Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2012

Narcissisme

Facebook rend-il narcissique ?

C'était la question posée cette semaine dans "Femme actuelle".

Voici une des réponses, qui m'a interpellé.

Image (47).jpg

Je retiens cette phrase, très importante :

Si on n'est pas assez narcissique, on attend trop des autres. Si on l'est trop, on n'en attend rien, puisque autrui n'existe pas vraiment.

Si cette phrase est vraie, alors le narcissisme serait donc une bonne attitude, sachant que le "pas assez" correspond à un besoin de reconnaissance, et que le "trop" implique la négation d'autrui.

Vite, un psy pour m'expliquer, j'ai rien compris !!!

Je vous embrasse.

18:53 Publié dans psy | Lien permanent | Commentaires (6)

30/03/2012

Pasteurisation

Nous vivons, c'est bien connu, dans un monde de brutes.
Celles et ceux qui ont lu ici les 100 premières notes de mon blog, celles où je raconte ma vie, doivent en être convaincus.

Je supporte très mal la campagne électorale actuelle. Où tous les coups bas sont permis, de tous les côtés. Ca me donne envie de vomir.

Oui, mais... l'inverse est-il préférable ?

S'imaginer chez Walt Disney (pas employé dans ses parcs, attention !), dans un monde où tout le monde serait forcément gentil, où tout ce qui dépasserait serait banni ?
Une vie totalement artificielle, pasteurisée, quoi !

Non plus.

Depuis quelques années, c'est la mode du S.B.A.M. (sourire, bonjour, au-revoir, merci) et pas que chez les caissières.
Combien d'ulcères ces mêmes caissières ont-elles dû développer pour avoir dit ces formules à des personnes qui méritaient qu'on leur envoie la caisse enregistreuse dans la figure ?
Moi je suis pour appeler un chat un chat. 

Je suis bien dans mon village. Et je le clame haut et fort (lol !).

Mais il fut un temps, des temps, où ça n'était pas le cas. Et alors, je le clamais également.

Mais sincèrement, je ne me verrais pas y rester si je sentais qu'autour de moi ça sonnait faux. Si n'y seraient tolérés que de la "bienveillance obligatoire", et qu'en revanche, le parler-vrai me couperait de mes voisins. Lesquels, y compris chez ceux où je me sens super-bien, entrant dans la ronde de ce soft bienveillant, penseraient que non, que je me fais des idées, que "tout va bien à bord".

Voici quelques semaines, une amie m' a dit ici ce qu'elle avait sur le coeur. Sur le moment j'ai été blessé, mais peu à peu j'ai réalisé qu'elle était dans le vrai. Et elle m'a fait réaliser plein de choses.
Avec le recul, je sais qu'elle a eu raison.

Je pars du principe que lorsqu'il y a un abcès il faut le crever, et que casser le thermomètre ne fera pas tomber la fièvre. Que la politique de l'autruche ne mènera à rien, pas plus que l'agression excessive.

Voilà, c'était mon coup de gueule du soir, qui peut-être, sans doute, disparaîtra demain matin, après que la nuit m'ait "porté conseil", c'est à dire à mon tour "pasteurisé"...

Je vous embrasse.

21:34 Publié dans détripage | Lien permanent | Commentaires (7)

Le melon

Non ce n'est pas du légume que je vais vous entretenir, mais de cette attitude qu'ont la plupart des gens - et j'en fais partie - dès qu'une petite - ou une grande - responsabilité leur échoit.

D'abord, dans mon enfance.
Je me souviens d'un camarade de classe, Luc. Il était un des rares qui me fichait la paix, et je dirais même qu'on était copains comme cochons.
Mais.... Un jour j'intégrai les scouts, et Luc était mon chef de patrouille. Là, ce n'était plus la même chanson, je devais certes lui obéir là-bas (la discipline est le force des armées heu, du scoutisme, mais à l'école, là aussi il prenait des airs supérieurs... Dans la cour de récré, bien sûr, car en classe, mon statut de prix d'excellence me procurait une trêve à cet égard.

