Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2010

Patrick, Laurent : putain de mois d'août :(

_Cauvin.jpglaurent-fignon1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 août, Patrick Cauvin meurt à 77 ans.  Pour moi c'est un truc inimaginable, alors qu'hélas il est "dans les statistiques". Cauvin m'a accompagné un bon bout de chemin dans ma vie avec son oeuvre, que je possède intégralement dans ma bibilothèque.

J'avais 26 ans, j'étais encore avec ma première épouse quand a paru "E=MC2 mon amour".
Je faisais de la radio dans les Hautes-Alpes quand est sorti "nous allions vers les beaux jours" le premier bouquin que je lus de lui.  En même temps que ma fille arrivait "c'était le pérou" en 1984. C'est à Mende que, en 1987, je découvris "Povchéri" puis sont sortis "Rue des Bons-enfants", "Belles galères, "menteur", "tout ce Joseph écrivit cette année-là".

En Bretagne je lirai "Villa vanille", et dans le pays Basque "jardin fatal" et "la reine du monde".
ici, à Lons, j'avais dévoré "Venge-moi".

Tous les ans j'attendais mon Cauvin, que je dévorais et qui venait rejoindre ses copains dans ma bibliothèque.

Cauvin fut l'objet, sur un autre site, d'une de mes toutes premières notes sur un blog, voici 5 ans : je_suis_fan_de_.html

Mais cette année, je posséderai, hélas définitivement, l'intégrale de Patrick Cauvin.

 

 

Laurent Fignon.

Il m'avait épaté lors du Tour 2010 quand il commentait sur France 2. Fignon savait qu'il était atteint d'un cancer incurable, avait même fait une "autobiographie-express" quand il a vu que la maladie allait l'emporter, et alors qu'il était quasiment en phase terminale, a tenu à commenter le Tour. La voix erraillée, c'était lui. Le fonceur, le baroudeur mais aussi le sentimental.

Il a gagné deux fois, en 1983 et 1984, devant un Hinault encore très en forme.

Mais je me souviendrai qu'on lui a volé sa victoire en 1989, ratée de 8 secondes dans le contre-la montre des Champs Elysées. La seule et unique fois où cette dernière étape était décisive. Si vous voulez savoir pourquoi on lui a volé sa victoire,je vous engage à lire son autobiographie, parue en poche "nous étions jeunes et insouciants".

C'est vrai qu'il était jeune, quand en 1983 il a remporté le Tour alors qu'il y participait pour la première fois. Il avait tout juste 23 ans.

Et de toutes façons, il ne sera jamais un vieillard...

Photos de Malte pour Fiamella (et ceux qui sont intéressés)

 

DSCN6240.JPG

DSCN6246.JPG

 

DSCN6258.JPG

DSCN6261.JPG

DSCN6280.JPG

DSCN6310.JPG

DSCN6311.JPG

DSCN6324.JPG

DSCN6343.JPG

DSCN6361.JPG

DSCN6373.JPG

DSCN6385.JPG

DSCN6391.JPG

DSCN6404.JPG

A bientôt !

 

 

18:58 Publié dans beaux moments, Voyage | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : malte

Je n'aurai plus jamais de chef !!!

Notre chef Claude L. est parti à Lyon, sans être réellement remplacé. Je peux donc dire que ça y est, je n'aurai plus jamais de supérieur direct, j'en bondis de joie. Il faut quand même savoir qu'un de ces petits chef ont cassé ma vie.

Je me suis amusé à tous les passer en revue, avec leurs annotations. Depuis ma titularisation.

D'abord Pierre W. à Roissy (1974/1975), l'"excité"

Bon élément, travaillant d'une façon efficace et consciencieuse et semblant s'intégrer au travail collectif.

Puis Claudius P. à Grenoble St Geoirs (1975/1979) le "sournois"

Elément consciencieux, assure avec compétence des vacations d'assistance. Participe avec sérieux à la formation d'élèves-pilotes et d'aiguilleurs du ciel.

Ensuite Pierre S. à Millau (1979/1980) où j'ai perdu 30 kg (sur 79) en six mois (divorce). Pierre S : le "brave homme" qui n'hésita pas à venir chez moi alors que j'étais malade à me dire de rester au lit et quil ferait la nuit à ma place..

Bon élément, s'intéresse à son travail.

Puis Georges C... à Embrun( 1980/84) l" énigmatique" :

Possède de très bonnes connaissances professionnelles mais doit encore faire un effort pour assurer avec régularité le travail de base qui lui est demandé.

C'est vrai que je négligeais le train-train qui était notre lot à cette époque, et je voulais en faire plus.

Même réflexion pour le suivant, Jean-Noël V-C, toujours à Embrun (1984/87), "le caractériel"

Mr Cicatrice est un passionné, ce qui l'empêche parfois de s'intéresser pleinement à d'autres tâches plus "terre à terre". Je note néanmoins une fort conscience professionnelle et une bonne volonté"

Le suivant, ce sera à Mende. Jacques B. (1987/1992) celui que j'aurai eu le plus longtemps au cours de ma carrière. "la vieille école"

Cadre pour qui son métier est une passion. Esprit curieux, analytique, connaissances étendue, sur qui le centre peut compter.

A Mende toujours, Michel M. (1992/1993), "le torturé"

Cadre compétent dans toutes les matières et capable par ailleurs d'assurer à l'occasion des tâches administratives.

Nous y voilà : Michel M. potassait dur pour un concours, et de fait nous laissa en plan en 1993.

Si bien que le chef d'après (1993/1994), ce fut moi !

Remplacé toujours à Mende par Eric B. (1994/1997), "la pourriture".

