Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2011

Peu loquace....

pas de notes en ce moment, car il y a un problème technique dans le site, ce qui m'oblige à attendre le mois prochain pour de nouveau poster quelque chose.

A moins que le problème (que j'ai signalé) disparaisse.

Je vous embrasse

12:01 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (4)

22/06/2011

"I love your attitude" de Facebook, le miroir aux alouettes

Oui, je sais, voici quelque temps, j'avais écrit mea culpa ici même pour dire que j'avais été un peu parano vis à vis de Facebook, et notamment de son jeu musical we are music.

Certes, si on n'est pas addict, on peut attendre les parfois 24 heures qui permettent de jouer des parties sur ce jeu sans toucher au porte-monnaie.
Si on n'est pas addict....

Je me connais, et je sais que voici quelques années, je n'aurais pas hésité à faire marcher la carte bleue pour avoir des "cow-coins", traduction littérale "des pièces de vache", pour pouvoir jouer tout mon saôul.

A présent, ce n'est plus mon cas. Je joue, et quand je n'ai plus de "coincoins", j'attends le lendemain !

 

Mais Facebook est vraiment diabolique, et sait comment récupérer des gens - et de l'argent.

J'ai été attiré voici quelque temps par une application intitulée "i love your attitude".

Le principe était simple. Il s'agissait de choisir parmi les photos illustrant en principe chaque "face-bookien".
Bon, déjà, en soi, c'était un peu ridicule, car nombre d'internautes mettent n'importe quoi à la place de leur portrait. Une amie d'ici a carrément mis la photo d'un mouton, c'est dire....

Mais bon, je me suis laissé prendre, et ai commencé à choisir les images que je jugeais les plus attirantes.

Mais là où ça se corse, c'est que j'ai commencé à me dire "et moi, je dois faire aussi partie du tri...!"

Et oui, et "comme par hasard", j'ai vu qu'une personne m'avait choisi !

Ils préviennent pourtant, dans ce jeu, ils annoncent la couleur :
I love your attitude, l'application qui fait du bien à ton ego !!!

On sent qu'il y a de l'avocat US là-dessous, qui a vraiment tout prévu....

Et quand j'ai voulu savoir qui, par hasard, avait flashé sur ma bouille, c'est là qu'on m'a demandé de mettre la main au porte-monnaie. J'ai cliqué sur un truc, tellement j'était curieux de savoir à quelle personne ma photo avait plu, et je suis alors retrouvé très vite dans mon portail Orange, où on me demandait si j'étais d'accord pour casquer 2 euros par semaine, sachant que la première semaine était gratuite, et que je pouvais arrêter quand je voulais.

Et donc, j'ai pu voir que ma photo avait plu à une certaine Karine, au visage angélique.

Et c'est ainsi que j'ai commencé à prendre plaisir à jouer.

Le premier jour, 4 femmes avaient "flashé sur moi". Pourquoi pas, il suffisait que ces femmes aient le choix entre ma bouille et - ça arrive souvent - une image d'horreur ou un drapeau pakistanais, ma foi...

Le second jour, 3 nanas ont été "séduites". Mais là où j'ai commencé à tiquer, c'est quand j'ai vu que la grande favorite du truc, Chloé, une vraie bombe, en faisait partie.

Et du coup je me suis mis à chercher qui était cette fameuse Chloé. Mais des Chloé, dans Fb il doit y en avoir des milliers, alors j'ai vite abandonné.

Le troisième jour, bingo, 4 autres dames et demoiselles avaient flashé sur ma pomme.

Le quatrième jour, 3 nanas, dont toujours la fameuse Chloé.

Le 5ème 2,

Le 6ème 2 (dont une Nathalie !)...

A ce stade, 18 femmes avaient flashé sur mon image, celle que vous voyez en haut à gauche.
En bon statisticien j'ai voulu savoir très exactement où je me situais. Et du coup, j'ai regardé le nombre de "votes" qu'avaient eu les dames que j'avais choisies.
Sur 200 personnes, le score de 18 correspondait à la tranche des 15% supérieurs !