Plus tard, ce sera à l'armée.
Même topo, pendant les classes, nous sommes tous dans la même chambrée, et partageons tout. Essayant de nous protéger le plus possible des "gradés".
Mais ensuite arrive "le peloton". C'est à dire un mois pour essayer de monter en grade. Moi j'ai fait ce que j'ai pu pour rester "2ème pompe", j'ai merdé exprès dans certaines épreuves, mais j'ai fini par me retrouver caporal-chef.. !
Le pire ce sont ceux qui sont arrivés sergents. Je dois dire que pendant mon service, si les "sergents ordinaires", les engagés (correspondant au niveau BEPC) étaient disons, corrects, les sergents appelés étaient tous infâmes avec nous. Leur chevron doré leur montait à la tête, et j'en ai même vu certains qui collaient des punitions aux 2ème classes, des appelés comme eux !
Bon, c'est vrai que c'est parmi ceux-là qu'on recrutait le plus.... Ils ont déjà de bonnes "bases" ;-)

Puis ce fut dans la vie professionnelle.
4 exemples.

Toujours le même processus : un collègue qui devient chef. 4 histoires, 4 façons différentes.

D'abord à la station de l'aéroport de Grenoble. Quand je suis arrivé, en 1975, l'équipe était soudée, sous la direction d'un Monsieur, Marchini pour ne pas le nommer, qui fut je pense un des meilleurs chefs que j'ai eus de toute ma carrière. Mais monté en grade il dut partir, remplacé par un de nous qui lui aussi monta en grade par la même occasion.
La tyrannie totale : Tableaux de service connus 5 jours à l'avance (sympa pour prévoir quelque chose...), interdiction absolue de se remplacer, d'écouter la radio, de boire de la bière... ll en dégoûtera beaucoup, qui partiront, et au final, une lettre du personnel le fera dégager au début des années 80.

Second exemple : ma pomme.
Bombardé Directeur Départemental dans la profession que j'ai épousé par vocation, dans mon département de prédilection (la Lozère), j'avoue qu'au départ je me suis pris la grosse tête.
Non pas avec mes deux "collaboratrices" (mes collègues d'avant) mais à l'extérieur. C'est à dire que partout où je passais, je veillais à glisser que dans mon boulot, le chef, c'était moi...
Parmi mes voisins, amis, dans ma famille.
C'est vrai, ce n'était pas méchant.

Pire allait être mon successeur, dont j'ai parlé très souvent ici, sous le joli nom de "tortionnaire".
Un mec que tout le monde s'accordait à trouver "bon vivant et sympa" tant qu'il était technicien, mais qui passé ingénieur (on se demande comment, comme le disait souvent Nathalie) et donc chef, non seulement lui est monté à la tête mais a déclenché chez lui le gêne de la tyrannie, qui devait sommeiller depuis sa naissance. Ma seconde collègue n'a fait ni une ni deux, quand elle a vu ça, elle a demandé sa mutation. Elle pouvait. Pas les deux autres, Nathalie et moi, pour des raisons évidentes.

Il a tout de suite vu la faille, et de ce jour a complètement chamboulé la façon de travailler, interdit qu'on prenne désormais nos repas de midi à l'extérieur, viré nos armoires pour les remplacer par des mini-casiers, et bien sûr instauré des réunions-réquisitoires où chacun en prenait selon son grade.
Pour finir par une lettre à la direction pour exiger le départ de Nathalie ! Et donc notre arrachement.

Sautons quelques années, on arrive à Biarritz.
Le chef de l'époque était un mec assez antipathique mais qui dans l'ensemble nous fichait une paix royale. Ce chef était pourtant haï de l'équipe que je venais d'intégrer. Alors qu'un collègue, Daniel, faisait des trucs inimaginables : Il achetait sur e-bay des marchandises, qu'il revendait plus cher sur un autre site. Mais, à partir du boulot, et il stockait tout sur le lieu de travail...
Nous ça nous faisait marrer, le chef s'en fichait.
Mais le chef en question a eu l'opportunité d'aller en Outre-Mer, et n'a pas été remplacé. Même chose qu'à Mende, c'est quelqu'un de l'équipe qui devait prendre sa place. Là c'est encore ma pomme qui étais désigné. De par mon grade, le plus élevé de l'équipe.
Mais le collègue e-bayeur était là depuis 23 ans, et avait rêvé toute sa vie d'être calife à la place du calife. Et quand il me demanda si ça m'intéressait, je répondis que je ne voulais plus avoir aucune responsabilité dans une boîte qui avait laissé persécuter deux personnes pendant 3 ans et demie sans broncher.
Alors, ayant le feu vert, il nous raconta ce qu'il allait faire : Biarritz devait être le paradis sur Terre. Nous aurions chacun notre ordi. On allait repeindre entièrement les lieux. Il commanderait un lave-vaisselle !
Mais, quand il fut désigné, nous dûmes vite déchanter. D'abord il se fit poser un immense aquarium dans son bureau. Puis céda aux cartes de visite flatteuses : Mr. Daniel L.... Chef du Centre de Biarritz. Il imposa la "qualité", qu'on ne nous demandait pas. Et surtout, surtout, nous interdit de surfer sur le Net à partir du bureau !!!
Le clash avec lui se produisit le 26 octobre 2005. Alors qu'il était absent (il était de plus en plus absent, l'avantage d'être chef....) France 2 débarqua avec ses caméras et c'est moi qui dus le remplacer.
Dès lors il m'en voudra à mort... Je lui avais piqué son passage télé !!!!

