Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2021

A la manière de Delpech

J'ai mon parkinson
Qui devient gênant
Ma pauvre Cécile
J'ai 70 ans
Je fais d'la chaise longue
Et j'ai une baby-sitter
Je traînais moins la jambe
Quand j'étais blogueur
Ma pauvre Cécile

J'ai 70 ans
J'ai appris que Georges Pernoud
Est mort dernièrement
J'ai fêté les adieux de Benjamin Griveaux
Pour moi, il y a longtemps que c'est fini
J'arrive plus à grand-chose, aujourd'hui
Mais j'entends quand même des choses que j'aime
Et ça distrait ma vie.

29/01/2021

Pour Michel : Bric à brac musique

Note où tout le monde pourra s'échanger des infos à propos de la musique. A vos claviers !

27/01/2021

LES COME-BACKS RETENTISSANTS (tome 11)

GILBERT MONTAGNE. Sa carrière débute en 1969 sous le pseudo de Lor Thomas. Ses deux premiers disques sous cet alias, quand on ferme les yeux (1969) et the morning comes (1970) ne rencontrent pas leur public (nouvelle expression pour dire "faire un bide"). Alors il chante sous son vrai nom et son troisième disque, the fool, devient le tube de l'été 1971, plus de 800.000 exemplaires vendus, présent dans le top 50 plus de 40 semaines, de juin 71 à avril 72 ! Quand le "follow-up" baby i feel so fine sort en décembre 1971 the fool est encore dans la première moitié du classement ! Ce follow-up aura un certain succès, mais rien de comparable avec le précédent : un pic à la 6ème place en février 1972 derrière Ringo, Stone Charden, Michel Sardou, Gérard Palaprat et Martin Circus. Du beau monde... Aime-moi, sorti en avril 72, ne fera qu'un top 17. Et la descente continue en 1973 malgré sa superbe adaptation de killing me softly qui ne dépassera pas la 21ème place à l'été.

C'est ensuite que commence sa traversée du désert. Une vraie, de dix ans... Du reste il ne sort plus de disques entre 1975 et 1979. Il revient sur la pointe des pieds en 1980, retour encourageant puisque believe in me se vendra à près de 200.000 exemplaires. Les gens ne l'ont pas oublié.
Hélas ce disque se révèlera n'être qu'une oasis puisqu'il n'aura aucun succès en 81 et 82. Là il n'y croit plus et s'essaie à la méthode bien connue que tous pratiquent dans ces moments-là (sauf Palaprat, au contraire) à savoir ressortir le tube des premiers temps. Mais son Fool 82 fera pschitt...

Fin du désert, avec la bien connue on va s'aimer, sortie en 1983, qui sera numéro un en 1984, présente dans le top 50 pendant plus de 20 semaines avec autant d'exemplaires de vendus que the fool.
En 1984 j'ai le blues de toi sera 14ème au top 50, tout comme le suivant au soleil des tropiques.
Plus de top ensuite mais 1985 le verra sortir ses plus belles chansons : au soleil, et surtout quelques notes de musique. A partir de 86 il va se lancer dans la chanson humanitaire, puis sortira encore quelques singles jusqu'en 2012.

Je vous embrasse.

23/01/2021

Qui était numéro un ....

Il y a tout juste

15 ans

20 ans

30 ans

35 ans

40 ans

45 ans

50 ans

55 ans

ça ne nous rajeunit pas !

22/01/2021

Mon premier blog : Le harcèlement au travail (mai 2005)

le harcèlement moral au travail


C'est comme les accidents de voiture, on pense que ça n'arrive qu'aux autres... Hélas non, et je vais vous raconter mon expérience, qui sans aucun doute va vous édifier.

Je suis fonctionnaire, depuis 1971, dans une entreprise publique, dont, par charité ( et par prudence aussi ) je tairai le nom. 

Je passe sur mes 22 premières années de carrière qui se sont déroulées façon "long fleuve tranquille".

Pourtant, durant ces 22 ans, j'avais pas mal bourlingué, des Cévennes à la Région Parisienne en passant par les Alpes et l'Aveyron. Pour finir en Lozère.  J'avais enfin atteint mon but, et je pensais y finir ma carrière. Le pied, quoi !

J'y débarquai en mars 87, et d'entrée je me mis au diapason avec les collègues, et les différents chefs qui se succédèrent.