Alors je me suis dit, soit les mecs n'ont pas mis de photo (au royaume des aveugles...) soit c'est truqué. Ou soit ma photo est réellement "canon", mais ça je n'y crois pas un seul instant !

La première hypothèse était quand même possible, car lorsque j'ai vu les 10 tronches préférées de ces dames et demoiselles je me suis dit que finalement il était fort possible que je sois dans les 15% de tête. Sachant que le 4ème, qui avait recueilli 522 votes affichait... un torse avec juste d'un côté (le haut) un bout de menton et de l'autre (le bas) un début de pilosité...

Mais je n'avais vraiment aucune preuve d'un éventuel trucage.


Puis les clics sont devenus plus rares sur ma bouille. Hier et aujourd'hui, zéro !

Pourquoi ? Parce que j'ai dépassé la semaine d'essai, et que j'ai déjà raqué 2 euros !

Mais les Ricains n'ont rien inventé. Chez nous aussi, il y a 3 siècles c'était la même chose :

Comment ça j'ai été choisi ?
A ces mots le Cica ne se sent pas de joie ;
Et pour voir qui l'avait ainsi choisi,
Il ouvre son porte-monnaie et paye deux euros.
Facebook s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien deux euros, sans doute. "
Cicatrice, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus !


Je vous embrasse

20:03 Publié dans arnaques, Web | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : facebook, arnaque

21/06/2011

coupé du monde !

Internet est devenu le "6ème pouvoir".

Grâce à Internet, nous avons les infos du monde entier plus rapidement qu'avec n'importe quel média.

Internet nous permet de compatir aux souffrances, tel le blog d'Alice auquel j'ai consacré une note voici quelque temps.

Internet nous permet de nous indigner, et de le faire savoir.

Internet nous permet de suivre des exploits "direct live", comme celui de Caroline Moireaux, qui a entrepris un tour du monde à pied...

Mais Internet est en fait très fragile.

Il dépend d'abord d'une petite boîte, appelée "machin-box", qui lorsqu'un orage éclate à proximité, quand une coupure sauvage de secteur l'affecte, met fin à toute connexion.

Il dépend également du fournisseur d'accès. Là il faut faire attention à ce que vous choisissez.
J'en ai fait 5 depuis 2003, et je peux vous certifier que le pire, et de loin, c'est Orange.

3 mois que je suis en ADSL chez eux, au moins 10 soucis dont trois très pénalisants, à savoir... plus de réseau.

Or, quand vous habitez dans un endroit où les portables - sauf ceux d'Orange - ne passent pas, que vous avez par souci d'économie souscrit l'abonnement "internet + téléphone par internet", et que la ligne est coupée, vous vous retrouvez vous aussi coupé du reste du monde, si vous n'avez pas de portable avec forfait Orange.

Aujourd'hui, pas de net entre minuit et environ 19h. Donc pas de téléphone fixe durant cette même période.

Mon site "météo-ouhans" est condamné car les données de ma station automatique ont été effacées du fait de la coupure.

Et j'ai perdu mes illusions quand à une certaine applications d'un certain site.
"I love your attitude" de Facebook qui n'est en fait qu'un piège à fric, un miroir aux alouettes.

Je m'en expliquerai demain (si jamais je peux encore disposer de ma connexion)

Par "chance", personne ne m'a commenté pendant cette coupure, donc pas trop de dégâts collatéraux. Car si je me permettais de snober les rares personnes qui osent s'aventurer à me laisser un commentaire, je vous dis pas la honte !

Bon, je vais me coucher, à un de ces jours.

Je vous embrasse.

23:35 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : internet

10/06/2011

Commentaires...

Il fut une époque où je mesurais mes commentaires. Et ceux des autres.

Ca me passe progressivement, mais j'avoue que lorsque je voyais dans certains blogs

"Commentaires : 54", ou "Commentaires : 78"

J'étais à la fois béat d'admiration et un peu jaloux.

Mon record, c'est 29 commentaires, alors que j'annonçais la mort de mon père.

 

Mais le net est quelque chose de vivant, mieux que la radio, on y est informé plus vite et surtout c'est interactif.