Ce pourri ne pouvait pas ignorer la façon dont je travaillais, et voici son commentaire de 1994; juste avant que je sombre dans la dépression :

Cadre passionné par son métier, ayant une grande maîtrise dans tous les domaines. A su cumuler les tâches de chef de centre à celles d'exploitation.

Puis ce fut l'exil à Vannes. Premier chef, Guy P. (1997/2000) "le harceleur" qui lui au moins n'était pas hypocrite si j'en juge par sa notation 1998 :

Elément médiocre. Venant de Mende, semble s'être fourvoyé en intégrant lde centre du Morbihan. Essaie de faire ce qu'il peut (la plus grande injure qu'on m'ait jamais faite) mais laisse beaucoup de travail à ses collègues.

Que dire ? Il avait raison à cette époque où non seulement j'étais un légume, mais un légume coupé de ses racines et de sa raison de vivre. Je pense qu'il aurait - ainsi que mes collègues- dû me demander la raison de mon incapacité. Mais je m'en fichais un peu, ayant à l'époque décidé de mettre fin à mes jours.

Puis toujours à Vannes, Thierry E. (2000/2003) "le perfectionniste"

Notation 2000 : "Mr cicatrice s'applique de manière consciencieuse dans la réalisation de son travail. Il dipose de connaissances sérieuses, qui lui permettent de se réaliser pleinement au sein du centre.

Vive la maniaco !!

Puis ce fut Biarritz, avec Bernard D. "le gaffeur" de 2003 à 2004 :

De solides connaissances liées à une carrière bien remplie ont permis une adaptation rapide dès son arrivée. Son esprit curieux et sa passion pour son métier devront être mises à profit pour le développement du centre où il assurera les tâches d'adjoint.

... en attendant mieux, car Bernard D... partit en 2004 pour la Guyane (il doit y être toujours) et j'étais pressenti par la direction pour être chef. Mais pas par mes collègues, qui m'aimaient bien en tant que collègue, mais moins en qualité de supérieur éventuel.

Cest Daniel L. (moins gradé que moi) qui prendra la suite (2004/2007) "le violeur de blog"

Sa passion pour son métier et sa curiosité des statistiques lui permettent de faire un excellent travail au centre de Biarritz. Ces solides connaissances et sa façon aisée de s'exprimer face au public lui permettent de réaliser un travail correspondant aux normes qualité. L'arrivée des nouveaux outils informatiques se feront avec lui sans problème.

1998/2004, quel chemin !

Enfin, à Lons le Saunier, Claude L. (2007/2010) "le perfectionniste" :

Patrick Cicatrice s'est très bien intégré dans l'équipe Jurassienne. Il a introduit une communication dynamique autour d'un certain point du métier à l'aides d'outils informatiques tel que Excel. Assure en plus une fonction de "renfort" auprès des autres centres en difficulté, tâche qu'il assure avec brio.

Voilà, ce fut la dernière note que j'ai eue, voici un an et demie. A présent les notes sont supprimées, et il n'y a plus de chef à Lons le Saunier. Fonction qui - partout où je suis passé - n'était plus franchement  indispensable depuis l'arrivée en masse de l'informatique.

Je vous embrasse.

12:23 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : chef, carrière, notation

30/08/2010

Fouille en règle !

Tout à l'heure, quand je suis arrivé du boulot, je n'en croyais pas mes yeux : ma bibliothèque avait été cambriolée !

DSCN6862.JPGTout de suite j'ai pensé à un cambriolage, que mon épouse m'aurait caché, pour ne pas m'affoler.

Non, ce n'était pas un cambriolage. Enfin si, mais un cambriolage familial !

C'est chère et tendre qui a fait ce dont elle rêvait depuis des années : fouiller de fond en comble ma bibliothèque.

Manque de bol pour elle , rien de compromettant n'a été trouvé, et pour cause, tout est dans mon placard du bureau.

Tout était en cartons, je rappelle à toutes fins utiles que nous déménageons... à la Toussaint !!

Je me retrouvai donc sans aucun bouquin, y compris ceux que je venais d'acheter !!

Je ne me suis pas laissé faire, et lui ai demandé de me retrouver les trois guides touristiques de Malte, Ile dans laquelle nous allons passer une semaine avant le déménagement.

Au départ elle m'a dit "démerde-toi", et quand elle a vu que, muni d'un coupe-papier, je m'apprêtais à ouvrir tous les cartons, elle s'est alors radoucie et m'a proposé d'essayer de les retrouver.

Nous n'en avons retrouvé qu'un.

En attendant, je lui ai bien fait comprendre que je m'occupe du déménagement de mes affaires, et qu'elle n'avait pas à y toucher. De même que je n'ai pas à toucher aux siennes.

Surtout qu'elle a travaillé contre elle, qui veut que je jette le plus de choses possibles : Parmi les bouquins qu'elle a prestement emballés se trouvaient une bonne vingtaine de livres "périmés" (des livres politiques des année 70/80/90) qui étaient destinés à la poubelle !

De toutes façons, je détiens l'arme absolue pour éviter qu'elle ne continue avec ce qui a été épargné : j'ai planqué la clé de mon bureau, lequel sera fermé à clé la prochaine fois que j'irai bosser !

 

Je vous embrasse

19:43 Publié dans moi, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : hystérie

28/08/2010

Cica-chansons

J'ai plusieurs passions dans la vie : mon métier, les trains, et les chansons.

Côté chansons, j'ai été voici 4 ans "parolepote" dans un site de paroles de chansons. L'an passé, j'ai ouvert avec un collègue bloggueur le blog "deux quinquas en chansons", et récemment je faisais sur mon ancien site une note dominicale où je parlais des tubes de l'été. J'avais au moins une lectrice !