Pour le dernier je n'eus aucun problème vu que c'était... moi !
Je m'étais retrouvé dans ce rôle très précipitamment, le dernier boss en date ayant réussi un concours et étant parti au triple galop .

Ce rôle de chef, je l'assumais bien, mais il était quand même relativement éprouvant. J'avais "sous mes ordres" deux femmes, et le courant passait bien entre elles et moi ( mais pas du tout entre elles ).  Ce n'était pas de travailler avec des femmes qui rendait ma tâche éprouvante, bien au contraire ( c'était des bosseuses hors pair ) mais plutôt de devoir me taper 50 à 60 heures hebdomadaires. Et surtout l'une de ces collègues était l'élue ( interdite ) de mon coeur, j'intégrais donc très mal le fait d'être l'homme de sa vie "à la ville" et son supérieur hiérachique "à la scène" et je me résolus à demander quelqu'un pour me remplacer dans ce rôle.

J'aurais dû m'abstenir... C'était un "jeune" ( de 32 ans quand même ) , sorti à peine de l'école, qui d'entrée de jeu à commencé à se prendre la grosse tête.

Une des mes deux collègues, à l'annonce de son arrivée demanda illico sa mutation.

Elle fut remplacée par deux hommes, numériquement on y gagnait...

Logiquement cette petite équipe de 5 aurait dû tourner comme une horloge, mais c'était sans compter sur la personnalité de mon "remplaçant". Il avait compris tout de suite qu'il fallait diviser pour régner, et il appliqua très vite ce précepte.

Il commença à nous diviser en deux clans, les "jeunes" - les deux nouveaux arrivants - et les "anciens", soit moi et ma collègue de même pas 26 ans... Le fait que cette jeune femme ait repoussé ses avances n'a certainement pas dû être étranger à cet état de fait.

Et le harcèlement commença.

D'abord contre le "maillon faible", c'est à dire la jeune femme, bien entendu, par besoin de basse vengeance. Il  n'arrêtait pas de la critiquer pour un oui pour un non, alors qu'elle était arrivée au "top" de la profession. A l'inverse de notre tortionnaire, dont nous nous demandions elle et moi comment il avait pu arriver à ce grade.

Je pris bien évidemment la défense de ma bien-aimée ( mais j'aurais fait pareil pour n'importe quel autre collègue, je déteste l'injustice ) et c'est alors c'est sur moi qu'il concentra le tir.

Il avait bien saisi - les regards ne trompent pas - dans quelle situation bancale je me trouvais, et bien entendu en a profité à fond.


Ce fut très exactement le 8 juillet 1994.

Sur le moment, c'est la colère qui me submergea. Puis l'inquiétude. Et enfin la terreur.

Il mit rapidement au point un stratagème imbattable :  des réunions mensuelles, qui ne servaient à rien sinon qu'à régler ses comptes. Pendant deux heures on débattait " du sexe des anges", puis quand venaient les fameuses "questions diverses" c'était alors l'assaut !

Tant ma collègue que moi en prenions plein la poire. Il nous humiliait devant les autres en se délectant. Le must pour lui c'est quand il arrivait à faire pleurer la jeune femme...

Donc, comme je l'explique sur ma note "dépression", je me mis à avaler des kilos de comprimés, jusqu'à 14 par jour. Pas question de nous arrêter ni l'un ni l'autre car nous savions que dans ce cas celui ou celle qui resterait prendrait double ration...

Au bout de deux ans, miraculeusement, nous tenions encore sous ces "bombes". Car si nous ne voulions pas quitter ce département si cher à notre coeur, nous tenions encore moins à nous faire séparer.

Cercle vicieux, mon travail bien évidemment s'en ressentait, et les reproches pleuvaient encore plus. D'où une plus forte prostration, etc. En septembre 1996, il n'hésita pas à virer - par la force - mon épouse qui était venue me voir au boulot...

Le coup de grâce fut porté en mars 1997, où ce triste sire envoya un rapport circonstancié - et entièrement mensonger - à la Direction de la boîte pour demander une mutation disciplinaire contre ma petite collègue.

Celle-ci dut alors se résoudre à partir, et moi, ne pouvant envisager d'être l'un sans l'autre sous la coupe de notre tortionnaire, demandai à mon tour une mutation. Que j'obtins facilement, vu mon ancienneté.

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Du moins du côté strictement professionnel. Mais non.

Je pensais naïvement que de changer d'endroit allait tout faire rentrer dans l'ordre, pour moi c'était évident, plus de harceleur = plus de harcelé...

