Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2011

Silence utile en début de mois

Avant, sur l'autre site, je me faisais - tout du moins au début - un point d'honneur à faire une note quotidienne. Sur tout ce qui me passait par la tête, mes indignations, mes problèmes avec la SNCF, les hypermarchés...
Oui, les centre auto aussi !
Les anniversaires également : calculez. Un blogueur de 50 ans a en moyenne : 1 épouse, 2 enfants, 1 père, une mère, 4 petit-fils, un filleul, une filleule. Sans compter ceux qui se sont mariés plusieurs fois, qui ont la chance d'avoir 5 générations vivantes dans leur famille.
Il y a aussi les évènements : le mariage, la naissance, le décès. La première rencontre, le premier baiser...
Et les souvenirs perso, dont mon blog abonde.

Tout ça pour vous dire qu'il y aurait matière à faire au moins 20 notes par an rien qu'avec les anniversaires. Tiens, par exemple, cela fait aujourd'hui pile 13 ans que ma maman est partie.

Mais je sais qu'elle me voit "de là-haut", et qu'elle n'a pas besoin qu'on pense à elle les dates fixes.

A présent, non pas que j'estime que mon blog est terminé avec la fin du récit de ma vie, mais je ne note que parcimonieusement, surtout en début de mois.

Et j'ai une raison particulière.

Savoir, parmi les notes les plus anciennes, lesquelles vous lisez encore.
Un truc que je peux faire tant que sont classées les notes "à une visite". Ensuite, devant ma production, elles sont passées à la trappe derrière celles à 2 visites, puis 3, et à la fin du mois, pas moyen de savoir ce qui a été lu au-dessous de 25 visites mensuelles. Sauf par une astuce, que je vous expliquerai en fin de note

Comment procédai-je ?

Le plus bêtement du monde, en regardant ma page "statistique détaillées" que tout bloggueur de hautetfort doit posséder.

Elle se présente comme ceci :

stat.jpg

 

Je laisse tomber "page d'accueil", "atom" et j'en viens aux notes proprement dites.

Ces stats, jour par jour, me permettent de savoir non pas qui a lu (gros avantage sur le site où j'étais avant, où tout le monde mettait un compteur visible par tous) mais quoi est lu.

Bien sûr, en premier on trouve les notes les plus récentes.
Mais en desendant un peu dans la liste, je vois certains trucs.

Par exemple, 5ème note lue depuis le début du mois, "Cica-Chansons", note postée l'été dernier!

En 8ème - mais là c'est une constante, on retroouve une note de l'été dernier aussi, "premier baiser première rupture". Oui c'est une constante, car tous les mois cette note - qui est apparemment votre préférée, comme elle est la mienne - se retrouve toujours dans les 25 notes les plus lues.

Arrivent aussi les notes "Nathalie". Pas moins de 6 parmi les 25 notes que vous avez le plus lues. C'est là que je me dis que cette histoire vous a touchés.

En effet, à la 10ème place, "sur notre nuage 1", postée le 2 octobre. A la 11ème place,"vers les étoiles 8" postée le même jour. A la 12ème "vers les étoiles 1", du 20 sptembre, "sur notre nuage 3", du 4 octobre, "post-TS" du 8 décembre et à la 22ème place (sur presque 200 je le rappelle) "l'espérance folle" du 4 décembre.

Sans oublier d'autres notes comme "la désillusion de Marseille" du 7 août lue 2 fois, et la note sur Christophe, lue deux fois aussi .

 

On arrive à une question qui taraude beaucoup d'esprits.
Comment puis-je savoir combien de fois une note a été lue ?

Travail de fourmi !
Il faut partir des premieèrs statistiques.
En principe, à moins d'être hyper-lu, les notes vers la fin des stat n'ont donc été lues qu'une fois. Ce qui signierait dans mon cas que 0.7% égale une lecture.

