Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2012

Hollande : la déception c'est maintenant

Bon, c'est vrai, on s'est débarrassé du petit agité qui se fichait vraiment de la poire de français, à la façon de Marie-Antoinette : vous ne pouvez pas vous payer des vacances au bord de la mer ? Demander à un ami de vous prêter son yacht !

Cela dit, après quelques mois, on est en droit de se poser des questions au sujet du bilan du président Hollande, face aux principales promesses qu'il avait faite aux français :

• Les impôts : Neuf contribuables français ne seront pas touchés par les augmentations de fiscalité :

NON TENU ! Avec la CSG à venir, tout le monde va cracher au bassinet !

• Porter un coût d'arrêt à la RGPP et à l'application mécanique du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite :

TENU.

• Renégociation du Traité européen :

NON TENU.

• Revenir immédiatement à la retraite à 60 ans por ceux qui ont commencé à moins de 18 ans.

NON TENU. Il faut désormais non pas des trimestres "validés", mais des trimestres "cotisés". Mon épouse, et bon nombre de personnes ayant commencé tôt mais ayant connu des périodes de chômage se retrouveront avec le système Sarkozy...

• Revenir à un taux de 5.5 % pour le livre :

On attend....

 

En somme pas mal de renoncements, et la crise n'explique pas tout.

Du reste, quand les électeurs se rendront compte que désormais, tout ce qui touche au chômage et au pouvoir d'achat n'est plus du ressort des politiques, mais de la finance internationale et aussi des décisions Bruxelloises, voire Allemandes, un grand pas aura été fait.

Il faudrait aussi, en cas d'alternance, en faire une complète. Il n'est pas normal qu'à Bercy, les ministres (la vitrine) aient tous changé, mais que les vrais décideurs (les hauts fonctionnaires, au premier rang duquel le directeur libéral du Trésor....) restent en poste. C'est un peu comme un restaurant qui changerait complètement ses serveurs mais qui garderait ses cuisiniers.

 

Je suis déçu, que sur les seuls leviers qu'il pouvait actionner, il n'ait pas tenu ses promesses. Mon épouse, par exemple, qui se voyait partir en retraite dans un an, devra attendre 14 mois de plus...

Je vous embrasse.

12/05/2012

photovoltaïque : premier mégawatt

J'ai eu énormément de mal à obtenir mon branchement, mais depuis, je dois dire que le résultat dépasse mes espérances. J'ai été farfouiller dans tous les sites possibles et inimaginables, et  pour la latitude où je vis, on m'avait dit que je ne dépasserais pas 3 mégawatts/an.
Pire, le commercial m'avait dit de tabler sur 2500 kw annuels, ce qui a l'époque était encore rentable.

Or, comme chacun le sait (peut-être) je suis météorologue, et je sais que ce qui compte le plus ce ne sont pas le nombre d'heures de soleil mais surtout la force du dit soleil. C'est assez facile à vérifier : vous bronzez beaucoup plus vite en montagne l'hiver que sur une plage l'été. Ce que mes chiffres vérifient : ce sont les jours enneigés où je produis le plus !

Bref, si j'ai déjà produit 1.000 KW en même pas 3 mois, cela veut dire que je serais dans les 4 KW sur l'année.
Erreur ! Car je suis dans les "mauvais mois", de février à mai. En fait d'après mes calculs ce serait plutôt du 5 mégawatts annuels.

Alors soit leurs calculs sont mauvais, soit je me situe dans une région à fort potentiel.
Je pense que c'est les deux mon Général...

Je ne vais pas me lancer aujourd'hui à une étude d'amortissement, je l'ai déjà faite voici quelques semaines, non, je voudrais parler ici des énergies nouvelles.


La consommation électrique des ménages est, en 2011, de 180 millions de MW.

Imaginons qu'une loi fasse obligation de couvrir les toits des maisons bien exposées de panneaux photovoltaïques.

Il y a en France environ vingt millions de maisons individuelles, dont la moitié sont solairement bien exposées.

Dix millions de maisons produiraient donc 50 millions de MW. Soit près du tiers de la consommation électrique des ménages.

En supposant un changement des habitudes (déjà, remplacer les convecteurs "grille-pain" par des panneaux radiants pour ceux qui n'ont pas de cheminée, et pour ceux qui en ont, l'utiliser au maximum pour se chauffer, baisser d'un ou deux degrés la température des pièces - cet hiver pendant la vague de froid, alors que je m'étais stabilisé à 18/19 degrés dans la salle à manger, j'étais effaré de voir les voisins - avoir chez eux entre 22 et 25 degrés !!! ) la consommation électrique des ménages pourrait réduire de 20%, et les panneaux photovoltaïques produire le tiers de leur électricité.

