Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2012

Elections : les menaces personnelles arrivent

Ceux qui lisent mon blog le savent, ceux qui lisent ma page Facebook le savent encore plus, je n'y suis pas tendre avec ceux qui nous dirigent.

Mais je ne pouvais en même temps qu'apprécier de pouvoir écrire ce que je pense, sans crainte d'être censuré. Pas mal de mes amis ("ex-amis" à présent par la force des choses) se sont vus retirer leur compte Facebook du jour au lendemain.

Alors, simple coincidence me direz-vous pour certains d'entre vous, les dirigeants en question ont dégainé leur HADOPI à mon encontre.

J'ai reçu ça hier :

hadopi.png

Pour bien comprendre la chose, il convient de préciser que dans les années 2004/2006, ça téléchargeait pas mal chez moi. Ma fille surtout, avec ses saisons de "friends" et autres albums d'Indochine. Moi il m'arrivait aussi de télécharger des chansons, lesquelles étaient introuvables dans le commerce.

Quand Sarkozy a sorti sa menace Hadopi, j'ai arrêté tout téléchargement, et viré la "mule" qui me permettait de le faire.

Puis, les années passant, j'ai quand même remis la "mule", tout en ne m'en servant pas ou peu. Quelques chansons introuvables (je ne faisais de tort à personne par conséquent), sans plus.

Mais vraiment occasionnellement.

 

Cette mise en demeure m'amène à me poser deux questions, fondamentales :

1) pourquoi un fait constaté le 19 décembre ne m'est-il reproché que le 6 février ?

La réponse me paraît assez simple : On pourra arguer à la récidive sur les quelques téléchargements que j'ai pu faire entre le 19 décembre et le 6 février, et par conséquent supprimer mon abonnement internet comme il est prévu dans le mail.
Tout cela, je pense, dépendra de leur "bonne volonté".
Et par conséquent de la mienne en ce qui concerne mes remarques à venir concernant l'UMP.

Non ce n'est pas de la parano ! Lisez "Marianne", lisez "le canard", vous verrez que tout cela existe, hélas.

2) je me souviens très bien de ce que j'étais en train de télécharger le 19 décembre. Oui, quelque chose de long, tout simplement le débat Aubry/Hollande, vu qu'à présent, faute de magnétoscopes et de cassettes, on ne peut plus rien enregistrer à la télé. A moins d'avoir un truc ultra-cher, qui enregistre sur disque dur, mais ça je n'ai plus les moyens de me le payer.

Là encore, peut-être une coïncidence, mais c'est quand même marrant de voir que c'est sur ce téléchargement-là que j'ai été coincé !!!

Hier, dès la réception du mail, j'ai définitivement désinstallé la "mule", et désormais, plus aucun téléchargement pour moi. D'autant que les chansons je peux les récupérer sur YouTube.

Mais comme ils ont brandi une énorme épée de Damoclès sur moi, je suis à leur merci, et peux très bien, d'un jour à l'autre, avoir ma connexion coupée. Plus de mail, plus de site météo, plus de blog, plus de belote, plus rien.

Alors, dois-je la mettre "en veilleuse" afin de sauver mon Internet ou bien continuer à dire ce que je pense ?

That is the good question.

A demain, peut-être...

Je vous embrasse.

11:06 Publié dans actualité, arnaques, Web | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : hadopi

09/01/2012

Le tobbogan de la mort à Lons le Saunier

Je suis vraiment pour, en matière de sécurité routière, le contrôle d'alcoolémie.

Mais je crois quand même qu'on devrait commencer en priorité par les crânes d'oeuf des Ponts et Chaussées, ceux qui nous construisent nos routes et aussi nos ronds-points.

Nos amis Suisses qui viennent de Genève, en empruntant la Nationale 78, voire ceux qui viennent de St Claude ou d'Oyonnax, doivent se souvenir longtemps de leur première arrivée sur Lons le Saunier.

Surtout quand la route est verglacée.