Je vais tenter de faire la même chose ici. Je dis bien tenter car s'il s'avère que ce genres de notes n'intéresse personne, je m'arrêterai.

C'est ça qui est pratique sur Hautetfort, on dispose de statistiques, et on sait quelles notes ont le plus plu ou déplu. Ainsi, pour ce mois, les trois notes qui vous ont le plus accroché sont des nouvelles, merci et j'ai failli mourir le jour de mes onze ans.

A l'inverse, Mickey mon premier chat, bonjour et photo de la planète mars ne sont pas trop vos tasses de thé !

 

Donc, tous les dimanches, je viendrai vous parler de chanteurs et chanteuses.

Très exactement les 50 interprètes qui ont obtenu le plus de succès au hit parade de "Salut les Copains" entre 1963 et 1974.

Pourquoi 1974 ? Je dispose pourtant de deux années supplémentaires sur S.L.C.

Tout simplement parce qu'à partir de 1975, ces hits étaient truqués.
Et de quelle façon ? En éliminant systématiquement Claude François, qui avait eu le malheur de lancer un magazine concurrent.
C'est ainsi que la dernière chanson classée au hit SLC est le chanteur malheureux à la 24 ème place !

Pire. Des succès comme Toi et moi contre le monde entier (mars 75), 17 ans (février 76) sale bonhomme (mai 76) et cette année-là (juillet 76) n'ont, pour SLC, jamais existé !

 

On pourrait alors me dire, puisque à partir de 75 ce hit était truqué, pourquoi ne le serait-il pas avant ?

Simple. J'ai toujours écouté attentivement la radio, et jusqu'en 1974, grosso-modo le hit de Salut les Copains reflétait ce qui s'y passait. Attention ! Je n'écoutais pas que Europe 1, mais aussi RTL et RMC.

Je peux dire également que pas mal d'ouvrages, dont la référence Hit-Parades de Daniel Lesueur ont des hits mensuels qui se rapprochent pas mal de ceux de SLC. Dans la mesure où cette musique était dans le style SLC.

Par exemple n'ont jamais été classés - ou très mal - des chanteurs comme Charles Aznavour, Alain Barrière, Guy Béart, Gilbert Bécaud, Jacques Brel, Georges Brassens, Annie Cordy, Dalida, François Deguelt, Sacha Distel, Jean Ferrat, Léo Ferré, Serge Gainsbourg, Juliette Gréco, Marie Laforêt, Nana Mouskouri, Les Parisiennes, Jean-Claude Pascal, Pierre Perret, Régine, pour ne citer que ceux-là.

Normal, ils n'étaient pas dans l'esprit Salut les Copains.

Mais il s'est trouvé des interprètes qui n'étaient pas trop non plus dans cet esprit-là, mais qui feront des apparitions dans le hit de SLC. Seront alors frustrés les fans de l'interprète, qui estimera que son répertoire est sous-représenté, et des "purs et durs" de l'émission (comme je le fus) qui se demanderont bien ce que chanteur ou cette chanteuse était venue faire là !
La meilleure illustration est sans nul doute Mireille Mathieu, qui ne classera que 5 chansons dans le top 25, dont quand même un numéro un (une histoire d'amour) et un numéro 2 (donne ton coeur donne ta vie) en 1971, alors que tous ses autres succès seront carrément ignorés, ou maltraités (La dernière valse ne sera que 35ème en janvier 1968)

 

Ceci étant posé, le classement reflète bien ces douze années. Parmi ces 50 interprètes on trouve 37 hommes, 7 femmes, et 6 groupes.

Donc, démarrage demain, avec (je procède par ordre alphabétique) Salvatore Adamo.

 

A bientôt.

 

27/08/2010

Destinée

Ma fille vient de décrocher un emploi. Elles étaient 200 à postuler, il y a eu une présélection de 15, puis de 3 (non ce n'est pas Miss France), et c'est elle qui a été prise.

C'est près de Dinard, si bien que pour avoir des trajets moins longs, elle et son copain ont décidé de s'établir à Dinan.
DSCN3101.JPGCertes on a vu pire comme lieu de villégiature, et pour ma part Dinan est la ville de Bretagne que je trouve la plus magnifique.

 

L'embêtant.... c'est que nous, nous sommes à Ouhans, à quelques 900 km de là.

Et cette fois, les situations risquent d'être figées, car quand elle parle de '"s'établir" ça veut dire acheter ou faire construire. Car son mec n'est pas con. Il sait que nous, les "beaux-parents" sommes ancrés en Franche-Comté, alors que notre fille n'a pas d'attaches en Bretagne, sauf sentimentales.
Là, il voit le CDI de sa nana, et du coup saute sur l'occasion pour établir un lien définitif entre notre fille et la Bretagne, quitte à faire lui-même un trajet de 40 km. Mais la situation est sauvée.

Mais, comme on dit dans certaines émissions de télé, comment en est-on arrivés là ?


La destinée. Les grands carrefours qui s'offrent à nous, dont on doit choisir une des routes, sans savoir où elles aboutissent.

Je peux dater de 1997 le fait que ma fille soit en Bretagne.

Et de 2004 celui que nous soyions dans le haut-Doubs.

Pour ce dernier lieu j'ai expliqué pourquoi dans une note récente (la chaleur excessive de l'été 2004 au Pays Basque, les vacances dans le Haut-Doubs en septembre, la quête d'un terrain en février, l'achat de ce terrain, la construction de la maison...)


En ce qui concerne ma fille à Dinan, cela vient donc de 1997. Mars 1997.

 

L'ambiance devenait irrespirable au boulot, et - pour des raisons que je vous donnerai dans quelque temps - je posai une mutation, après 11 ans de Lozère.