Poursuivons, pour vérifier.
Effectivement je vous ensuite 0.14%, pour deux lectures, mais... 0.23% pour trois lectures. Je peux donc affiner en sachant que 3 lectures font les tiers de 0.22% soit 0.073% pour une lecture, aujourd'hui, dans mon blog (ce chiffre diminue bien sûr au fil des jours).
Ce qui est pratique pour déterminer les autres.

Soit la numéro 1, "carton rouge pour feu vert", qui correspond à 2.32 %
Je divise 2.32% par 0.073% et je tombe sur un nombre voisin de 32. Idem pour les autres.

En plus il y a les "repères".

C'est à dire qu'il m'arrive, 1 fois sur 10, d'écrire une note que je regrette. Alors, tout en notant le nombre de visites que cette note avait faite, je la retire. Idem pour les notes sans commentaire. Ou "commentées par charité".

C'est ce qui s'est passé avec ma note "ce que j'aime chez Hautetfort" qui était en fait du premier degré et que les commentaires m'ont montré que mes lecteurs pensaient second degré. Elle était arrivée à 65 visites, je la vire, elle n'est donc plus lue,  et à partir de cette note là, en faisant une règle de trois je peux savoir quel est le nombre de visites pour les autres.

J'espère que vous avez compris tout mon charabia, un truc bien utile pour "faire le ménage" parmi les notes ayant eu peu de lecteurs. de presque 200 je divise par 2 !

Si vous avez des questions...

Je vous embrasse.

22/01/2011

6 mois de blog... déjà !

6 mois de blog...
184 notes écrites
960 commentaires (dont les miens)
10000 visiteurs
30000 pages lues...

Merci de tout coeur de m'avoir suivi, et cela même après octobre où je n'avais plus l'adsl et où j'étais absent de chez moi le tiers du temps, devant bosser à 100km.

Ce cap est passé, malgré une période de doute.
21 commentateurs distincts au mois d'août (où tout le monde est réputé être en vacances)
15 en septembre
14 en octobre
11 en novembre
mais
13 en décembre
et 12 sur les vingt premiers jours de janvier. L'alerte fut chaude, mais je suis resté aux commandes.

Je ne ferai pas la rétrospective de mon blog, l'ayant déjà faite pour la nouvelle année.
Non, je vais parler de vous, vous qui m'avez commenté. En tout, quand même 37 personnes.


CRICRI, mon inconditionnelle

M'a commenté durant toute ma "carrière".
L'inconditionnelle, parce qu'elle a adhéré à toutes mes notes, lesquelles pouvaient sembler (je dis bien sembler) se contredire.
Je te devine, Cricri, jeune parisienne de 20/25 ans, très énergique, très sensible et surtout très romantique.
Merci.

CHRISTEL, un peu la même chose.

Elle a commencé à me commenter assez tard, le 2 octobre, mais depuis n'a pas arrêté. Du reste c'est elle qui m'a commenté le plus en octobre !
Elle aussi a adhéré à toutes mes notes.
Je la devine autour de 40 ans (son prénom d'abord - je ferai une note là-dessus prochainement) et j'ai eu un gros indice dans un de tes coms.
Toi aussi tu aimes les belles histoires d'amour et je t'en remercie.

TEB la belle surprise

On se connaît depuis maintenant 6 ans. On s'est même rencontrés voici trois ans. Teb m'a très souvent reproché de ne pas assez lire les autres blogs (comme Siam's) et c'est c'est peut-être pour cette raison qu'elle a plus ou moins boudé les débuts de mon blog. 1 com par mois au début, puis elle se lâche à partir de septembre, me commentant de plus en plus. Pour le mois en cours, c'est elle qui m'a commenté le plus !
Belle surprise mais finalement pas tant que ça, car si j'ai bien compris, elle a vécu la même chose que moi, donc on se comprend...
Merci à toi.