Les quelques 54 ou 78 commentaires de "d'aucuns" me font ce soir un petit peu rigoler, énormément relativiser,  quand on songe qu'un blog a recueilli, en quatre notes.... 6566 commentaires !

Et le potentiel est au moins du double, voire du triple, car devant un blog pareil, on hésite à lâcher des mots, on a le double sentiment de ne pas savoir quoi mettre, ou de penser que, comme dans certains livres d'or de restaurants, y laisser sa trace pourrait relever du "matuvu-isme". Style "moi, j'y étais". Sarko à Berlin le jour de la chute du mur....

Si vous avez aimé passionnément le Journal d'Anne Frank, allez-y. Silencieusement. Religieusement. Sans vous faire remarquer, laisser un lien quelconque. Lire et pleurer en silence.

Bref, si vous voulez lire les pensées d'une jeune fille de 15 ans atteinte d'un cancer incurable et qui sait qu'elle ne verra pas le prochain Noël, allez là :

http://alicepyne.blogspot.com/

Je vous embrasse.

PS j'oubliais. Pour traduire, voici où il faut aller :

http://www.reverso.net/text_translation.aspx?lang=FR

21:10 Publié dans Merci, Web | Lien permanent | Commentaires (6)

07/04/2011

Sur une idée de Manoudanslaforêt : du virtuel au réel...

Image (13).jpg

 

28/02/2011

Orangeade

La semaine dernière, j'ai reçu ce papier de M. Le Maire :

internet2.jpg

Illico je téléphone à France-Télécom pour leur demander si j'était bien "éligible".

"Pas de problème monsieur, vous avez 20 méga sur votre ligne".

20 méga par rapport à 56 kilos, c'est un peu comme si je passais de la marche soutenue au Concorde ! En fait je n'ai pas besoin de tous ces méga, tout ce que je veux, c'est pouvoir, par exemple, accéder à mon blog en une seconde au lieu de plusieurs minutes.

Mais bon, on ne va pas bouder son plaisir. Je lui demande alors ce dont je peux bénéficier, il me répond internet, la télé, le téléphone illimité vers les fixes et une heure vers les mobiles. Pour 32 euros TTC.

Je lui dis que bon, j'allais réfléchir et je mets fin à la conversation.

J'appelle aussitôt mon fournisseur d'accès (le maire a bien dit que je pouvais prendre celui de mon choix) SFR, qui me dit que ma ligne n'est toujours pas équipe pour le Haut-Débit !

Je rappelle alors Orange, pour souscrire à leur offre. Ils me répondent que... c'est déjà fait, (avec mon appel de la veille) et que la livebox arrive le lendemain par colissimo !!!

Là je sais qu'ils sont en tort, car je n'ai strictement rien signé...

Mais bon, j'ai le haut débit, et j'ai aussi le haut dépit envers SFR qui m'avait promis-juré qu'ils s'adapteraient à toutes les offres d'Orange. En clair que ma ligne équipée par Orange devait l'être aussi par SFR. Et du coup je demande à résilier.

C'est vrai en plus que je ne dispose que de 100 heures de bas-débit par mois pour 20 euros.

Soit (je vous passe les calculs) l'équivalent par mois de 17 minutes en ADSL !!!

Ma live-box arrive vendredi 25, alors que j'étais à Lons, et je fais les branchements hier après-midi en arrivant.

Et là, j'apprends que ma ligne n'est pas équipée !

Je remets alors mon petit modem bas-débit et je téléphone au 3900 pour leur demander ce qui se passe.

Là une charmante dame de Dakar ou de la Réunion me répond que ma ligne ne sera activée que le 2 mars au soir !

Va pour le 2 au soir.

Mais ce matin, je reçois un CD ROM d'Orange : le pack sécurité au prix convenu (j'insiste sur ce mot) de 5 euros par mois et je retéléphone. Une voix virile me répond que ça fait partie de ma souscription le 22 février.

Mais c'est quoi que j'ai souscrit au juste ???