Enfin, nettement plus insignifiant, plus récemment, dans le village, une dame qui était très cool avec tout le monde, qui me tutoyait, est arrivée présidente d'une association. A partir de là, le melon. Par exemple, lors des voeux du maire, toutes les femmes me firent la bise, sauf elle, vu que je faisais partie de l'association ! Et j'eus droit à un "vous" qui me glaça...

Certes, les différents "melons" que je cite ici n'ont pas tous le même ordre de grandeur... Qu'une dame que finalement je ne connais que peu me dise vous et ne me fasse pas la bise, ça n'est pas comme des chefs qui vous poussent à partir, et qui déchirent des couples.

Mais hélas, ce phénomène est quasi-général. Le fait d'avoir une quelconqe responsabilité, petite ou grande, dans quelque domaine que ce soit, vous fait prendre la grosse tête et souvent changer d'attitude avec les gens que vous côtoyez. Regardez bien autour de vous...

C'est humain, et on ne pourra hélas pas le changer.

Je vous embrasse.

 

 

12:40 Publié dans psy | Lien permanent | Commentaires (7)

28/03/2012

Comment s'appellent les villageois du Doubs ?

Ca c'est typique d'une "note d'été" ! Je verrais très bien Jean-Pierre Pernaut présenter un tel sujet.

Mais c'est assez marrant, pour certains villages, avec des noms d'animaux.

Ainsi les gens d'Arbouans se nomment... les Ours !

• ceux de Bouverans les Vairons.

• ceux de Cernay-l'Eglise les Fourmis.

• ceux d'Echay, les Coucous.

• ceux d'Ouhans, les Loups (et fier de l'être !)

• ceux de Métabief les Chats Gris.

• ceux de St Antoine les Chats Borgnes !

Je vous embrasse.

27/03/2012

Passage en douceur à l'heure d'été

Pour la première fois depuis mes 25 ans (l'année de sa création par Giscard) le passage à l'heure d'été s'est passé pour nous sans encombre.

Avant, il n'en était pas de même. Il me fallait, pour moi qui bossais, au moins une semaine pour récupérer.

D'abord, si l'heure de nos montres avait changé, il n'en était pas de même pour nos horloges biologiques.
Et pour la première journée de boulot en heure d'été (le dimanche, on restait plus ou moins en heure d'hiver) les ennuis commençaient.

Pour moi réveil à 5h.
Donc 4h.  Une heure de moins à dormir. Et pas le choix ! Puis la pause déjeuner. Midi et demie, soit 11h30. Avez-vous vraiment faim à 11h30 ? Puis le soir, dur dur pour se coucher... Mais il fallait s'endormir à 22h maximum (soit 21h...) car le lendemain, le réveil ressonnerait à 5h.

L'organisme finissait par s'habituer, et au bout d'une semaine, on avait récupéré.

 

Cette année, c'est différent.

Déjà le réveil est un engin dont on ne se sert qu'occasionnellement, disons une dizaine de fois par an (train à prendre ou voyageurs à aller chercher, rendez-vous matinal, etc).

Donc, j'ai fait comme avec les médicaments : sevrage progressif.

Dimanche matin, je me suis levé comme à mon habitude. Puis nous avons déjeuné non pas à 13h, mais à.... 13h45 !!!  Dîner non pas à 20h, mais à 20h45. Je me suis endormi à minuit 30 au lieu de minuit.

Lundi : Déjeuner à 13h15, dîner à 20h. Nickel.

Et finalement, hier, je me suis endormi à minuit, comme tous les autres jours.