SYLVIE la mélomane

Sylvie et moi sommes amis sur "face de bouc", et j'ai appris que cette belle femme était "parolepote", comme je le fus un temps. Lectrice idéale pour mes notes sur les interprètes, qui m'a fait rectifier certaines erreurs - assez rares quand même.
Sylvie m'a commenté souvent et régulièrement jusqu'au 3 octobre, puis plus rien pendant 6 semaines, et depuis elle me commente non-stop, pas seulement sur mes notes "Cica-Chansons". Ma période "Nathalie" l'a beaucoup intéressée, et je devine qu'elle aussi a vécu quelque chose de semblable.
Merci.

SIAM'S la fidèle

Je sais, Siam's, que je ne vais pas souvent sur ton blog pour y déposer des "tranches de gras", comme tu appelles si joliment les commentaires. Mais je suis content que tu me suives régulièrement malgré cela. En moyenne une fois tous les 10 jours, mais tu es là. Tu sais, je me demande si on ne se connaît pas d'ailleurs, j'aime bien ta façon de m'appeler "Pat" ! Promis juré quand je n'aurai plus ce ☺☻♥♦♣♠•◘ de bas-débit, j'irai engraisser ton blog.
Merci à toi.

CAPTAINELILI l'incorruptible

Issue du même site que le mien, Lili a commencé à me commenter mi-août. Des coms assez "moralisateurs", qui parfois étaient justifiés. Parfois... Puis plus rien pendant près de deux mois, et elle me commente denouveau - et de plus en plus  - depuis fin octobre, des commentaires nettement plus positifs. Et puis, une femme qui aime Delpech et qui l'assume ne peut être que quelqu'un de bien ! Merci à toi

FIAMELLA, ma "marraine" de blog

J'avoue que je n'ai pas trop compris pourquoi Fiamella, qui fut la plus grande commentatrice de mon blog à ses débuts, a cessé, du jour au lendemain de me commenter. Dommage, Fiam', j'aimais bien tes coms, comme tu aimais bien mes photos :)
Merci

PSYBLOG, l'ami

Psyblog ne me commente que toutes les deux semaines, mais à chaque fois, ce sont des petites perles, des coms qui frappent au coin du bon sens. Psyblog ne m'en voudra pas si je révèle qu'il est le plus lu sur un certain site, un site qui lui va à merveille. Il ne m'en voudra pas non plus de dévoiler que je le connais, il est venu chez moi et j'ai été chez lui. Double expérience dont j'attends le renouvellement avec impatience, quand je serai en "vacances", d'ici 1 mois et demie.
Psyblog est, je n'hésite pas à le dire, un ami. Je t'embrasse, Psy :)

BRIGITTE, ma lectrice la plus ancienne

7 ans qu'on se connaît. On a même "fait les forums" ensemble ! Brigitte ne m'envoie pas souvent de commentaires, mais à chaque fois ce sont des mots de sincère amitié.
On s'est rencontrés par deux fois, dont une dans son beau pays, qui est très voisin du mien. Brigitte qui, malgré sa souffrance, n'hésite pas à apporter de sa bonté aux uns et aux autres. Bravo Brigitte, et merci d'exister.
Je t'embrasse.

ROBERTA, qui se fait rare

Roberta, qui ne m'a commenté qu'une douzaine de fois - mais de façon régulière - , méritait de figurer dans cette liste. L'essentiel n'est-il pas de ne pas se perdre de vue ? En plus nous sommes graphologues tous les deux, ça crée des liens !
Bises.

Je ne vais pas non plus oublier Manou qui de temps en temps m'envoie des messages d'amitié depuis sa forêt. Ni Sympho 2 qui, après un silence assourdissant de près de 5 mois, a retrouvé le chemin de mon blog. Et je l'en remercie.
Joelle (de chats en chats) ne me lit apparemment plus, car sinon elle aurait bondi à la lecture de ma dernière note. Mais l'amitié reste.

Bon, je ne vais pas énumérer les 37 personnes qui m'ont commenté, mais qu'elles sachent que je les remercie toutes de tout mon coeur.

Je vous embrasse.

31/12/2010

Mon blog : rétrospective 2010 en chiffres

Cinq mois et demie que je suis ici.

Avec, comme premier objectif, celui de raconter ma vie de A à Z.