On me répond Un abonnement Internet + téléphone illimité sur les fixes + 1 heure sur les mobiles + la télé d'Orange (sur l'ordinateur) + l'anti-virus + la location de la live-box, 3 euros par mois.

En tout, ça me fait donc 40 euros + 16 euros d'abonnement France Télécom !

Là je hurle, on m'avait parlé de 32....

On me renvoie donc à un nouveau numéro où je m'explique. Que je ne veux pas de leur anti-virus à 60 euros par an, ni de leur télé à 24, et que si je suis en zone dégroupée je peux me passer de l'abonnement France-Télécom.
Après quelques minutes d'attente, le préposé me dit que bon, il a rectifié et que je paierai plus que 40 euros en tout au lieu de 56.
Et au lieu de 32 chez SFR :(

Donc voilà où j'en suis, je vous tiendrai au courant de la suite des évènements.

Je vous embrasse.

________________________________________________________________

NOTA : Cette note a été publiée à midi et demie, et s'est retrouvée virée de mon blog cet après-midi. J'ai dû la réenregistrer pour qu'elle réapparaisse ! Puis elle a de nouveau disparu, et de nouveau re-publication.
Bizarre, non ?

15/02/2011

♪♪ un mexicain basané....♪♪

NON LE MEXIQUE NE ME FAIT PLUS SOURIRE

 

1165779_3_fb77_florence-cassez-a-ete-condamnee-au-mexique-a.jpg

 

Tout seul, je ne peux évidemment rien, mais contre cette abominable incarcération qui dure à présent depuis plus de 5 ans, les internautes peuvent, eux, faire beaucoup de choses.

Ils ont réussi à dégommer deux dictateurs,

peut-être arriveront-ils à faire plier un état preneur d'otages ???

http://www.facebook.com/ihearts#!/group.php?gid=97958709164

05/02/2011

L'autre visage d'Internet

On parle de plus en plus d'internet, et le plus souvent en des termes pas très flatteurs.

Internet couperait du monde, paraît-il. Ce que disent les parents d'un(e) ado sans cesse sur son ordi.
Moi c'était la radio, mon électrophone avec Jimi Hendrix que je faisais gueuler à fond..
Peut-être faudrait-il s'interroger sur ce que vivent ces ados ?

Internet peut faire basculer la planète. C'est vrai qu'un bon "hacker" peut fouiller dans certains sites, et pas des moindres...

On se fait plumer par Internet. C'est vrai, dans des sites non-sécurisés (il y en a de moins en moins), et si l'on ne dispose pas d'une bonne protection anti-virus et anti-mouchards, il y a danger. Mais n'avez-vous jamais donné votre numéro de CB à un hôtel pour réserver ? Sympho 2 me dira non. Ok mais les autres ???

Internet amène le porno à la maison. Oui, et les logiciels qui prétendent faire échapper les chères têtes blondes à ce spectacle ne sont pas sûrs à 100%. Mais le porno est partout... Dans les magazines féminins surtout. Vous ne me croyez pas ? Faites le test.

Internet est en train de tuer les industries du film et du disque, par le biais du piratage.
Ah bon ???? Le film qui a été le plus piraté (Bienvenue chez les ch'tis) fut aussi celui qui a fait le plus d'entrée en salles ( 20 millions) dans l'hexagone. Cherchez l'erreur.
Les concerts des chanteurs sont toujours complets au moins deux mois avant la date du concert (je sais de quoi je parle, essayez de réserver Sardou à Dijon...) Cherchez l'erreur.

 

Mais Internet c'est aussi autre chose.
Sans Internet, je ne serais pas là aujourd'hui, beaucoup d'entre vous le savent.

Et je ne suis pas le seul, apparemment :

vesoul.png

Je pense, entre 2003 et 2004, avoir contribué à ce que restent en vie une bonne vingtaine de personnes.
Je sais, qu'entre 2003 et 2004, des personnes que je n'avais jamais encore vues m'ont sauvé.

Même si avec certaines d'entre elles nos routes se sont séparées, des mots ont été échangés. Mais je ne l'oublierai jamais.

