanson de l'extraterrestre-A440, interprétée dans la version originale par Séverine Vincent (Emilie Jolie) et Bernard Paganotti (L'extraterrestre -440).

Voici un peu les paroles (Pour Mémoire) : (Emilie) : -Comment tu t'appelles.
(L'extraterrestre) :-A 440.
(Emilie) :-Est-ce que tu me trouves belle ?
(L'extraterrestre) : Ah, vraiment charmante.
(Emilie) : Dis, où c'est chez toi ?
(L'extraterrestre) : Sur la planète Fa.
(Emilie) : C'est très loin d'ici !
(L'extraterrestre) : Non, ma galaxie n'est pas loin d'ici. A un million d'années lumière de ta petite Terre. Je suis un fils du solfège, je monte la gamme et je redescends. Dans mes poches, il y a des bémols, des dièses, des temps et des contretemps, et je suis marié à une portée. Noir sur blanc, qu'elle est jolie, son prénom, c'est Symphonie.

(Etc)... Paroles et Musique : Philippe Chatel. Bien sûr.

Mais tu sais, je possède le double album original en deux exemplaires, le double 33 tours original sorti en 1979 (Celui-là, je l'ai toujours connu chez mes parents. Ce sont des amis qui l'avaient acheté à mes parents et ma grande soeur avant même ma naissance.), mais aussi la réédition CD de 2009 sortie pour les 30 ans de la sortie originale de l'album, mais en version remasterisée. Et je l'ai achetée exprès en 2019, car depuis toujours que je possédais le double 33 tours original, j'avais remarqué, et mon père aussi, que le mixage était raté, certains sons et voix des interprètes ayant été mixés beaucoup trop graves. La voix d'Henri Salvador dans l'introduction du conte était mixée tellement grave qu'elle me faisait peur quand j'étais petit et qu'on écoutait le disque dans le salon. Mon père se souvient d'ailleurs que le son était si grave qu'il faisait trembler les baffles de sa chaîne !

Seul disque qui donnait cet effet. Pourtant, le double-album 33 tours original est sorti en 1979 sur la maison de disques de l'époque de Philippe Chatel : RCA Victor, la branche française de RCA, ainsi quand même un label d'importance.

Dans sa version CD de 2009, le disque a été réédité chez Sony / BMG. L'un des seuls albums d'abord sortis en vinyles dont je conseille vivement de racheter la réédition CD car la version remasterisée a gommé du mieux possible les erreurs de mixage du son trop grave du vinyle original.

Ceci dit, si j'ai donné le nom des interprètes, je n'ai pas donné leurs rôles interprétés dans le conte : Henri Salvador (Le conteur), Séverine Vincent (Emilie Jolie), Robert Charlebois (Le lapin bleu), Julien Clerc (Le grand oiseau), Sylvie Vartan (L'autruche), Françoise Hardy (La sorcière), Isabelle Mayereau (La baleine de parapluie), Georges Brassens (Le hérisson), Bernard Paganotti (L'extraterrestre A-440), Yves Simon (Le petit caillou), Alain Souchon (Le coq), Laurent Voulzy (L'âne), Eddy Mitchell (Le loup), Raymonde Vattier (La grand-mère), Louis Chedid (Le raton-laveur rêveur) et enfin Philippe Chatel lui-même (Le prince charmant débutant). D'ailleurs, la chanson qu'il chante "Chanson du prince charmant débutant" qui clôt le conte n'est pas la meilleure. Comme s'il avait, en tant qu'auteur-compositeur du conte, décidé de donner aux autres interprètes les meilleures chansons et, en tout cas, en tant qu'interprète, ne s'était pas réservé la meilleure.

Écrit par : Hug | 13/05/2022

Assez fabuleux; tous ces artistes réunis pour Emilie! Et des grands; je suis surpris par la participation de Brassens. Il faudra que j'achète le cd.
Merci Hug de cette belle présentation
Bonne fin de semaine. Cédric

Écrit par : Cédric | 14/05/2022

Cédric, oui Georges Brassens était en duo avec Henri Salvador sur ce morceau où ils chantaient qu'Émilie avait "caressé le hérisson."

Écrit par : Leroy | 14/05/2022

Alors, voilà pour compléter les chansons d'"Emilie Jolie" (Du moins dans cette première version, il y en aura d'autres dans la seconde version du conte réalisée en 1997 avec d'autres interprètes que la première. Il y aura notamment en 1997 "La chanson de la petite fleur triste" chantée par Lara Fabian, et me semble-t-il "La chanson de l'horloge" par Danielle Darrieux).