1er carrefour. J'avais le choix entre Lons Le Saunier (où je suis actuellement ) Briançon, Vannes, Belfort...

Ca a été Vannes. On m'avait dit qu'il y avait peu de chances que je l'aie, car cela dépendait... du succès d'un collègue de là-bas à un concours ! Qu'il tentait en pensant n'avoir aucune chance.

Il l'a eu.

Nous sommes allés en Bretagne.

Où ma fille s'est fait des connaissances, alors que moi je vivais un calvaire pas possible.

Bref, en 2003, nous sommes mutés à Biarritz.
Notre fille suit, mais de mauvaise grâce. Car parmi les connaissances qu'elle s'était faites se trouvait un certain Max. Avec qui elle "sortait" depuis 2 ans.

L'année scolaire 2003/2004 fut pourrie à cause de ça, notre fille ne parlant que de revenir en Bretagne.

Elle décroche son bac de justesse, puis s'inscrit - en douce - à la fac de Rennes.


Mais, second carrefour, en décembre 2004, alors que je suis avec elle pour quelques jours à Paris, elle nous annonce que :

1) les études, finalement c'est pas ça.
2) la Bretagne c'est bien mais nous lui manquons.
3) c'est fini avec Max.

Donc elle nous revient au bercail, un mois à Rennes pour faire illusion à la fac, un mois avec nous.

C'est tous les trois que nous craquons pour le petit village du haut-Doubs. Surtout elle.

Mais, troisième carrefour,  en mars elle tombe amoureuse d'un Rennais. Lequel ira à Lamballe, et notre fille le suivra.

Et enfin, quatrième carrefour, elle trouve un emploi stable. Si par exemple on lui aurait proposé un CDI à Paris voire à Lyon, je ne pense pas qu'elle l'ait refusée.

Voilà pourquoi les 900 km.

En fait, tout cela a dépendu non pas de nous, mais

1) de la réussite ou non à un concours pour un collègue.

2) de sa réussite dans les études supérieures.

3) de la rencontre de son copain actuel.

4) de son futur patron ( et donc de l'échec des postulantes).


Je pourrais faire un schéma de tout ça, mais dans un blog ce n'est pas très facile.

Mais plein de combinaisons sont possibles :

- échec du collègue -> nous mutés ailleurs -> notre fille ne connaîtra donc pas la Bretagne, et risquera fort de sortir avec un Briançonnais, ou un Jurassien, un Belfortain... Et donc de s'établir là où j'aurais été muté.

- réussite du collègue, échec des études de notre fille, mais pas de nouveau copain Breton, donc des chances qu'elle nous suive un peu plus ( sans jouer les Tanguy) et qu'elle arrive par atterrir ailleurs.

- Notre fille à Lamballe mais décrochant un super job ailleurs (ce qu'au fond de moi j'espérais).


Notre pouvoir décisionnaire - tant celui de notre fille que nous ses parents - est donc très limité..
CQFD !


Heureusement bientôt il y aura le TGV Rhin-Rhône !!

 

Je vous embrasse.

18:20 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : destinée

26/08/2010

Blog et journal intime

Si éloignés mais si différents...

La démarche est pourtant la même, on écrit les pages de sa vie. Soit au jour le jour, soit avec un certain recul.

Mais la grande différence, c'est les lecteurs.

C'est à dire que sur un journal on peut se laisser aller, jusqu'à écrire n'importe quoi. Le narrateur trouvera forcément ça bien, puisque personne ne peut par définition lui dire le contraire.

Alors que sur un blog, c'est différent. On ne peut pas écrire n'importe quoi.

Les lecteurs, aussitôt, feront comprendre au bloggueur qu'il a en quelque sorte franchi la ligne blanche.

Soit par mail, soit en commentaire, soit directement par... leur silence.

Et le narrateur pourra donc "rectifier", c'est à dire modifier ou effacer la note litigieuse.

 

J'en connais qui pourront me dire "mais qu'est-ce que t'en as à faire, c'est TON blog, tu peux y écrire ce que tu veux..."

Objection votre Honneur. d'abord sur un blog on n'"écrit" pas, on publie.
On publie dans l'espoir d'être lu.

Ceux qui partent du principe qu'ils peuvent, vu que c'est "leur" espace, se permettre d'écrire n'importe quoi sans se soucier de ce que pourra penser celui ou celle qui lit, à ceux-là je leur conseillerai d'aller dans une papeterie, d'acheter un cahier de 100 pages - voire plus - et un stylo.

Là effectivement ils pourront écrire ce qu'ils veulent.

Je vous embrasse.

21:04 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : blog, journal intime

25/08/2010

Pourquoi j'ai fait exprès de redoubler ma troisième (1964/1965)

 

Et oui... j'ai vraiment fait exprès de redoubler ma troisième !


Avant de crier "au fou", je vais expliquer ici pourquoi, et je pense que pas mal auraient fait autant à ma place.

Comme beaucoup de natifs de janvier, en cette année 1964/1965, j'avais une année d'avance. Et comme ma croissance était elle, plutôt en retard, j'étais, moi, petite chose de 13 ans et demie et d'un mètre 45 au beau milieu de de mastards d'1m75.

Ces "vieux" de 14/15 ans, voire 16, ne faisaient pas partie de mon monde. Mon monde à moi, c'était les billes, Pagnol, le Club des 5 et Astérix, le leur c'était de se vanter de "sauter les femmes mariées" ou bien alors la politique.

Si nos mondes s'étaient contentés de se côtoyer sans histoire, il n'y aurait pas eu trop de problème. Mais hélas ces mastards m'ont vite pris comme souffre-douleur, et leur plus grand plaisir était de m"humilier (par exemple me faire lécher les urinoirs - authentique !) voire me violenter. Le "t'are ta gueule à la récré, j'ai su très tôt ce que ça voulait dire...