J'étais avant dans un autre site, depuis exactement sept ans. Site où j'ai écrit des milliers de lignes.
Cependant ma démarche n'avait pas été la même. Dans ce site ça "partait dans tous les sens", sauf la partie la plus importante de mon existence, 1992/1997, que j'avais je pense bien traitée.

Ici je m'étais dit qu'il fallait que les évènements que je raconte soient dans l'ordre chronologique, afin de bien les replacer dans leur contexte. Quand, par exemple, j'ai raconté "là-bas" ma rencontre avec celle qui allait être la femme de ma vie, Nathalie, ça tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. Que s'était-il passé avant, ? C'est vrai que c'est une question qu'on pouvait légitimement se poser.

OK, j'avais effectivement écrit que cet été-là, je menais une vie "pépère" où une mise en fourrière pouvait passer pour un drame, et une promotion professionnelle était le bonheur absolu. Bref, bien qu'en ayant vu de toutes les couleurs, je n'avais pas encore vraiment vécu. Nécessaire mais pas suffisant.

 

Je me lance donc dans cette entreprise le 22 juillet.

Après quelques tentatives effacées, ma première note publiée s'intitule Bonjour.

Ce début de blog, où je raconte ma vie de ma naissance (1951) à 1958, sera très bien accueilli.
En 10 jours, 1337 pages vues (énorme) 556 visites, 228 visiteurs uniques.
La note qui fera un malheur s'intitule le plus dur c'est de commencer, et elle continue de faire un malheur puisque elle fait, actuellement, toujours partie des notes les plus lues.

 

En août, je me raconterai de 1958 à 1965. Et je me lancerai également dans une entreprise assez gigantesque, passer en revue les 50 interprètes français ayant marqué les années "Salut les Copains", soit de 1963 à 1974.
Avec 4062 pages vues (131 par jour) 1503 visites (49/jour) et 596 visiteurs uniques, je m'apercevrai à ma plus grande joie que mon succès de juillet n'était pas dû qu'à la curiosité.
La note qui sera le plus lue s'intitule "destinée", où je reprends un de mes grands chevaux de bataille, à savoir que l'on ne peut finalement rien contre son destin.



En septembre, je vais évoquer les années 1965 à 1993.
On y arrive. En ce mois de septembre je vais aborder les 5 années inoubliables que je vais vivre avec Nathalie, mais cette fois en ayant placé cette rencontre magique dans son contexte.
C'est très exactement le 20 septembre que j'entame cette histoire, que j'avais appelée "ailleurs" mon inoubliable parenthèse. Ce qui était faux, cet Amour ne sera finalement jamais une simple parenthèse...

Là encore vous me suivez, car vous lirez 4425 de mes pages (147/jour), j'aurai 2350 visites (78/jour) et 970 visiteurs uniques.
La note que vous apprécierez le plus en ce mois de septembre sera une note... sur les blogs ! Survol sera très lue et très commentée. Mais déclenchera une telle polémique qu'un temps je serai obligée de l'enlever !

Mais je m'inquiète, car Nathalie n'a apparemment pas encore la cote ! Et je me pose alors la question de continuer ou pas de raconter cette Histoire, donc continuer ou pas ce blog...


Octobre va me rassurer sur ce point. Alors que ce mois signe la fin de mon âge d'or, internetement parlant : Le 22 je n'ai plus accès à l'ADSL, pour cause de déménagement dans ma maison de montagne.
Octobre où je parlerai des années 94 à 97, années d'amour oui, mais aussi de harcèlement sauvage.
Ou comment un petit cheffaillon de merde peut, aidé de son pouvoir, briser un couple qui n'a que le tort d'être illégitime. Peut également faire plonger chacun des deux dans une profonde dépression.