Déjà, mes nouveaux collègues ne furent pas ravis de voir arriver l'incapable que j'étais devenu. Dans mon métier, il faut se recycler en permanence, et ma dépression m'avait fait perdre 3 années, pas évidentes à rattraper. J'étais en quelque sorte "le boulet" de l'équipe, celui derrière lequel il fallait tout le temps repasser...

Ils commirent l'erreur de ne pas m'en parler, de ne pas me demander si j'avais un problème ( pourtant ma démarche et mon élocution étaient assez éloquentes ). Au lieu de ça, ils "prenaient leur mal en patience", n'attendaient qu'une seule chose, c'est que je m'en aille.

Hyper intuitif, je ressentais ce rejet, et je serais bien parti si... mon épouse, profitant du fait que j'étais  - sous l'effet des antidépresseurs - incapable de prendre une décision, n'avait entrepris de construire une maison ! Et donc, pour le coup, j'étais vraiment coincé...

D'autant que pour ma fille, je jouais en permanence la comédie. Du Dany Boon avant l''heure. En rentrant du boulot, je disais que la journée s'était super bien passée, alors que personne ne m'avait adressé la parole, si ce n'est pour me reprocher quelque tâche mal effectuée.

Elle était si contente que j'aille mieux...

Sur ces entrefaites je perdis ma maman, qui était devenue désespérée de me voir parti à l'autre bout de la France. Cela n'arrangea pas tellement mon moral...

Et je finis quand même par craquer un an après la mort de ma mère, lorsque, en avril 99, le chef décida de me "rétrograder". 

Sentant que je ne pourrai faire face tout seul je mis alors ma petite famille au courant, et parallèlement je stoppai tout médicament. Par effet rebond s'ensuivit une maniaco-dépression, où alternèrent des périodes d'hyperactivité ( que je mis à profit pour récupérer mon retard professionnel ) et d'abattement total où je ne pensais qu'à une chose, me tuer.

Cela dura 4 années. Jusqu'au 23 février 2003 où, tranquillement, sereinement même, j'avalai 35 comprimés de rohypnol.

A présent je suis dans une autre région, j'ai intégré une nouvelle équipe qui n'est pas au courant de mon "passé" et je pense être plus ou moins admis.

D'autant que... on me proposait la place de chef, et là, pas par intérim, mais de façon définitive.

Directeur de Biarritz, quelle belle carte de visite...

Mais je préférai refuser, ne voulant plus m'exposer. Cependant, je reste sans cesse aux aguets. Je guette le moindre signe qui pourrait annoncer un retour à ces 9 années pourries. J'ai bien pris soin cette fois de ne pas acheter un bien immobilier, prêt à me faire muter à la moindre alerte. Même si je n'ai que 6 ans à faire, je sais que je ne pourrai jamais revivre ce que j'ai vécu.

Visiblement, cette cicatrice-là ne s'est pas encore refermée...

Merci d'avoir pris la patience de me lire.

Rédigé le 04 mai 2005 à 15h32 dans Elle, Moi, Psy | Lien permanent | Commentaires (1)

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________


Un commentaire "de charité" sur cette note où je me livrais à fond.  En ce début mai, où je sentais que ma dépression était derrière moi,  avec ma maison en construction j'étais résolument tourné vers l'avenir, que j'imaginais tout rose.

Ce qui sera vrai au niveau travail, mes 4 dernières années seront les meilleures de ma carrière, retrouvant sur ma feuille de notation annuelle, l'appréciation "excellent élément", renouant avec 1994. Je serai le Gérard Klein de Météo-France, polyvalent pour remplacer des collègues aux 4 coins de la France et dans tous les métiers. Mon graal sera atteint à Guéret en aout 2007 où je serai amené avec un ancien collègue de Mende, un autre Gérard, qui me félicitera d'avoir pu remonter cette pente qui semblait insurmontable.
Quand je ferai mon pot de retraite, le directeur interrégional se déplacera.