Bien entendu il était hors de question que je parle de ça à la maison. Mon père me disait souvent "qu'il fallait que je montre en toutes circonstances que j'étais un homme", ce genre de connerie que tant de générations de mecs ont entendu, jusqu'à il n'y a pas si longtemps...

 

En novembre, premier'espoir. Mon père avait la possibilité de quitter Paris pour prendre le poste de DRH d'une usine près de Brest.

Brest, je venais d'y passer un mois inoubliable (malgré qu'on m'y avait un peu roulé dans la farine) et je frémissais de joie à l'idée de partir là-bas. Mais ma mère n'était pas chaude du tout. 18 ans auparavant elle avait pleuré toutes les larmes de son corps quand elle avait été obligée de venir vivre dans la Capitale, à présent il était hors de question de quitter "son" Paris où elle avait fait plus que son trou.

Mon père - on l'a vu - avait aussi de "bonnes raisons" pour se faire muter à Brest !

Mais quoi qu'il en soit, rien n'y a fait, ma mère s'est montrée intraitable sur ce coup-là, moi je lui disais ne pas comprendre pourquoi refuser d'habiter une ville blanche (Brest venait tout juste d'être reconstruite)

brest.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au bord de la mer pour rester dans une ville sale et grise (les monuments et immeubles n'avaient pas été encore ravalés, même Notre-Dame était noire..)

st germain.jpg


Occasion perdue de quitter une ville dans laquelle je me plaisais de moins en moins, et de fuir tout ce que j'endurais au lycée. Avec le recul, je pense que si ma maman avait été au courant de ce que je subissais, on y serait partis.

Puis arrivent les vacances de Noël. Toujours en Bretagne, cette fois c'est à Lorient que ça se passe.
J'ai évoqué ces Noëls "magiques" dans ma note d'hier, ces Noëls qui me permettaient de souffler. Cette parenthèse Lorientaise tant attendue, et si vite passée.

Et un soir là-bas, au cours du dîner (sans doute lui avait-on donné la consigne !) mon oncle-parrain me parle de mes résultats scolaires en chute libre, moi qui avais été 5 fois prix d'excellence en primaire et patati et patata...
Et il prend soudain un ton confidentiel pour me dire "tu sais que tes parents ont l'intention de te mettre en pension à Lorient si tu ne travailles pas mieux ?"

Intrigué, je pose alors des questions très précises. Sur par exemple, les week-ends. Aurais-je le droit de sortir les week-ends ? J'étais, à cette époque, en pleine lecture de Pagnol...

Mon parrain qui ne devait pas s'attendre à ce genre de question me répond que oui, que la pension n'est pas la prison, juste une école où l'on dort sur place. Et il rajoute (là il en a fait trop) que "ce n'était d'ailleurs pas si mal que ça"...
Je passai le reste de mes vacances à le cuisiner, à savoir si c'était du lard ou du cochon.

Il apparaissait que ce n'était pas de l'intox, mais une vraie info, mes parents avaient déjà pris des renseignements.
Sur le quai de la gare, mon parrain me dit :
"Réfléchis bien..."


Tu parles si c'était réfléchi ! Je ne faisais que ça depuis la première conversation à ce sujet...

D'un côté j'avais le calvaire à Paris, où je n'avais aucun ami - à l'époque - et où je ne me plaisais pas. Avec en prime les disputes continuelles entre ma mère et mon père, qui parfois prenaient des tournures...sévères.
De l'autre, plus de disputes, plus de calvaire, j'étais près de mes cousins que j'aimais tant et dans une ville (Lorient) qui était pour moi la plus belle du monde à l'époque !

Alors, j'arrêtai de bosser, net.

Je commençai par le latin, et je pouvais - enfin - éviter de me coucher à 2h les mardis matins pour essayer de déchiffrer des versions où je n'espérais pas plus de 5/20.

Idem pour les maths, bye bye ces histoires de théorêmes de Thalès ou de Pythagore, ces droites D qui ne se rejoignaient jamais, même pas une fois pour me faire plaisir, ces bissectrices B qui faisaient toujours un angle alpha (jamais bêta !) avec les droites précitées...

Stop aussi pour l'histoire, où je ne comprenais rien à ces histoires de Girondins et de Montagnards, qui avaient commencé à couper la tête aux nobles pour ensuite se la couper entre eux !
Ce n'est qu'en langues que je maintiendrai un niveau disons moyen.

Le résultat ne s'est pas fait attendre. Ma moyenne générale, qui se baladait péniblement entre 11 et 12, descendit en un mois à près de 8/20 !
Puis à 6 le mois d'après...

J'eus droit à un "avertissement" et je fus convoqué chez le Surgo comme on disait à l'époque (le Surveillant Général), premier échelon de la déchéance lycéenne avant le Censeur et le Proviseur.

Bien entendu, pas question de lui révéler les motifs exacts de cette descente vertigineuse et dûment programmée !
Mais quand mes parents commencèrent à évoquer la fameuse pension c'est le sourire aux lèvres que je leur demandai quand j'y partais !


Ce jour-là je crois qu'ils ont beaucoup appris sur leur fils et ce qu'il vivait.

 

Et moi sur mes parents. Car de pension - et encore moins en Bretagne - il n'en avait jamais été question "sérieusement" !

Oui ils avaient écrit pour avoir de la doc. Mais c'était juste une menace dont ils ne doutaient pas un seul instant de son efficacité !