Voici quelques années, la N78 arrivait à Lons par le plateau côté sud, situé à une altitude de 500 à 600m. Puis, 9 km avant Lons (situé 300m plus bas) elle empruntait la vallée de la Vallière, pour arriver en pente douce dans les faubourgs de Lons.

Mais dans les années 70, à l'époque du "tout-auto", la DDE trouva que 9 km, avec des virages, et deux villages (de 100 habitants chacun) même si la route était très large, ça ne collait pas.
Aussi a-t'elle sorti de ses cartons un projet de "route directe". Laquelle ne suivrait plus la vallée, mais irait tout droit... !
La route continue donc sur le plateau, toujours à plus de 500m d'altitude, et ce jusqu'au dernier moment !
La descente commence bien plus tard, à seulement 3 km de l'entrée de la ville.

Ma foi, 3 km pour un dénivelé de 230 m, c'est déjà beaucoup. Ca fait du
8 %.
Il faut cependant savoir que les autoroutes sont limitées à 4%, et que la quasi-totalité des grandes routes internationales ne dépassent pas 5%. Y compris pour escalader des grands cols. En France tout du moins.
Mais enfin, c'est acceptable.
Seulement la "vraie" descente, elle, se situe seulement à 1km 400 de l'entrée de la ville, à 420 m d'altitude.
170 m de descente en seulement 1km300. Soit du 13%, sur une route internationale à 3 voies !

Les camions ne sont bien sûr pas autorisés à passer par ce qu'il faut bien appeler un "tobbogan". Ils sont déviés par l'ancienne route.

Alors la question : pourquoi avoir construit cette aberration sans nom ?

Pas pour des questions de nuisance dans les villages traversés, au contraire les poids-lourds s'y donnent à coeur joie avec la diminution des voitures et ils y bourrent encore plus.

En montée, les petites cylindrées - ou vieilles voitures, comme bien souvent nos jeunes en ont - ne peuvent pas la monter, et quand leurs conducteurs s'aperçoivent qu'ils se trouvent dans ce piège, c'est déjà trop tard. Seconde, voire première obligatoire, avec des fous en BM ou assimilées qui arrivent derrière à fond de train !

Pour la descente, surtout quand elle est verglacée, ça ressemble carrément à un tremplin olympique.

La preuve, voici une photo que j'ai prise l'an passé, quand j'y travaillais encore. Du haut du pont, plus de 170 mètres nous contemplent :

DSCN6507.JPG

Et pour vous prouver ma bonne foi, j'appelle l'IGN à la rescousse :

cote de montaigu.jpg

J'ai fait (l'été je ne suis pas fou) les deux trajets, l'un par le tobbogan, l'autre par la vallée. La différence de temps est de l'ordre de 4 à 6 minutes...

Pour les conducteurs l'ayant déjà empruntée, ma foi, c'est un choix !

Je vous embrasse.

17:58 Publié dans arnaques | Lien permanent | Commentaires (2)

14/12/2011

Adèle la copieuse !

Vous connaissez tous la chanson de la jeune Adèle, Rolling in the deep :


A mon avis, Adèle connaissait aussi une chanson vieille de 44 ans, Lady Madonna des Beatles !






Comme quoi, finalement, nos vieux tubes sont indémodables !

Je vous embrasse.

12/12/2011

LETTRE OUVERTE A Mme LA MINISTRE DE L'ECOLOGIE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Ouhans, le 12 décembre 2011

Je suis un météorologue à la retraite, et je suis très sensibilisé par les problèmes d'environnement.

La catastrophe nucléaire du 11 mars au Japon a achevé de me convaincre du fait que le nucléaire ne devait être qu'une solution de transition entre l'énergie fossile et émettrice de gaz à effets de serre et les énergies renouvelables.

Mais cela ne peut se faire en un jour.

J'ai, néanmoins, voulu essayer d'apporter ma petite pierre, malgré le fait que votre Gouvernement ait réduit de près de 80% les aides financières. Bien qu'ayant un revenu de 1608 euros pour un couple, ce n'est pas l'argent qui me motive, mais le désir de laisser une planète relativement vivable à mes petits-enfants.