J'ai une maison sur troix niveaux, tout électrique, avec tous les appareils électroménagers possibles.
Et bien je fais mieux que ça !!! 13 mégawatts dépensés, 5 de produits ! Et je précise que je suis dans une régions les plus froides de France.

Bref tout cela pour dire qu'en appliquant ce principe, de couvrir les toits (esthétiquement c'est assez joli, si c'est bien fait)
DSCN7548a.jpgdes maisons qui s'y prêtent,  on pourrait donc produire 50 millions de MW, qui représenteraient 15% de la consommation électrique de l'hexagone à l'horizon 2013.

Et dans ce calcul je ne parle pas de centrales photovoltaïques qui pourraient se créer dans les zones désertiques ensoleillées (je pense, par exemple, aux Causses de Lozère, à 1000 mètres d'altitude, qui pourraient produire plus que moi, et cela ne gênerait pas la population, avec moins de 1 habitant au kilomètre carré !)

C'est sûr, le prix de revient de l'électricité reviendrait plus cher.
Oh, pas de beaucoup : 18 centimes le KWH au lieu de 12 !

C'est là que le gouvernement pourrait intervenir, un des rares leviers qu'il pourrait manoeuvrer :
Faire payer l'électricité en fonction de son revenu.
Les plus aisés paieraient 0.13/014 au lieu de 0.12, tarif qui resterait applicable aux plus pauvres.

Et cela nous permettrait de faire passer la part du nucléaire de 75 à 50 % non pas d'ici à 2025 mais en seulement quelques années !

Je vous embrasse.

06/05/2012

OUF !!!

Merci :)))

Je vous embrasse.

Avant d'aller voter : les MENSONGES des uns et des autres au débat

1) FRANCOIS HOLLANDE

1. Le chômage a fortement augmenté sous la présidence de Sarkozy bien que ce dernier promettait 5 % de chômeurs à la fin de son quinquennat.
La vérité : Jusqu’à la crise l’engagement est tenu il passe de 8,8 % à 8 % de la population en 2007, puis descend à 7,4 % en 2008. Durant la crise c’est autre chose. Le bilan global est donc assez négatif. Un million de demandeurs d’emploi en plus sur cinq ans. C’est donc une demi-vérité : 0,5 point de démagogie.

2. Le prix du gaz a augmenté de 60 % depuis 2000 : c’est presque de 70 %.
La vérité: Il s’est donc trompé de chiffre bien que le vrai aille dans le sens de son discours ! 0,5 point d’incompétence.

3. Hollande conteste l’affirmation de Sarkozy que le bouclier fiscal a été inventé par le socialiste Michel Rocard.
La vérité : vrai. 1 point de démagogie.

4. Hollande dit que seulement 10 % des enfants sont encore scolarisés en maternelle, contre 30 % au début du quinquennat.
La vérité : selon les chiffres du ministère, le taux est passé de 34,5 % en 2000 à 13,6 % en 2010. 0,5 point d’incompétence.

5. Les iPad distribués aux collégiens de Corrèze sont pour Nicolas Sarkozy la démonstration de l’incapacité de son adversaire à maitriser les dépenses.
La vérité : vrai bien que relativement négligeable. L’opération coute 1,5 million d’euros par an, dans un département avec une dette supérieure à 345 millions d’euros ! 1 point d’incompétence.

TOTAL : 2 mensonges et 1/2 , moitié démagogie, moitié incompétence.

2) NICOLAS SARKOZY :

1. Il « n’y a jamais eu de violence » pendant son quinquennat : « Il n’y a pas eu de division, il n’y a pas eu d’émeute. »
La vérité : En novembre 2007, des émeutes éclataient pourtant à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), après la mort accidentelle de deux jeunes. Et en juillet 2010, des violences éclataient à Grenoble. Soyons juste c’est un demi-mensonge : 0,5 point de démagogie.

2. « Quel est le seul pays qui n'a pas eu un trimestre de récession depuis 2009? La France. »
La vérité: aux, la France a été peu en récession, mais elle a été en récession de -2,73 % en 2009 (données de la Banque mondiale). 1 point de démagogie.

