Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2013

Anniversaire

L'histoire commence en septembre 2004.

J'habite alors à Biarritz, et si certes j'adore les habitants et la région, je n'arrive pas à supporter le climat du Pays Basque. 30 degrés à deux heures du matin, ou alors 24 toute la nuit après une journée de cagnard, avec un brouillard à couper au couteau qui vous transperce le corps, dur dur.

Souvent, l'été, nous partons nous "réfugier" dans les montagnes de l'intérieur du département pour y passer la nuit. Là enfin, on pouvait respirer, récupérer...

Récupérer, c'est ce que nous avions en tête au mois de septembre. Et nous choisissons donc une destination "fraîche". Les Alpes, hors de prix, les Pyrénées, il y pleut souvent... Pourquoi pas le Jura ??

Plus précisement le Doubs, et encore plus précisément le Haut-Doubs ?

Nous y avons déjà passé une semaine en août lors des étés 2001 et 2002, et nous étions revenus enchantés. En plus le haut-Doubs, je connaissais...

Et donc me voilà lancé dans les pages des Gîtes de France, à la recherche du meilleur rapport qualité/prix.
Nous trouvons alors un F3 (2 chambres) à 90 euros la semaine, entre Morteau et Pontarlier.
Aux Gras.
Sans savoir que c'était en hiver le village le plus froid de France (voir note "le mythe de Mouthe) !

Et là, durant une semaine tout à fait ensoleillée, nous avons pleinement profité. La journée, balades tous azimuts, où nous découvrons que l'Alsace n'est qu'à 1h30 de route, idem pour les Alpes, qu'elles soient Suisses ou françaises. Et même sans trop s'éloigner, les environs immédiats sont très jolis.

Et là, tout de suite l'idée nous vient de passer notre retraite dans cet endroit.

Mais... on nous a parlé des "terribles hivers", alors avant de se lancer, il valait mieux voir ce que ça donnait.

Du coup, fin janvier début février nous louons un autre gîte non loin de là, vers Morteau.
Chance ! (si j'ose dire) c'est pendant une vague de froid ! La neige est présente dès la sortie de Bordeaux, et ne nous quittera plus jusqu'au gîte.

Le samedi 29, il fait -18° quand nous arrivons !!

DSCN0112.JPG Ce sera du -23° le lendemain matin, mais dans un décor époustouflant !

Notre Seat Ibiza diesel a du mal à démarrer, mais ma foi elle finit par s'acclimater.

Nous aussi, finalement ce grand froid est très supportable à partir du moment où l'on est bien couvert, et si à l'intérieur c'est bien chauffé. En revanche, avec 30 degrés à 2h du matin, on ne peut rien faire !

C'est donc décidé, après un conseil de famille restreint (mon épouse notre fille et moi) nous comptons acheter un terrain vers Morteau.

La plus-value de la maison Bretonne plus les deux héritages simultanés de nos parents nous ont doté d'un bas de laine non négligeable, et la pierre semble un placement idéal par les temps qui courent.
Le lundi 31, nous voici à Morteau, afin de voir ce que nous proposent les agences immobilières.

Rien !!!!

En fait, elles sont... fermées le lundi, et du coup je cherche un endroit (comme dirait Delpech) pour aller voir mes mails.
Le seul endroit possible est la MJC. Nous nous y rendons, et tandis que je compulse ma boîte, mon épouse, avec son culot habituel, demande à un employé (qui s'avérera être le directeur !!!) si par hasard il ne saurait pas s'il y a des terrains à louer !
Elle confondait MJC et ORPI !!!

Tandis que je vois le regard de ma fille s'assombrir, à ma grande surprise il répond :

"A dire vrai pas à Morteau, mais à 30 km, oui... J'habite un petit village à 30 km de là, à 650 m d'altitude, et je m'y plais beaucoup...  C'est vraiment agréable de pouvoir dîner dehors les soirs d'été, à Morteau vous ne pourrez pas, le froid tombe trop vite..."

Et c'était vrai, je me rappelais qu'aux Gras, lorsqu'on rentrait de balade vers 19h, il ne faisait pas 20 degrés...

Il rajoute :
"Il y a des terrains communaux là-bas, pas trop chers et viabilisés, je crois qu'il doit en rester un ou deux... Si ça vous dit, je vous donne le nom du village, vous vous y rendez et je téléphone au maire pour le prévenir"

Nous y allons, tout en nous apercevant que là-vas (c'était en 2005) les routes sont parfaitement déneigées.