J'ai donc fait appel, en avril, à une société spécialisée dans la pose de panneaux photovoltaïques.

Le commercial est là le 3 mai.

Je signe le contrat de 19.500 euros.

Je souscris un emprunt (200 euros de remboursement mensuel sur 10 ans)

Le 6 juin l'installation est terminée.

C'est là que la bataille avec l'administration commence.

Le 23 juin, ERDF me dit que mon installation est conforme.
Qu'une intervention est prévue, mais vacances obligent, ce ne sera pas avant septembre.

Entretemps, ils m'envoient quand même une facture de...619 euros pour le raccordement. Ils ne sont pas tous en vacances...

En septembre, ils mandatent une entreprise de la région, afin de compléter l'installation. Laquelle vérifie que tout marche à merveille. Effectivement mon installation est potentiellement productive.

Mais... il me faut l'accord du CONSUEL. Organisme de certification qui, je crois, dépend de vos services.

A partir de là, c'est l'enfer. Le CONSUEL bloque en permanence mon dossier.
Tantôt ils me disent que tout est OK dans mon dossier, puis quelques semaines plus tard, prétextent des documents manquants de l'entreprise. Laquelle entreprise leur ré-expédie les documents (que le CONSUEL avait déjà).
Puis, contact est de nouveau pris avec le CONSUEL, qui me dit une fois de plus que tout est OK, me fixant un nouveau rendez-vous. Ne voyant toujours rien venir, je les appelle, et ils me disent une foiqs de plus qu'il manque encore une pièce dans mon dossier...

Cela fait à présent plus de deux mois que petit jeu de chat et de la souris dure.

Et sincèrement, au vu de tant de mauvaise volonté, je ne pense pas en voir la fin de sitôt.

Mme la Ministre, je ne viens pas solliciter une faveur de votre part afin de faire accélérer les choses.

Je tiens seulement à faire remarquer que vos services sont en totale contradiction avec ce que vous défendez, à savoir les énergies propres. Côté pile, oui aux énergies renouvelables, clamé avec force dans les discours. Côté face, vos services bloquent tant qu'ils le peuvent les misérables pékins qui ont le malheur de tenter l'expérience.

Je pense sincèrement qu'avec de telles pratiques, le Grenelle de l'Environnement n'aura pas servi à grand-chose et que les énergies polluantes ont encore de beaux jours devant elles.

Veuillez agréer, Mme la Ministre, l'assurance de ma considération distinguée.

Patrick XXXXXXXX

 

(Envoyé à Nathalie Kosciusko-Morizet, publié dans Facebook et envoyé au journal Marianne)

06/12/2011

Les Ricains lèvent enfin le masque

Lorsqu'a été créé l'Euro, le dollar a cessé d'être la monnaie référente sur la planète.

Gros problème pour les Ricains, qui ont fait le gros dos pendant des années.

Ils ont attendu patiemment la faille, et celle-ci est arrivée en 2008. Hélas (et ça ils ne l'avaient pas prévu) cette faille est venue d'eux-mêmes, avec la crise dite des "subprimes". Crise qui s'est transformée en crise mondiale financière.

Virtuelle.

Car ces milliards de dollars et d'euros perdus n'ont pas été jetés à la mer, non, tout simplement ils n'existaient pas. Comme le font les traders à la bourse, qui achètent "virtuellement" des valeurs, et les revendent tout aussi "virtuellement" lorsqu'elles sont à la hausse. Sauf que les bénéfices, eux, ne sont pas virtuels.

Parfois, comme on "prend" à la belote avec presque rien, comptant sur les 3 cartes à venir et au jeu de son partenaire, ça ne marche pas. A là belote on est "dedans", et à la bourse, ça fait très mal. Kerviel en sait quelque chose.

Bref, avec cette crise d'origine US, la faille était là.

Comment s'attaquer à l'Euro ?

Tout simplement avec des bras armés appelés "agences de notation".

Agences qui d'abord se sont, à pas de loup, attaquées aux plus faibles. Irlande, Portugal, Grèce.