3. L’Allemagne et les États-Unis ont été plus touchés par la récession.
La vérité : c’est globalement vrai, mais le président oublie que la reprise de la croissance a été plus rapide dans ces deux pays et surtout que la bonne tenue de la France est aussi due a son paquet social plus protecteur, paquet que Sarkozy n’a cessé de vouloir diminuer et attaquer. C’est une demi-vérité : 0,5 point de démagogie.

4. Il « ne viendrait jamais à l’esprit à un syndicat en Allemagne de soutenir un candidat ».
La vérité : C’est faux, les syndicats Allemands sont globalement proche d’un parti : le SPD, le parti social-démocrate. 1 point d’incompétence.

5. La défiscalisation des heures supplémentaires a permis une augmentation du pouvoir d’achat.
La vérité : difficile a établir, mais ce que l’on sait c’est qu’une étude de la Dares publiée le 7 juillet 2011 indique que 16 % des salariés estiment que les mesures d’allongement du temps de travail ont permis d’augmenter leur revenu et 14 % déclarent avoir effectué des heures supplémentaires sans compensation. 0,5 point de démagogie.

6. La France a la fiscalité la plus lourde d’Europe.
La vérité : faux, le rapport 2011 de la Commission Européenne sur la fiscalité en 2011 indiquait que la France était en septième place européenne pour son taux de fiscalité rapporté au PIB. 1 point de démagogie.
  
7. Sarkozy contestait que la France ait « Plus de pauvres et des riches de plus en plus riches ».
La vérité : Hollande dit vrai, évidemment : plus de onze-millions de personnes se trouvent aujourd’hui en situation de pauvreté, selon le dernier rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion de mars 2012. 1 point de démagogie.

8. Sarkozy contestait que via le bouclier fiscal, le Trésor Public avait fait des chèques aux grandes fortunes de France.
La vérité : Hollande a évidemment raison, l’exemple qui avait fait scandale : Liliane Bettencourt a touché un chèque de 30 millions d’euros. 1 point de démagogie.

9. Sarkozy réfutait avoir participé à la soirée des donateurs de l’UMP à l’hôtel Bristol.
La vérité : C’est pourtant vrai, un article du Parisien en avait fait le récit et il existe même une photo. 1 point de démagogie.

10. Hollande conteste le fait que Sarkozy a inventé la taxe sur les transactions financières: « Vous avez rétabli l’impôt de Bourse ».
La vérité : vrai. La taxe de 0,3 % sur les opérations de Bourse existait en France, supprimée en 2008 par Sarkozy, puis réactivée. Rien à voir avec une taxe sur les transactions financières, car elle ne concerne pas toutes ces transactions. 1 point de démagogie.

11. Augmenter les impôts ferait fuir les entreprises de France.
La vérité : Partiellement faux, la fiscalité est un des points que les investisseurs regardent. Le patron de Microsoft France indiquait récemment que la décision d’investissement dans un pays comprenait 35 points chez Microsoft. Ce qui n’a pas empêché son entreprise de baser un important centre Européen près de Paris. Dans l’industrie, un salarié sur trois travaille dans une entreprise détenue par des capitaux étrangers. 0,5 point d’incompétence.

12. « La France a le taux d’encadrement le plus élevé de l’OCDE ».
La vérité : Faux, c’est en fait le plus faible à 6,1, contre 9 dans d’autres pays européens comme la Suède. 1 point d’incompétence.

13. Sarkozy réfute une augmentation de la dette publique de 600 milliards d’euros.
La vérité : de la fin 2006 à la fin 2011, on est passé de 1 152,2 milliards d’euros à plus de 1 713 milliards. Soit une augmentation de 560 milliards, plus proche de 600 milliards que le chiffre de Sarkozy de 500. 0,5 point d’incompétence.

14. Sarkozy affirme que candidat socialiste veut fermer les centres de rétention.
La vérité : Plutôt faux, Hollande promet de lutter, lui aussi, contre l’immigration illégale et la lettre citée par Sarkozy de Hollande à l’association France Terre d’Asile ne prévoit de fermer les centres de rétention, mais d’y trouver des alternatives. Hollande veut y mettre fin pour la rétention pour les enfants et leurs familles. 0,5 point de démagogie.

15. Sarkozy indique que l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) a audité les centrales après Fukushima.
La vérité : vrai, mais les résultats de cet audit sont parfois inquiétants : pas sensibilisés au risque sismique, pas de procédures pour une gestion de crise dans la durée, protection des inondations à être améliorée, nécessité de réévaluer les risques induits par les autres activités industrielles… 0,5 point de démagogie.