Ce matin, toujours comme les autres jours, réveil à 8h (soit 7h), avec en prime le spectacle du soleil qui se levait !

soleil levant.JPG

Certes, il y a des inconvénients - notamment pécuniaires - à la retraite, mais il y aussi pas mal d'avantages !

Je vous embrasse.

25/03/2012

Les 50 interprètes de 1963 à 1974 d'après SLC : Sylvie VARTAN - III

1968 - 1971

L'année 1968 commence bien avec un doublé : Comme un garçon, sorti en décembre 1967 arrivera numéro 2 fin janvier, entre deux chansons d'Adamo (!) et le jour qui vient sera 16ème en février.

Février où elle sort l'oiseau, qui obtiendra une 4ème place en juin.

Pendant les "évènements", même si elle a ses opinions politiques bien ancrées (elle a fui le régime communiste en Bulgarie, et par réflexe sera toute sa vie anti-gauche) elle ne commet pas les erreurs de son mari, de Frank Alamo ou de Sheila, et se garde bien de les exprimer dans ses chansons.

En mai 68 sort "the" 45 tours" !!
C'est baby capone qui ouvre le bal avec une 7ème place d'entrée en juin. 3 places de gagnées en juillet, tandis qu'Irrésistiblement se pointe dans l'antichambre à la 31ème place.  Mi-août, Baby Capone est numéro 2, Irrésistiblement arrive péniblement 22ème.
C'est le dernier dimanche d'août que baby Capone prend la tête, pendant une seule semaine.
Mi-septembre, Baby capone est à la seconde place, irrésistiblement se pointe 14ème.
Mi-octobre, c'est la chute pour BC alors qu'irrésistiblement arrive, 5 mois après sa sortie, sur le podium.
Et se retrouve numéro 2 en novembre.
La sortie de la Maritza la fait chuter ensuite, mais quelle carrière ! Un numéro 1 et un numéro 2 sur ce disque, le mieux classé de Sylvie depuis bien longtemps.

La Maritza, sortie en octobre, est très connue mais ne fera pas une immense carrière à SLC. Tout juste un podium début janvier 69.

Pour cette année 1968, Sylvie remonte. Toujours seconde chanteuse derrière Sheila, mais 5ème au général.

1969.

On a toutes besoin d'un homme, sortie en janvier, prendra la seconde place début mars. Sa face B - que j'adore - face au soleil, prendra la succession et arrivera 13ème en juin.

Ralentissement de sa production, un jour à rester couché ne sortira que début juillet.  Mais là, un semi-bide, une 13ème place en octobre ! Doublé quand même, car la seconde chanson consacrée à son fils, le roi David (avec la musique de sur le pont de Nantes...!) sera 19ème.

Encore un cafouillage de programmation pour le disque sorti en décembre : Apprends-moi arrive direct à la 16ème place, puis disparaît.
Les hommes qui n'ont plus rien à perdre arrivera 3ème en janvier, et culminera 2ème derrière Polnareff et sa maison vide.

Et cette fois-ci, Sylvie repasse devant Sheila, 4ème au général.

1970.

Premier single avec, en avril aime-moi, qui prendra une belle seconde place en juin.

Mais le single suivant, sorti en juillet, va durer... 8 mois !
D'abord j'ai deux mains deux pieds va se classer 26 semaines dans les 20 premiers, de juillet à décembre, avec la première place en octobre.
Suivra la face A, la chasse à l'homme, qui arrivera 17ème en décembre, et sera classée jusqu'en février 1971, avec une 12ème place en janvier. Tout le monde pensera qu'il s'agit de deux disques différents !

Exploit, avec seulement deux singles, Sylvie Vartan ne rétrogradera que de 3 places au général, re-cédant la première place à Sheila...

1971.

Elle revient au super 45 tours en avril, avec je t'appelle qui sera 7ème en juin, de loin ma chanson préférée d'elle pour cette époque

Et loup qui se classera 15ème en juillet.

Retour au single avec en octobre parle-moi de ta vie qui arrivera numéro 5.

Pour 1970, Sylvie Vartan, toujours derrière Sheila, rétrograde à la 10 ème place. Avant de disparaître du classement l'année suivante, sa "traversée du désert".

Rendez-vous dimanche prochain pour la dernière partie.

Je vous embrasse.

24/03/2012

Balancier

Il y a neuf ans, le Net m'a sauvé la vie.

J'avais un "réel" tellement horrible que je voulais en finir, et finalement c'est le "virtuel" qui m'a aidé à sortir de cette spirale mortelle.

