Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2010

Retraite dans 66 jours

Hélas, pourrais-je ajouter...

Que va-t'il se passer quand je serai 24h sur 24 avec ma bonne femme ?

Malade, dépressive mais qui ne veut pas l'admettre ?

Elle ne supporte pas d'être toute seule, mais dès que je suis là, m'engueule à tort et à travers...

Exemple le plus récent :
J'ai bossé à Lons mardi et mercredi. Je suis parti de chez moi à 17h, pour arriver à la gare de Lons à 19h55. Rien à dire, la SNCF était à l'heure sur ce coup-là...
Mais l'état des trottoirs était tel là-bas, que pour parcourir 1km600 j'ai mis plus d'une heure. Car il y a des montées sur mon parcours...
Je n'ai pas quitté mon bureau durant presque 48 heures, et en suis descendu pour prendre le car hier soir, arrivée 21h35 - le plus tôt où je suis arrivé, le TGV Paris-Lausanne de 20h18 était exceptionnellement à l'heure.

De Pontarlier à Ouhans j'ai pris ma voiture. Durant 17 km, brouillard à couper au couteau, tandis que je voyais des connards inconscients me doubler alors qu'il y avait une ligne blanche, et la même chose en face. 60 km/h avec 50 m de visibilité, c'est trop lent pour les abrutis qui, deux mètres derrière, vous braquent leurs 4 phares comme des projecteurs de DCA...

Enfin le brouillard a cessé. J'étais à 4 km de chez moi, mais là c'est la route qui a pris le relais... A moitié dénéigée, c'est à dire à moitié verglacée ! Dépasser le 30 dans ces conditions aurait tenu pour de l'inconscience...
Enfin, vers 21h35, j'arrive dans mon lotissement, où cette fois c'était la patinoire intégrale.

Après ce que je considère comme un exploit, Bobonne me lance "tu aurais dû te garer contre la maison pendant que tu y étais....".
Je n'ai pas la force de lui répondre que, après une demie-heure d'enfer routier, je me suis garé où je pouvais.
Enfin si j'avais la force, mais je pense que dans l'état où j'étais cela se serait très mal terminé...

Là j'apprends qu'un voisin est venu mettre des lustres. Elle ne m'en avait jamais parlé, et le voisin a eu cette juste parole :"mais pourquoi ton mari ne le fait pas ?"
Le mari "n'est pas bricoleur", il sait tout juste aider Madame en s'en sortir, dans tous les cas de figure. Notamment économiques. Non je ne suis pas bricoleur, mais je connais mes droits. Je sais comment rétablir des situations financières inextricables. Comme en 1984 et 2000. Je sais aussi faire les courses, sans me faire rouler. Mais je ne suis pas bricoleur... Je sais tout juste écrire, enfin de quoi alimenter des blogs qui sont lus par plus de cent mille lecteurs. Mais je ne suis pas bricoleur.

Bref, alors que j'avais prévu de ne revenir que ce matin, après une nouvelle nuit passée sur un lit de camp dans mon lieu de travail, alors que sur son insistance - elle pleurait presque - j'ai bravé les intempéries. Et voilà donc la récompense...

J'admets qu'elle est doublement prisonnière.
Dans ses déplacements d'abord, elle doit attendre 6 mois après sa dernière crise pour avoir le droit de prendre le volant. Ca nous met au 10 février, si jamais elle n'en fait pas une d'ici là.

Dans son langage ensuite.
Mais là c'est différent. Elle puise toutes ses forces pour dialoguer au téléphone, à l'épicière, au voisin, à notre fille, à la famille...
Mais moi, je suis censé connaître toutes ses drôles de locutions.
Et comme elle saute sans cesse du coq à l'âne, bonjour pour suivre. Et quand elle voit, bien sûr, que je n'y arrive pas, alors elle me jette à la figure que non seulement je ne fais aucun effort mais qu'en plus je fais exprès de ne rien comprendre pour qu'elle se sente encore plus diminuée !!

Bref, je ne vois pas d'un très bon oeil cette retraite dans 66 jours. Je sais que ce cap est difficile, et je connais des amies bloggueuses (ex-bloggueuses ?) qui ne me contrediront pas...

Mais en ce qui me concerne, je suis en train de m'apercevoir que dans 66 jours, je n'aurai plus cette "parenthèse" à Lons, pour décompresser de cette vie-là.

Elle m'en veut, elle en veut au chat, qui depuis un mois est en pension afin d'éviter de nouvelles causes de crise. J'ignore quand on ira le récupérer, même si je sais que la note - 120 euros mensuels - sera salée...

J'avais voici peu érit une note "finirons-nous nos jours dans notre nouvelle maison ?"