 

 

19/01/2021

TOP MENSUEL FRANCAIS JANVIER 1993

1 1 DUR DUR D'ETRE BEBE Jordy 5
2 2 LES MARIES DE VENDEE D. Barbelivien & Anais 4
3 5 POUR L'AMOUR D'UN GARCON Hélène 3
4 3 LA LEGENDE OOCHIGEAS Roch Voisine 4
5 4 LE LION EST MORT CE SOIR Pow Wow 4
6 7 QUE MON COEUR LACHE Mylène Farmer 3
7 12 IL SUFFIRA D'UN SIGNE (live) Frederick Goldman & Jones 2
8 6 CHANGER TOUT CA Bernard Minet 4
9 14 DES LARMES DES MAUX Infidèles 3
10 11 TOSTAKY Noir Désir 3
11 9 L'AUVERGNAT Les Enfoirés 3
12 13 QUE FERA LA BELLE Anne 2
13 e LA GUITARE FAIT MAL Johnny Hallyday 1
14 20 CHANSON HARD ROCK Les Inconnus 2
15 e ANTISOCIAL Trust 1
16 19 TOUTES LES GUITARES DU ROCK N ROLL Dorothée 2
17 10 PETIT PAPA NOEL- Tino Rossi 2
18 16 ANTOINE DAICONE Les Musclés 2
19 15 DONNE-MA CHANCE Les BB 3
20 e L'OPPORTUNISTE Dutronc 1
21 17 PLUS QUE TOUT AU MONDE Pascal Obispo 3
22 8 BOUSCULE-MOI Elsa 4
23 e AIME-MOI ENCORE Les Charts 1
24 e LE CINEMA D'AUDIARD Michel Sardou 1
25 e QU'EST CE QU'ON A FAIT ? Florent Pagny 1
        2,6

Vous avez demandé la musique ? Ne quittez pas ! Ce hit est très vieillissant, avec seulement 6 entrées dont deux "fausses" (la 15 et la 20) et 8 montées.
Mais il est intéressant dans la mesure où on y trouve les chanteurs de référence pour chaque décennie : Johnny pour les années 60, Sardou pour les 70, Goldman pour les 80, Pagny pour les 90, et Calogéro (via son groupe les Charts) pour les 2000.
Parmi les montées, terminus pour Hélène (beau podium quand même), Mylène Farmer, Goldman, Anne, les Inconnus et Dorothée.
Pow Wow, pourtant en descente, n'a pas dit son dernier mot, ni Noir Désir, et surtout les Infidèles, qui pourraient rêver à un podium...
Parmi les 6 entrées, seulement 2 tops 10. Et pas du tout ceux qui pourraient venir à l'esprit !
Je vous embrasse.

15/01/2021

Ma famille se rétrécit...

Foutu mois de janvier....
Celui de 2019 m'avait enlevé un cousin. Frère de celui que depuis 59 ans je considère comme "le frère que je n'ai jamais eu" comme le chantait Maxime.
Je le connaissais depuis sa naissance, en 1960. C'est chez eux que je passais "mes Noëls magiques".
Pour être franc, c'est celui de la fratrie avec qui j'ai eu le moins de rapports.
Mais à une époque où "je sentais le gaz", soit juste après ma fuite fin 2013, alors que je présentais mes voeux à sa mère, ma cousine germaine qui était alors très tiède avec le déserteur de foyer que je devais représenter à ses yeux, lui a demandé à me parler, à m'exprimer les siens.
C'était la première fois...
Par ce geste il tenait, je pense, à m'accorder son soutien.
Il ne fumait pas, était sportif, ne faisait pas d'excès et ne buvait pas une goutte d'alcool.
Un méchant crabe l'a emporté en six semaines...