Dans la première version du conte de 1979, l'album débute par un "Prologue" dit par Henri Salvador (Le conteur) et Séverine Vincent (Emilie Jolie). Par la suite, jusqu'à la "Chanson finale", toutes les chansons sont entre-coupées de courts textes faisant le lien entre les chansons, courts textes dits invariablement par Séverine Vincent et Henri Salvador, mais aussi parfois les interprètes des chansons qui précèdent ou suivent.

Alors pour les chansons, dans l'album original : "Chanson de la petite fille dans la chambre vide" par Henri Salvador, "Chanson de la Compagnie des lapins bleus" par Robert Charlebois et Henri Salvador, "Chanson d'Emilie Jolie et du grand oiseau" par Séverine Vincent et Julien Clerc (C'est la chanson la plus connue du conte. Celle qui en fut le "tube"). "Chanson de l'autruche" par Sylvie Vartan, "Chanson de la sorcière" par Françoise Hardy, "Chanson des baleines de parapluie" par Isabelle Mayereau, "Reprise de la Chanson de la Compagnie des lapins bleus" par Robert Charlebois, "Chanson du hérisson" par Georges Brassens, Henri Salvador et Séverine Vincent, "Chanson de l'extraterrestre-A440" par Séverine Vincent et Bernard Paganotti, "Chanson du petit caillou" par Henri Salvador, Yves Simon et Séverine Vincent, "Chanson du coq et de l'âne" par Alain Souchon et Laurent Voulzy et la participation d'Henri Salvador et de Séverine Vincent, "Chanson du loup" par Eddy Mitchell, "Chanson du raton-laveur rêveur" par Louis Chedid, "Chanson du début de la fin" par Séverine Vincent, Françoise Hardy et Henri Salvador, "Enchaînements" de toutes les chansons du conte (Courts extraits qui se succèdent), "Chanson du prince charmant débutant" par Philippe Chatel, "Chanson finale" par Henri Salvador.

Raymonde Vattier tient le rôle parlé de la grand-mère (qui maltraite le loup) dans le texte qui suit la "Chanson du loup" chantée par Eddy Mitchell.

Sinon, en 1980, cette première version du conte sera adaptée pour la télévision via un show télévisé diffusé le 24 décembre sur Antenne 2 avec la quasi totalité des interprètes de ce double album original à l'exception de Sylvie Vartan (Elle était alors en enregistrement aux Etats-Unis au moment du tournage de ce show pour la télévision), show réalisé par Jean-Christophe Averty. A cette occasion, la "Chanson de l'autruche" chantée donc par Sylvie Vartan sur le disque sera enregistrée et chantée en play-back à la télévision par Diane Dufresne. Cette version de la chanson sera éditée pour la première fois en CD en 1995 lors de la première édition CD de l'album original puis en 2019 dans la version remasterisée.

Sinon, l'Eurovision ce soir me donne comme à chaque fois l'envie de prendre pour chaque année les chansons ayant représenté la France au concours, la place qu'elles y ont obtenu et le succès (ou non) qu'elles ont obtenu ensuite au hit-parade, pour faire un tableau comparatif. Bonne chance au groupe Alvan & Ahez qui chante en breton avec sa chanson "Fulenn" mais je n'y crois absolument pas.

Écrit par : Hug | 14/05/2022

Sinon, le 14 mai, c'est l'anniversaire de Patrick Bruel. Patrick Bruel, le grand poète de la chanson française, dont les deux chansons que je préfère dans son répertoire sont "Place des grands hommes" et "Au café des délices". Comme par hasard, les rares chansons ( à part ses reprises de Barbara, Jacques Brel ou de chansons de l'entre-deux guerres) de son répertoire dont il n'a pas écrit les paroles. Enfin, si "Au café des délices", les paroles écrites par Félix Gray au départ faisaient "Mes souvenirs se voilent" étant écrites à la première personne du singulier et il les a changées en les réécrivant à la seconde personne du singulier. Sinon, oui, un grand poète qui a écrit : "Les souvenirs honteux qu'on oublie devant sa glace en s'disant J'suis dégueu mais pas dégueulasse" ("Casser la voix", coécrite avec Gérard Presgurvic néanmoins), ou encore "Tu dis qu'c'est trop facile, tu dis qu'ça sert à rien, mais c't'encore plus facile de ne parler de rien" ("Alors regarde", cette fois écrite par lui seul).

Écrit par : Hug | 14/05/2022

Hug: En effet, ce n'est pas du Verlaine mais je pense que l'on a fait pire dans la Chanson française...