Quand nous arrivons dans le lotissement, en face du terrain restant à vendre, ma fille et moi avons le coup de foudre. Moins pour mon épouse, mais en général l'enthousiasme n'est pas son fort !

Après un nouveau conseil de famille restreint, décision est prise d'acheter le terrain : 30 euros le mètre carré, soit environ 5 à 10 fois moins qu'au pays Basque....!
C'était le 31 janvier 2005...

Et c'est ainsi que nous vivons ici depuis à présent plus de deux ans...

Je vous embrasse.

28/01/2013

Alexandra

J'ai entrepris un travail de titan, à savoir numériser toutes les émissions de radio que j'avais enregistrées sur cassette, de 1982 à 1997.

Je ne pense pas pouvoir le faire pour toutes, car déjà une "sélection naturelle" s'impose à savoir que certaines bandes sont devenues inaudibles.

Ensuite, si je veux numériser mes quelques 4000 émissions, il me faudrait 3000 heures de boulot, soit à raison de 1h30 par jour (déjà énorme) quelques 7 années !
Outre que je ne sais pas (lol) si je vais durer encore 7 années, je finirais très vite par me lasser...

Alors je numérise d'abord ce que j'estime être mes "meilleures" émissions. Par chance, sur le moment je me notais avec des étoiles, donc là il me suffit de prendre les 5 étoiles, après on verra par la suite.

Parmi ces 5 étoiles, je suis tombé sur un talk-show (et oui voici 30 ans ça existait déjà en radio) qui s'intitulait "studio 104", le titre étant choisi par rapport à la fréquence de la radio !!

J'animais cette émission avec une jeune femme prénommée Cathy, deux tempéraments explosifs qui donnaient du punch à l'émission. Car je dois le dire, en dehors de l'antenne on ne s'entendait pas du tout !!

En principe je m'efforcais d'être cool dans cette émission, de ne pas "casser" les gens même si je 'étais pas d'accord avec eux. Je recadrais quand même quand il le fallait, notamment quand il s'agissait de politique.
L'exemple qui m'avait le plus frappé, c'est le président de l'association philatélique de Gap. J'étais moi-même philatéliste (depuis 1963) et je m'étais dit que cette émission était pour moi.

L'heure d'avant, j'avais été chez un ophtalmo, qui m'avait presrit des lentilles sans trop se soucier du service après-vente !! De sorte que ma lentille était rentrée ce matin-là à l'intérieur de mon oeil et que j'avais demandé une consultation en urgence.
Mais le praticien ne l'entendait pas de cette oreille, et me jeta en me disant ces mots:
"vous avez EXTORQUE un rendez-vous en pleurant chez mon assistante, pas d'accord, vous passerez un autre jour... de toutes façons j'ai un rendez-vous urgent !!!"

C'est donc avec une lentille derrière l'oeil que je me préparais à discuter philatélie...

L'usage était qu'on préparât l'émission 20 mn avant, et je vis alors arriver le président de l'associaton... qui n'était autre que .... mon ophtalmo !!!

Blême il s'apprêtait à tourner les talons, quand j'allai le rassurer :
- Comme vous je suis bénévole, mais j'ai un certain professionalisme. Quand j'anime je laisse mes soucis de côté, les auditeurs n'ont rien à fiche de ma vie.
Il parut rassuré, me disant "je n'avais pas fait le rapprochement entre Patrick Cicatrice d'Embrun, et "le" Patrick de la radio...

L'émission se passa très courtoisement, et après, il vint me voir en disant "merci, effectivement vous avez ça dans la peau... Passez tout à l'heure dans mon cabinet, je vais vous arranger ça..."


Mais je dois confesser que lors d'une émission j'ai "cassé" un couple....
Pas brisé je vous rassure, mais vraiment cassé.

L'histoire commence en septembre 1982, alors que je fais de la radio que depuis 3 mois.

J'avais l'habitude de recevoir des invités dans une émission années 60/70, et ce jour-là c'était une jeune femme prénommée Alexandra.

Ce n'était pas la première jeune femme (ou jeune fille) que je recevais mais cette fois une sorte de courant passa entre nous.
J'eus l'honneur de la raccompagner chez ses parents le soir même, lesquels me trouvèrent "très correct" aux dires de la demoiselle.