C'est presque un "conseil de famille" qui se déroula après, une grande discussion où je mis tout sur la table : De mon ras-le bol de Paris, de leurs disputes incessantes, de l'envie de voir des jeunes de mon âge, et dont je serai un camarade de jeux plus qu'un punching-ball !

Ils me comprirent, mais c'était désormais trop tard pour moi pour que je puisse accéder à la classe de seconde. Et à Louis-Le Grand en plus, puisque c'était la "suite" logique de Montaigne.
Mais je mis quand même un point d'honneur à avoir mon BEPC !

L'histoire finira bien, parce l'année d'après, avec 25 cm de plus, je compterai parmi les plus grands de ma classe (!) et je mettrai un autre point d'honneur, avec mon "nouveau meilleur ami" de l'époque, François, celui de jouer les "zorro de récré". C'est à dire faire le boulot des pions, intervenir à chaque fois qu'un 3ème ou un 4ème martyrisait dans un coin un 5ème ou un 6ème, et lui montrer "à notre façon" peut-être pas très orthodoxe ce que ça faisait...

J'ai même eu (encore) un avertissement pour ça, pour avoir corrigé un mec - plus grand que moi, comme toujours - qui s'était amusé à torturer une petite nana de 5ème.

Un avertissement que... j'avais fait encadrer tant j'en étais fier, et qui n'a pas résisté au Big déménagement surprise de 1972, lequel verra disparaître la moitié de mes souvenirs. Faudra que j'en fasse une note !

Je vous embrasse.

18:07 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bizutage

24/08/2010

Mes noëls magiques (1963/1971)

On continue sur l'enfance.  Ne pas avoir de frère ni de soeur à mes côtés était mon souci principal. Mais il est une période où ça passe nettement moins bien que d'habitude : Les fêtes.

Voilà ce que j'aurais voulu :

noel_lutins_2003.jpg Mais hélas, je devais me résoudre à passer ce jour, merveilleux pour un enfant, tout seul.
Enfin, disons avec mes parents...

Le Noël de mes 8 ans fut le premier qui "dépassa" un peu les autres.
Grâce à un lointain cousin (du 15 ème ou 20 ème degré !) qui se prénommait Raymond, nous passâmes la soirée du 24 décembre 1958 à nous balader dans Paris illuminé, pour finir au cinéma St Michel afin de visionner le dernier film de Jacques Tati, mon oncle. La tournée des grands ducs !

Aujourd'hui encore, 51 ans après (!!), me surgissent plein d'images quand j'entends la musique-thème de ce film...

Mes parents avaient remarqué ce changement d'humeur, chez moi, lors de ce premier noël "pas comme les autres". J'ai déjà parlé ici de l'ambiance qui régnait chez nous, dans notre taudis . C'était la dèche de chez dèche chez nous. Du vrai Zola...

Mais je serai toujours reconnaissant à mes parents de toujours me couvrir de cadeaux exceptionnels à cette occasion. Comme s'ils voulaient se faire pardonner le cadre dans lequel la Vie les avaient obligés à me faire grandir...

Cette année-là, pas trop de cadeaux mirobolants, mais en revanche la présence de ce cousin dont je n'avais jamais entendu parler auparavant, et qui mettait un peu de vie dans nos treize mètres carrés.

 

Ce fut deux ans après qu'ils comprirent vraiment le "mal" dont je souffrais.

Noël 1960 compte - malgré une horrible migraine - parmi mes plus beaux souvenirs.

Non, ce ne fut pas dans la neige de Gstaad ou les palmiers de Tahiti que je passai cette soirée du 24 décembre.
Mais dans une "tour" d'Epinay sur Seine (ce qu'on nomme à présent "les cités") où, avec des amis de mes parents, et surtout leur fils unique de mon âge, Daniel, je découvrais ce que pouvaient être, comme disait ma mère, "les noëls de là-bas".
"Là-bas", c'était la Tunisie, où ma mère "pied-noire" avait vécu sa jeunesse.
Et dont moi je ne connaissais strictement rien. Je suis né dans la grisaille; et j'ai grandi dans la grisaille.

Bref, j'imagine le décalage entre un Noël d'Afrique du Nord et un Noël rue de Buci...
Ma chance, c'est que j'ignorais à quel point il pouvait être énorme, ce décalage.
Mes parents, non...

Noël 61 fut le pire. Notre dèche était devenue presque inextricable, du coup l'ambiance était des plus horribles, et si je pleurai beaucoup ce soir-là, ce n'est pas à cause de la miséreuse machine à écrire en plastoc à 10 F que j'avais eue en cadeau, mais parce que je commençais à sortir de l'enfance, à comprendre certaines choses sur les "grandes personnes" qui n'étaient finalement pas si bien loties que nous, gamins, pouvions l'imaginer.

En 62, ce fut presque l'inverse. Mon père avait réussi à obtenir un prêt qu'il attendait depuis des années, et du coup il nous avait "couvert d'or".

La Télé, en novembre, qui devait complètement bouleverser ma vie.
Et côté cadeaux, un "circuit 24" et un Monopoly, sans nul doute les plus beaux cadeaux que je recevrai de mon enfance.


Mais après ?
Télé ou pas télé, nous n'étions toujours que trois devant ce fichu sapin...

1963 fut l'année du chamboulement.

Cet automne-là, je déprimais encore plus que d'habitude. Plusieurs raisons à cela : D'abord j'étais le "petit chose" dans une classe trop haute pour moi. 12 ans en quatrième, quand on mesure 1m30, c'est pas top...Et donc bonjour les brimades.

Egalement je venais de faire la connaissance d'une petite fille avec qui je m'entendais à merveille, et mon père m'interdisait de lui écrire. Il avait sans doute ses raisons (voir note "Marité ma soeur volée" "marite-ma-soeur-volee-1963.html ) mais pour moi c'était profondément injuste.