Voilà pour moi comment je conçois la Toile : un grand lieu d'échange, et aussi de fraternité.

Je vous embrasse.

09:34 Publié dans actualité, Web | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : internet

18/12/2010

La Révélation (été 2003)

Je reprends là ma "saga", profitant du cyber Jurassien. Le trajet fut assez épique pour arriver à Lons, mais partant de chez moi à 15h, pour arriver à 19h, grâce aux bons soins des autocars Mont-Jura et de la SNCF, j'y suis parvenu. Je n'aurais pourtant pas parié un kopek sur mes chances de "réussite".
Idem pour parvenir du taf jusqu'au cyber, la neige s'étant tassée : 35 minutes chrono pour 650m.
Vive les services de déneigement de M. Pélissard, Président des maires de France !


Saga donc.
Si le mois de juillet 2003 va me voir réconcilier avec les gens via internet, média qui me prouvera que je ne suis pas si horrible que je peux le penser, le reste de ma vie ne sera pas très cool.

Mi-juillet, mon père doit se faire amputer, cause diabète. Il a trop attendu, et cette amputation qui ne devait concerner qu'un orteil, puis le pied, portera en fait sur la jambe toute entière.
Là je suis partagé entre deux sentiments contradictoires : Le fait de savoir mon père dans cet état, qui le prive désormais de toute autonomie, mais aussi de le savoir définitivement parti de "chez lui" me rassure, lui qui ne voulait pas entendre parler de maison de retraite va devoir y passer.

Notre fille n'a pas perdu de temps sur Internet car elle y a trouvé une maison à Biarritz pour nous dépanner. Une maison que la propriétaire envisage de louer l'été à des touristes - et à un prix.... basque ! - mais qui restera vide de septembre à juin. Pour 700 euros mensuels, elle veut bien de nous pendant la saison morte.
Le 14 on fonce là-bas la voir, bingo, c'est juste ce qu'il nous faut !
Au passage je m'attendais à la canicule, laquelle avait commencé à Paris et même en Bretagne, mais mon thermomètre de voiture marquera 24 petits degrés quand nous arriverons là-bas....
En même temps on va voir mon père dans sa clinique. Idem pour le temps, pas de pic de chaleur non plus.
Tant mieux...


Le reste de l'été va voir à la fois la vente de la maison et les cartons. Plus internet pour moi.

La maison finira par partir (une affaire pour les acquéreurs, 20% de moins que le prix du marché, une affaire pour nous, 30% de plus que son prix de revient. Sans compter les quelques 40.000 euros que nous avons économisés en loyer....) mais les cartons se feront dans la douleur. Certes je ne suis pas le dernier à les faire, mais chère et tendre voudrait m'y voir tout le reste du temps où je ne bosse pas. Mais ça, pas question... j'ai trouvé enfin du réconfort, je ne vais pas m'en priver. Ce que ma fille comprend, vu que l'ordi est à elle et que ça se passe dans sa chambre.

Et j'y passe de longues soirées. Mon "post" sur le forum de Psychologies a beaucoup de succès, les gens me demandent ce qui s'est passé, et je leur fais un bref résumé. La plupart sont émerveillés par cette histoire d'amour, même si je n'y ai pas forcément le beau rôle. Mais ce forum est composé de gens intelligents et compréhensifs.

Sinon...j'aurai une dernière fois l'occasion de parler avec Nathalie !

Une énième crise d'hystérie de mon épouse, qui hurle "si tu ne descends pas faire les cartons, j'appelle Nathalie" !

C'est si saugrenu que je ne réponds même pas. C'est quand j'entends, en bas, mon épouse parler, que j'ai des soupçons. Elle a bel et bien appelé Nat !

Je lui arrache le combiné et mon premier réflexe, digne, est celui de m'excuser. En traitant - devant elle - mon épouse d'hystérique. Laquelle prend une nouvelle fois la voiture pour se défouler.