Ce matin, à 10h30, à quelques kilomètres du bourg cévenol où vivaient mes parents, on enterrait un autre de mes cousins. Georges.
Lui, même si nos routes ne se croisaient que tous les dix ans, je le connaissais beaucoup mieux.
Premier contact dans les années 50. Assez "houleux", car je n'avais que 4 ans, lui 11, et il n'appréciait que modérément mes crises de nerfs, dues à mon enfermement parisien. Lui avait grandi dans une belle villa de Toulon avec de l'espace.
Second contact, en 1963. A l'époque j'étais choriste et il m'avait accompagné à la guitare électrique alors que je chantais le temps de l'amour et les bras en croix. Enregistré sur magnétophone (pas encore de cassette à l'époque), je donnerais très cher pour avoir cette bande.
Nos contacts s'étaient bien améliorés !
Mon père ne l'aimait pas. Au point de me cacher qu'il habitait à quelques kilomètres de chez moi...
Pour moi il était toujours à Toulon.
Il ne l'aimait pas parce qu'il avait "osé" ne pas rempiler dans l'armée, où il avait fait 3 ans. Il était devenu marionnettiste, un métier de saltimbanque qui n'était pas bien vu dans les "bonnes familles". Il était perçu - juste après moi, météo ce n'était pas un métier dans les seventies - comme le raté de la famille.
Jusqu'au 3 avril 78.
Pendant 4 ans la moitié des gamins de France le verront bougonner en sortant de sa poubelle, il était le chien Mordicus dans 1 rue Sésame sur TF1.
Il était devenu plus "présentable" aux yeux de la famille avec ce rôle, qui lui ouvrira les portes de la profession. Il deviendra un décorateur de films renommé, et aussi sculpteur.
En 1984, il viendra me rendre visite à Embrun, et sera aux petits soins avec mon petit bébé, au point que nous le choisirons comme parrain.
Il sera évidemment là pour sa première communion, à Mende où il viendra passer une quinzaine de jours avec leur petit bout de chou. C'était en 1993, et je me souviens d'une phrase qu'il m'a lancée alors que je me montrais empressant avec une jeune collègue prénommée Nathalie :
"tu vas la lâcher ?"
Je serai de son mariage en 1995, célébré dans les Cévennes où il avait choisi de s'établir. C'est avec moi qu'il prospectera les agences immobilières de Ganges (34).

La fin des années 90 nous serons fatales à tous les deux. Sa jeune épouse va le quitter, emmenant les deux gamins à Paris.
Dès lors, il va vieillir de 20 ans. La dernière fois que je le verrai, en novembre 2001, j'aurai du mal à le reconnaître, tant il semblait "éteint". Lui qui, peu de temps auparavant, jeune papa, mordait la vie à pleine dents.
Il se retirera dans "ses" Cévennes, complètement démoralisé. Il aura deux cancers et deux infarctus.
Plus parkinson, qu'il m'annoncera en mars dernier.
Je l'appelais une ou deux fois par an, et peu à peu je sentais sa voix faiblir. En 2016 je suis passé à 10 km de chez lui. Mais ce n'était pas moi qui conduisais, et surtout dirigeais.
J'avais prévu d'aller le voir, Alleyras n'étant pas si loin des Cévennes. Quand ? Cette année, aux beaux jours, ayant enfin trouvé une dame qui garderait minou (Cédric doit comprendre...)
Oui, on le dit, mais on dit toujours ça (Jean-François Michael).

Bien sûr, je suis peiné, énormément même.
Mais pas surpris.
Tout seul dans sa maison ravitaillée par les corbeaux, loin de ses enfants, malade, dépressif, je savais que mon vieux Georges filait du mauvais coton.
Quand je l'ai eu au téléphone voilà 4 semaines, il m'avait dit "être philosophe", au vu de qu'il avait subi.
"la seule chose qui m'embête un peu, c'est de monter à l"échelle pour me coucher car mon lit est sur une mezzanine".

C'est en tombant de cette échelle que, vendredi, il a trouvé la mort...

Oui, la famille se rétrécit.

TOP 30 VENTES MENSUELLES JUIN 1962

1 22 SERRE LA MAIN D'UN FOU Johnny Hallyday 1   2
2 1 LA DEPIGEONNISATION Henri Tisot 2   3
3 2 LA LECON DE TWIST / LE VAGABOND Richard Anthony 3   5
4 3 RETIENS LA NUIT Johnny Hallyday 4   6
5 4 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE Pierre Perrin 5   4
6 27 LE PETIT GONZALES Dalida 6   2
7 6 ALLELUIA Charles Aznavour 7   4
8 5 A LONDON Petula Clark 8   4
9 7 L'AUTOCIRCULATION Henri Tisot 9   9
10 8 ESPERANZA Nino de Murcia   1 3
11 9 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE Bourvil 10   3
12 28 UNCHAIN MY HEART Ray Charles   2 2
13 30 CAN'T HELP FALLIN IN LOVE Elvis Presley   3 2
14 25 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE André Verchuren 11   2
15 29 DOMINIQUE Soeur Sourire 12   2
16 e LE TWIST DU CANOTIER Maurice Chevalier & Chaussettes Noires
13   1
17 10 UN MEXICAIN Marcel Amont 14   5
18 e TWIST DE PARIS Les Pirates 15   1
19 12 WONDERFUL LAND Shadows   4 3
20 11 UN MEXICAIN Compagnons de la Chanson 16   3
21 r LES BOURGEOIS Jacques Brel 17   2
22 e JE REVIENDRAI BIENTOT Chaussettes Noires 18   1
23 e LE PETIT GONZALES Danyel Gérard 19   1
24 e DELIVRE-MOI Richard Anthony 20   1
25 23 STOP Danny Boy & ses Pénitents 21   2
26 17 QUAND TU DORS PRES DE MOI Anthony Perkins 22   2
27 13 LES ENCHAINES Chaussettes Noires 23   4
28 14 UN PREMIER AMOUR Isabelle Aubret 24   3
29 16 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE Fernand Raynaud 25   3
30 e PAS CETTE CHANSON Johnny Hallyday 26   1
            2,8