Je mets à l'écart l'Espagne qui elle en revanche a vraiment donné le bâton pour se faire battre avec son projet immobilier pharaonique. Je me souviens d'un collègue de 52 ans à Biarritz, qui en 2006 avait obtenu un prêt espagnol de.... 45 ans !!!!

Puis, second temps, c'est l'Italie qui a été dans le collimateur.

Troisième temps, la France. Facile de s'attaquer à un pays en pleine campagne électorale.

Voici 4 semaines, la nouvelle tombait : dégradation de la note française. Mais devant la menace planétaire de cette décision, l'agence a dû battre en retraite, et arguer d'une "erreur technique" !

Mon Q ..... !

Aujourd'hui, les masques sont enfin tombés. Une agence a menacé les "meilleurs éléves" de la zone Euro (dont l'Allemagne) de les dégrader de deux crans !!

Les Allemands en sont tombés des nues, se sont demandé pourquoi, pourquoi eux ?

Simple : le but de ces agences - et par delà du gouvernement américain - c'est de faire tomber l'Euro. Et cela, ce n'est vraiment aujourd'hui que l'Europe l'a compris.

Alors, je re-pose la question, celle que j'avais déjà posée voici un mois et demie

http://cicatrice.hautetfort.com/archive/2011/10/19/2012-l...

Cela sert-il vraiment à grand chose de se rendre aux urnes, quand on sait QUI dirige vraiment les pays ?
Avec, bien évidemment des Européens - paravents, comme Christine Lagarde à la tête du FMI qui inaugure les chrystanthèmes !

Les USA - via leur bras armé des agences de notation - ont déjà fait chuter les gouvernements grecs, italiens et espagnols.

A qui le tour ?

Ou alors, arrêtons le massacre et n'écoutons plus, tous en Europe, ces monstrueuses machines qui ne font pas que prédire les catastrophes mais aussi les provoquent.

Je vous embrasse.

05/12/2011

OUI à la concurrence sur les voies ferrées françaises !

 "c'est dégueulasse".

Telle a été la réaction - à chaud - d'Alain Souchon, invité du journal de France 2 quand a été évoqué le préavis de grève des cheminots portant sur les 4 week-ends de décembre, "parce qu'on manque de considération face aux nouveaux changements d'horaires le 11 décembre" (traduire "parce qu'on manque d'augmentation"....).

Delahousse a eu beau couper le sifflet très vite à Alain, le message est passé.

Il faut quand même savoir qu'en Franche-Comté, cela fait déjà plus d'un mois et demie que les cheminots sont en grève. Motif de ce mouvement : "il n'y aura pas de contrôleur sur la nouvelle ligne entre Besançon-Ville et Besançon-TGV". 8 kilomètres ... !

Il n'y a déjà plus de contrôleur sur les TER partant après 21h depuis le triste épisode de janvier 2005 (viol d'une contrôleuse sur un TER près de Brive), mais ça, personne n'en parle.

 

Je sais.

J'ai fait partie d'une entreprise nationale qui est partie de rien au début du siècle - du temps où elle s'appelait l'ONM -, pour arriver à "presque rien" dans les années 60, puis a explosé grâce à de nouveaux instruments de mesure et à l'informatique dans les années 90, où elle est devenue la plus performante du monde.

Mais le pouvoir de droite a supprimé le monopole de notre entreprise (qui a alors perdu son appellation "nationale") et tout le monde pouvait alors s'engouffrer dans la brèche. Ce qui lui a porté un rude coup.

Puis ça a été l'achèvement par la fameuse "RGPP" de sarkozy (mon nouveau clavier refuse les majuscules j'ignore pourquoi, mais là je ne reviendrai pas en arrière lol, je laisse comme ça) c'est à dire le démantèlement général de la plupart des entreprises publiques qui n'auraient pas les moyens de paralyser le pays si elles se mettaient en grève.
La SNCF a donc été épargnée, mais pas mon entreprise, qui quand même a sauvé des millions de vies depuis sa création.

