Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2020

la guerre des sexes

Je vous livre un texte, paru dans "Marianne", qui reflète bien ce que sont en train de devenir les relations entre les hommes et les femmes. Ce texte, du jeune Quamel est un peu exagéré mais si peu...


On ne se rend pas toujours compte à quel point le sexisme et le patriarcat sont présents partout et se cachent parfois sous des apparences de "galanterie", voire de "savoir-vivre".
Heureusement on peut compter sur des personnalités clairvoyantes pour nous en faire prendre conscience. Ainsi Vanessa Descouraux, journaliste à France Inter a dénoncé sur Twitter un cas évident de Mansplaining de rue :
Un gars inconnu : "attention laissez pas votre batterie sur votre vélo, il ya bcp de vols". Alors Jean-Wilfried merci car jusqu'à ta divine intervention je n'avais jamais entendu parler de vols de vélos à Paris. Jamais. Et occupe-toi de ta life.

On voit bien ici à quel point, outre le fait qu'il se croit permis de s'adresser à une jeune femme sans son autorisation, l'homme profite de sa situation de dominant pour l'humilier en la prenant pour une non-initiée, voire une "provinciale" pour asséner une leçon avec la supériorité du "mâle cis hétéro".
Ajoutons à cela le vouvoiement, typique de la condescendance du bourgeois blanc, et l'injonction de faire ce que l'homme dit à travers l'impératif et vous obtenez le parfait condensé du patriarcat décomplexé. Et qui sait si en cas de réponse plus amène de cette femme, l'homme n'en aurait pas profité pour la violer du regard, voire plus tard fantasmer sur elle sans son consentement ? La journaliste a bien fait de réagir de la sorte.
Inversement, le courage de cette femme, qui n'hésite pas à fustiger cette ignoble agression machiste sur Twitter tout en libérant sa parole, est exemplaire. En outre, on sait pertinemment que même lorsqu'ils n'en laissent rien paraître, les messieurs ne pensent qu'à une chose. Derrière un faux gentilhomme de trottoir, il y a toujours un vrai "mâle hot rue".

Cette façon odieuse qu'ont les hommes à s'adresser sans vergogne à des femmes inconnues pour leur expliquer la vie n'est hélas pas rare, et il convient Mesdames de ne pas se laisser berner par ces prétendues marques de politesse et de générosité et de se méfier comme de la syphilis du "Nice Guy Syndrome", car un gars sympa, ça n'existe pas !
Voici quelques conseils pour vous éviter toute désillusion :
- si un homme vous dit bonjour, c'est qu'il cherche à vous "silencier".
- s'il vous dit qu'il vous aime, c'est pour vous réduire au rang d'objet.
- s'il vous demande en mariage, c'est pour contrôler vos dépenses et 
- s'il veut un enfant c'est évidemment pour alourdir votre charge mentale !

Mais pour se libérer totalement de cette emprise sexiste qui contamine tous les rapports sociaux, il convient de ne surtout pas s'arrêter aux situations actuelles et de réinterpréter l'Histoire avec davantage d'objectivité, car celles-ci ne sont qu'une répétition de celles-là, un "remec" en quelque sorte.
Avec le recul, comment ne pas voir un acte misogyne dans l'ordonnance du général De Gaulle donnant le droit de vote aux femmes, ou dans la loi autorisant la contraception proposée par un homme, Lucien Neuwirth ?
Hélas, à l'époque, des féministes moins vigilantes et plus collabites n'ont pas réagi comme il eût phallus !

Enfin, il convient de ne jamais oublier le paternalisme abject dont a fait preuve en mars 2018 le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame à Trèbes, imposant à une femme de prendre sa place d'otage sans même lui demander son avis...

J'avoue que j'ai hésité avant de reproduire le dernier paragraphe, mais je pense que publier un texte tronqué risque de le dénaturer. Il faut prendre le tout ou ne rien prendre.
Pour ma part j'apprécie ce genre d'humour cynique style Bedos (père et fils) ou Desproges avant qu'il ne se prenne le melon...
Je vous mets le lien de son blog, qui n'a qu'un défaut, c'est celui de laisser voir son compteur. Une erreur de jeunesse qui m'a duré une bonne demi-douzaine d'années ! Sans doute a-t'il, comme c'était mon cas, un grand besoin de reconnaissance ? Et de voir 6 chiffres comme nombre de pages vues le rassure ?