En fait ce serait plutôt "Quand finirai-je enfin mes jours dans notre nouvelle prison maison" ?

Désolé de finir l'année avec une catégorie que je n'aurais jamais pensé mettre dans mon blog d'ici, mais il fallait vraiment que ça sorte !

Je vous embrasse.

 

14:37 Publié dans détresse, moi | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : hystérie

26/12/2010

Ma fille est là, Delpech attendra !

Non, ce n'est pas du langage codé, comme on pouvait en entendre sur Radio-Londres dans les années sombres...
Boum boum boum boum
Ici Londres
Les Français parlent aux Français
Ma fille est là, Delpech attendra
Je répète
Ma fille est là, Delpech attendra..

Non, tout simplement, vu qu'une note dominicale sur les chanteurs me prend - en bas débit - une à trois heures suivant la notoriété de l'interprète - au point que j'ai du couper Julien Clerc en deux (non Madame ce n'est pas non plus du langage codé...) - comme aujourd'hui c'était le tour de Michel Delpech et que la carrière de ce monsieur s'étend de 1964 à 2009, excusez du peu, je ne pourrai pas, cette semaine, traiter du sujet. Priorité à ma fille, qui a fait l'effort de venir dans mon Odou enneigé.

La semaine prochaine, promis-juré, on s'attaquera à Delpech !

Je vous embrasse

 

 

23/12/2010

Boulot : je rajeunis de 40 ans !

Et oui.... Je suis "célibataire géographique" depuis le 22 octobre, jusqu'au 7 mars, jour de ma retraite le 7 mars prochain.

Et je me revois effectuer le même genre de parcours, comme si "entre les deux" rien ne s'était passé...


Fin 73, j'étais à Orange, en affectation provisoire. J'étais alors le plus heureux des hommes, car je pensais échapper au couperet prévu : Roissy. Ce qui était pris à Orange ne serait plus à prendre là-bas...

Mais j'habitais chez mes parents, au Vigan dans les Cévennes. Et je ne disposais pas de voiture.

Alors le trajet était celui-ci :
- Départ du vigan à 17h30 par le car.
- Arrivée normalement prévue à Nîmes à 19h, ma micheline pour Avignon partait à 19h10. Je ne vous raconte pas les sprints entre la gare routière et la gare tout court ! Mais je ne l'ai jamais ratée, cette micheline.
- Départ de la micheline à 19h10 donc, directe Avignon à 19h45.
- Là, j'avais le temps de visiter la cité des Papes, car le train pour Paris était prévu à 21h54. Le plus souvent je me payais un resto. Mais quand, même, 2h06 d'attente !
- Départ d'Avignon à 21h54, arrivée à Orange à 22h28.
- De là, c'était à pied que je rejoignais mon lieu de travail distant de 4 km. Une fois cependant, alors qu'il pleuvait des cordes, j'avais pris le taxi.
- J'arrivais donc dans ma chambre vers 23h/23h15. Soit quand même plus de 5 heures et demie pour faire 140 km !

Pour le retour c'était plus facile :
Je partais du boulot à pied (la plupart du temps après avoir bossé toute la nuit) à 8h30/8h45.
Puis je prenais à la gare la micheline pour Nîmes à 9h35.  Puis celle pour Montpellier à 10h20 où j'arrivais à 11h.
Départ du car à midi pile, arrivée au Vigan à 13h20.
En tout plus de 4h et demie de voyage.

 

A présent, étant hors de question que je prenne la voiture vu l'état des routes (et des conducteurs qui l'empruntent...) Je n'ai que 96 km à parcourir.
De cette façon :

- Départ de chez moi entre 17h et 17h20 suivant le temps, direction la gare de Pontarlier.
- Puis TER à 18h03 pour Mouchard où j'arrive à 18h49.
- Nouveau TER à 19h28 pour arriver à la gare de Lons à 20h15.
- Arrivée sur mon lieu de travail, où je vais passer la nuit, entre 20h30 et 21h.
Soit 4 h pour même pas 100 km.

Mais pour le retour, c'est franchement pire.

- Départ de mon travail à 17h.
- Car SNCF à 18h40, direction Mouchard, où j'arrive à 19h55 pétantes, quel que soit le temps. La neige ne pose pas de problème au conducteur, qui devrait être embauché à Paris !
- Là, normalement, TGV à 20h18 pour Frasne, où j'arrive à 20h46. De là je prends un train Suisse à 20h52 qui me mène à la gare de Pontarlier à 21h03.
Je mets quelques minutes pour rejoindre ma voiture garés sur un parking gratuit à 500m, et toujours normalement j'arrive chez moi vers 21h30.
Normalement...
Car depuis que je fais ce trafic-là, si jusqu'à Mouchard c'est nickel, le TGV "le Valais" a en moyenne 40mn de retard. Entre 10 dans le meilleur des cas, et 70 dans le pire.
Donc,en moyenne ce TGV arrive à 20h55, et je suis à la gare de Pontarlier à 21h40.
Là, encore deux solutions / Soit il a neigé, et je mets 10 bonnes minutes jusqu'au parking (21h50) où je dégivre ma voiture en en bon quart d'heure (22h05) et je parcours en 3e/4e les 19km qui restent, arrivant alors chez moi vers 23h.