Bref, j'ai dû partir précipitamment en retraite, sachant qu'on devait fermer mon centre au plus tard en 2014 et que d'ici là les gens qui partiraient ne seraient remplacés qu'à raison de 1 sur 3 (à mon arrivée en 2007 nous étions 7, actuellement "ils" sont 3...)

J'aurais donc des raisons d'être contre l'ouverture à la concurrence.

Mais pour les trains, RAS LE BOL !!!

Je suis un amoureux des trains, abonné à la Vie du rail depuis... 1964 !  A Rail Passion depuis sa création en 1996.

Mais les grèves de Noël, alors là basta !
C'est un des moments privilégiés de l'année où tout le monde peut se retrouver en famille, et seule la route ou l'avion seraient donc permis ? Avec deux fois plus d'usagers sur un réseau routier verglacé voire enneigé la plupart du temps ?

Cette année, un Paris-Rome passant par Dijon, le Haut-Doubs et la Suisse est créé par une société privée.

J'espère de tout mon coeur que cela va aller en augmentant, afin que ces messieurs les conducteurs de train payés plus que des profs d'université et pouvant prendre leur retraite à 52 ans (Oui ils ont bossé la nuit, mais moi aussi, jusqu'à 57 ans !! ) comprennent qu'ils ne sont plus les Rois et ne peuvent plus décider de prendre des millions de gens en otage.

Et je serai indulgent, je ne parlerai pas des 3h20 de trajet pour effectuer 77 km que j'ai effectués régulièrement durant l'automne et l'hiver dernier pour rallier Lons le Saunier et Pontarlier...

Sincèrement, à prix égal (le billet de train, même acheté 3 mois  l'avance, est très cher, parfois 4 fois plus que l'avion) entre une entreprise privée qui certes peut faire aussi la grève, mais pour des motifs vraiment "valables", et la SNCF je n'hésiterais pas une seconde...

Attention Messieurs les Cheminots ! Vous êtes en train de scier la branche (confortable) sur laquelle vous êtes assis...

Je vous (pas les cheminots) embrasse.

31/10/2011

Mon village désertifié, merci qui ????

J'ai vraiment du mal à croire que, lors des dernières élections cantonales, l'UMP ait pu avoir la majorité absolue dans mon village.

Sont-ils tous des crétins ? Je ne le pense pas, commençant peu à peu à les connaître.

Résumons :

Quand j'ai acheté le terrain ici, en 2005, le village disposait d'une poste.

D'une école.

D'une caserne de pompiers.

D'un hôtel-restaurant classé dans le Guide Michelin.

Pour faire ses courses, à 3 km se trouvait une petite supérette.

Egalement, un bureau de tabac/journaux.

Pour ceux qui voulaient voyager, une gare à 18 km qui disposait de 4 relations par jour avec Paris en TGV, et une à 27 km qui en disposait de 8 !!!

 

A présent :

Plus de poste. Pour expédier une lettre si l'on na pas de timbre, alors quelques jours par semaine (en moyenne entre 3 et 4 selon les congés de la dame - qui n'est pas du tout postière) on peut trouver une "agence communale" (nos "agences postales" des années 50/60/début 70, vive le rétro !) qui fait quelques opérations à 4 km. Ce matin, congés de l'agence, et fermeture du lundi pour celle à 7. Résultat des courses : 38 km pour aller poster une lettre urgente !
Sinon, si par exemple vous voulez avoir un conseiller financier, en prenant rendez-vous 3 semaines à l'avance vous pouvez en avoir un à 27 km. Sinon, pour les bureaux les plus proches à 17 et 19 km, prévoir un bon mois....

Je rappelle à toutes fins utiles qu'en 1997, La Poste était partout, et à même fait ouvrir une station-service à son sigle en Lozère !!!

L'école est toujours là. Pour l'instant, car il y a des bruits de fermeture coordination avec un autre village à 5 km.

La caserne de pompiers aussi, c'est les pompiers qui feraient défaut. Fini le temps où leurs patrons les laissait aller sur une intervention, là, c'est Pontarlier qui doit venir... (18 km).