Bonne lecture en attendant

Je vous embrasse.

04/01/2020

RETRAITE PAR POINTS : L'AGE PIVOT EXISTE DEJA !!!!

Depuis 2019, et il est de 65 ans !!

Si j'ai bien compris ce texte extrait de l'abscons "droit-finances" :
https://droit-finances.commentcamarche.com/contents/1183-...

 

Capture.JPG


J'espère avoir mal compris....

16/12/2019

A propos de la "grève"

(noter les guillemets)

ENTENDU un cheminot au journal de 13h:

"je me suis mis en grève jusqu'au 24, et ensuite j'ai posé des congés pour les vacances".

QUESTION :

Quand Martinez et Cie clament à cor et à cris "qu"ils arrêteront la grève dans la minute où la réforme est abandonnée" , ne serait-ce pas nous prendre pour des c... puisque certains n'hésitent pas à dire devant les caméras qu'ils se sont déjà octroyé 1 mois de vacances depuis le 5 dont la moitié de "congé sans solde" sous prétexte de "mouvement" ???

Sinon, premier fusible sauté, Delevoye. Casser le thermomètre ne suffira pas à faire baisser la fièvre.

Mercredi sautera le second, Berger, à qui on "accordera" vraisemblablement son "os", à savoir une baisse de "l'âge pivot", mesure "bonus" non prévue qui semble avoir été prise pour mieux ensuite la retirer et faire semblant de reculer...

Pendant ce temps les travailleurs galèrent, les commerçants se désespèrent, les grands-parents sont chagrinés de ne pas pouvoir voir leurs petits-enfants à la Noël (quand ils ont le droit de les voir, mais ça c'est un autre sujet !)

Pendant ce temps les pubs télé nous vantent les SUV et autres hybrides hors de prix, car ils savent que faute de trains, seule la bagnole peut sauver la mise.

Heureusement nos "braves" routiers sont là, qui parachèvent le boulot en commençant à bloquer les routes.

Joyeux Noël quand même !

Je vous embrasse.

17/11/2019

Trop d'hommes blancs de plus de 50 ans !

C'est la nouvelle patronne de France-Télévisions, Delphine Ernotte, surnommée "l'Attila des vieux animateurs" qui a pondu cette phrase.
Patrick Le Lay avait donné 'le temps de cerveau disponible pour Coca-Cola", Ernotte veut apparemment concourir à ce jeu-là !

Donc, pour mettre ses paroles en accord avec ses actes, la charrette a commencé dès son arrivée.

Et d'abord des "piliers". Michel Drucker s'est vu éliminer du dimanche après-midi, où pourtant il avait réussi à succéder à l'icône Jacques Martin. Prétexte : trop vieux !  Remplacé par le "jeune" (50 balais quand même) Laurent Delahousse.

Autre "monument", Julien Lepers a dû quitter "questions pour un champion", qu'il animait avec brio depuis 28 ans, pour le même motif ! 

Idem Patrick Sébastien, à qui la chaîne avait fait signer une "clause de non-dénigrement", prévoyant que le Briviste n'allait pas se laisser faire sans répliquer. Moi qui achète ses bouquins les uns après les autres, j'ai effectivement vu qu'il n'avait pas encore sorti ses griffes. Mais dans son prochain, sans chaînes, je pense qu'il va enfin se défouler comme il l'avait fait dans Putain d'audience voilà une quinzaine d'années.

Exit aussi William Leymergie, celui qui a accompagné nos petits déjeuners depuis presque 35 ans.

Idem Georges Pernoud, éjecté de Thalassa, qu'il avait créée.

D'autres ont préféré négocier, et jouer à ceux qui partent volontairement. 

Ainsi Gérard Holtz et surtout Thierry Beccaro, dont je regardais le motus depuis que j'étais trentenaire.


Finalement les téléspectateurs étant de moins en moins des veaux et ayant exprimé leur mécontement, le jeune loup Delahousse a été obligé de rendre sa place à Michel Drucker.