Vous serez presque autant à me lire, alors qu'entre mes vacances à Malte et mon nouveau bas débit je ne pourrai écrire que la moitié du temps. Toujours 147 pages lues par jour, un peu moins de visites (67/jour) et de visiteurs uniques (741)

La note que vous lirez le plus s'intitule l'arrachement, et elle raconte comment Nathalie et moi avons été arrachés l'un à l'autre à l'été 1997.
Je me rends compte alors qu'à Hautetfort, site de discussion d'actualité, l'amour a aussi sa place.


Je le verrai encore mieux en novembre.
Où je me raconte de septembre 1997 (arraché d'avec celle que j'aime) à octobre 2002 (où j'ai enfin l'occasion de pouvoir, 5 ans après, la revoir dans de bonnes conditions). Je raconte aussi cinq années de harcèlement intensif, où l'on ira jusqu'à me reprocher... de ne pas savoir faire la vaisselle !

200 pages lues par jour ! Notamment près de 650 pour la seule journée du 22...
81 visites quotidiennes et 979 visiteurs uniques.
La note que vous lirez le plus sera.... la même qu'à mes débuts ! Le plus dur c'est de commencer.


Et moins dur sera de continuer en décembre.
Décembre où je finis de raconter ma vie.

Malgré mon bas débit (dans tous les sens du terme), vous lirez quotidiennement 147 de mes pages, vous serez 78 à me visiter tous les jours, dont 970 visiteurs uniques. Et encore, aujourd'hui n'est pas compté.

La note que vous plébisciterez sera - et de loin - l'espérance folle, l'histoire d'un suicide. Le mien. Raté malgré toute ma bonne volonté de l'époque.

 

Alors pour 2011, je continuerai d'écrire ici.
"Là-bas" je n'existe désormais plus. Et je le comprends... Mes voeux de Noël y ont été salués par une indifférence générale. Au moins, ça m'aide dans ma démarche, qui avait été assez hésitante dans les premiers temps.

Quelqu'un que je pensais être une amie m'avait dit "tu as fait une connerie et tu reviendras ici". Je lui avais alors répondu que c'était possible...

Mais en ce 31 décembre, je peux dire qu'à présent je tourne la page.
Même si je n'ai qu'une seule commentatrice de Hautetfort (CriCri), même si mon autre plus fidèle commentatrice (Christel) ne vient pas de mon ancienne "rue".

Je dis un grand merci à tous ceux de là-bas qui (ce nombre est allé en s'amenuisant mais il permet de savoir où on en est) qui me sont restés fidéles, et à tous et toutes, amis ou pas, commentateurs ou pas, je vous envoie mes meilleurs voeux pour la nouvelle année.

Je vous embrasse.

 

 

09/12/2010

Chanteurs : je continue !

Certes, une nouvelle fois aucun commentaire sur Julien Clerc I.

Mais Hautetfort me donne des statistiques régulières.

Par exemple, depuis le début du mois, vous avez lu 1314 pages sur mon blog, et les 20 notes les plus lues sont, toujours sur ces 9 premiers jours de décembre sont :

 1 - L'espérance folle, lue 110 fois
 2 - Mes 100 jours de bonheur, 68.
 3 - Nos 5 heures inoubliables, 57.
 4 - Finirons-nous nos jours dans notre maison, 54.
 5 - Julien Clerc, 44.
 6 - Non, je ne boudais pas, 35.
 7 - Pour CriCri et Christel, 34.
 8 - Le plus dur c'est de commencer, 33.
 9 - La divine surprise, 29.
10 - Mes commentaires ne passent plus, 20.
11 - Premier baiser, première rupture, 17.
12 - Pétula Clark, 16.
    - L'été du quitte ou double, 16.
14 - C Jérôme, 8
15 - Mon voyage de noces en cyclomoteur, 7
     - Christophe, 7
17 - Cica-Chansons, 5
18 - Sur notre nuage1, 4.
    -  Eric Charden, 4.
    -  l'acharnement7, 4.

6 notes parmi les 20 plus lues, pour moi c'est un encouragement. Certaines, d'ailleurs (comme Eric Charden) ont été postées voici 2 mois !