A tel point qu'à partir de la Toussaint, je refusai de m'alimenter !

Alors il fut décidé que dorénavant, je passerais mes Noëls à Lorient, chez la soeur de ma mère.
Elle ne m'aimait pas, me le faisait bien sentir, j'imagine le forcing que ma maman a dû faire pour parvenir à ses fins !

Ma tante avait une fille - ma cousine germaine donc - laquelle avait à l'époque 4 enfants, dont un de mon âge, dont j'avais fait la connaissance un an et demie avant, et que je considérais comme mon frère cadet (celui que je n'ai jamais eu). Lui de son côté me considérait comme l'aîné qu'il avait toujours voulu avoir. Ca ne pouvait pas mieux tomber.

Et c'est pour ça qu'à partir de cette année 1963, je pus passer "les fêtes en famille", comme si j'avais été l'aîné d'une belle fratrie, le réveillon étant un VRAI réveillon, avec une VRAIE cheminée devant laquelle tous les enfants déposaient leurs souliers.
Avec un VRAI Père Noël, qui, par magie, déposait les cadeaux pendant que nous les gosses étions profondément endormis.
Cadeaux que nous découvrions émerveillés le lendemain matin...

Même si moi (billet de train et prix de la pension obligeaient)  je n'avais pas grand-chose, je m'en fichais. mon plus beau cadeau, c'était eux...

Ces Noëls se perpétueront jusqu'en 1971. Le gamin de 12 ans laissera la place au lycéen tourmenté, à l'amoureux transi, à l'étudiant déçu, et au "travailleur" que j'ai fini par devenir.

Pour Noël 1971 - le dernier de ces Noëls - , gagnant désormais (et très bien) ma vie, je mettrai un point d'honneur à faire des  cadeaux "somptueux" à tous ceux qui, pendant les années précédentes m'avaient tellement apporté à cette période de l'année si délicate pour moi. Mon "mois" y était passé, mais aucune importance, je me régalais de les voir si contents.

 

Et mes parents dans tout ça ?

S'ils n'étaient pas morts tous les deux, je n'aurais pas pu faire cette note. Du moins de cette façon.

Sur le moment je ne m'en suis pas rendu compte, mais j'imagine maintenant à quel point ils ont dû souffrir à chaque soirée du 24 décembre qu'ils passaient tout seuls...
Je sais maintenant ce que le mot abnégation signifie.

Fort heureusement, il m'en restait plein des Noëls à passer avec eux.
Notamment le plus beau, celui de 1984, avec leur merveille de petite-fille qui venait tout juste de naître. Le plus grand cadeau qu'ait pu avoir ma mère.

 

A bientôt

23/08/2010

Comment mon père m'a monté un bateau (1964/65)

A partir de 1964, l'ambiance sera tellement dégradée entre mes parents qu'il sera décidé que les mois de juillet, je les passerais avec lui seul, et les mois d'août, seul avec ma mère, avec un petit chevauchement de quelques jours.

Certes, il ne la battait plus à coups de martinet comme dans les années 50 lorsqu'on occupait nos treize mètres carrés, mais c'était dispute sur dispute. Mon père reprochait à ma mère ce qu'il faisait lui-même, c'est à dire la tromper. Alors que le sexe (elle me le confiera souvent) ce n'était vraiment pas sa tasse de thé.

Aussi attendions-nous avec impatiences ces "missions" qu'il s'inventait pour aller à Toulon, Brest ou Cherbourg. Nous savions en quoi consistait ces "missions" où il était plus question d'anatomie comparée que de vaisseaux de marine (mon père avait commencé sa carrière en tant que militaire), mais au moins on était tranquilles, ma mère pouvait respirer, ma mère qui savait très bien ce qu'il faisait, et ne lui en voulait pas, ne pouvant pas elle-même le satisfaire. Comme elle disait "un homme est un homme, après tout".

Mais, sentimentalement, j'ai toujours été persuadé que malgré tout il y avait entre eux une certaine tendresse, même si cela s'exprimait peu, ou de façon maladroite. Cela faisait quand même plus de trente ans qu'ils étaient ensemble...

C'est dans ce contexte que, fin juin 64.  Je débarque à la gare de Brest, avec mon père. Nous devons passer tout le mois de juillet au bord de la mer, dans une chambre mansardée qui donne directement sur la plage. Le bonheur pour un petit parigot enfermé dans son taudis...

J'aurais déjà dû me méfier quand mon paternel semble hésitant dans le hall de la gare de la Cité du Ponant. Comme s'il était complètement paumé. Alors qu'il y venait régulièrement en mission pour son boulot environ 2 à 3 fois par mois depuis près d'un an.
Logiquement il devait avoir ses repères...

Mais à 13 ans, ce sont des choses auxquelles on ne pense pas.


Je ne me méfie pas non plus quand, en sortant de la gare, il aborde une jeune femme pour lui demander l'adresse de l'hôtel où nous devons séjourner avant le 1er juillet, date prévue de notre arrivée à Sainte Anne du Portzic. Alors que - et souvent il me l'a dit - il est timide comme pas permis, sortir d'une table dans un resto relève pour lui de l'exploit olympique.
Souvent, quand il y avait un renseignement à demander, c'était "mon chou tu peux demander au monsieur s'il te plaît ?"
Alors, là, aborder une nana qu'il ne connaissait pas...

Je ne me suis toujours pas méfié quand j'ai vu la dame lui faire un énorme sourire et surtout à moi ! Comme si elle venait de voir la Sainte Vierge et son mari...