Soit, quand même, sans compter l'attente du car (que je passe généralement au cyber) 4h20 pour faire 100 bornes !

Mais, finalement, ça ne me dérange pas trop.
De me revoir dans ces moyens de transport me rajeunit d'une manière incroyable. J'ai alors 22/23 ans et j'ignore de quoi sera faite ma carrière naissante, et ma vie d'homme.

Parfois je me dis que je préfèrerais être dans le car pour Nîmes, tantôt je suis content d'être dans celui qui va à Mouchard...

Je vous embrasse.

 





08:56 Publié dans actualité, moi | Lien permanent | Commentaires (3)

20/12/2010

Neige : pourquoi un tel chaos ?

D'abord, que l'on s'entende sur un point : Depuis que les relevés existent (1860) il n'a jamais autant neigé sur la moitié nord de la France au cours de cette période (mi-novembre - mi-décembre).
De quoi rabaisser le caquet des croulants du café du commerce qui prétendent que les hivers de leur enfance étaient toujours blancs, et qu'à présent ce n'est plus ça ma bonne dame !

Mais bon. 10 ou 15 cm de neige suffiraient donc à paralyser les airs, les voies ferrées et bien sûr les routes ?

Oui. Parce que nous avons changé de monde, et surtout, de mode de vie..

A présent - et j'ai eu l'occasion de le voir sur les blogs - les gens pensent désormais que tout est planifiable.
Faux ! Certes nous avons fait marcher des hommes sur la lune (voici quand même 41 ans et demie...) nous faisons rouler des trains à 350 km/h. Mais la nature restera toujours maîtresse du jeu.

Alors je vais mettre ma casquette de "vieux con", et vous dire que, par exemple, durant l'hiver 62/63, où il y avait eu 30 cm de neige sur la France pendant près de deux mois, les transports, après un léger flottement, s'étaient très bien adaptés à la chose.

Vous dire qu'ayant bossé à Roissy en 1973/74, j'y avais connu des chutes de neige comparables à celles-là, et que le trafic aérien n'a jamais été trop perturbé.

Vous parler du Québec ou de la Russie, où ces conditions-là sont la norme, et où tout a toujours fonctionné normalement.

Vous dire, enfin, que sans aller si loin, il existe des coins en France où 40 cm de neige, même si ça tombe très tôt dans la saison, ne paralysent pas les activités.
Dans mon nouveau chez moi, par exemple.

Voici une photo datant d'un siècle environ, prise à Pontarlier.
cartes-postales-photos-La-Grande-Rue-en-temps-de-neige-PONTARLIER-25300-7556-20071021-e5p3o1i4x9d0g5o8i0o7.jpg-1-maxi.jpg
Je l'admets, ça ne se passe pas comme ça à chaque hiver, mais les habitants du Odou savent que ça peut exister.

 

 

 

Alors, les raisons de ce chaos ?

Mulitples, selon moi.

D'abord la difficulté pour l'être humain d'abandonner un certain confort, que peu à peu il a gagné.

Premier visé : ma pomme ! Et oui, je trouvais normal d'insérer, avec l'ADSL, des chansons dans mes notes en une quinzaine de secondes. A présent que je suis en bas débit, je n'ose même pas essayer cette opération, qui me prendrait au bas mot... presque 20 minutes !
Je m'étais habitué au confort de l'ADSL, et ne songeais même pas que le monde civilisé puisse exister sans ce haut débit !

Idem pour certains Franciliens ou Normands qui se retrouvent désemparés devant un truc qu'ils n'ont pas vu depuis pas mal de temps...

Ensuite, le changement de matériel.

Avant, les trains, avions, voitures étaient certes rustiques, mais ils étaient efficaces. A présent, l'électronique et l'informatique embarquées font que le premier grain de sable rencontré dérègle la machine.
Exemple : un train de voyageurs des années 70 pesait dans les 700 tonnes. Un TGV en pèse la moitié !
Les trains de marchandises n'ont été ralentis par la neige qu'à cause des trains de voyageurs qui, devant eux, leur bouchait la voie...
Idem pour les voitures, et bien sûr les avions.
Quand je bossais à Roissy, voici près de 40 ans (j'en avais fait l'ouverture, en mars 1974) les avions certes volaient moins vite - sauf le Concorde - mais pouvaient atterrir et décoller par presque tous les temps.