Un truc aussi que je remarque, c'est que vous appréciez, même si vous ne me le dites pas, les notes où je raconte ma vie.
Classées 1ère, 2e, 3e, 9e, 11e, 12e, 15e, et deux fois 18e.

Là aussi, près de la moitié. Je vais donc continuer ces notes-là. Malgré l'absence de commentaires. Peut-on d'ailleurs vraiment commenter ces notes-là?

La prochaine paraîtra dans quelques heures, et vous retrouverez Julien Clerc II dimanche prochain, programmée à l'avance, car je ne serai pas là pendant une semaine.

Je vous embrasse.

08/12/2010

Résolution

Je viens de m'apercevoir que tenir un blog et bas débit ne sont pas compatibles.

Ce matin, j'ai écrit un com à Teb, concernant mon "indispensabilité" et celle de Nathalie, et mon moteur de recherche a écrit "Cica pour Siams".

Bien sûr, dès que je me suis aperçu de ma bévue, j'ai tout de suite essayé de rattraper le coup.

Donc, je vais dans "Hautetfort". 20 minutes.
"Commentaires" : rien, parce que la page était inaccessible.

Je viens de recommencer l'expérience et Hourra cette fois j'ai réussi, à attribuer mon com à Teb plutôt qu'à Siam's, qui devait se demander la raison de ce com incongru.

Bref tout ça pour dire que j'en ai RAS LE BOL de ce bas débit (impossible, en plus selon à la fois Orange et SFR).

Non, c'est possible, mais c'est très très pénible.

C'est pour l'urgence. Pour consulter ses mails ou à la limite regarder des horaires de train.
Pas pour tenir un blog.

On nous promet l'ADSL pour le 28 janvier.
Ce que je peux promettre, moi, c'est que pour éviter de passer une plombe pour écrire 3 lignes et surtout de passer pour un con auprès de mes rares commentatrices qui ne viennent pas de mon ancien site, c'est d'arrêter, à cette date, ce blog, si je n'ai pas l'ADSL.

Je pense qu'il faut quand même respecter les gens, et si je concède que ma bévue de tout à l'heure ("pour Siam's" au lieu de "pour Teb"), était certes due à mon navigateur, elle est surtout due à ma pomme, qui aurais dû vérifier mes commentaires au lieu de lui faire confiance - au navigateur - les yeux fermés.

Je pense sincèrement qu'il m'est impossible de tenir un blog digne de ce nom alors qu'il me faut 10 minutes pour arriver à charger une page.

J'en serai le premier désolé, mais des épisodes comme celui d'aujourd'hui démontrent bien qu'il ne faut jamais essayer de péter plus haut que son.... derrière !

Je vous embrasse.

 

21:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : internet

01/12/2010

Non je ne boudais pas....

Mais de chez moi, impossible de poster le moindre commentaire !

Pourtant j'avais vu les premiers, hier après-midi, auxquels j'avais essayé de répondre, mais maccache !

P... de bas débit...

Je suis donc parti hier soir pour un nouveau séjour à Lons (pas mal de boulot aujourd'hui) tout en ayant programmé ma note partie ce matin à 5h40.

Pas question bien entendu d'aller sur Hautetfort du boulot, alors je me suis décidé à descendre...
Descendre à pied sur le verglas occasionné par la neige piétinée, direction mon cybercafé, le seul endroit où je pouvais vous expliquer mon silence.

Voilà, je m'en vais de ce pas répondre à ceux qui ont eu la gentillesse de me commenter.

Je vous embrasse.

17:40 Publié dans Blog, Web | Lien permanent | Commentaires (3)

29/11/2010

Mes commentaires ne passent plus !

Et sans doute est-ce aussi le cas pour les autres, ce qui expliquerait partiellement que le nombre de mes commentaires correspondent de moins en moins au nombre de mes visiteurs (121 hier).

Cela fait 4 fois que j'envoie une réponse au com de Christel, je clique, "votre commentaire a été enregistré", et... que dalle !

J'espère que cette panne ne va pas durer, j'ai déjà donné "ailleurs" avec les pannes !!