16. Le problème de Fukushima, c’est le tsunami, pas le nucléaire.
La vérité : faux, lors de l’accident les spécialistes du nucléaire ont été surpris par la possibilité de perdre en même temps l’électricité et la source de refroidissement. Toutes les centrales du monde ne seraient pas résistantes à cette double défaillance. 0,5 point de démagogie.

17. « Fermer Fessenheim, c’est 8 000 éoliennes ».
La vérité : difficile à évaluer, mais les experts estiment une équivalence entre 1200 et 6000. 1 point d’incompétence.

18. Sarkozy s’estime irréprochable sur les nominations, il a réformé le mode de nominations des hauts fonctionnaires et patrons des grandes entreprises publiques.
La vérité : vrai, mais le pouvoir de blocage des parlementaires est très limité : les nominations ne sont rejetées que si les voix « contre » réunissent une majorité des 3/5e. La liste des postes attribués par simple décision du président est sans contrôle et longue. 1 point de démagogie.

19. Sarkozy rappelle que Martine Aubry était surnommée « la Zapatera », contesté par Hollande « Les spécialistes corrigeront ».
La vérité : Hollande la connait bien : ce fut Ségolène Royal qui fut surnommée « la Zapatera ». 0,5 point d’incompétence politique.
 
20. Hollande sur la renégociation du Pacte budgétaire européen est tournée en dérision par le camp présidentiel.
La vérité : Hollande est plutôt dans le sens du vent, son discours sur la nécessité de ne pas enfermer les économies européennes dans le tout-austérité est devenu crédible, ne serait-ce que par les contre-exemples espagnol, néerlandais, grec... 0,5 point d’incompétence.  

21. « M. Berlusconi n'est pas dans mon parti ».
La vérité : faux, la formation politique de l'ancien président du Conseil italien est bien membre du PPE, le Parti populaire européen, prolongation de l'UMP. 1 point de démagogie.
 
TOTAL : 16 mensonges et demie, donc 12 par démagogie, et 4.5 par incompétence.
SOIT 6 FOIS PLUS QUE HOLLANDE !!!

Merci au site Marianne2 de sa collaboration.

Je vous embrasse.

05/05/2012

Quel sera le résultat demain ?

Première méthode, celle des sondages.

Celle-ci est favorable au président sortant.

Si je prends tous les derniers sondages, soit ceux-ci

sondage.jpg

 

Et que je les rapporte sur un diagramme excel, la courbe de tendance pour le 6 mai me donnera (je vous passe les calculs)

• François Hollande 51.7 %
• Nicolas Sarkozy 48.3 %

Seconde méthode, celle des reports.

Rappelons le nombre de voix obtenues au premier tour par chacun des candidats :

• François Hollande    10.273.000
• Nicolas Sarkozy        9.753.000
• Marine Le Pen          6.421.000
• Jean-Luc Mélenchon  3.485.000
• François Bayrou       3.275.000
• Eva Joly                     830.000
• Dupont-Aignan           644.000
• Poutou                       411.000
• Nathalie Arthaud         202.000

Je prendrai systématiquement le report le plus favorable à Nicolas Sarkozy, de façon à prendre la "pire" - pour moi - des hypothèses.

François Hollande aura vraisemblablement toutes ses voix soit 10.273.000
+ je dirais 75% de celles de Mélenchon soit 2.613.000
+ 75% de celles d'Eva Joly soit 622.000
+ 50% (au moins vu la déclaration de ce dernier hier) de celles de François Bayrou soit 1.637.000
+ 75% de celles de Poutou et de Nathalie Arthaud, soit 450.000
+ sans doute 50% de celles de Dupont-Aignan soit 320.000
Reste celles de Marine Le Pen.

Enlevé le socle vraiment "frontiste", qui représente environ 3.000.000 de voix, les autres ont voté par dépit.
Je pense que la moitié des dépités vont se tourner au moins à 50% vers Hollande, soit 1.600.000 voix.

Ce qui représente, pour Hollande, un minimum de 17.500.000 voix.