Enfin, selon moi, dernier responsable : les pouvoirs publics.

Pas d'argent pour dénéiger. Pas d'argent pour payer les fonctionnaires de l'EX-DDE qui manient les tractopelles. Pas d'argent pour entretenir les voies de chemin de fer.

A force de vouloir faire des économies (sur le dos de la population) on est en train de casser tout le système...

Sans parler de la panique des tout-puissants qui, malgré leurs hélicos, leurs voitures avec girophares/sirène ou leur avion dernier cri avec piscine, se retrouvent au niveau du pékin ordinaire quand la neige tombe.
Et oui, même avec piscine leurs avions sont cloués au sol, et si les routes sont impraticables leurs bagnoles avec chauffeur ne passeront pas.

Et je ne parle pas des médias (du reste, en écrivant cette note, j'en fais partie) qui sont bien contents d'avoir du grain à moudre.

Je sais que beaucoup ne seront pas d'accord avec mon analyse, mais du moins j'espère avoir quand même lancé quelques pistes.

je vous embrasse.

 

 

 

22:14 Publié dans actualité, psy | Lien permanent | Commentaires (6)

19/12/2010

les 50 interprètes de la période 63/74 selon SLC : Joe DASSIN

Né en 1938, Joe Dassin attendra l'âge (canonique pour l'époque) de 27 ans pour se lancer dans la chanson.

Il aura raison car son premier 45 tours Bip-Bip sorti en octobre 65 se classe 22ème en janvier 66.

En 66 ce sera en mars Ca m'avance à quoi, 17ème en juin.
Excuse-me Lady (juin) ne sera qu'aux portes du hit.
Ses disques suivants ne marcheront pas, tels Je change un peu de vent (septembre) et je vais mon chemin (décembre).
Même Guantanamera, sorti à la même époque, fait un bide total, alors que c'est à présent une de ses chansons-référence. C'est le phénomène "toute la musique que j'aime", des chansons inconnues à leur sortie qui deviennent des cartes de visite des années plus tard, comme Chez Laurette de Delpech ou Les Ricains de Sardou.
On s'en doute, 1966 n'est pas non plus son année.

1967 ne sera pas meilleure.
Les Dalton, sortis en mars, seront classés 12ème en juillet. Et oui... pas mieux !
Il s'essaie alors à la chanson à texte. Mais flop pour La Marie-Jeanne qui sera tout juste dans le hit fin novembre.

Alors retour à la case "guimauve", avec La bande à Bonnot en février 68, qui sera directement 8ème en mars.
Siffler sur la colline, sortie en mai, est une curiosité niveau hit-parade. En effet, cette chanson sera classée dans le top 50 pas moins de...8 mois ! De mars à octobre, avec un numéro 8 en mai. Zaï zaï zaï zaï....
Doublé avec son simple de décembre : Un peu comme toi est 19ème en février 69, et ma bonne étoile 8ème en avril.
Et là, enfin, Dassin entre parmi les 20 interprètes de l'année. 19ème, mais il faut bien un début....

Mais il dérape en janvier 1969 en adaptant une belle chanson triste de Herman's Hermits pour en faire une infâme mièvrerie : les petits pains au chocolat. Qui seront 7èmes en mai.
Encore un doublé ensuite, avec d'un côté la face A Le chemin de papa (belle chanson) qui ne sera que 21ème en septembre, et de l'autre en face B l'un de ses tubes historiques. Les champs-Elysées resteront classés jusqu'en novembre, deux mois sur le podium sans atteindre cette fameuse première place qui consacre un chanteur.
Une de ses plus belles chansons, il la sortira en août : Mon village au bout du monde ne sera classé (7ème) qu'un seul mois.
C'est la vie Lily,qu'il sortira en novembre, restera classée 16 semaines, numéro 4 en février 1970.
N'empêche que 1969 sera "son" année, où il bousculera le grand Johnny en légère perte de vitesse pour arriver à la seconde place derrière Adamo !

70 aussi ne sera pas mal, car il va enfin avoir son tube. Ses tubes, pourrais-je dire.
Il la commence bien avec, donc, c'est la vie Lily, mais en avril, il frappe un grand coup en adaptant une chanson entraînante numéro 1 en Angleterre (j'écoute à cette époque, et depuis 1966, le hit de la BBC) intitulée Yellow River qui deviendra... non pas la rivière jaune, mais L'Amérique. 15ème en juin, 4 ème en juillet et août, numéro 1 en septembre, 7ème en octobre et 9ème en novembre, L'Amérique est "la" chanson de l'année, sans conteste aucun.
Il attendra novembre pour sortir la fleur aux dents, qui elle aussi connaîtra une belle carrière : classée 5 mois, jusqu'au printemps, podium en janvier, seconde place en février.
Au final Dassin est 6ème pour 1970.