Je vous embrasse.

10:49 Publié dans Blog, Web | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : hautetfort

27/10/2010

Nuit virtuelle

On s'aperçoit de l'importance de l'électricité quand on a une panne.

On s'aperçoit de l'importance d'un amour quand il vous a quitté.

Là, c'est pareil, depuis mon installation à Ouhans, je suis coupé virtuellement du monde, je suis coupé de mon blog, de vous qui me lisez et me commentez.

Là-bas que du bas débit, mais qui nécessite 1) que déjà ça marche - merci SFR... - 2) que le téléphone soit coupé dans la maison. De toutes façons je n'ai pas encore réussi à me connecter.

Par "chance", à Lons se trouve un cyber qui peut m'accueillir jusqu'à 18h30.  Ce qui veut dire que, 1 ou 2 fois par semaine, je pourrai poster une note.

Heureusement, au boulot j'ai le droit de regarder mes mails, ce qui fait que je peux accéder à vos commentaires. Et y répondre par ce même biais.

Sinon, le déménagement/aménagement a été horrible. A tel point que je considère mes jours de boulot ici comme "reposants"...

Si chère et tendre est épouvantable, la maison, elle, est conforme à mes attentes. Mieux même, dirai-je, et ce fut une belle surprise de la voir avec tous nos meubles.

Bon...
J'ai encore 14 minutes avant la fermeture !


Bien évidemment, vous comprendrez - Sylvie surtout - que ma saga sur les interprètes est momentanément interrompue.

En revanche, l'autre "saga", c'est à dire, finalement le récit de ma vie - enfin, de ma "sur"vie - va reprendre. Car ceux qui ont été émus par mon histoire doivent se demander comment ça s'est passé après.

Pour cela, j'ai un truc ! Je taperai mes notes du boulot, mais sur ma boîte mail, puis arrivé ici, copier/coller ! Bah, faut bien se débrouiller, non ?

Donc, à demain, et ensuite à mardi prochain.

Je vous embrasse.

18:20 Publié dans Blog, ceux que j'aime, Web | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : internet

25/09/2010

10.115

Il ne faut pas se voiler la face, quand on ouvre un blog, c'est dans le but de se faire doublement plaisir.

- D'abord plaisir d'écrire, se raconter, de faire partager des moments de vie.
- Et aussi d'être lu !

Quand j'étais animateur de radio, je me sentais nettement plus "engagé" quand le nombre d'auditeurs en direct était proche de dix mille que de... dix tout court ! Même si dans tous les cas je mettais du coeur à l'ouvrage.

Pour les blogs c'est pareil.
Quand je suis arrivé ici, après avoir un peu claqué la porte de mon ancien site, je n'en menais pas bien large. Et encore je ne savais pas que, peu à peu, je serais si facilement oublié. Mais bon, comme dirait Brigitte, on ne va pas faire une polémique là-dessus. Pour eux j'ai tort, forcément tort, pour moi ce sont eux.

Bref, ne plus songer au passé, ni à l'avenir (un concept qui n'existe pas) mais au présent.

Et là je me dois à nouveau de vous dire un grand merci.
Car 10.115, c'est tout simplement le nombre de pages que vous avez lues dans mon blog depuis son ouverture mi-juillet. (3274 selon la police).

On ne peut même pas faire l'opération : 24 septembre/18 juillet ça fait 67 jours, donc 10.115/67 soit 150 pages par jour.

Non, les débuts ont vraiment été très difficiles.
Je peux vous dire par exemple (c'est bien les stat dans Hautetfort) que mes toutes premières notes vous ont laissées de marbre ! 13 pages lues par jour pendant cette période.

Puis peu à peu, j'ai progressé parmi vous.
Pour les 13 jours de juillet, le chiffre est monté à 95.

Pour le mois d'août, mois pourtant peu propice à la lecture des blogs, malgré mes absences pour cause de boulot, c'est 131 pages de mon blog par jour que vous avez lues.