Bref, de là va naître entre nous trois une grande "amitié", et cette dame, qui est - quelle coïncidence - en vacances en même temps que nous, va alors nous balader quasi quotidiennement à travers tout le finistère dans sa  4 CV verte...
Seule exception : un dimanche avec mon cousin germain !

C'est ainsi, que ma carte Michelin 58 à la main, je découvrirai un à un les coins les plus pittoresques de ce beau département. Et certaines bonnes tables, bien cachées, parfois dans des villages ignorés.
Mon père ne le sait pas, mais mon plus beau souvenir culinaire reste à jamais un civet de lapin dans une gargote enfumée de Locmaria-Plouzané...

Je ne me méfierai toujours pas lorsqu'un jour mon père appellera notre nouvelle amie "Titania", alors qu'elle l'appellera "Obéron".
Pour moi ils avaient un peu trop abusé du chouchenn, voilà tout !

Et pour situer l'étendue de ma naïveté je resterai de marbre quand je les verrai graver leurs initiales sur un piler des ruines de l'abbaye de la Pointe St Mathieu...

Oui, j'avais 13 ans et demie, d'accord, mais quand même !


"Hasard" malencontreux, notre logeuse s'était emmêlé les pinceaux et du coup nous devions quitter les lieux un jour plus tôt que prévu.
Qu'à cela ne tienne, son mari n'étant pas là, Titania s'est alors proposé de nous héberger chez elle...
Chacun sa chambre ! Du moins, je sais que j'en avais une à moi tout seul...

Bref, en tout état de cause, pour moi c'était clair comme de l'eau de roche, "nous" nous étions fait une nouvelle amie.
Et rien d'autre.
Et, du coup, elle nous avait demandé de revenir l'année d'après. Ce que mon père avait bien entendu accepté...

 

 

Donc, nous revoilà, un an pile après, fin juin 65 sur le quai de la gare de Brest.

brest05.jpg

Mais ce jour-là, la dame avait eu un "empêchement".

Certes on la verra, oui, mais pas quotidiennement comme l'année d'avant.

Je me souviens que mon père était alors très nerveux, soucieux, pendant les périodes où elle ne venait pas.
"je m'étais habitué aux balades en auto" me disait-il pour justifier son attitude. "ca ne te manque pas, à toi ?"

Ben oui, forcément que ça me manquait. J'avais des bons souvenirs de la Pointe du Raz, de la St Mathieu, de Porspoder, enfin bref de tout ce que Titania nous avait montré de son beau pays à bord de sa quatre chevaux verte...

 

Mais entretemps je fis connaissance d'une bande de jeunes de mon âge.

Dedans se trouvait une belle blonde du prénom de Nadine, laquelle faisait tourner tous les petits mâles que nous étions en bourrique !

6707.JPGPour résumer la demoiselle, elle avait institué un "hit-parade" dans la bande. Le premier du hit avait droit à la grâce suprême, un (vrai) baiser sur la bouche. Et pour monter en grade, telle Isabelle de Pagnol, elle nous faisait passer des épreuves. Des épreuves de dingue !

Ma chance à moi, ce fut le flipper.
Pour moi, le verbe flipper a un tout autre sens que celui qu'on lui prête généralement !
Nous formions des équipes, chacun un bouton, et je dois à ma dextérité dans ce "sport" de l'avoir eue finalement comme... coéquipère ! Et donc de gratter des places.

Tant et si bien, quà la fête de Ste Anne, elle m'annonça que j'étais devenu son "numéro deux"...
Hourra !!!
En plus, j'étais devenu copain avec le numéro un, un certain Bernard, qui deviendra un moment mon meilleur ami.


Et c'est avec ce copain Bernard, que, le lendemain de la Sainte Anne, donc, le 27 juillet 1965, j'aperçois deux amoureux s'embrasser fougueusement appuyés contre un arbre.
Mieux qu'au cinéma ! On aurait dit qu'ils allaient se dire adieu dans la minute qui allaient suivre, tant ils étaient bouleversants d'amour. Ils ne voyaient rien autour d'eux, étaient tout seuls au monde...
Beau à voir, vraiment.

 

 

Le petit souci, c'est que l'homme en question n'était autre que mon père...

 

Je suis resté pétrifié pendant un temps indéfinissable. Sur le "premier jet" de ma note j'avais écrit 30 secondes, mais je crois que ça a duré bien plus que ça...

Je ne voulais vraiment pas croire ce que mes yeux me montraient.
C'était la première fois de ma vie que je voyais mon père embrasser une femme, et fougueusement encore, et cette femme ce n'était pas ma mère...

Cette scène me marquera à vie, à tel point qu'elle ne cessera de s'imposer dans mon esprit des dizaines d'années plus tard.
Non pas du fait de "tromper ma mère". Si j'avais autant de billets de 50 euros que mon père a couché avec des femmes "illégitimes", je pourrais payer une BM à ma fille.
Non, c'est le fait qu'il m'ait trompé, qu'il ne m'ait pas mis dans la confidence, qu'il n'aie pas eu confiance en moi...

 

Des dizaines d'années plus tard, Trente ans pour être précis.
Quand les rôles se seront alors inversés, quand ce sera moi qui serai obligé de me cacher pour embrasser fougueusement la femme que j'aimais à la folie mais que je n'avais pas le droit d'aimer.
Je ferai alors tout - même dans les trois dernières années où j'étais un légume - pour éviter que ma fille nous surprenne, sachant d'expérience le choc psychologique que ça lui aurait causé...

Paradoxalement, mon histoire d'amour m'aura quelque part un peu rapproché de mon père, juste avant sa mort.
Il n'était que temps !

D'ici peu je vous raconterai Nadine.

A bientôt.

18:23 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : brest, papa, maîtresse