Puis on se revit en boîte, et ma foi pendant les "séries tendresse" que mon copain animateur rallongeait chaque fois qu'il me voyait en fort galante compagnie, le courant passait de plus en plus. Et quand elle me prit la main pour regagner nos fauteuils, le roi n'était pas mon cousin !!!

Puis, pendant une semaine, je restai sans nouvelle. A une époque où le portable n'existait pas, je n'estimais ça trop grave, mais j'attendais quand même assez fébrilement qu'elle se manifeste....

Un mardi était prévu - de longue date, je précise - un "studio 104" débat avec d'un côté la MRJC (mouvement régional de la jeunesse chrétienne) et de l'autre une assocation similaire mais athée.

Quand je vis arriver les deux représentants de la MRJC, j'eus à peu près la même réaction que l'ophtalmo !!! Envie brutale de tourner les talons.

C'était Alexandra, qui tenait par la main un jeune homme, qu'elle présenta comme son fiancé...

 

Je viens de réécouter l'émission.

Je me rends vraiment compte que le "5ème pouvoir" peut vraiment détruire...

Je n'ai cessé de tirer à boulets rouges sur le jeune couple, en leur posant des questions les plus vachardes qui soient... A la grande joie des autres, qui n'en demandaient ppas tant , sachant en plus que j'avais été louveteau et scout !!!

Cathy me regardait bizarrement, et durant les chansons, je me levais systématiquement de mon siège pour m'isoler au fond du studio... Je ne tenais pas à parler à quiconque.

Au générique de l'émission, le "fiancé" vint vers moi, avec des intentions pas très "catholiques"... Il était plus grand que moi mais dans ma rage, j'étais vraiment prêt à en découdre.

Alexandra s'en aperçut, arrêta son fiancé et le pria d'aller dehors et me dit, honteuse :
"Pardonne-moi Patrick.... je ne savais pas que c'était à ce point-là..."


Ce soir-là, pour parcourir mes 41 km, ma GS mit 18 minutes...

Et de ce jour, je resterai longtemps, très longtemps, avant de déclarer ma flamme... Exception faite de Mme Cicatrice qui, un an après, prendra les choses en main, en dansant langoureusement dès le premier soir, m'embrassant dès le deuxième soir, et on "concrétisant" le surlendemain. Pas très romantique tout ça !!!

Je vous embrasse.

13:59 Publié dans détripage | Lien permanent | Commentaires (4)

24/01/2013

FLORENCE

Tout le monde est à Roissy en ce moment pour accueillir Florence Cassez, otage (oui, c'est le nom qui m'est toujours venu à l'esprit) du Mexique depuis 7 ans.

Depuis hier, c'est comme à la Libération : les français ont toujours soutenu sa cause...
C'est beau ;-)

Il y a pile deux ans, combien étaient-ils à demander sa libération, sur la Toile ? Combien étions-NOUS, car je me félicite d'avoir hurlé à l'époque sur mon blog :

 

http://cicatrice.hautetfort.com/archive/2011/02/15/%E2%99%AA%E2%99%AA-un-mexicain-basane-%E2%99%AA%E2%99%AA.html

 

Je n'avais eu qu'un commentaire, celui de Christel.... Sans doute que les autres n'approuvaient pas tellement cette sortie contre un soi-disant pays "ami"... ?

 

Ou tout simplement avaient-ils eu la trouille ???

 

Je vous embrasse.

21/01/2013

Essai

"titre de la note", c'est comme ça qu'apparaît "je me suis souvent demandé" dans les statistiques du site.

Je vais voir comment celle-ci s'intitule, j'espère que ce bug se rétablira !


Note bien sûr effacée ce soir, après avoir vu ce que ça donnait !

Je vous embrasse.

Je me suis souvent demandé....

.... Pourquoi on cherche à séparer ceux qui se sont enfin trouvés....

C'est un extrait d'une chanson de Richard Anthony, parue en 1965.

De 1965 à 2013 je vois que les choses n'ont pas changé. L'Amour suscite de telles jalousies chez les proches que ceux-ci, à force de taper à bras raccourcis sur les couples qui se forment, avec différentes manières, allant du harcèlement à la coupure des vivres, les font bien souvent craquer.

Ma vie est jonchée d'exemples. Pas une fois où je n'ai été obligé de me battre pour sauver mon couple, qu'il soit légitime ou non...