On peut discuter ainsi pendant 10 bonnes minutes, pendant lesquels je suis accablé de reproches : mon CD n'était pas le bienvenu, la lettre de ma fille était d'une méchanceté extrême (vrai), et elle ne tient pas à être appelée au téléphone pour un oui pour un non.
Je respecterai son souhait. Depuis, je ne l'ai jamais appelée, bien que sachant par coeur son numéro pro.


Le propre des forums, c'est de discuter. Et quelques-uns, rares il est vrai, n'y vont pas avec le dos de la cuillère ! Et me demandent sur quoi je me base pour dire que ce n'est pas en sorte, un amour "ordinaire" que j'aurais idéalisé, embelli. Et moi, embarrassé, je parle des poèmes que l'on s'était écrit pendant plus d'un an.

Où sont-ils d'ailleurs ces poèmes, enregistrés sur une disquette, laquelle est je ne sais pas trop où? Dans le meilleur des cas elle a passé quatre ans dans une cave humide et cinq ans dans le garage, avec des températures oscillant entre -5 et +40.
Dans le pire des cas, cette disquette n'a pas fait partie du déménagement de Mende... Et c'est du reste ce que je pense.

Début août, grande première : coup de fil entre moi et une internaute. Une certaine Christine, de Nice, qui va ENFIN me permettre de "dégorger". De dire tout ce que j'ai sur la patate. Elle me donnera même son numéro de portable quand elle partira en vacances, et me dit.... qu'elle serait bien contente que l'on se rencontre à 4, elle et son mec, moi et chère et tendre.
Et le hasard fait bien les choses, parce que depuis début juillet, j'ai planifié un voyage à Rome et Naples, ayant réservé un hôtel à Nice fin septembre.
Je lui donne mes dates : ça concorde.
Ce sera la première fois que je rencontrerai quelqu'un du net en chair et en os. J'ignore complètement ce que ça pourra produire !
Trente rendez-vous de ce genre plus tard, je ne peux que dire : c'est magique !!

Je deviens accro au forum, et me lance dans d'autres catégories, où je pose plein de questions. Comme celle du suicide, celle des appels au-secours sans réponse...
En un mois, je me suis déjà fait un nom dans ce forum qui est en soi une curiosité pour les non-initiés. On y trouve de tout, comme aux galeries Farfouillette. Des bons et des méchants, des sympa et des jaloux, mais en majorité des femmes. 90% de nanas et 10% de mecs, dont les deux tiers, sinon les trois quarts, sont uniquement là pour draguer !
Et certains y réussiront, comme le copain de la Christine dont je parlais tout à l'heure.
Les filles aussi draguent, mais plus soft !

Fin août ma fille vient me voir, alors que je suis en train de "cartonner", et me tend quelque chose.
"Tiens, je crois que c'est à toi..."

Une disquette.

LA disquette !!!

Tout tremblant de la revoir après tout ce temps, mon premier réflexe est de voir si elle est lisible.

Elle l'est !
Mais apparaissent alors des caractères qui ressemblent à des hiéroglyphes...

J'y suis ! Nous n'avions pas écrit cette disquette sous Windows, mais avec quelque chose d'ancien, le "MS DOS", qui avait disparu depuis des années. Le traitement de texte de l'époque, "sprint", était devenu illisible...




Et c'est le jour du départ.
Pas de regrets pour moi de quitter cette Bretagne qui n'a jamais voulu de moi, qui a pris la femme de ma vie, et qui me prendra - je le sais - la chair de ma chair.

Chair de ma chair qui est d'ailleurs partagée entre deux sentiments contradictoires. D'abord la beauté de ce pays, de cette ville qu'est Biarritz.
Ensuite l'éloignement de son petit copain. Ils se connaissaient depuis deux ans, mais c'était toujours resté au stade platonique...
Et aussi de quitter sa petite maison de banlieue (de Vannes) pour atterrir dans une agglomération de 300.000 habitants !
Idem pour aller au lycée : elle mettait 5 minutes à pied, là il lui faut une heure d'autobus...


Côté boulot, je ne suis pas fier quand je pénètre dans mon nouveau centre. Mais cette fois-là n'est pas comme les autres, car déjà je ne suis plus un boulet, je sais bosser, et surtout je ne la ramène pas.
Je vais très vite être adopté, et par mes collègues, et par le personnel de l'aéroport. Tous m'appelleront "Patxi" (Patrick en basque).

