Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2011

Si j'avais eu une fille en 1978, comment se serait-elle appelée ?

C'est bien de déballer des cartons.
Dont certains n'ont pas été touchés depuis plus de 20 ans !

Je viens de trouver un carnet intitulé "remarques", dans lequel je marquais tout et n'importe quoi.

Par exemple, le prix des 45 tours.
(je vous parle en équivalent - euro 2011) était en 1967 de ...7 euros 67 (!) en 1968 de 7 euros 93, en 1969 de 7 euros 56, en 1970 de 8 euros 26 (la moitié en Suisse...) .
Mais les hypers ont changé la donne.
Au Mammouth de Montpellier, on pouvait trouver le single à 4 euros 22 en 1973 !
C'était l'époque où les hypers cassaient vraiment les prix. Epoque qui n'a pas duré bien longtemps, car en octobre 77, date où je tenais ce carnet, si on en était à 5 euros 08, le rattrapage allait être assez rapide.

Je vois aussi un chapitre "consommation électrique".

"1h de chauffage 1500 W: 0.72 francs". Traduction : le KWH valait à l'époque 0.25 € 2011. Soit deux fois plus qu'à présent... J'avais oublié !

Je tombe aussi sur des hit-parades, sans intérêt, du moins pour vous, de savoir qu'en 1977 ma chanson préférée s'intitulait mon amour ennemi chantée par Guy Bonnardot !

Et enfin, à la lettre "P", ce que nous appelions "prénoms pour rejeton éventuel".
En 1978 j'étais "hachement" romantique. Comme mon épouse d'alors !
Car la page est datée du 1er juin 1978.

A l'époque, donc, si nous avions choisi le prénom masculin (Richard), nous nous battions pour le prénom féminin.

Héritant à l'époque (ou voulant le singer) de mon père, je traitais chaque sujet comme un rapport comptable.

Je vous le dis car "situation au 1er juin 78" risque de me faire prendre pour un maniaque.

Donc, ce 1er juin 1978, nous hésitions entre deux prénoms féminins.
Deux premiers ex-aequo. D'abord la filleule de mes parents pour laquelle j'avais toujours eu un petit faible. Annie. Elle sera du reste le troisième prénom de ma fille.

Mais pour l'autre, je vous laisse le découvrir:

Image (80).jpg

J'avoue que mon engouement pour Muriel, Carine, Chantal, Sandrine et Marie me laisse assez pantois !

je vous embrasse.

28/05/2011

En ce moment on vit un conte de fées

• La roturière est devenue princesse.

• Le méchant a été tué.

• Blanche-neige est enceinte d'un nain.

• Et pendant ce temps là, Dominique, nique, nique....

 

Je vous embrasse.

PS : à ce sujet, (DSK) il se pourrait que la mascarade se termine plus tôt que prévu - mais trop tard pour les présidentielles - , la défense étant en train de démontrer que la plupart des thèses de l'accusation ne tiennent pas. Que n'a-t'on pas commencé par là, un procès équitable d'abord, avec la victime autant à visage découvert que le présumé agresseur, et la possibilbilté  pour chacune des deux parties d'étayer ses arguments...
Je plains Fitoussatou quand elle devra apparaître à la barre...Si elle y apparaît un jour.

22/03/2011

Nos policiers sont-ils des handicapés ?

Disons, certains d'entre eux le considèrent....

police.jpg

11/02/2011

Sportif sans trop le vouloir...

Voilà ce que c'est de construire une maison sur trois niveaux. Certes, on y a de la place, et chaque pièce est située de telle manière que personne ne gêne personne.

Par exemple les cuisines à l'américaine....
Ah quel bonheur ! Sentir la cuisson d'un chou-fleur, entendre le bruit du lave-vaisselle tandis qu'on est en train d'essayer de regarder la télé, j'ai donné entre 1995 et 2010, mais j'ai juré qu'on ne m'y reprendrait pas.

Idem la pièce où est installé mon ordi, et ma chaîne hifi. Elle a toujours été à côté d'une chambre à coucher ou de la salle à manger. Si bien que ma musique, poussée à un certain niveau, pouvait s'entendre dans les environs immédiats.
Il n'y a que dans un appartement, occupé de septembre 1997 à novembre 1998, que dans ce que ma douce épouse appelle "la pièce à bordel", je n'ai jamais déballé aucun carton. Je n'y ai jamais écouté de musique, mon occupation principale étant le lit, où en dehors des jours de boulot et des jours de visite, je le squattais jusqu'à 11h30, puis de 13h15 à 16h/16h30, et à partir de 20h30. Pas forcément pour dormir, pas mal aussi pour lire, mon lit était une sorte de refuge.

Dans ma nouvelle maison du Odou, les chambres sont au premier, avec un WC-salle de bains.
Au rez-de chaussée se trouve salon, salle à manger, seconde salle de bain, WC séparé (deux WC c'est peut-être un peu snob, mais je vous garantis que personne ne gêne l'autre) , une autre chambre (qui sert de chambre d'amis, qui ont ainsi tous leurs aises) et enfin la cuisine.
Au sous-sol le garage, une buanderie où peuvent ronfler tranquillement la machine à laver et le sèche-linge, la cave à vin, un couloir dans lequel j'entrepose pas mal d'affaires, dont des piles et des ampoules (retenez bien les ampoules, vous verrez que ce n'est pas innocent...) et enfin ma pièce à bordel où se trouve l'ordi (où je peux surfer sans me faire surprendre) et la chaîne Hifi (que je peux faire gueuler sans gêner les autres).

 

Mais, il y a des choses auxquelles je n'avais pas pensé.

Par exemple, hier soir, après avoir éteint l'ordi, je monte me coucher.
Et là, je constate que l'ampoule de ma lampe de chevet est naze.

Je descends alors au sous-sol pour en chercher une autre, et après m'être regrimpé mes deux étages, je m'aperçois qu'elle est à baïonnette alors qu'il en faut une à vis !

Je descends alors au sous-sol pour en chercher une autre, et après m'être regrimpé mes deux étages, je m'aperçois (j'ai fait un copier-coller, ça va plus vite lol) qu'elle est HS. Censée pourtant être dans les "qui marchent".

Je descends alors au sous-sol mais cette fois j'en prends une bonne dizaine, et je finis par en trouver une qui marche.

Et je redescends une nouvelle fois pour ranger celles sont je n'ai pas eu besoin.

Comptez : ça fait 10 étages de montés ! Et pas des petits étages, les plafonds sont à 2m50 !

Un "exploit" que j'aurais refusé d'accomplir si on me l'avait présenté sous une autre forme. C'est à dire, par exemple, de grimper au 10ème étage d'un immeuble sans ascenseur...

Merci à ma maison qui me (nous) permet de faire dus sport !

Je vous embrasse.