Top vieillissant, comme c'est souvent le cas avant l'été, avec 6 montées, 6 entrées et une ré-entrée.
Deux grands gagnants en ce mois de juin : le twist et Johnny Hallyday. Ce dernier classe 3 chansons dont une au sommet, avec une progression de 21 places. Comme Dalida, qui va poursuivre sur sa lancée et dégommer Johnny. Lequel ne retrouvera pas la pole position avant un bon moment !
C'est Nino de Murcia qui reste en tête des "étrangers". Terminus pour Ray Charles, Elvis, Verchuren, et Soeur Sourire (que j'aurais pensé arriver plus haut).

7 entrées ou ré-entrées. La plus haute est signée Maurice Chevalier et les Chaussettes Noires. J'avais fait une note sur cette chanson, mais je reviens quand même dessus car ce twist du canotier est la chanson qui va rassembler au moins 5 générations !
De celle des octo/nona de l'époque (nés avant 1890), qui a suivi le Grand Maurice dès ses débuts dans les années 20, et qui du coup ont découvert Eddy Mitchell en 62.
A celle des teen-agers actuels (dont fait partie Hasni) qui eux n'avaient certainement pas entendu chanter l'homme au canotier mais connaissent Eddy, notamment par "les vieilles canailles".
Et bien sûr les générations intermédiaires, dont la mienne, bercée par Chevalier pendant leur enfance et qui a suivi Schmoll durant toute sa carrière.
Cette chanson aura un certain succès. Parmi les 6 autres entrées ou réentrées, deux futurs n°2, un n°9, un n°11 et un n°13.

Enfin, le top 30 de juillet verra l"arrivée de trois petits nouveaux dont on entendra beaucoup parler par la suite.

Je vous embrasse.

14/01/2021

Mon premier blog : Je suis fan de Patriiick (avril 2005)

Je suis fan de Patriiiiick !!!

 

Patrick Cauvin, le romancier !

 

J'ai découvert ce Marseillais de 67 ans en 1982, quand une copine à laquelle je tenais particulièrement ne consentait à me revoir que lorsque j'aurais lu nous allions vers les beaux jours.

Pour moi, qui ne jurais alors que par Daninos, Barjavel et Bouvard, je pensais aller vers un calvaire de 375 pages, mais bon, qui veut la fin, hein ???

D'entrée je fus conquis. Déjà l'histoire, un amour extraordinaire entre deux jeunes gens que tout sépare, notamment...le fait que l'un et l'autre sont prisonniers des nazis dans un camp d'extermination. Mais aussi, le style...! Cauvin se met à la place de chacun de ses personnages, et raconte ce que chacun ressent. C'est là qu'on s'aperçoit vraiment que les choses sont vues très différemment selon les personnes. Que les femmes et les hommes n'ont pas du tout le même ressenti. Et dans son roman, j'ignore s'il a été conseillé, mais à le lire, on a du mal à réaliser que c'est un mec qui écrit les dialogues de la jeune héroïne !

A partir de là - ma copine entretemps m'avait laissé choir ( pas grave, une de perdue un Cauvin de trouvé ) je me mis à arpenter les bibliothèques - j'adooore ces endroits - à la recherche des Cauvins précédents.  Et, une fois digérés, j'attendis fébrilement chaque année la sortie du Cauvin nouveau. ( Oui, je sais, désolé, mais j'ai pas pu résister.. ).

Vous êtes morose, vous voulez vous fendre la poire ? Alors sans hésitation, lisez E=MC2 mon amour, Monsieur Papa ou Pourquoi pas nous ? - hélas très médiocrement rendu au cinéma :( 

Vous êtes mystique, vous croyez à la réincarnation ? C'est Laura Brahms qu'il vous faut lire. Vous ne connaissez pas Marseille ? Rue des Bons Enfants est encore mieux que le Guide du Routard...