• 1970. Une note qui vous a énormément plue, Premier baiser, Première rupture, où j'étais tombé amoureux d'une jeune fille du Haut-Doubs. Nos parents respectifs s'étaient élevés avec force contre nous, contre cette "tocade d'un été"...
Pour moi, c'était le refus de mon père de me payer le billet de train de Pontarlier à Paris aller-retour pour la revoir durant les vacances de la Toussaint (j'ai alors pris tout le monde de court en gagnant le prix de ce billet en allant faire les vendanges à Bordeaux - ce qui me vaudra une hernie discale 40 après mais je ne regrette rien).
Pour la famille de la jeune fille, ils l'ont carrément mise en pension au collège...
Après 18 jours de vendanges sous le cagnard, je ne l'ai vue que deux minutes à travers une grille :(

• 1972. Rencontre de ma première épouse, Mireille. Elle avait 16 ans, moi 21. Au début ça s'était bien passé, car le beau-père (qui était mon supérieur hiérarchique à l'époque) avait dans l'idée que je rentre dans son équipe après mon service militaire. Il était très mal vu de ses autres collaborateurs, et le fait d'avoir un "allié" dans les deux sens du terme le rassurait.
J'ai eu beau lui dire que je n'étais dans son équipe qu'en affectation provisoire, que mon affection définitive était Roissy, il a fait croire à mes parents que lui, simple ingénieur de travaux mal noté pouvait dicter sa loi aux grands pontes de la Direction, et du coup ceux-ci ont déménagé pour venir me "rejoindre"...
Alors que moi, après mon srrvice militaire, j'ai fait le chemin inverse ! Comme prévu.
Sauf que.... à Paris je n'avais plus de "chez moi" et que j'ai dû loger dans une chambre de bonne de 4 mètres carrés sans chauffage...
Mais là n'est pas mon propos. Tout alla bien jusqu'à ce que nos deux pères arrivent à se détester. C'était, je m'en souviens, fin décembre 1975.
A partir de cette date les jours de notre petit couple étaient comptés.
La manière ? Simple, nous faire bouffer de la vache enragée. En nous forçant à prendre des leçons de conduite tous les deux (chères) afin de passer nos permis (un seul aurait suffi), puis de nous vendre une épave comme voiture, qui nécessitera....27 passages chez le garagiste !!!

Nous avons tenu le régime pâtes-thon en boîte pendant 4 ans. Au bout duquel ma jeune épouse - qui avait été obligée de bosser en usine ! - a fini par craquer.
J'ai attendu 22 ans avant d'aller voir sa mère, qui m'a confirmé qu'effectivement son mari avait, avec mon père, tout fait pour que le couple casse....

• 1983. Rencontre de ma seconde épouse, Mme Cicatrice donc. Cette fois mes parents étaient d'accord. Mais pas les siens, qui n'admettaient pas que leur "femme de ménage" (ils la considéraient ainsi, la faisant même travailler au noir dans l'entreprise familiale) la quittent pour un fonctionnaire, et parisien en plus !!! Dès le premier jour ils me l'ont fait comprendre, m'obligeant même à aller chez le coiffeur, jugeant que je ressemblais à un hippie !
J'aurais dû me méfier, car déjà, 9 ans plus tôt, ils avaient éjecté un prétendant sous le prétexte non déguisé qu'il n'était pas " de leur classe"... Lui avait cédé et s'était engagé dans l'armée pour cacher son chagrin.
Moi j'ai résisté. Pendant 6 ans. Quand j'ai vu qu'ils ne supportaient pas notre fille, et que la seule fois où nous avons demandé à sa grand-mère de la garder 8 jours (8 jours sur une vie, à comparer avec ce que font la plupart des grand-mères !!!! Pour ma cousine germaine, ce fut 5 petits-enfants à demeure pendant près de dix ans !!!) afin d'aller en vacances au Canada, il nous fut signifié que "ce n'était plus la peine de nous demander la même chose désormais"...
Moi j'ai alors abandonné, et je dois dire que si je fais remonter la rupture de mon ménage à Noël 1990 (quand chère et tendre avait jeté mes parents dehors) je pense que le travail était bien entamé depuis l'année précédente.
Aujourd'hui nous cohabitons, mon rôle étant plus celui de chauffeur, d'aide-soignant et d'orthophonisite à plein temps que celui de mari...