Écrit par : Leroy | 15/05/2022

Nous n'avons pas les mêmes goûts : j'ai tellement entendu "Je l'aime à mourir" que je change instantanément de fréquence quand elle est diffusée.De même, je ne supporte pas "Ring m'y Bell."
En revanche, j'aime bien les tubes "disco" de cette année-là : "Knock on wood" et surtout"One way ticket" bien qu'il s'agisse de reprises de morceaux des années soixante.
Vive la musique et bon dimanche à tous les commentateurs !

Écrit par : Leroy | 15/05/2022

Leroy : Oui, malheureusement, on a fait pire, et malheureusement avec le chanteur qu'il faut aimer si l'on veut être à la mode : M Pokora, l'auteur de "Juste une photo de toi", "Mirage" "On danse" ou encore "Ouh nana". Plus de 60 textes de chansons recensés à la Sacem. Je comprends pourquoi M Pokora a repris aussi "A nos actes manqués" de Fredericks, Goldman, Jones et a consacré tout un album à Claude François. Il sait pertinemment que lui-même, en tant qu'auteur de ses propres chansons, dans son propre répertoire, ne pourra jamais arriver à écrire des chansons aussi bonnes que celles de Claude François et Jean-Jacques Goldman. Donc, il les a reprises (en les massacrant d'ailleurs), histoire de donner un peu plus de qualité à son propre répertoire.

Les 2 be 3 ou Jordy, ce genre de phénomènes de mode, c'était évidemment bien pire que Patrick Bruel.

Dans le genre chanteur romantique, je ne sais pas si certains de vous se souviennent d'un chanteur qui a marqué ma génération : Christophe Rippert.

Il était surtout connu pour interpréter le rôle de Luc dans la sitcom de mon enfance / Adolescence que je regarde encore sur Youtube : "Premiers baisers" ! (Il faut bien que j'assume !).

Cette sitcom produite par AB Productions, comme l'était "Hélène et les garçons". Eh bien, de tous les acteurs des sitcoms produites par AB Productions ayant chantés, Christophe Rippert est l'un des rares ayant lui-même écrit la plupart des textes de chansons qu'il chantait.

Comme celles de son tube "Un amour de vacances" : Extraits : "Le parfum enivrant de l'été entre ses mains nous a bercés. Dans l'abîme de tes yeux passionnés, belle et fragile, tu m'as entraîné. C'est un amour de vacances, une histoire sans lendemain mais à laquelle on repense les yeux pleins de chagrin, avec la même impuissance face au temps assassin dont l'indolence rend orphelin." ça, encore, c'est correct et finalement un peu poétique. Mais la suite : "Il n'y a pas une seconde où je ne pense à toi, même quand le tonnerre gronde, j'entends le son de ta voix, cette voix unique au monde qui me répète cent fois : "Je t'aime, je t'aime. Ne t'en va pas."". (Lol) ! Tube en 1993 cette chanson.

Mais il a fait pire ensuite avec sa chanson "Tu me fais vraiment craquer" en 1994 et dont il peut être fier d'être l'auteur des paroles. (D'ailleurs, j'avais entendu en 2013 un extrait de cette chanson sur France Inter dans l'émission regrettée que j'écoutais alors le samedi matin "La prochaine fois je vous le chanterai" de Philippe Meyer. Je ne sais pas si Christophe Rippert a lui-même pu savoir si sa chanson était diffusée à la radio à ce moment-là, mais comme cela faisait depuis les années 90 qu'aucune de ses chansons n'avaient été diffusées sur ce média (Hormis sur une webradio comme Bide et Musique), il a dû être super fier que son oeuvre soit diffusée sur France Inter (En tant qu'auteur de la chanson, cela a quand même dû lui faire une rentrée d'argent). Mais c'était dans la rubrique "La chanson Hôn" de cette émission (Soit la chanson un peu bébête, "Hôn" pour ne pas remplacer le "H" de cet adjectif par un "C" je pense). Extraits des paroles : "Moi j'me trouvais là par hasard, dans cette salle d'expo sur Renoir quand soudain, j'ai croisé ton regard, j'ai eu comme un pressentiment.

T'avais l'air vachement cultivée, genre aspirine pas y toucher. C'est sûr t'allais me trouver gonflé, fallait seulement que je te dise ça : "Tu m'fais vraiment craquer, allez savoir pourquoi. J'ai flashé grave sur toi, je m'sens comme possédé, j'suis plus tout à fait moi." !