Cela, je l'ai raconté maintes et maintes fois, notamment dans mes notes de l'automne 2011.

Puis, petit à petit, mon "réel" est devenu supportable.
Mon "virtuel" quand à lui continuait à me satisfaire, avec beaucoup de hauts et quelques bas.
Et du coup, j'ai lancé quelques passerelles entre les deux, j'ai pu mettre un visage sur des lignes lues sur un écran. Surtout en 2004, année de forte remise en question.

Voilà 6 ans, lorsque mon épouse a subi - en catastrophe - une terrible opération qui l'a rendue handicapée, là encore, mon "virtuel" a bien réagi, m'a encouragé, m'a aidé à passer cette terrible épreuve.

Quelques mois plus tard, mélange entre les deux : Certains malintentionnés du "réel" ont découvert mon jardin secret "virtuel", et m'ont mis à la porte du Paradis. Le Pays Basque, où je me plaisais tant.

Mais je n'ai pas perdu au change : En 2007 la Franche-Comté m'accueillait à bras ouverts.

Mon "réel" s'est alors amélioré de jour en jour. Avec un sommet à l'été 2007, alors que je commençais à avoir quelques déceptions côté "virtuel".

Puis ce fut statu-quo pendant quelques années. "Réel" et "virtuel" me convenaient parfaitement.

L'équilibre.

Mais, très récemment, alors que je vivais un "réel" de retraité très paisible, avec de belles retrouvailles Bretonnes à Lorient et à Quimper, une promesse de retrouvailles à Paris d'ici un mois (plus fort que Bruel, ce ne sera pas "rendez-vous dans 10 ans", mais dans 40...) mon "virtuel" a commencé à me lâcher sévère.

Espoirs transformés en déception.

D'abord purement "virtuels", avec la retrouvaille de personnes dont certaines ont fait une croix sur moi.
Je l'admets, à une certaine époque, je n'étais pas clair. Et j'avais de sales réactions envers des gens admirables, qui m'ont soutenu à bout de bras.
Oui j'étais encore malade, mais je ne le savais pas... Ce genre de maladie dont on ne peut dater la fin qu'après coup.
Puis de nouveau les mêmes reproches, des personnes - pas mal de personnes - dont il faudrait sans cesse lire leurs écrits en permanence (certains écrivent jusqu'à 18 h par jour...) pour savoir qu'ils vont mal. Ou bien. Et là bien sûr le couperet qui tombe "tu ne t'intéresses pas aux autres"... Je pense qu'il suffit de lire mon blog pour savoir ce qu'il en est à ce sujet. Je n'y parle pas que de moi....
Mais rien à dire, quand j'étais "Ordi-dépendant", j'étais comme ça aussi...

Et puis l'entrecroisement du "virtuel" et du "réel". Des personnes que je croyais inaccessibles, et qui vous donnent leur numéro de téléphone ! A moi, petite Cicatrice blogueuse...
Qui vous font participer à des moments conviviaux inoubliables. Mais hélas, ces stars s'envolent vers d'autres endroits où d'autres Cicatrice les attendent... J'ai du mal à atterrir dans ces moments-là !

Alors qu'"en vrai" je viens de passer 3 mois superbes, avec beaucoup de monde chez moi, de tous âges, avec des escapades Parisiennes ou Azuréennes, je fais de plus en plus de pauses ici.

Je me préserve.

Ne tenant pas à ce que ce qui m'a sauvé voici 9 ans me fasse à présent plonger.

Pensant de plus en plus que le Net, c'est comme le bon vin : à consommer avec modération, sinon, c'est l'ivresse. Et puis la gueule de bois.
Contrairement à certain(e)s ami(e)s dont c'est devenu une drogue, moi je suis, ce ce côté-là aussi en train de me désintoxyquer.
En plus, pas le choix, mon épouse exige une surveillance de tous les instants. Mais ça je ne le dirai qu'à vous, qui venez me lire ici :)

Je vous embrasse.

 

21:35 Publié dans détripage, moi | Lien permanent | Commentaires (8)

22/03/2012

Tragédies et politique

Devant l'horreur qui s'est produite à Toulouse les français ont été vitrifiés. Personne ne pouvait s'imaginer qu'une telle abomination puisse se produire.

Au point qu'il a été décidé, lundi dernier, d'instaurer une "trève" de la campagne présidentielle, de peur que cette tragédie pousse les candidats à là récupérer bassement, à la manière de pillards.