Mais quelques jours après notre emménagement, mon beau-père meurt. Mon épouse prend le train pour assister à ses obsèques, mais cette fois elle tient le choc. Elle s'y attendait, à ce décès, et j'oserais même dire l'espérait, mon beau-père étant atteint à la fois d'Alzheimer et de Parkinson.

J'ai peur qu'elle ne fasse une crise, mais le pronostic des professeurs se révèlera une nouvelle fois exact : elle est non pas guérie, mais "en rémission" depuis à présent 9 ans et demie. A tel point qu'on va lui enlever le médicament principal, le gardénal.

Je sympathise très vite avec le plus âge de mes collègues, dont bizarrement la première question concernera mon grade. Et ma réponse le verra fort contrarié... L'équivalent de commandant de police en haut de l'échelle.
Je sympathise à tel point que je lui parle de ma disquette, et lui me propose de tenter quelque chose.

J'ignore comment il s'y est pris, mais à la disquette était devenue lisible. Disons à peu près déchiffrable. Des caractères sont évidents, mais il me faudra deviner pour d'autres. Un travail qui va me tenir pendant deux mois...

Et, au fur et à mesure que la déchiffrerai, je m'apercevrai, en la lisant, que non seulement je n'avais pas enjolivé notre amour, mais qu'au contraire il était plus beau et plus pur que je ne me le rappelais.
En lisant la partie où je lui avoue mon amour, j'ai les larmes aux yeux en y lisant sa réaction.

Idem quand on se séparera pour les vacances, cela lui donnera l'occasion de faire de très beaux poèmes...


7 ans après, ce jour de son 42ème anniversaire, l'âge que j'avais quand je l'ai connue, que penser ?
Si les poèmes en question avaient révélé que je me consumais pour rien, mon deuil aurait été certes plus vite fait, et j'aurais abrégé mes souffrances. Même si celles-ci s'estompent et deviennent douce mélancolie.
Mais en revanche, je n'aurais pas eu cette sensation d'avoir vécu quelque chose d'extraordinaire, et qui arrive à si peu de gens...

Mon "succès" dans les forums de Psychologies viendra en grande partie de là.

(à suivre)

18:10 Publié dans moi, Web | Lien permanent | Commentaires (4)

09/12/2010

Sauvé par le gong (juin/juillet 2003)

Demain, je pars pour une semaine.

Par conséquent, pour celles et ceux qui s'intéressent à mon Histoire, il m'a paru opportun d'écrire cette note - capitale - avant ces vacances.

Donc, en cette mi-juin 2003, je voyais mon avenir complètement bouché. Certes je quittais la Bretagne, mais "elle" y arrivait !
D'autre part je n'avais désormais plus personne à qui me confier. Tous avaient baissé les bras... Seul paradoxalement, mon collègue Jean-Paul, celui qu'au début j'appelais Harceleur I, avait réalisé qu'effectivement j'étais à deux doigts de me fiche en l'air, que la vie ne m'intéressait pas. En cela il avait déjà une belle preuve...

C'était le 30 septembre 2002. A 8h45, je sens le sol bouger. Ca devient de plus en plus violent, des cartons tombent des armoires, et le chef crie "ON EVACUE", voulant nous faire rejoindre ceux qui étaient déjà dehors.
C'était un tremblement de terre, de magnitude 5.4 et tout le monde dans le bâtiment se bousculait pour sortir, pour sauver leur peau.

Pas moi...

J'étais resté, attendant enfin que quelque chose se passe. Une délivrance. C'est un peu ridicule, 8 ans après, de le dire, mais je pensais à une intervention divine, un truc qui enfin me "rappellerait" ...

Je n'ai rien eu, du reste le bilan a été très léger, mais tout le monde avait compris que je ne tenais plus à la vie. Notamment Jean-Paul. Oui, je sais, cela ne l'empêchera pas, 6 mois après, d'écrire son fameux mail "game over" qui a déclenché mon processus d'autodestruction, comme on dit. Et je pense qu'il avait du remords...