L'hôtel-restaurant a fermé ses portes aujourd'hui. Pourtant bien fréquenté, son actuel propriétaire est à présent trop âgé pour continuer. Bien évidemment il pourrait le revendre. Mais à qui ? Les banques ne prêtent plus (sauf aux riches).

La supérette ? Disparue. Trop de charges. idem pour le débit de tabac/journaux.

Voilà pour Sarkozy, "directement".

A présent, parlons un peu de nos amis Suisses qui aiment bien passer la frontière et acheter français dans un des 40 super ou hypermarchés présents dans le Haut-Doubs, la plus forte proportion en France.

Mais pour leurs trains, pas de quartier ! La liaison Paris-Zurich passait jusqu'en 2007 par Dijon, Pontarlier, Neuchâtel et Berne. Depuis le TGV Est, deux sur quatre ont été supprimés.

Mais ce n'est pas tout ! Restaient à 27 km, à Frasne, les TGV Paris-Lausanne.
mais une réouverture de ligne dans l'Ain a fait gagner 30 mn sur Paris-Genève, et désormais deux sur quatre ont également été supprimés, préférant faire 130 km de plus en passant par : Mâcon, Bourg en Bresse, Bellegarde et Genève. Pourquoi pas Lyon ?????

Et enfin, à partir du 11 décembre, nos TGV Berne qui avant 2007 mettaient quelques 5 h par Pontarlier, puis 4h20 en passant par l'Alsace, mettront moins de 4h par la nouvelle ligne TGV Rhin-Rhône.
Pontarlier est désormais menacé de ne plus avoir aucun TGV.

Ah l'histoire de Pontarlier par le train...
En 1970, voici 41 ans, je mettais 3h55 par le rapide Paris-Berne-Interlaken...
Puis, en 1984, les TGV Lyria ne mettaient plus que 3h20.
Depuis l'an dernier, la ligne ayant été refaite sur la partie montagneuse, c'est 3h08 dans un sens (vers Paris) et 3h21 dans l'autre (Paris-Pontarlier). Comme il y a 27 ans.

Si les TGV disparaissent du paysage Pontissalien, il faudra au bas mot près de 4heures, en prenant 2 TER jusqu'à Dijon, et de là récupérer un TGV. Retour en 1970, sauf que là... il faudra changer 2 fois.

Pourquoi les Suisses font ça ?

En 1997, pour faire diminuer la dette (déjà !!) de la SNCF, on l'a séparée en deux, d'un côté ceux qui roulent, et de l'autre ceux qui font les voies, que l'on a appelé RFF (Réseau Ferré de France).
Pendant quelque temps, tout roulait, la SNCF avait presque résorbé sa dette et RFF résorbait peu à peu la sienne à l'aide de péages.

Mais voilà.... depuis 2007 (comme par hasard) les péages de RFF (entreprise d'Etat) ont tendance à s'affoler, de sorte que même le modèle TGV est mis en cause.
Et cela, les Suisses ne le supportent pas. Ils préfèreront donc, au lieu de payer pour un Paris-Genève et un Paris-Lausanne, ne payer que pour un Paris-Genève-Lausanne en accouplant deux trains.

Merci qui ???

13/10/2011

Blog "psychologies" supprimé : je republie ici

Nombre d'ex-bloggueurs de là-bas pourront hélas vérifier que tout ce qu'ils ont écrit est parti en fumée, sans le moindre avertissement des "modérateurs".

Depuis 3 ans, ayant prévu - et publié - cette mort inévitable, j'ai alors tout enregistré sur Word. Près de 1500 notes quand même, qui représentent une belle tranche de vie.

Si l'immense majorité de ces notes est personnelle (comme début 2006 l'épisode de l'hospitalisation non prévue de mon épouse - suivie d'une trépanation, non prévue non plus) une certaine quantité peut se révéler utile.

Par exemple, Damart.