Mme Ernotte n'est pas non plus de la première jeunesse, elle a 53 ans, et devra quand même se méfier, d'ici moins de 10 ans, de ne pas tomber sur quelqu'un de son acabit...

Je vous embrasse.

12:24 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

22/06/2019

De quelle région sont nos hommes politiques ?

Attention je ne parle pas ici des "régions d'adoption". Je parle de l'endroit où ils ont grandi et fait leurs études secondaires.

D'abord les plus titrés (présidents et premiers ministres)

CHARLES DE GAULLE : Paris
MICHEL DEBRE : Paris (les mêmes lycées de moi)
GEORGES POMPIDOU : Albi puis Toulouse
JACQUES CHABAN DELMAS : Paris
VALERY GISCARD D'ESTAING : Clermont-Ferrand puis Paris
JACQUES CHIRAC : Corrèze puis Cannes puis Paris
RAYMOND BARRE : Ile de la Réunion
FRANCOIS MITTERRAND : Charente
PIERRE MAUROY : Lille puis Paris
LAURENT FABIUS : Normandie
MICHEL ROCARD : Paris mais marié à Vébron (Lozère), là où mes parents avaient passé 8 ans plus tôt leur premier séjour en France métropolitaine !
EDITH CRESSON : Paris
PIERRE BEREGOVOY : Normandie
EDOUARD BALLADUR : Marseille (!)
ALAIN JUPPE : Landes
LIONEL JOSPIN : Paris
JP RAFFARIN : Poitiers
DOMINIQUE DE VILLEPIN : Maroc, puis Etats-Unis, puis Vénézuela puis Toulouse !
FRANCOIS FILLON : Sarthe
NICOLAS SARKOZY : Paris
FRANCOIS HOLLANDE : Rouen puis Paris
JEAN-MARC AYRAULT : Maine et Loire
MANUEL VALLS : Barcelone, naturalisé français en 1982
BERNARD CAZENEUVE : Oise
EDOUARD PHILIPPE : Rouen
EMMANUEL MACRON : Amiens.

Les "finalistes" à la présidentielle qui n'ont pas été premiers ministres :

ALAIN POHER (1969) : Paris
JEAN-MARIE LE PEN (2002) : Morbihan
SEGOLENE ROYAL (2007) : Sénégal puis Martinique puis Vosges
MARINE LE PEN (2012) (qui s'appelle en fait .... Marion !) : Paris

les autres étant, je le rappelle, déjà cités : Mitterrand (1965), Poher (1969), Mitterrand (1974), Giscard (1981), Chirac (1988) et Jospin (1995).

Je vous embrasse.




11/12/2018

Gilets jaunes : en route pour l'acte V samedi !

Et pourtant ! Quand Macron a énuméré ses mesures hier, je me suis dit qu'il avait compris le message.

Mais - comme pour un contrat d'assurance - c'est ce matin, en regardant les "petites lignes" que j'ai vu qu'il nous avait bel et bien arnaqués...

Le smic sera augmenté de 100 euros.

Je me suis dit ça y est, pour mon épouse, c'est tout bon, elle qui ne touche que 685 euros pour 20 heures.

En fait ce ne sera pas le SMIC qui sera augmenté, mais une prime ! Prime qui concerne les smicards célibataires, divorcés, ou (plus nombreux) qui vivent en couple incognito.

Ma petite femme restera avec ses 685 euros....


Les retraités sont un peu mieux lotis : annulation de la CSG pour les moins "riches".

Idem : célibataires, divorcés, ou (plus nombreux) qui vivent en couple incognito. Pour les autres, le matraquage va continuer.

Tout est expliqué ici .

Mais vraiment, chapeau l'artiste ! Pendant quelques heures, j'y ai vraiment cru !

A samedi...

04/12/2018

GEL DES TAXES CABURANTS : le site pour vérifier

C'est !!!!


13:07 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2018

QUE VEULENT LES GILETS JAUNES ?

 

maxresdefault.jpg

Au début il n'était question que de carburant.
Mais peu à peu ça a dégénéré. Une brèche dans laquelle le mécontentement général s'est engouffré.