• 1992. Le truc totalement imprévu. Moi qui m'étais accommodé de la chose, qui côté carrière venais de monter un échelon supplémentaire, moi qui "roulais pépère sur l'autoroute de ma vie" (Garou), me tombe alors dessus un coup de foudre incroyable : Nathalie.
Nathalie était sous la totale emprise de sa mère, une femme aigrie au possible, que son mari avait fini par quitter. Son credo (à la mère) était "les hommes sont tous des porcs et ne pensent qu'à une seule chose... Credo que Nathalie avait fini par adopter. Sa mère avait soigneusement écarté tous ceux qui osaient s'approcher de sa fille et en ce bel été 1992 avait jusque là complètement rempli sa mission...

Mais boum ! Les coups de foudre ne se commandent pas, et Nathalie tomba elle aussi dans le péché, à savoir - horreur absolue - d'oser aimer un homme marié.
La plupart de mes lecteurs le savent mais j'ai lutté pendant 6 mois contre "ce sentiment impie" bien que d'une part, tout était fini entre Mme et moi depuis plus de 5 ans, et que surtout Mme m'avait cocufié par deux fois  avec deux voisins d'immeuble, dont un collègue !
Bref, Nathalie fut tiraillée sans arrêt entre sa mère et moi, d'autant que la mère la jouait facile, j'étais "un homme marié" !!! Et au moment où j'ai failli emporter la partie, nous arriva dessus un chef tyrannique qui tomba sous son charme et devant son refus de "passer à la casserole'" passa l'intégralité de son temps à nous persécuter et nous transformer tous les deux en parfaits zombies, bons pour la poubelle.
Et bien sûr à nous faire muter ensuite chacun à un bout de la France...

Je mettrai 15 ans à m'en remettre... Mais elle, 'en est-elle remise ?

 

La chanson de Richard Anthony se termine par :

Mais un jour, il faudra payer....

Ca s'est vérifié pour moi dans tous les cas de figure. Tous ceux qui ont essayé de m'empêcher de vivre une histoire d'amour ont eu certains "problèmes" par la suite...

• Brigitte a fini par épouser un paysan (ou plutôt ses terres) mais a quitté le Haut-Doubs pour la Vendée...  Alors que moi j'étais décidé à me faire muter à Besançon... Eux qui voulaient l'avoir auprès d'eux !

• Le père de Mireille est mort subitement d'une rupture d'anévrisme, quelques années après le divorce avec lequel il a dû prendre son pied, à l'âge de 54 ans...

• La mère de Chère et tendre elle aussi est décédée soudainement sans signe avant-coureur voilà 17 ans, à peine un peu plus âgée que moi.

• Quand à la mère de Nathalie je préfère ne pas en parler...


Tout se paye dans la vie...

Je vous embrasse.

12:58 Publié dans détripage | Lien permanent | Commentaires (6)

17/01/2013

le "mythe de Mouthe"

Encore entendu ce matin à la télé :

"il a fait -20 degrés à Mouthe, dans le Doubs, l'endroit où il fait le plus froid de France..."

Heu, d'accord pour la première assertion, pas d'accord pour la seconde.

Il fait plus froid dans ma commune qu'à l'endroit de Mouthe où est disposé le point de mesure...

Mes deux ans de retraite me permettent d'une part de m'affranchir de mon "devoir de réserve" côté boulot, et surtout de disposer de relevés sur mon village grâce à la station automatique professionnelle que m'ont offert mes collègues à l'occasion de ma retraitre.

1) Le point de mesure de Mouthe ne se situe pas dans le village, mais à la source du Doubs, donc dans un endroit "non conforme" pour se comparer aux autres.

Chez nous à Météo-France, on parle de "classes de mesures" pour désigner la fiabilité des endroits, de la classe 1 (l'endroit idéal) à la classe 5 (à éviter absolument). Le point de mesure de Mouthe, celui dont on parle à la télé, est classé 3....

2) Dans mon village, pourtant situé 300 m plus bas, pratiquement 1 foyer sur 2 possède une station météo électronique. Et certaines donnent des valeurs comparables à celles de Mouthe.

La station "de référence", la mienne, est en classe 2, donc "bonne pour le service" mais je sais très bien que si j'avais mis mon thermomètre de l'autre côté de la route (et en classe 1 !!!) j'aurais 2 degrés de moins pour les températures minimales.
Mieux (ou pire, c'est selon...) dans le bas du village, l'écart atteint 5 degrés.