Et enfin, depuis début septembre, on en est à 188.

merci-anime.gifà vous (mais il tourne pas mon merci, ah zut alors, pourtant c'est un point gif !) d'être intéressés par mes humbles écrits, et j'espère que l'avenir, qui ne s'annonce pas rose virtuellement parlant (il me reste 11 jours d'ADSL....avant l'inconnu) ne fera pas trop baisser ces chiffres, vraiment encourageants.

Je vous embrasse.

 

16:24 Publié dans Blog, Merci, moi | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : audience

23/07/2010

Pourquoi blogue-je donc ?

Parce que de tout temps, j'ai tenu un journal intime.

Où, en 1963/64, je racontais comment, pour la première fois, j'avais ressenti "quelque chose" en côtoyant une petite fille.

Où en 1968, je racontais mon "mai" à moi, cet événement vu par un jeune parisien de 17 ans et demie, en plein dans la "tourmente".

J'écrirai même un roman, "l'autoroute" entre 1974 et 1989 (!), un truc romantique à base d'évènements exacts.
Pour résumer : Sylvain et Eric aiment la même jeune fille. Eric, le gros richard, avait réussi à faire croire à Nadine, leur amour commun, que Sylvain l'avait trompée, ce qui était faux, archi-faux. Une course contre la montre s'ensuivra entre Paris, là où habitent les deux garçons, et Marseille où vit la jeune fille. Eric a sa BMW et Sylvain, le train de nuit... Partie jouée d'avance, sauf que.... une tempête de neige inouïe s'abattra sur la région de Montélimar. Sylvain mettra 24 heures pour rallier Marseille. Eric trouvera la mort dans sa BM, se croyant plus fort que tout le monde, plus fort que la neige qui l'ensevelira.

Je me suis calmé ensuite, jusqu'en 1992 où là je fais une belle rencontre.
Rencontre qui me transforme en Baudelaire... pendant des mois et des mois je vais écrire des vers, moi qui pourtant déteste la poésie.
5 ans plus tard, c'est non pas la séparation
(qui implique l'accord d'au moins l'une des personnes) mais l'arrachement, provoqué par une grave dépression subie sous les coups de boutoir d'un chef tortionnaire et sadique. Et puis avec le recul je vais peu à peu m'apercevoir que c'était l'amour impossible. Nous étions pris chacun de son côté, elle par ma fille, encore enfant, et elle par sa mère, car - je mettrai des années à l'admettre - elle aussi était restée une enfant.

Pendant quelques années je vais être groggy, bouffé par les médicaments qui me feront assister sans trop de dommage à la mort de ma maman que j'aimais tant.

Mais d'un geste impérial, je jette ces médocs à la poubelle en 1999, ce qui aura pour effet de me "réveiller", de prendre conscience de ma situation.
Laquelle, entre l'arrachement d'avec la femme de ma vie, la mort de ma maman, le harcèlement au travail qui continue, mon épouse qui profite de la situation et ma fille qui est en train de "mal tourner", n'est pas spécialement brillante, et ne peut avoir pour moi d'autre issue que la mort, la mort libératrice.

Pendant 3 ans je vais noircir des pages sur un vieux PC acheté dans un dépôt-vente. Des pages qui racontent ma vie, de mes premiers vagissements à la fin, que je sens de plus en plus proche. J'enverrai une copie à un cousin, le seul qui me comprendra dans ces années maudites, Robert qui habite Toulon (1300km !)

Je vais écrire jusqu'en février 2003. Jusqu'à ce que je passe enfin à l'acte.
Inratable, mais raté...

En juin j'ai Internet, réclamé à cor et à cri par ma fille.

En juillet je rencontre des "forums de discussion", où je m'épanche.

En 2005 je commence à bloguer, dans le site où j'avais "forummé", je les ai saoûlés:)

Et me voilà, en 2010, ici, à l'aube de ma retraite qui sera je pense bien remplie.

Car j'en ai des trucs à raconter !!!


A bientôt

17:36 Publié dans Blog, moi | Lien permanent | Commentaires (4)