A mon sens, cela aurait pu être évité.

Depuis longtemps, la mobilisation du 17 novembre était annoncée, comme un appel au secours d'un peuple qui n'arrivait plus à boucler ses fins de mois à cause d'une pression fiscale de plus en plus forte, et qui n'était pas dans le programme de l'actuel président de la République.

Je pense sincèrement qu'il aurait suffi d'un geste d'apaisement de la part de l'exécutif, comme par exemple le gel de la taxe sur les carburants et le mouvement aurait cessé de lui-même.

Au lieu de ça le même exécutif non seulement n'a pas fait un seul geste, mais au contraire, très "Marie-Antoinette 89", a attisé les mécontentements. "Le cap sera maintenu" a été la seule réponse d'un premier ministre arrogant.
Au nom d'une taxe carbone alors "qu"en même temps", Macron a autorisé la destruction en Guyane de 1500 hectares de forêt Amazonienne pour... chercher de l'or !

Pire, le "coup de pouce" au SMIC traditionnellement octroyé chaque année n'aura pas lieu cette année.

En tant qu'ancien soixante-huitard, je sais comment ça se passe. Les vrais casseurs, qui se glissent dans les manifs pour faire leur sinistre besogne, ça existe.
Mais le problème c'est qu'il n'y a pas que des casseurs, il y a aussi des vrais gilets jaunes qui manifestent pour la première fois de leur vie et répliquent à l'agression parfois brutale des "forces de l'ordre", parfois en proportion. Et les télés, qui au fond n'ont pas trop changé vis à vis du pouvoir en pace depuis 50 ans, montrent uniquement ces images de violence parisienne, en "oubliant" ce qui se passe en dehors de Paris, en qualifiant les manifestants d' "extrêmes". Gauche ou droite selon la couleur des télés.

Alors, la solution ?

Chirac l'avait trouvée en son temps, après les grandes grèves de décembre 95 :
la dissolution de l' Assemblée. 

De deux choses l'une : soit ce mouvement est superficiel, ou très minoritaire dans "la France profonde" (comme en 68) et la majorité actuelle sera reconduite.
Soit c'est vraiment profond et alors on rebat les cartes.

L'idéal aussi serait d'imiter les Américains, avec des élections de mi-mandat. Cela rendrait nos gouvernants moins arrogants entre la seconde et la quatrième année de leur septennat. Ah certes je les entends parler de leur "non-visibilité à long terme", mais à mon sens deux ans et demie pour faire des "réformes" (mot vidé désormais de son sens) c'est largement suffisant si les "réformes" sont justifiées.

En attendant, il faut calmer les esprits et arrêter cette arrogance de la part du pouvoir, surtout la surpression fiscale.

Avant qu'il ne soit trop tard.

Je vous embrasse.

02/08/2018

CANICULE

Je suis conscient (ma note sur mon mariage me l'a montré) que cette note sur mon blog, désormais estampillé "blog de chansons" ne suscitera que peu de commentaires, mais en tant que professionnel, même en retraite, j'entends tellement de conneries à la télé que je juge utile de remettre les pendules à l'heure.

On peut s'étonner que Météo-France, mon ancienne boîte, place tant de départements en alerte orange, alors que les températures prévues sont certes élevées mais pas tellement plus au fond que "la normale".

C'est qu'on s'est aperçus depuis une dizaine d'années que la température lue au thermomètre ne veut, au fond, pas dire grand-chose si on ne tient pas compte de l'humidité.

30 degrés avec une humidité de 25%, le corps ressentira 30 degrés.
Les mêmes 30 degrés avec une humidité de 50%, le corps ressentira 36.
Et si l'humidité monte à 75%, c'est carrément du 42 !!!!

Et c'est ce qui se passe en ce moment. Air chaud, mais venant du sud, donc humidifié par une Méditerranée très chaude.

Voilà les relevés de 14 heures sur le sud-est aujourd'hui :

CANI 1.JPG

Ce sont certes des températures élevées, mais inférieures quand même de plus de 5 degrés à ce que l'on a vu en 2003, même 1983.
Mais si on prend la même carte avec les températures ressenties, voilà ce que cela donne :

CANI 2.JPG

Les 40 sont dépassés sur toute la bande côtière.
Les thermomètres de Nice affichent 30 degrés, les gens ressentent 42 !!!
Et à contrario ceux d'Evreux afficheront la même température, le ressenti sera de 32, soit tout à fait supportable !