Nicolas Sarkozy aura ses voix soit 9.753.000
+ je dirais 0 de Mélenchon, Eva Joly, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud. Faut être logique.
+ le tiers de celles de Bayrou soit 1.100.000
+ 50% de celles de Dupont-Aignan soit 320.000
Côté Marine Le Pen, il y aura de l'abstention dans l'air !!!
Les fachos heu "frontistes" historiques iront pour la moitié pêcher à la ligne, pour la moitié voter Sarko.
Et l'autre moitié des dépités votera aussi Sarko.
Ce qui fera 1.500.000 + 1.600.000 voix soit 3.100.000 venant du FN.

Ce qui représente, pour Sarko, un maximum de 14.600.000 voix.

Sur un total de 32.100.000.

La proportion est donc, là, de 54.5% pour François Hollande et 45.5% pour Nicolas Sarozy.

Donc, demain soir, je prédis ceci :

• Elu, François Hollande, entre 51.7 et 54.5 %
• Battu, Nicolas Sarkozy, entre 45.5 et 48.3 %.

On verra !

Je vous embrasse.

11:57 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

03/05/2012

Débat Hollande-Sarko : pas de surprise

Même l'effort désespéré des télés UMP qui organisaient le match n'a pas servi. Ayant été échaudé la semaine dernière, avec un temps de parole de 43 minutes pour Hollande et 56 pour Sarkozy, j'ai cette fois bien regardé les compteurs : celui de Hollande se déclenchait à chaque début de mot, celui de Sarkozy ne se décidait à bouger que lorsque ce dernier avait bien entamé sa phrase.
Au final, 72 minutes 17 de chaque côté, au total 170 minutes d'émission, cherchez l'erreur...

Sinon, les deux candidats ont été à l'image de leur campagne.

• Un Hollande constructif, parlant plutôt de ses propositions, semblant vaciller de temps en temps sous les coups de boutoir de Sarko, mais se reprenant à chaque reprise de parole.
• Un Sarko fourbe et négatif, passant essentiellement son temps à contredire ce que disait son adversaire en brandissant de faux chiffres, quitte pour cela à utiliser de faux documents.

Chronologiquement, Hollande a eu du mal à se mettre en ordre de marche. On le sentait parfois hésitant au début, face avec un Sarko qui avait adopté la tactique inverse de celle employée avec la mère de ses enfants (ceux de Hollande !). Avec Ségolène, Sarko (mon clavier vient d'écrire "Sarjo" - comme Barjo, lapsus révélateur) jouait au petit garçon raisonnable et apaisant face à une supposée caractérielle.
Là Sarko a été en revanche agressif de bout en bout. Oubliant la phrase du débat de 2007 : "un président de la République ça doit tenir ses nerfs..."
Le pauv'con du salon de l'Agriculture de 2008 en sait quelque chose...

On voit d'emblée que la tactique de Sarko consiste à citer toutes les déclarations passées de ses "ex-concurrents" à la primaire qui pourraient gêner Hollande. Martine Aubry et Manuel Valls, seront souvent mis sur le tapis.
Sarkozy n'a toujours pas compris à quoi avait servi la primaire... !
Il parlera également beaucoup de Laurent Fabius et de Lionel Jospin. Hollande aurait pu évoquer De Villepin, il ne l'a pas fait...

Dans le domaine de l'Education Nationale on notera aussi que Sarko est fortiche, car il a l'intention d'augmenter les professeurs de 25% (ce qui est constitutionnellement irréalisable, les professeurs faisant partie du cadre A de la fonction publique, il faudrait alors augmenter tout ce cadre A, des ingénieurs météo aux commissaires de police en passant par les attachés de la DDE) mais en augmentant leur temps de travail de 44% !! (de 18 à 26h), chose que j'ai tout de suite remarquée, et is que François Hollande n'avait pas non plus loupé.

Puis viendra la pêche aux voix FN et centristes. Apparemment, Sarko a choisi son camp, se rendant compte que 18% ça fait plus que 8%, Sarko d'emblée fera plus FN que le FN ! Même que Jean-Marie !
Cette fois, Sarko le Rassembleur évoque ouvertement les "musulmans", qui risquent de se radicaliser encore plus s'ils ont accès aux élections municipales.
Oubliant que la grosse majorité des "musulmans" sont déjà français, que je sache Mohamed Merah était né à Toulouse...
Bref, du lourd pour faire peur.

Ensuite, le nucléaire. Le programme de Hollande me semble raisonnable, remplacer une centrale sur deux partant à la retraite par des énergies renouvelables (lol) ! Sans rire, l'objectif de réduire la part du nucléaire de 75 à 50 % sur 14 ans me semble réalisable, si les mesures incitatives sont là.