Il va connaître une petite éclipse en 1971 malgré l'équipe à Jojo sortie en février (non classée), et fais la bise à ta maman, pourtant un des tubes de l'été.

Mais il va rebondir en 1972 avec elle était oh, chanson ferroviaire que j'ai vécue personnellement ♥ ! 7ème en mars.
Takata kata (ou l'inverse) sortira en mai et aura la 7ème place en juillet.
Mais c'est surtout, en novembre, la complainte des heures de pointe qui se taillera un joli succès. Elle tiendra jusqu'au printemps, avec une belle 5ème place en mars.
Du coup il revient parmi les 10 meilleurs interprètes.

Pour 1973, Salut les amoureux se classe 12ème en juin, fais-moi de l'électricité 11 ème en janvier 1974. La face B, les plus belles années de ma vie méritait d'y figurer.
Mais rien pour c'est ma tournée, sortie en même temps que Salut les amoureux.
Au final, pas assez pour rester dans le top 20 des interprètes.

La chanson des cigales fera un bide au début 74, mais quand on a seize ans se classera 17ème en février. C'est du mélo ne sera pas classée.

Au final, Joe Dassin occupe une logique 15ème place pour les douze années 1963/74, 11 ème chanteur masculin.

Et ensuite ?

Ensuite on verra du beau Dassin.
75 l'aurait certainement vu parmi les tout premiers avec Si tu t'appelles mélancolie (14ème en mars) et surtout son plus gros tube : l'été indien, 9 semaines numéro 1.
Ca va pas changer le monde n'aurait rien changé à ce classement car cette chanson restera 5 mois dans le top.

Pour 76, ENFIN il abandonne les adaptations, et chante tricolore. D'abord ce superbe morceau impassable à la radio pour cause de longueur, le jardin du luxembourg, que je passe en boucle depuis des années. Puis Et si tu n'existais pas, 4ème (1) en mai, et il était une fois nous deux, seconde en septembre 76. Perso j'adore la face B les aventuriers.

1977 le verra chanter A toi, et l'amour s'en va, dans les yeux d'émilie qui sera classée 4ème d'après Lesueur,  Maria, superbe chanson dont Goldman saura tirer profit (comme toi) !

1978 sera l'année de si tu penses à moi.

79 sera un très grand cru avec côté banjo côté violon, faut pas faire de la peine à John, la vie se chante la vie se pleure, le dernier slow, qui sera classée dans les 10 en septembre.
Mais il fait un infarctus en décembre, qui lui fait annuler ses tournées.


En 1980 c'est le marché aux puces et the guitar don't lie, qui sera sa dernière chanson.
En effet, Joe Dassin, de santé affaiblie par son infarctus a la joie d'être père en mars. Mais en avril sa femme demande le divorce.
En est-ce la cause ? Le 11 juillet, malgré l'avis de ses médecins, Joe Dassin donne alors un gala à Cannes. Sans doute d'adieu...
Son coeur lâchera peu après.

Rendez-vous la semaine prochaine avec Dave.

Je vous embrasse.

(1) Peut-être 5ème car en 1975 Clo-clo était interdit de hit sur SLC...

18/12/2010

La Révélation (été 2003)

Je reprends là ma "saga", profitant du cyber Jurassien. Le trajet fut assez épique pour arriver à Lons, mais partant de chez moi à 15h, pour arriver à 19h, grâce aux bons soins des autocars Mont-Jura et de la SNCF, j'y suis parvenu. Je n'aurais pourtant pas parié un kopek sur mes chances de "réussite".
Idem pour parvenir du taf jusqu'au cyber, la neige s'étant tassée : 35 minutes chrono pour 650m.
Vive les services de déneigement de M. Pélissard, Président des maires de France !


Saga donc.
Si le mois de juillet 2003 va me voir réconcilier avec les gens via internet, média qui me prouvera que je ne suis pas si horrible que je peux le penser, le reste de ma vie ne sera pas très cool.

Mi-juillet, mon père doit se faire amputer, cause diabète. Il a trop attendu, et cette amputation qui ne devait concerner qu'un orteil, puis le pied, portera en fait sur la jambe toute entière.
Là je suis partagé entre deux sentiments contradictoires : Le fait de savoir mon père dans cet état, qui le prive désormais de toute autonomie, mais aussi de le savoir définitivement parti de "chez lui" me rassure, lui qui ne voulait pas entendre parler de maison de retraite va devoir y passer.