Et à la Source de la Loue, parfois ça frôle les dix degrés...

Depuis deux ans et demie que je fais les mesures, j'ai constaté entre chez moi et Mouthe un écart moyen de 2°3 pour les températures minimales...

Partant de ce principe, le bas du village serait donc bien plus froid que notre "Sibérie médiatique nationale..."

Mais chez nous on n'a pas besoin de se vendre, les 170.000 visiteurs annuels de notre Source de la Loue font notre publicité. Pas besoin d'avoir des records (négatifs) pour ça...

ALORS.... bien joli tout ça !

Où se situe donc le point le plus froid de France ???

Les chercheurs de l'université de Franche-Comté ont fait une étude sur le sujet. Et on établi la carte ci-dessous :

froid mouthe.png

On voit bien sur la carte que le village de Mouthe est dans la zone jaune, et qu'il faut vraiment se déporter vers la montagne pour aller chercher des records.

L'endroit le plus froid se situe donc dans la zone la plus bleue...
Le bleu le plus foncé se situe au Mont d'Or (1463m) rien d'étonnant à cela..

Il faut aller vers Morteau pour trouver la commune la plus froide. Et cette commune est "comme par hasard" située à 2km du "pôle du froid" en Suisse, La Brévine où, avec un point de mesure "normal" (j'ai pu le vérifier) la température s'était abaissée à -42° en 1987 !!!

Cette commune, où j'ai passé par 3 fois des vacances, se nomme Les Gras.

Les Gras serait donc la commune la plus froide de France...

Mais ne le dites pas aux gens de Mouthe, ils vous tueraient lol ;-)

14:29 Publié dans météo | Lien permanent | Commentaires (2)

16/01/2013

HIT-PARADE de SALUT LES COPAINS du 15 JANVIER 1964

6401.jpg

Cette "série" plaît apparemment de plus en plus !
Et c'est tant mieux...

Le premier hit de 1964 voit l'apparition, côté français, de Gérard Melet, qui n'ira pas beaucoup plus loin, de Romuald qui lui fera une carrière honorable, de Monty - qui n'avait pas encore de prénom -  qui lui sera un des leaders des années 60, et surtout Marie laforêt qui sera une des 10 grandes dames de la chanson...

Ceux qui trustent les meilleures places sont, bien sûr Johnny (8 places, mais seulement à partir de la 4ème), Sylvie Vartan (4) Frank Alamo, Eddy Mitchell, Françoise Hardy et Claude François (3) Dick Rivers, Jean-Jacques Debout, Evy, Sheila et Richard Anthony (2) France Gall ne se classant qu'une seule fois, et encore à la 13ème place. Une fois aussi pour les Surfs, Henri Salvador, Danyel Gérard, Michel Laurent, les Gam's Charles Aznavour, Romulad , Monty et Marie Laforêt. Puis quelques vedettes éphémères comme Pascal le Petit Prince, Les Missiles, Gérard Melet, Tiny Yong.

Côté étranger, les Beatles progressent peu à peu, et sont à présent seconds et 4èmes. Encore un petit effort... Se pointe aussi I want to hold your hand à la 10ème place.

Je vous embrasse.

07/01/2013

Les notes que vous avez le plus aimées en 2012

(source Google Analytics)

EN VALEUR ABSOLUE :

1) l'inévitable mais quel âge ont nos chanteurs, les chiffres, du 28 mars 2011.

Lue 14.455 fois, soit 39 fois par jour !
La référence sur le net en ce qui concerne ce sujet... A mon grand étonnement !

2) La non moins inévitable I love your attitude ou le loft façon facebook, du 14 juin 2011.
Lue 2.951 fois, soit 8 par jour.
Avec le nouvel éclairage que j'ai, je trouve à présent normal que cette note plaise autant... Ce jeu est un DANGER pour les ados !!!

3) Lettre à ma fille, du 19 mai 2012.
Lue 1064 fois, soit 3 par jour sur l'année. 4 depuis sa parution. Ce texte, que j'avais trouvé sur le Net, m'a paru vraiment coller à ce que je ressens, mais je n'imaginais pas le succès qu'il allait avoir parmi vous.

4) Photovoltaïque ou le parcours du combattant, du 22 juillet 2011. Enlevée à la demande de l'entreprise dont je parle sur la note, le 14 mars.
Lue 633 fois jusqu'au 14 mars, soit 1.7 fois par jour sur l'année, mais 9 fois/jour durant sa parution.