Sarko était fier de parler de l'"explosion du photovoltaïque", et Hollande n'a pas manqué de dire qu'en supprimant toutes les aides incitatives, non seulement il avait donné un coup d'arrêt à ce type d'installation, mais qu'il avait fait mettre la clé sous la porte à des dizaines d'entreprises.
En 2006, produire de l'électricité photvoltaïque était tout bénef pour celui qui se lançait. Jusqu'en 2010.
Puis en 2011, année où je m'y suis mis, réduction du crédit d'impôt de 15.600 à 4290 euros. Rachat du KW par EDF passant de 0.66 à 0.46 € bref, 10 ans pour amortir une installation.
A présent, en 2012, le crédit d'impôt n'est que de 1800 euros et le KW n'est racheté qu'à 0.30 €. En attendant mieux...

Il a beaucoup insisté sur la seule fermeture de Fessenheim, sous-entendant que c'était son implantation dans le seule région UMP qui justifiait cette décision. Et bien entendu n'a pas hésité à dire que son programme nucléaire était lié à "un engagement avec ses petits copains écolos". Sarko du reste a progressivement retrouvé son langage de charretier (chassez le naturel...) alors qu'au contraire Hollande se faisait de plus en plus posé.

Puis ce fut le coup de grâce. La façon de présider.
Hollande n'a pas manqué de marteler la façon dont avait présidé Sarko, et d'en prendre le contre-pied. Et encore il a été sympa, ne parlant pas de l'augmentation de 170% qui fut une des premières mesures que prit Sarkozy au sujet de son salaire...


Au final, Sarko qui avait misé sur une victoire par KO, va perdre aux points.

Bayrou devrait ce soir donner des consignes de vote.
S'il n'appelle pas à voter Hollande (compte-tenu des propos Sarkozystes sur l'immigration), le beau rêve du Modem prendra fin, et le Béarnais commencera alors une longue, très longue traversée du désert, car les "modemistes" - dont je fus de 2007 à 2009 - s'apercevront que cet homme a toujours en fait été de droite, et qu'on la nomme "humaniste" ne change rien au problème.

Dimanche, j'avoue que je suis assez perplexe sur les résultats, ayant vu avec effarement les prises de position de certains membres de ma famille que je pensais, justement, humanistes.

En fait, le seul programme du candidat sortant, c'est la peur. La peur des Arabes, la peur de l'Autre...

Triste :(

Je vous embrasse.

10:54 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

30/04/2012

Remontée dans le temps

Me voilà rentré.
J'avais écrit "à dimanche 30", en fait c'était entre les deux, dimanche 29 en soirée, et reprise du blog le lundi 30.

Mes vacances furent une réussite.

Surprise pour les premières 24h, ça s'est super-bien passé avec ma fille.

24h, pas 24h01... Les 24h suivantes sont à oublier !

Jusqu'à la soirée du samedi 21, bal costumé entre Lorient et Quimper, qui a permis à beaucoup de gens de la famille de se revoir, parfois après 13 ans... Retrouvailles émouvantes pour beaucoup, et ça effacera certains côtés de la "fiesta", comme la mise en scène de la mère de mon filleul, parfois pathétique, et aussi le fait de voir ce même filleul se faire pourrir de cadeaux. Y compris par bibi, mea culpa !

Je découvrirai durant ce week-end électoral que le plus riche membre de la famille allait voter Hollande, votant à droite depuis sa majorité. Ce cousin qui a réalisé qu'en 2007 il avait voté pour un candidat qui avait assuré ne pas toucher à l'âge de départ à la retraite, et que ce candidat, une fois arrivé au pouvoir, s'était empressé de rajouter deux années de plus. Ce sont des choses auxquelles ont est sensibles vers la cinquantaine...

En revanche, mon cousin/frère, qui ne jure désormais que par la pensée positive, est devenu un adepte... du Front National ! Lui qui me disait, à l'époque où, après la faillite de son entreprise, il n'avait plus que le RMi pour survivre avec son épouse et ses 4 enfants, que "voter ne l'intéressait pas" !
Il aurait dû persister dans cette voie, d'autant que l'assistanat ne fait pas trop partie du programme de Marine...

Cette soirée électorale, que j'attendais depuis des mois, je la passerai chez ma cousine germaine, entouré de Sarkozystes et de Frontistes !