Notre fille n'a pas perdu de temps sur Internet car elle y a trouvé une maison à Biarritz pour nous dépanner. Une maison que la propriétaire envisage de louer l'été à des touristes - et à un prix.... basque ! - mais qui restera vide de septembre à juin. Pour 700 euros mensuels, elle veut bien de nous pendant la saison morte.
Le 14 on fonce là-bas la voir, bingo, c'est juste ce qu'il nous faut !
Au passage je m'attendais à la canicule, laquelle avait commencé à Paris et même en Bretagne, mais mon thermomètre de voiture marquera 24 petits degrés quand nous arriverons là-bas....
En même temps on va voir mon père dans sa clinique. Idem pour le temps, pas de pic de chaleur non plus.
Tant mieux...


Le reste de l'été va voir à la fois la vente de la maison et les cartons. Plus internet pour moi.

La maison finira par partir (une affaire pour les acquéreurs, 20% de moins que le prix du marché, une affaire pour nous, 30% de plus que son prix de revient. Sans compter les quelques 40.000 euros que nous avons économisés en loyer....) mais les cartons se feront dans la douleur. Certes je ne suis pas le dernier à les faire, mais chère et tendre voudrait m'y voir tout le reste du temps où je ne bosse pas. Mais ça, pas question... j'ai trouvé enfin du réconfort, je ne vais pas m'en priver. Ce que ma fille comprend, vu que l'ordi est à elle et que ça se passe dans sa chambre.

Et j'y passe de longues soirées. Mon "post" sur le forum de Psychologies a beaucoup de succès, les gens me demandent ce qui s'est passé, et je leur fais un bref résumé. La plupart sont émerveillés par cette histoire d'amour, même si je n'y ai pas forcément le beau rôle. Mais ce forum est composé de gens intelligents et compréhensifs.

Sinon...j'aurai une dernière fois l'occasion de parler avec Nathalie !

Une énième crise d'hystérie de mon épouse, qui hurle "si tu ne descends pas faire les cartons, j'appelle Nathalie" !

C'est si saugrenu que je ne réponds même pas. C'est quand j'entends, en bas, mon épouse parler, que j'ai des soupçons. Elle a bel et bien appelé Nat !

Je lui arrache le combiné et mon premier réflexe, digne, est celui de m'excuser. En traitant - devant elle - mon épouse d'hystérique. Laquelle prend une nouvelle fois la voiture pour se défouler.

On peut discuter ainsi pendant 10 bonnes minutes, pendant lesquels je suis accablé de reproches : mon CD n'était pas le bienvenu, la lettre de ma fille était d'une méchanceté extrême (vrai), et elle ne tient pas à être appelée au téléphone pour un oui pour un non.
Je respecterai son souhait. Depuis, je ne l'ai jamais appelée, bien que sachant par coeur son numéro pro.


Le propre des forums, c'est de discuter. Et quelques-uns, rares il est vrai, n'y vont pas avec le dos de la cuillère ! Et me demandent sur quoi je me base pour dire que ce n'est pas en sorte, un amour "ordinaire" que j'aurais idéalisé, embelli. Et moi, embarrassé, je parle des poèmes que l'on s'était écrit pendant plus d'un an.

Où sont-ils d'ailleurs ces poèmes, enregistrés sur une disquette, laquelle est je ne sais pas trop où? Dans le meilleur des cas elle a passé quatre ans dans une cave humide et cinq ans dans le garage, avec des températures oscillant entre -5 et +40.
Dans le pire des cas, cette disquette n'a pas fait partie du déménagement de Mende... Et c'est du reste ce que je pense.

Début août, grande première : coup de fil entre moi et une internaute. Une certaine Christine, de Nice, qui va ENFIN me permettre de "dégorger". De dire tout ce que j'ai sur la patate. Elle me donnera même son numéro de portable quand elle partira en vacances, et me dit.... qu'elle serait bien contente que l'on se rencontre à 4, elle et son mec, moi et chère et tendre.
Et le hasard fait bien les choses, parce que depuis début juillet, j'ai planifié un voyage à Rome et Naples, ayant réservé un hôtel à Nice fin septembre.
Je lui donne mes dates : ça concorde.
Ce sera la première fois que je rencontrerai quelqu'un du net en chair et en os. J'ignore complètement ce que ça pourra produire !
Trente rendez-vous de ce genre plus tard, je ne peux que dire : c'est magique !!