5) La dernière arnaque de la banque postale, du 18 avril 2012.
Lue 616 fois, soit 1.7 lecture/jour, mais 2.4 depuis sa parution.

6) Mutuelles santé, attention à l'arnaque Swisslife, du 13 juillet 2011. Retirée le 15 novembre.
Lue 608 fois, soit 1.7 par jour mais 1.9 durant sa parution.

7) Vers les étoiles-8, (non, je ne mets plus en rose lol) du 2 octobre 2010. La première de la catégorie "Elle". La troisième plus lue de mon blog depuis sa parution.
Lue 457 fois soit 1.2 par jour. Note que je ne renie pas, même si à présent je la trouve plutôt décalée !
Les romantiques apprécieront, ceux qui rêvent des belles histoires d'emour à la Disney, qui existent... !

8) Suicides, du 7 juin.
Lue 418 fois, soit 1.1 fois/jour cette année, 2.2 depuis sa parution.
J'ai beaucoup à dire sur cette note. Ecrite 2 jours après le 5 (rien d'anormal me direz-vous) le jour où Dominique, un grand ami du Net, et moi étions en même temps sur la ligne du départ sur la course du suicide.
Lui sans doute à cause d'une de ces "cassures" qui vous rendent à la fin de plus en plus vulnérable, moi à cause d'un abattement total face à la maladie de mon épouse. Plus une solitude amoureuse que j'avais de plus en plus de mal à gérer.
Lui a "gagné", moi je ne suis finalement pas parti....
Deux mois après, mon corps se révoltera à son tour, et là encore je verrai la mort de très près.
Je la tutoie encore parfois, notamment le 14 décembre où je ne suis passé loin, et aussi, bizarrement, le 23, chez ma fille, où cette fois je sentais l'odeur du sang dans mes narines...

9) La dernière crise de démence de mon épouse, du 27 janvier 2011. En lisant cette note, on comprendra peut-être mieux celle citée plus avant. Là c'est notre pauvre chat qui a pris...
Lue 415 fois cette année, plus que l'an passé, 1.1/jour. C'est la 4ème note la plue lue de mon blog depuis ses débuts, et je pense qu'elle va arriver assez vite sur le podium.

10) La dette expliquée aux nuls, du 10 novembre 2011.
Lue 296 fois, soit presque une fois par jour. Cette petite note fait son chemin, car elle explique à ma manière comment fonctionne le mécanisme de la dette.

• EN VALEUR RELATIVE :

Beaucoup de notes enlevées...

1) et de loin, La bête revient, du 5 juin 2012, mise en ligne durant 1h35 et lue 156 fois !!! Je crois que cette note m'a sauvé la vie....

2) Pardon à mes voisins, du 14 août, mise en ligne 24h et lue 188 fois. Soit 62/jour.
Je préfère oublier ce sinistre épisode...

3) Souvenirs souvenirs, du 6 mars, enlevée le 9.
123 lectures soit 41 par jour. Où je parle de la création d'un "espace" sur facebook, qui avait pour but de réunir des anciens blogueurs du sites Psychologies.com. Site qui aurait pu réussir (nous étions près de 500 sur Psycho) mais - pardon à une Grande Amie du Net qui le dirige avec un immense dévouement - à mon avis un règlement trop strict, ne convenant pas trop à l'esprit "Psycho", lui a fait beaucoup de tort.
J'attends déjà les commentaires, et je sais qui va le faire en premier....

4) l'inévitable note sur les chanteurs français, 39 lectures/jour

5) Photovoltaïque ou le parcours du combattant, déjà citée, 9 lectures/jour.

6) Il love your attitude de Fb, déjà citée, 8 lectures/jour

7) Lettre à ma fille, déjà citée, 4 lectures/jour

8) La dernière arnaque de la banque postale, déjà citée, 2,4 lectures/jour

9) Suicides, déjà citée, 2.2 lectures par jour.

10) Je pars me faire hospitaliser, du 16 août, 283 lectures soir 2.1/jour.

Je vous embrasse.

14:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

03/01/2013

Original : mes meilleurs voeux !!!

Je vous souhaite donc à toutes et à tous la meilleure année 2013 qui puisse être.
Pour moi elle commence sous de très bons auspices, notamment le mariage prochain de ma fille et plein plein d'autres choses.