Oui, je pense que Bruel c'est mieux que M Pokora et Christophe Rippert et plein d'autres choses quand même.

Leroy : "Je l'aime à mourir", je l'aimais bien et l'écoutais de temps en temps jusqu'en 2011 / 2012 où je n'ai plus voulu l'entendre parce que j'ai vécu trois deuils à la suite (La voisine de mes parents que je connaissais depuis mes un an, et qui a été justement ma voisine de 1983 à 2011, soit de mes dix-neuf mois en octobre 1983 à mes 29 ans, car j'ai trouvé mon appartement en ville indépendamment de mes parents juste un mois avant qu'elle nous quitte, qui est décédée à l'âge de 83 ans, ce qui n'est en plus, pas si âgé que cela de nos jours. Mais bon, cette dame avait perdu un de ses dix enfants de façon dramatique en 2003. Mais je n'en dis pas plus. Cela regarde la famille des voisins de mes parents. Une de mes tantes, la soeur aînée aînée de mon père (Mon père ayant deux soeurs toutes deux plus âgées que lui.) à l'âge seulement de 64 ans des suites d'un cancer, et ma grand-mère paternelle, décédée à l'âge de 88 ans, le 10 mai 2012, 8 mois après sa fille, et 2 ans et demi après mon grand-père, du même cancer (du côlon) que sa fille.) et à l'époque, je n'avais plus envie d'écouter des chanteurs morts et même des chansons où, dans les paroles, il y avait un champ lexical relatif à la mort.

Et même si je savais bien sûr que là dans "Je l'aime à mourir", Francis Cabrel utilise le verbe "mourir" dans le sens un peu qu'il aimerait "mourir de plaisir" (Comme le chantait aussi Michel Sardou) avec sa compagne ou du style qu'il aime tellement sa femme qu'il serait prêt à mourir d'amour pour elle, et donc que c'est davantage dans un sens romantique que dans un sens réaliste, comme il utilisait ce verbe, je ne voulais plus écouter cette chanson après ces 3 deuils. En plus, à la même époque, j'entendais toujours dans la salle de sport où j'allais et où ils mettaient des chaînes de clips, la version espagnole de la chanson "La quiero a morir" par Shakira qui était un tube et qui me gonflait.

En réalité, cette chanson de Francis Cabrel est très belle quand on la réécoute de temps en temps, mais quand on l'entend tout le temps, elle finit par être gonflante. Je n'étais pas né en 1979 au moment de sa sortie, mais je sais que c'était un tube et que mes parents l'aimaient bien, parce qu'elle leur a donné envie, à l'époque d'acheter l'album sur lequel elle se trouve ("Les chemins de traverse"). Concernant ce disque, hormis l'horrible pochette, où Francis Cabrel prend la pose d'un auto-stoppeur et a encore les cheveux longs ressemblant à Jésus Christ, vêtu d'un tee-shirt sur lequel est dessiné un arc-en-ciel et avec la même photo reproduite en plus petit à l'infini derrière lui, qui est son deuxième album, il est plutôt pas mal, et est encore très écoutable aujourd'hui. D'ailleurs sur ce disque, je préfère largement la chanson donnant son titre à l'album "Les chemins de traverse" et se trouvant en face B de "Je l'aime à mourir" sur le 45 tours.

Mais cet album comprend une autre chanson hyper déprimante "C'était l'hiver". Par contre, il y a aussi dessus "Une star à sa façon" et "Les pantins de naphtaline", des titres qui valent tout à fait l'écoute et l'achat de ce disque encore aujourd'hui et prouvent que Francis Cabrel était tout de même à l'époque, un jeune artiste de talent plein d'espoir.

Écrit par : Hug | 15/05/2022

Pour Hug : J'aime bien également "Les chemins de traverse" de même que "Je rêve"...

Écrit par : Leroy | 16/05/2022

Années 50 pour one way ticket, adaptée ensuite par Dalida. Sinon, quand j'entends "je l'aime à mourir" je pense tout de suite au pastiche de Sébastien "je l'aime à courir" !
Dans "les chemins de traverse" il est question de câyoux le long de la voie ferrée si j"ai bien
tout retenu ?
Amitiés

Écrit par : Cica pour Leroy | 17/05/2022

C'est également en 1979 (fin de l'année) que paraissent deux grands succès : "Champagne" de Jacques Higelin" et "Another brick in the wall" de Pink Floyd sans oublier comme il a été écrit , l'énorme r rouleau compresseur que représente le disco !

Écrit par : Jerry OX | 23/05/2022

Écrire un commentaire