Je deviens accro au forum, et me lance dans d'autres catégories, où je pose plein de questions. Comme celle du suicide, celle des appels au-secours sans réponse...
En un mois, je me suis déjà fait un nom dans ce forum qui est en soi une curiosité pour les non-initiés. On y trouve de tout, comme aux galeries Farfouillette. Des bons et des méchants, des sympa et des jaloux, mais en majorité des femmes. 90% de nanas et 10% de mecs, dont les deux tiers, sinon les trois quarts, sont uniquement là pour draguer !
Et certains y réussiront, comme le copain de la Christine dont je parlais tout à l'heure.
Les filles aussi draguent, mais plus soft !

Fin août ma fille vient me voir, alors que je suis en train de "cartonner", et me tend quelque chose.
"Tiens, je crois que c'est à toi..."

Une disquette.

LA disquette !!!

Tout tremblant de la revoir après tout ce temps, mon premier réflexe est de voir si elle est lisible.

Elle l'est !
Mais apparaissent alors des caractères qui ressemblent à des hiéroglyphes...

J'y suis ! Nous n'avions pas écrit cette disquette sous Windows, mais avec quelque chose d'ancien, le "MS DOS", qui avait disparu depuis des années. Le traitement de texte de l'époque, "sprint", était devenu illisible...




Et c'est le jour du départ.
Pas de regrets pour moi de quitter cette Bretagne qui n'a jamais voulu de moi, qui a pris la femme de ma vie, et qui me prendra - je le sais - la chair de ma chair.

Chair de ma chair qui est d'ailleurs partagée entre deux sentiments contradictoires. D'abord la beauté de ce pays, de cette ville qu'est Biarritz.
Ensuite l'éloignement de son petit copain. Ils se connaissaient depuis deux ans, mais c'était toujours resté au stade platonique...
Et aussi de quitter sa petite maison de banlieue (de Vannes) pour atterrir dans une agglomération de 300.000 habitants !
Idem pour aller au lycée : elle mettait 5 minutes à pied, là il lui faut une heure d'autobus...


Côté boulot, je ne suis pas fier quand je pénètre dans mon nouveau centre. Mais cette fois-là n'est pas comme les autres, car déjà je ne suis plus un boulet, je sais bosser, et surtout je ne la ramène pas.
Je vais très vite être adopté, et par mes collègues, et par le personnel de l'aéroport. Tous m'appelleront "Patxi" (Patrick en basque).

Mais quelques jours après notre emménagement, mon beau-père meurt. Mon épouse prend le train pour assister à ses obsèques, mais cette fois elle tient le choc. Elle s'y attendait, à ce décès, et j'oserais même dire l'espérait, mon beau-père étant atteint à la fois d'Alzheimer et de Parkinson.

J'ai peur qu'elle ne fasse une crise, mais le pronostic des professeurs se révèlera une nouvelle fois exact : elle est non pas guérie, mais "en rémission" depuis à présent 9 ans et demie. A tel point qu'on va lui enlever le médicament principal, le gardénal.

Je sympathise très vite avec le plus âge de mes collègues, dont bizarrement la première question concernera mon grade. Et ma réponse le verra fort contrarié... L'équivalent de commandant de police en haut de l'échelle.
Je sympathise à tel point que je lui parle de ma disquette, et lui me propose de tenter quelque chose.

J'ignore comment il s'y est pris, mais à la disquette était devenue lisible. Disons à peu près déchiffrable. Des caractères sont évidents, mais il me faudra deviner pour d'autres. Un travail qui va me tenir pendant deux mois...

Et, au fur et à mesure que la déchiffrerai, je m'apercevrai, en la lisant, que non seulement je n'avais pas enjolivé notre amour, mais qu'au contraire il était plus beau et plus pur que je ne me le rappelais.
En lisant la partie où je lui avoue mon amour, j'ai les larmes aux yeux en y lisant sa réaction.

Idem quand on se séparera pour les vacances, cela lui donnera l'occasion de faire de très beaux poèmes...


7 ans après, ce jour de son 42ème anniversaire, l'âge que j'avais quand je l'ai connue, que penser ?
Si les poèmes en question avaient révélé que je me consumais pour rien, mon deuil aurait été certes plus vite fait, et j'aurais abrégé mes souffrances. Même si celles-ci s'estompent et deviennent douce mélancolie.
Mais en revanche, je n'aurais pas eu cette sensation d'avoir vécu quelque chose d'extraordinaire, et qui arrive à si peu de gens...

Mon "succès" dans les forums de Psychologies viendra en grande partie de là.

(à suivre)

18:10 Publié dans moi, Web | Lien permanent | Commentaires (4)

17/12/2010

de retour

Arrivé hier sous la tempête de neige, je dois logiquement repartir pour Lons cet après-midi.

Mais vu les conditions atmosphériques (vue prise de mon balcon à l'instant)

DSCN7187.JPG

Je ne sais pas encore si je vais pouvoir sortir du lotissement et surtout faire les quelques 20 km qui me séparent de la gare la plus proche.