Mais si l'on compte les 366 jours, l'année n'a pas été très rose...

• TRAVAIL : là c'est du 20/20 ! Première année de retraite complète.

• ARGENT : De moins en moins terrible... Mon épouse n'a pas encore intégré que désormais nous devons vivre à demi-tarif ! Il y a du progrès, mais comme pour l'Etat, le déficit s'accumule !

• SANTE : Le point noir. Je dirai, pour mon épouse et moi, 3/20.
Pour elle son épilepsie et son aphasie, doublées de dépressions temporaires, plus une sciatique et des problèmes au pied.
Pour moi l'apparition soudaine en juillet d'hypertension, avec deux pics malgré les médicaments :
D'abord le 14 août un 23/13 qui m'a déclenché une hémorragie qui a fini par 15 jours d'hôpital. Puis le 14 décembre un 20/13 où là j'ai pu arrêter l'hémorragie.
Désormais, les 14 de chaque mois, je double préventisement la dose lol :)
A cela s'ajoute mon hernie discale qui m'empêche de porter des choses lourdes.

• FAMILLE : Très variable. Certes, je suis heureux que ma fille se marie (enfin, au bout de 8 ans !) mais avec moi c'est toujours l'affrontement...
Côté cousins, assez déçu de mon passage à Lorient où je n'ai pas pu être vraiment en tête-à-tête avec mon cousin/frère Jean-Yves, et où surtout les parents de mon filleul nous ont posé un lapin géant !

• AMITIE : J'ai bien peur qu'avec mon ami (de 48 ans) Bernard, nous soyons de nouveau "en crise", comme entre 1991 et 1995, 2000 et 2009. Le temps dira ce qu'il en est. Mais une belle réconciliation hier, qui comptera pour l'année 2013. Et sur Facebook, je noue des amitiés dont certaines très belles. Je n'oublie pas que 95% des amitiés virtuelles que je me suis forgé ont abouti à de vraies amitiés "réelles". En Suisse, en Ardèche, dans la Drôme (et j'oserai parler du Finistère) par exemple. Oui, là aussi une grave blessure dans mon coeur avec le suicide d'un de mes plus grands potes du Net. Je pense à lui très souvent, et je ne l'oublierai jamais, malgré nos (brèves) engueulades.

• AMOUR : Je l'avais prévu déjà il y a quelque temps, mais je pense vraiment que ma Nathalite Aigue est guérie. Certes, je sais très bien que cette femme comptera énormément dans ma vie (5 années intenses sous les bombardements ça ne s'oublie pas) mais elle est passée du rayon "regrets" au rayon "beau souvenir". Un peu comme (je sais, je grossis le trait) de superbes vacances qui s'achèvent, et qui vous laissent mélancolique pendant des semaines voire des mois, puis qui deviennent ensuite eu fil du temps de formidables souvenirs.
J'espère de tout coeur qu'elle est entrée en résilience, et qu'elle a eu la chance de rencontrer quelqu'un, qui pourra la guérir de l'arrachement que nous avons vécu.
Il est temps que j'arrête de conjuguer ma vie au passé, ne croyez-vous pas ?

• VIE CONJUGALE (pour moi rien à voir avec la catégorie qui précède) : au plus bas. Mon cousin/frère m'a lancé cette phrase : Je pense qu'entre vous deux c'est désormais fini... ça se voit à ton atttitude.
Je ne lui a pas dit que je la soupçonnais de souhaiter ma mort de temps en temps, mais je lui ai quand même parlé de son attitude devant mon hémorragie : "arrête de me saloper mon carrelage..."
Plus le fait que, quelques heures après, elle m'ait laissé tout seul sans argent, avec un t-shirt maculé de sang, à 2 h du matin à Pontarlier...
Là encore, j'espère que 2013 lui ouvrira les yeux.

• MON BLOG ! Pas mal du tout, le rapport lectures/notes écrites augmente. Il faut quand même savoir que décembre 2012 est le mois - depuis avril 2005 - où j'ai le moins écrit de notes ! Mais les lecteurs suivent, et je pense que ce blog est définitivement spécialisé "Chansons" et "arnaques" !
En plus j'ai sérieusement rajeuni son apparence le 11 décembre, quittant l'habillage "pierre tombale".

Voilà pour l'année, je vous embrasse.