Nos voisins Suisses avaient annoncé la couleur sur 20minutes.fr dès 17h, et c'est sans grande surprise qu'à 20h, je verrai Hollande en tête et Marine à près de 20%... Le candidat sortant buvant la grande tasse !

je sens la vague.jpg

Au moins l'avait-il prévu, il pourra se reconvertir à Météo-France, entreprise publique qu'il a commencé à bien démanteler !

Pour la première fois depuis longtemps (1993), c'est avec le coeur léger que je quitte Lorient, pour aller rejoindre mon ami Bernard à Quimper.

Lui n'est pas Sarkozyste, et du coup, on a pu boire le champagne !

D'abord, une balade vers la pointe du Raz et la baie des Trépassés. Grandiose avec la tempête :

DSCN1175.JPG

J'aurais pu tricher, ne pas montrer l'essuie-glace, mais j'avoue: j'étais dans la voiture pour prendre ce cliché, dehors les vents dépassaient les 100 km/h.

Bernard avait ensuite prévu un "pélerinage" à Brest, là où on s'est connus voici... 47 ans !
Nous avons revu nos chers quartiers, ceux où nous avons traîné nos guêtres durant les étés 1965, 66, 67, 68 et 69.

Puis direction la plage, celle où j'ai passé 6 étés consécutifs, de 1964 à 1969. Celle où j'étais amoureux d'une fillette qui peu à peu deviendra une belle ado. Où, plutôt, je pensais être tombé amoureux, car... ces amours étaient saisonnières, et le retour des feuilles mortes endormira chaque année ce sentiment, qui renaîtra l'été suivant, sur le quai de la gare de Brest !
Nous étions une bonne dizaine à cavaler auprès de cette allumeuse en maillot bleu turquoise, dont Bernard, bien sûr.

Sur cette plage, j'y suis revenu environ une dizaine de fois depuis ces vacances passées avec mon père. A chaque fois je rentrerai dans le café qui nous abritait, où nous logions sous les toits avec vue sur la plage (et sur Nadine, la jeune demoiselle en question...)

Mais cette fois, ce sera tès différent.
D'abord la présence de Bernard dans ces lieux que nous avons hantés. Bizarre sensation...
Ensuite, quelqu'un qui se souvenait de tout. Une jeune femme effacée âgée d'une d'une vingtaine d'années à l'époque. Laquelle approchait les 70 ans, et avec qui nous avons discuté.
J'étais pour elle "un gamin très vif, qui ne restait pas longtemps dans le meublé et qui passait ses journées à la plage, sauf les jours de de pluie où elle se souvenait très bien des parties de monopoly interminables passées avec la bande, dont faisait partie Bernard, et bien sûr emmenée par Nadine."

Elle se souvenait de mon père, "qui était sans cesse à la fenêtre pour me surveiller. Notamment avec ses jumelles".
Je n'allais pas lui dire que ce n'est pas tant moi qu'il surveillait mais plutôt l'arrivée d'une 4 chevaux noire, conduite par sa maîtresse !!!

Bref, un retour aux années 64/69, ne manquait plus que la musique qui allait avec, de una lacrima sul viso en 1964 à que je t'aime en 1969 en passant par sunny afternoon en 1966 ou a whiter shade of pale en 1967. Premier slow sur cette chanson là-bas, avec une jeune fille dont j'ai oublié le nom...


Mais l'apothéose - prévue - sera les retrouvailles avec 3 des 5 copains de fac qui formaient la "bande des six", dont je parle dans la note précédente.

Dans le restaurant les couples de l"époque se reformeront, à savoir le légitime, Annie et Michel d'un côté de la table, et l"inachevé", Danielle et moi de l'autre. Danielle avec qui j'aurais pu me marier si je n'avais pas eu à cette époque le coeur marqué au fer rouge par ma première rupture sentimentale...

http://cicatrice.hautetfort.com/archive/2010/09/01/premie...

Danielle qui me dira "finalement Pat a raison, les Sous-Doués n'ont rien inventé, 7 ans avant nous faisions mieux...."
Dommage qu'on ne se soit pas vus en tête à tête, j'aurais aimé avoir une conversation plus approfondie, notamment sur ce rendez-vous raté, voici 41 ans...

Mon épouse a "subi" cette soirée, pendant que nous évoquions nos souvenirs d'anciens combattants.

Je terminerai en parlant de notre adorable logeuse, qui est en passe de devenir une véritable amie. En plus nous sommes du même bord politique, et c'est tous les trois que nous avons regardé, jeudi soir, des paroles et des actes sur France 2.