C'est ça que je reproche aux présentateurs météo, c'est de ne pas parler en cas de canicule de température ressentie, alors qu'ils le font pour les vagues de froid.

Peut-être un jour ???

Je vous embrasse.

PS : si vous avez un hygromètre (appareil qui mesure l'humidité) vous pouvez calculer la température ressentie chez vous grâce ce site

15:25 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (9)

17/04/2017

LA VERITE SUR LA DETTE DE LA FRANCE

Je "reposte" à nouveau une note écrite voilà 5 ans, concernant la fameuse dette "qui ruinerait la France, "au bord de la faillite".  En vérité la France n'a jamais été aussi riche ! Mais cette richesse est mal distribuée.

Je ne suis pas du tout économiste, mon métier a consisté à prévoir le temps, pas les indices boursiers. Cependant, je pense avoir compris comment ce "truc" fonctionne et je vais essayer de vous l'expliquer.

Supposons un jeune couple travaillant à Paris. Ils désirent s'acheter un appartement et obtiennent un prêt de 300.000 euros sur 25 ans.
Supposons qu'ils obtiennent du 5%, ça leur fait des mensualités de 1754 euros (hors assurances).

Mais au bout de 10 ans, l'un des deux est au chômage. Ils ne peuvent plus faire face à leurs mensualités.

Ils ont seulement, à ce stade, remboursé 78227 euros, le reste est parti en intérêts.
Il leur reste 221.773 euros à rembourser.

( source : http://www.cyberpret.com/calculettesimple.php3 )

La banque leur consent alors un nouvel emprunt de cette somme sur de nouveau 25 ans.

Mais comme ils sont "mauvais payeurs", le taux monte à 7%.
Les mensualités "descendent" à 1567 euros, qu'ils parviennent à payer en faisant des sacrifices.

Au bout de 10 ans, rebelote ! Cette fois c'est les études des enfants qu'il faut financer.
Il leur reste 174.386 euros à rembourser.

La banque veut bien rééchelonner leur dette, mais ce sera désormais du 9%. A prendre ou à laisser !

Cela donne, toujours sur 25 ans, des mensualités de 1463 euros.

Au bout de 10 ans, pour une raison que je vous laisse le soin d'inventer, ils jettent encore l'éponge.

Reste 144.285 euros ------> Banque accepte le rééchelonnement mais cette fois à 12% ----> Mensualités de 1519 euros !

STOP !!!!

Je pense que vous avez compris le principe. A partir de là, ils ne rembourseront plus - s'ils y arrivent ! - que les intérêts...

Alors qu'ils ont déjà sorti... 574.800 euros, soit le double de leur emprunt initial, ce qu'ils devront sortir tous les mois ne fera, désormais, pas pour autant baisser leur dette.

C'est l'illustration du proverbe "on ne prête qu'aux riches". Si tu as les moyens, alors le taux d'intérêt est bas. Et plus tu as du mal à faire face, le taux monte. Et au final, tu n'arrives plus à suivre.

C'est exactement ce qui se passe pour la Grèce, l'Italie, le Portugal, l'Espagne, l'Irlande et à présent, la France.

 

Avec ce système à la con, jamais la situation ne pourra se dénouer.

Je ne suis pas économiste, je le répète mais je crois que, à l'instar de n'importe quel élève de 5ème, il est facile à comprendre que si on appliquait un taux d'intérêt unique et même pas de taux d'intérêt du tout (une banque centrale est faite pour ça) pour tout le monde, on n'en serait jamais arrivé là...

La dette, la France l'a déjà remboursée.  Et ce qui reste ne sont que les intêrêts des intérêts...

Je vous embrasse.

PS : inutile de chercher sur Google d'où vient cette note, elle ne provient que du cerveau (en surchauffe) de votre humble serviteur, qui a cogité ça toute la soirée :)

 PS : les premiers commentaires sont de 2012, sur la note intiale.