Bref, mon pronostic vital était bien engagé en cette mi-juin 2003.

J'étais, depuis 5 ans, abonné au magazine Psychologies, et j'avais lu qu'une certaine Claude H... pouvait apporter une solution aux cas les plus désespérés. J'écrivis donc une lettre à Madame Claude, qui ne daigna pas s'intéresser à mon cas. Cas sans doute assez fréquent pour ce genre de personne overbookée.

Plus rien ne pouvait donc me sauver quand ma fille me demanda d'avoir Internet.

"Mais ma chérie, on déménage dans 2 mois et demie...
- Justement, ce sera l'occasion de me faire des connaissances..."

Vu qu'elle avait finalement accepté de nous suivre - pour un an - à Biarritz, j'écrivis à F**E pour avoir une connexion.

Et le 27 juin, c'était fait. Ma fille m'a dit, solennellement "papa, ça y est, nous sommes reliés au monde."
Moi je souriais... 

Et c'est en lisant mon Psycho dans les WC que je vis qu'il existait une rubrique du mag sur le net. Notamment un forum. Enfin, des forums, une bonne vingtaine allant de la sexualité au régime en passant par les crises de couple.

J'allai voir, mais vraiment sans arrière-pensée. Je ne m'imaginais pas une seule seconde que ma survie était là-dedans.
Et pourtant...

Je vis qu'un forum était intitulé "vivre une séparation".

Sur chaque page s'étalaient environ 20 lignes, qui correspondaient à des sujets. Et, bizarrement, en face de chaque ligne se trouvait un chiffre, variant de 0 à 50 environ. Je ne mis pas longtemps à comprendre que les sujets étaient presque tous des appels au-secours, et que le chiffre en face était le nombre de réponses. Pourquoi cette compétition dans pareil site ? Je me pose encore aujourd'hui la question... Celui qui "lance un post" (c'est comme ça qu'on disait) et récoltait une roue de bicyclette en guise de réconfort devait être encore plus mal après.

Je m'inscrivis, en prenant le pseudonyme de Pompon. C'était le cochon d'Inde de Nathalie, l'être qu'elle aimait le plus au monde quand je l'avais connue.

Je savais donc ce que je risquais, en "postant" cet appel au-secours,daté du 8 juillet. Sans le faire exprès, cela faisait pile 9 ans que Tortionnaire avait entamé son travail de sape...

 

je me traine.jpeg

 

Effectivement, pendant 24 heures, mon "post" resta sans réponse.
Au lieu de me lamenter (je m'attendais à ce silence) je lisais les autres "cas", et cela eut pour effet de me dire que si j'étais malheureux, j'étais loin d'être le seul.
Et - l'hôpital qui se fout de la charité - dès que je voyais que je pouvais apporter une réponse à quelqu'un, j'y allais. Je me rappelle d'une nana qui doutait depuis 6 mois de la fidélité de son mec, marié. Lequel affirmait ne plus toucher sa femme depuis belle lurette. Laquelle femme était... enceinte de trois mois !
Bien entendu je répondis à la jeune femme, qui me remercia tant et plus.

Et puis mon "post" commença à avoir des branches. Quelques "remises en place", bien sûr, comme "et ta femme dans tout ça ?" mais pas mal d'encouragements de la part des internautes, qui étaient à 90% des femmes. Donc pas forcément dans le camp de la "maîtresse" que pouvait représenter Nathalie.

Pendant 15 jours, on me répondait, je répondais à ces personnes et en même temps, j'essayais d'apaiser de mon mieux les peines qui me paraissaient les plus hurlantes.

Fin juillet, devant mon "post" s'inscrira le chiffre 254 ! Un record me dira-t'on pour ce genre de forum qui n'attire pas les foules.
Mieux, j'eus des adresses mail. Des numéros de téléphone...

Je n'étais plus seul.

Et du coup, je laissai définitivement tomber les passages à niveau !

(à suivre, quand je reviendrai)