Vous voulez vous évader, oublier votre grisaille quotidienne ? Huit jours en été s'impose. Vous voulez trembler ? La SF vous passionne ? Alors Jardin Fatal ! Je vous jure que vous ne regarderez plus une fleur de la même façon ensuite...

Je pourrais également citer C'était le Pérou, Belles Galères, Menteur, Tout ce que Joseph écrivit cette année-là, Présidente...

J'ai évoqué Huit Jours en été. Lisez-le. Absolument. Il faut avoir lu ce bouquin pour comprendre pourquoi je me suis fait appeler Cicatrice...

 

Rédigé le 13 avril 2005 à 23h58 dans ARCHIVES depuis avril, Culture, ceux que j'aime | Lien permanent | Commentaires (3)

 

 

C'est jeudi, le jour du "premier blog". Cette fois je parlais de mes goûts littéraires (et je constate que j'évoquais Barjavel) avant de parler de mes goûts musicaux : ce sera une note - très maladroite - sur Johnny. Toujours aussi peu de commentaires, et je continuais de penser qu'avant de me livrer, de passer au vif du sujet, il me faudrait être plus lu que ça (je n'avais pas de statistiques sur l'audience). Sinon je note au début une grosse faute de français !!!
Bonne lecture !

 

 

 

13/01/2021

LES COME-BACKS RETENTISSANTS (TOM 10)

Tom comme TOM JONES. Ce Gallois à la voix puissante a commencé à avoir du succès simultanément chez lui et en France. It's not unusual aura les honneurs de SLC dès le printemps 65, alors qu'il aura droit à la plus haute marche chez lui. Mais ensuite il marchera mieux chez nous : SLC classera untrue en août, qui sera ignoré des charts anglais. What's new Pussycat sera 5ème en France, 11ème en GB, doctor love classé chez nous, pas là-bas, idem stop breaking my heart, et not responsible en 66. This and that, toujours en 66, sera 14ème chez nous, tout juste 44ème chez lui.

Cette tendance s'inversera quand même en 67, où il ne classera aucun titre en France alors qu'il explosera en Angleterre malgré un rude concurrent qui joue sur le même registre : Engelbert Humperdink, dont tous les titres grimperont au sommet. Tom Jones aura quand même deux n°2 (i'll never fall in love again et i'm comin'home) et un numéro 8 (detroit city). Sans oublier the green grass of home qui signera le retour de Dalida après sa tentative de suicide.
68 le voit grimper au sommet en France, avec Delilah (n°2 en GB) et le suivant, help yourself marchera dans les deux pays.
Les français le boudent en 1969, les anglais classent love me to night (9) et without love (10).
Idem 1970 où daughter of darkness (que j'adore) se vendra peu en France, mais fera top 5 en GB. Et suivra peut-être sa plus belle, i who have nothing, zappée chez nous.
Mais 1971 verra son plus grand succès  - de l'époque - en France : She's a lady. Plus de 300.000 ventes (seulement 13ème en GB), le "follow-up" puppet man en vendra 60.000 et le suivant till près de 80.000.
Très belle année donc côté français mais la dernière. En Angleterre il aura une année de plus , the new Mexican pupeeter accrochant un top 6 en 1972.
Comme les Beatles, belle carrière mais brève. Suivront 15 ans de traversée du désert.
Et encore, la résurrection ne se fera que côté Britannique, avec a boy from nowhere en 1987. Puis, comme le font les artistes qui se sentent en fin de course, il réenregistre ses premiers hits.
Terminé pour lui ?
Non. 1999 le voit de nouveau ressusciter. Mais toujours de l"autre côté du Channel, la France ayant décidément rangé dans les placards ce chanteur "kitsch" des sixties. 1999 donc où burning down the house est un tube en Grande Bretagne. Six mois plus tard il fait mieux avec mama told me. Et encore mieux ensuite un podium avec sex bomb !

On ne sait pas pourquoi, mais là les français se réveillent et accrochent ! Entrée fracassante à la 7ème place fin janvier, sex bomb sera numéro un du top 50 sept semaines consécutives ! Ce sexagénaire venu d'on ne sait où va barrer la route de l'or à Eiffel 65, Hélène Ségara, et R Kelly ! 30 ans après she's a lady.

Bravo Sir Tom Jones, vous nous avez montré un bel exemple de longévité.