J'avais fait une note sur la stratégie de ce groupe qui consiste à faire croire à tout le monde qu'ils sont les heureux gagnants de quelque chose. Et que pour savoir qu'il n'en est rien, il leur faut passer 3 heures d'horloge munis d'une loupe ultra-grossissante pour comprendre que c'est en fait une vaste fumisterie.

C'est une de mes notes - non personnelles - qui a reçu le plus de commentaires. Près de 50. Et je vois, tout à l'heure à la télé, dans "envoyé spécial", que ça continue... Ma note est donc toujours d'actualité !

Mais le blog ayant été effacé, si on tape "Damart arnaque" sur Google, on ne tombe plus sur mon blog, alors qu'il était dans les 5 premiers ne serait-ce que l'an passé.

Ceci n'est qu'un exemple. J'avais fait à mes débuts d'assez belles notes sur la Lozère, sur la folle aventure des radios libres, sur le harcèlement en général. J'avais commencé une série sur les stations du métro parisien. J'avais fait une saga sur les prénoms.
Tout cela est passé à la trappe. Ce n'était - comme la prétendue dette de la France - que du virtuel.

Aussi ai-je l'intention de republier ici certaines des notes de ce blog afin que ces écrits ne soient pas perdus à jamais...

Pourquoi cette note ? Parce que je suis lu en moyenne par 150/200 personnes/jour, dont une grande partie doit provenir de mon ancien blog. Et c'est pour ceux-là que j'ai écrit ces lignes, quand ils s'apercevront pour certaines notes qu'ils "l'ont déjà lu quelque part..."

Je vous embrasse.

 

PS : j'ai toujours la crève. je vais aborder ma 5ème semaine !

La dette française, c'est du pipeau....

Hier les deux protagonistes des primaires socialistes nous ont encore bassinés avec leur fichue dette.

Une dette bien pratique pour certains gouvernants et certains opposants, mais qui, j'ai le regret de vous le dire, n'existe pas, du moins en France.

La dette, c'est en fait des billets de Monopoly !

Je pourrais bien essayer de vous l'expliquer, mais je ne suis pas trop doué pour ça. Je préfère vous montrer une vidéo qui le fera mieux que moi, si du moins vous voulez bien consacrer 13 minutes à regarder ce petit documentaire très instructif.

http://www.youtube.com/watch?v=fIyPMzaK_Cc&feature=sh...

Je vous embrasse.

07/09/2011

La SNCF se fout de ses clients

Faites l'expérience : demandez un trajet province-province, la SNCF vous fera, avec ses TGV hors de prix, passer par Paris.

OK, de Besançon à St Brieuc, de Lille à Bordeaux, ou de Toulon au Havre, pas trop le choix.

En revanche, quand ma fille faisait ses études à Rennes et qu'elle venait nous voir à Biarritz, alors la solution Corail + TER mettait moins de temps, on lui proposait systématiquement un TGV Rennes-Paris, la traversée de Paris, + un TGV Paris-Biarritz. Au total 9h de trajet, alors que par le Corail et le TER elle ne mettait que 7h30.

J'ai voulu voir jusqu'où la SNCF poussait le paradoxe.

J'ai demandé un trajet Granville- Pontorson qui sont à 49 km l'une de l'autre, dans le même département (50).

Faites l'expérience vous-mêmes : allez sur le site voyages-sncf.com, et demandez un trajet Granville-Pontorson.

Je vous livre le résultat :

______________________________________________________________________________________

aaaa.jpg

______________________________________________________________________________________

Le site nous fait d'abord prendre le corail Granville-Paris (340 km), puis le TGV Paris-Rennes (374km), et enfin, après 1h30 d'attente à Rennes, un autocar Rennes-Pontorson (60km).

Il existe des autocars Pontorson-Granville qui font le trajet en moins d'une heure et qui ne coûtent que 2 ou 3 euros (même département).

Là, il ne faut pas moins de la journée (9h en tout) et acquitter la modique somme de 95 euros pour accomplir les quelques 770 km que le site nous a imposés.

Je vous embrasse.

12:55 Publié dans arnaques | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : sncf