Mais l'histoire nous montre que c'est ce genre de tragédie qui fait basculer les opinions.

Deux (grands) exemples :

En 2001, George W Bush, après une élection assez aisée était retombé au plus bas dans les sondages.
Les attentats du 11 septembre ont vu alors l'Amérique se souder autour de son président. Président qui après une très sincère émotion s'est engagé dans un processus de guerre contre l'Afghanistan, profitant du désir de vengeance de la population des Etats-Unis.
En 2004 il a été réélu...
Sans le 11 septembre l'aurait-il été ?

Plus grave - et j'en suis le témoin - les attentats de Madrid en 2004.
Tout de suite, le Premier Ministre de droite José Maria Aznar a mis ça, sans aucune preuve, sur le dos des indépendantistes basques.
Mais, très vite, on se rendait compte qu'il n'en était rien.
Habitant à Biarritz, je captais les télés Espagnoles, et le peu de connaissance que j'ai de la langue de Cervantes me faisait cependant comprendre que les journaux de la TVE avaient assez rapidement établi la preuve que les Basques n'y étaient pour rien.
A ce moment, Aznar pouvait encore s'en sortir, avouer que tout simplement il s'était trompé. Mais non, il persistera dans cette attitude, alors que les preuves de l'implication d'Al Quaida commençaient à s'amonceler.

Le peuple ne lui pardonnera pas ce mensonge, et à la surprise générale, élira Zapatero - de gauche - quelques jours plus tard à la tête du pays.

Donc il a été décrété une trève durant la campagne. C'est à dire qu'aucun candidat ne devait évoquer, pendant quelques jours, cette abomination.
Quand je dis aucun candidat, c'est aucun candidat.

Hélas, cette trève a été rompue hier.

L'un d'entre eux s'est souvenu qu'il avait un "double job" et a alors revêtu ses habits de "protecteur de la Nation" pour faire passer un très émouvant discours (Guaino écrit très bien), qui sans nul doute, aura des répercussions sur le premier tour.

On se souvient que "Télé-Chirac", TF1, avait exploité un fait divers .

Le 18 avril 2002, Paul Voise, un retraité apparemment sans histoires, apprécié par tous ses voisins, est agressé dans la masure qui lui sert d'habitation à Orléans. Deux jeunes individus non identifiés auraient tenté de le rançonner, puis roué de coups, et incendié sa maison avant de prendre la fuite.

Le lendemain 19 avril le journal de 20 h de TF1 accorde une grande importance à la couverture de ce fait divers. Les images du visage tuméfié et les pleurs de Paul Voise bouleversent la France entière et provoquent une vague d'indignation face à la délinquance. La chaîne LCI (filiale deTF1) repasse 19 fois le sujet pendant la journée.
Les propositions d'aide à la reconstruction du pavillon du vieil homme sont lancées en grand nombre.

Le 20 avril TF1 reviendra très longuement dans ses journaux télévisés sur cette histoire.

Le 22, Jean-Marie Le Pen passe devant Jospin au premier tour...

Pillards, oui, je maintiens.

Je vous embrasse.

17/03/2012

Les trois villes où je me ressource

Quand je déprime, le simple fait de m'éloigner est déjà un début de remède. Fuir passagèrement de là où on est afin de prendre du recul, pour moi ça marche.

Mais dans les cas un peu plus "sévères", j'ai trois endroits où j'arrive parfaitement à me ressourcer.

D'abord deux maisons, enfin un appartement et une maison.

Seuls vestiges de ma jeunesse, je les ai arpentés à 23/24 ans. Et ils n'ont pas changé.
Du coup, en y pénétrant, je me revois dans cette période, et ça m'apaise.

La maison d'abord. Elle est située à Lorient (enfin, dans la banlieue), c'est celle où habitait (et re-habite depuis l'année dernière) mon cousin/frère Jean-Yves. C'est dans cette maison qu'un beau matin de 1974 il m'a réveillé en me disant "Pat, Pompidou est mort !" . Je vous JURE que c'est vrai !
Cette maison a vu passer ma première épouse, mes parents, a vu naître et grandir mes cousins, petits et grands. A vu mourir des personnes aussi, mon parrain, ma tante, le mari de mon cousin...
Jean-Yves avait 19 ans quand il m'a annoncé la mort de Pompidou, il en a à présent 57...
Et moi 23, je vais sur mes 62 ! Cette maison m'a vu célibataire, puis marié, puis divorcé, puis remarié, puis père de famille et certainement qu'elle me verra grand-père.