Je vous tiendrai au courant.

Je vous embrasse.

 

11:52 Publié dans actualité, moi | Lien permanent | Commentaires (6)

12/12/2010

les 50 interprètes de la période 63/74 selon SLC : Julien CLERC - 2

Période 1975/2010.

Si Julien fut l'un des chanteurs les plus populaires de sa génération, il va continuer à l'être pour les générations suivantes.

Pour ne parler que de Salut les copains, 1975 le vit classer 3 fois :
10 ème avec une andalouse en février.
7ème avec ballade pour un fou en août.
4ème pour This Melody en décembre. Certes il faut peut-être (sans doute) ajouter une place, car Clo-clo était boycotté du hit, mais pour ne parler que de This melody, cette chanson restera dans les 25 premiers pendant 22 semaines !

En 1976, son seul 45 tours est numéro 1 : le coeur trop grand pour moi.

En 1977, Partir ne sera pas classé, de même que Ma préférence en 1978.

1979 sera l'année de Macumba, 6ème en avril (d'après Lesueur). Ca commence comme un rêve d'enfant, sorti ensuite, ne sera pas classé.

Mangos se classera 5ème en janvier 1981 et restera pas moins de 24 semaines parmi les meilleurs. Ce qui fera de l'ombre à Ma Doudou, sorti à l'été.

Pour 1982 ce sera Femmes je vous aime, 3ème en août et encore un numéro un en décembre : Lili voulait aller danser. Le plus gros succès de sa carrière, avec 8 mois de présence dans le hit, de novembre 82 à juin 83 !

1983 où coeur de rocker sera second en novembre. Bonne année pour lui !

La fille aux bas nylon, chanson pourtant connue, ne sera pas classée en 1984.

Mais en 1985 Melissa est à la première place au mois de mai... Moi je préfère (et achète) respire, qui ne sera pas un tube.

Petite éclipse en 1986, et 1987 le voit renouer avec le succès grâce à Hélène, dans les 10 en août. Notre Julien enchaîne apparemment les chansons exotiques. Autant le dire tout net, le Julien Clerc de ces années n'est pas, à mes yeux, le meilleur Juju.

Heureusement, il chante, toujours en 1987, mon ange, superbe chanson qui ne sera hélas pas classée.

Ni les aventures à l'eau et Les Menhirs en 1988.

1989 en revanche le voit triompher avec une chanson digne des années 70 : Fais-moi une place. Ce sera pour lui la 8ème en mars 1990 ! Ce sera sa dernière chanson classée.

1990 : il sortira Fille du feu, petits pois lardons et nouveau big bang.  Référence à Rocard ???

1991 : le verrou et quitter l'enfance.

1993 : free démo et Noé

1994 : Utile.

Puis une pause avant de sortir, en 2005, l'album double enfance.

Enfin, sortie en 2008 de Où s'en vont les avions.

Julien, alors âgé de 61 ans, fête ses 40 ans de carrière non-stop.

 

A la semaine prochaine.

11/12/2010

un bonjour de Bretagne

Un bonjour de chez ma fille.

Le voyage s'est bien passé, avec la combinaison voiture + TGV + métro + TGV + autocar + voiture. Départ dela maison à 9h10, arrivée chez ma fille à 18h15.

Sinon, je ne pourrai pas, d'ici, répondre à vos commentaires.

Car bonjour la discrétion...

Le Pc de ma fille est relié à la télé, une télé de 104 cm, et ce que j'écris s'affiche en grand écran au milieu de la pièce !!!

Donc, je préfère m'abstenir jusqu'à vendredi prochain. A moins que je trouve d'ici là un cyber plus discret!

Je vous embrasse

12:37 Publié dans moi, Voyage | Lien permanent | Commentaires (3)

09/12/2010

Avis de ouacances

Départ demain direction la Bretagne. Puis Paris, retour le 16 au soir.

Donc (à moins que j'arrive à me connecter chez ma fille) je serai virtuellement absent jusque cette date.

Sinon, j'en ai appris de belles ! Il a neigé sur Paris au mois de décembre... Ca alors ! Et c'est "la chute du siècle" : 11 centimètres ! La chute du siécle comme l'avaient titré les journaux en 2005, 2003, 1997, 1987...

Aujourd'hui j'aurai appris deux choses :

- D'abord que les Français (enfin une certaine catégorie) se sont de plus en plus habitués au confort.

- Ensuite que notre premier ministre, non content d'avoir été une potiche pendant 3 ans et demie, se révèle à présent une cruche de première catégorie...
Je pense que si un jour il a de la fièvre, il doit casser cette saloperie de thermomètre qui l'a averti :)

Bon, à bientôt et je vous embrasse.

21:03 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)