Rien n'y a bougé. Même pas l'abri météo que j'avais construit à l'époque. Il est toujours là... Et ma cousine germaine, qui va sur ses 82 ans aussi !
Idem pour le quartier, des alignées de maisons en granit et toits en ardoise avec petit jardin...


L'appartement, lui, se situe à Toulon, c'est celui de mon autre cousin (nous ne sommes que 3 cousins germains issus d'une fratrie de 5 enfants) et je l'ai connu (pas mon cousin, l'appartement) en 1975 quand ma tante l'habitait.
Depuis j'y suis retourné des dizaines et des dizaines de fois. Notamment en 1977/1978 quand ma première épouse et moi habitions dans l'Isère, nous ne pouvions faute d'argent nous payer de "vraies et longues" vacances alors une fois par mois environ, je la prenais le vendredi soir à la sortie de son usine et avec la vieille Simca 1100 poussive direction Grenoble, Sisteron, Manosque et enfin la côte d'Azur. En espérant que "la panne mensuelle" n'arrivât pas sur ce parcours.

L'hiver 77/78 fut très rude, et je me souviens parcourir la Sibérie pendant quelques 150 km, voir peu à peu la couche de neige diminuer puis disparaître, vers les 20h faire une pause-sandwiches à Sisteron qui était déjà la Provence, même si l'air était encore glacial.
Puis au fil des kilomètres la végétation changeait, nous voyions le premier palmier vers St Maximin, lesquels devenaient de plus en plus nombreux à mesure que nous approchions de la mer. La descente de la vallée du Gapeau était un enchantement et un dépaysement total, et c'est à fond de train que nous parcourions les derniers km d'autoroute pour enfin nous garer rue Emile Vincent. Il était en général 23h, parfois moins, parfois plus. Ma tante (72 ans) nous attendait.
Et là, en descendant... le printemps !! Une dizaine de degrés, qui tranchaient avec les -10 des "Terres Froides".

En 1984, mon père affolé m'appela : ma mère avait eu un infarctus et se trouvait entre la vie et la mort. J'étais dans les Hautes-Alpes, la neige bloquait les routes, il était 16h, je devais faire la nuit. Comment être à Montpellier le plus tôt possible ? Internet n'existait pas mais le minitel si. Alors je prévins le collègues et regardai les horaires de train, il y avait un départ à 17h05, arrivée Marseille 21h10. Après, plus rien, sauf vers Toulon et Nice. Coucher à Marseille? Pour qui connaît le quartier de la gare St Charles, vaut mieux éviter d'y chercher un hôtel après 20h !
C'est ma tante qui nous logera, dans ce même appartement.
Le lendemain matin de très bonnne heure nous prendrons un train pour Montpellier, où nous serons à 10h. Ma mère était tirée d'affaire...

Oui, cet appartement a vu mes peines et mes joies.

 

Enfin Paris.
Je n'ai plus d'appartement-"témoin" (de ma jeunesse), ma rue a été complètement bouleversée, un méchant digicode m'empêche désormais de prendre le couloir de mon enfance et de mon adolescence, puis de monter l'escalier qui couine, et d'arriver au 7ème étage, celui des "chambres de bonne".
La dernière fois, c'était il y a 22 ans !

D'accord... je l'ai même évoqué dans une note. Mais il existe certains endroits de Paris qui n'ont pas changé. Déjà le jardin du Luxembourg, si cher à Joe Dassin et Gérard Palaprat.


Il a raison l'ami Gérard ! il me suffit de m'asseoir près du bassin pour me replonger dans mes années-lycée. Ce "Luco" que je traversais 4 fois par jour pour aller au lycée...

Il y a aussi d'autres endroits qui n'ont pas changé. Même les moins imaginables. Et pourtant !
Par exemple... la gare RER de la Défense est restée telle quelle depuis son ouverture en 1969.  Quand j'y passe, là aussi un certain bien-être m'envahit... Si je monte à la surface tout est foutu bien sûr !

C'est aussi le Parc Montsouris, où gamin je restais des heures sur un pont enjambant ce qu'on appelle maintenant le RER, regardant s'arrêter les ombibus et filer les "directs". On a les Mistral qu'on peut ! Ou les bords du canal St Martin avec ses écluses et ses passereles où l'on s'attend à tout moment de voir surgir Gabin et Arletty...

 

Voilà...

A présent, je vous dis à mardi, je file tout à l'heure prendre le train.

Pour Toulon...

Je vous embrasse

10:12 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (4)

16/03/2012

Les 50 interprètes de 1963 à 1974 d'après SLC : Sylvie VARTAN - II

1965 - 1967

On avait laissé Sylvie Vartan en 1964, sa meilleure année.

En janvier 1965 doublé pour elle avec en face A dans tes bras, qui arrivera n°2 fin mars 1965 juste derrière celui qui est en passe de devenir son mari johnny Hallyday, et en face B Histoire ancienne qui sera dans les 15 premiers entre le 15 mars et le 15 avril.

Doublé encore pour le disque sorti en avril. Hésitation de nouveau au départ pour la programmation avec le 15 mai je le vois en tête avec la 8ème place, et cette lettre-là 16ème. Qui revient finalement à la 2ème place du 15 juin au 15 juillet (derrière son mari) alors que je le vois plafonne à la 8ème place.

Pas de souci pour le disque d'été qui sera son carton de l'année. Quand tu es là, adaptation de Game of love, méga tube éphémère passé en boucle sur toutes les radios, après des débuts poussifs (19ème en juillet, 5ème en août) arrive sur la seconde marche du podium en septembre et décroche  tout juste une semaine la première place entre les deux tubes d'Adamo, mes mains sur tes hanches et comme toujours. Elle cessera d'être dans le top fin novembre, belle longévité...
17ème place pour j'ai fait un voeu, doublé donc pour ce 45 tours. A noter qu'une de ses plus belles chansons - selon moi - se trouve dans ce disque : ce jour-là.

Cette fois elle attendra la fin du succès de quand tu es là pour enregistrer son disque d'hiver. Qui sort en novembre avec c'était trop beau, qui n'ira pas plus loin que la 6ème place en décembre et janvier.
L'oiseau rare sera 21ème en décembre, mais une troisième larronne, Dis-lui qu'il revienne, va passer trois mois d'ans l'antichambre, et arriver n°22 en avril, alors qu'est déjà sorti son disque suivant !!

Au final pour cette année 65, Sylvie se maintient première chanteuse mais descend à la 4ème place toutes catégories, Eddy Mitchell et Claude François, de vieilles connaissances, lui passant devant.

1966.

Fin janvier sort il y a deux filles en moi, qui ne dépassera pas la 4ème place en mars, tandis que l'autre face le pays que j'ai inventé se contentera de la 21ème place.... en juin !!!

Enceinte de son fils David, elle va espacer ses disques, le suivant ne sortant qu'en juillet. Mr John B, adaptation de Sloop John B des Beach Boys sera le premier bide de sa carrière. Seulement la 12ème place en juillet... L'autre adaptation de cette chanson américaine, seul dans la nuit par Ronnie Bird fera pire encore.

Elle va consacrer plusieurs chansons à son fils David. La première, Ballade pour un sourire, qui sort juste après sa naissance - et juste après la tentative de suicide de Johnny, sauvé in extremis par le regretté Ticky Holgado - n'aura droit qu'à un furtif podium en novembre.

A mon goût, sa plus belle chanson elle va la sortir en décembre : Par amour par pitié qui arrivera à décrocher une seconde place début février 67.




Garde-moi dans ta poche sera quand à elle 17ème en février

Inexorablement, bien que toujours au sommet, Sylvie entame sa descente. Certes elle est toujours chanteuse n°1 de l'année chez SLC mais recule dans le "général" d'encore deux places.

1967.

Encore un numéro deux (en avril) avec 2'35 de bonheur, où elle change carrément de style. C'est à cette occasion qu'on entendra Carlos  - son secrétaire - pour la première fois.
La face B moi je danse sera classée 4 mois dans le hit (de mars à juin) sans dépasser la 20ème place.

Sortie en juin, un peu de tendresse ne parviendra pas à décrocher un podium, 4ème en août.

En septembre est dans les bacs le Kid, qui sera 3ème en novembre. La face B moi arrivera 18ème le même mois.

Pour l'année, Sylvie descend d'un cran, tant niveau chanteuse, à présent dépassée par Sheila, et tant au général, où elle arrive 7ème.

Que donneront la fin des années 60 ?

Vous le saurez dimanche 25.

Je vous embrasse.