Là j'avoue que j'ai hâte que ça finisse, car la campagne de Sarko n'est même pas nulle, elle est largement au-dessous du zéro... Un type complètement aux abois à l'idée de perdre son jouet, et prêt à faire n'importe quoi pour le garder, même les choses les plus pourries.
Je pense que cette campagne restera dans les annales...

Quelques photos de Paris, pour terminer :

DSCN1198.JPG
Pris de la chambre, une preuve du réchauffement climatique accentué par l'effet de ville

DSCN1202.JPG

Présent/Passé, à 1 km de notre meublé, à gauche les vestiges du tunnel du chemin de fer de la Bastille, la promenade plantée commençant à l'autre bout du tunnel, à droite le RER A se dirigeant vers Nation.

DSCN1195.JPG

Témoin du passé, la dernière vespasienne de Paris, située devant la prison de la Santé. L'affiche témoigne que la photo est vraiment prise cette semaine (oui, vraiment une campagne de chiottes...!)

DSCN1188.JPG

Une vue inhabituelle de la Butte Montmartre, prise de la cité Bergeyre, près des Buttes-Chaumont.

 

Voilà, je vous embrasse.

10/04/2012

LA DETTE FRANCAISE expliquée aux nuls

Comme je l'écrivais ce matin à une amie, pas trop envie d'écrire sur mon blog aujourd'hui...

Mais ayant entendu ressasser une nouvelle fois à la télé des énormités sur la dette des Français, ces êtres irresponsables qui dépensent nettement plus qu'ils ne gagnent, et cela pas n'mporte où, pas sur TF1 (télé-RPR/UMP depuis 1987) pas sur France 2 contrôlée par Sarkozy, pas sur BFM TV, dont le patron est des grands intimes du candidat sortant.
Non, sur Canal +, pourtant la seule chaîne non inféodée à la Finance (enfin je pensais...) par un pseudo-économiste dont par charité je tairai le nom.

Alors, qu'en est-il de cette dette ?

Supposons un jeune couple vivant à Paris. Ils travaillent tous les deux et ont besoin d'emprunter 300.000 euros pour faire l'achat d'un appartement.

Là, deux cas de figure :

Il existe une banque d'état (qu'on appellera "la banque centrale") qui prête de l'argent à des taux vraiment très bas. Disons 1%
Mais pas aux jeunes couples qui veulent s'installer. Non. Au banques privées... La droite l'a décidé ainsi voilà 40 ans.

Si ce jeune couple avait pu obtenir un emprunt auprès de cette "banque centrale" (du reste pourquoi les guillemets, c'est son nom !) à 1%  sur 25 ans, cela leur aurait fait des mensualités de 1130 euros.

Ils sont aisés, gagnent à eux deux dans les 4000 euros, pas de souci.

Mais ne rêvons pas, ils n'ont pas le droit.

Alors ils se tournent vers une banque privée qui a la charité, alors qu'elle-même emprunte donc à 1%, de leur faire obtenir du 5%.
Ca leur fait des mensualités de 1754 euros (hors assurances). Limite mais tenable.

Mais au bout de 10 ans, l'un des deux est au chômage. Ils ne peuvent plus faire face à leurs mensualités.

Ils ont  à ce stade, certes, déboursé 210.000 euros, mais surtout des intérêts, leur remboursement n'est que de 9690 euros.
Il leur reste donc 221.770 euros à rembourser. Avec la banque centrale il ne leur restait que 177.179.

(source : http://www.cyberpret.com/calculettesimple.php3)

La banque leur consent alors un nouvel emprunt de cette somme sur de nouveau 25 ans.

Mais comme ils sont "mauvais payeurs", le taux monte à 7%.
Les mensualités "descendent" à 1567 euros, qu'ils parviennent à payer en faisant des sacrifices.
S'ils avaient eu le même problème avec les mensualités de la banque Centrale, elle, leur aurait, toujours avec du 1%, obtenu des mensualités de 667 euros...
Qu'ils auraient remboursé sans difficulté !

Mais ne rêvons pas, ils ne sont pas des banquiers !! Et au bout de 10 ans, rebelote ! Cette fois c'est les études des enfants qu'il faut financer.
Il leur reste 174.386 euros à rembourser.

La banque veut bien rééchelonner leur dette, mais ce sera désormais du 9%. A prendre ou à laisser !

Cela donne, toujours sur 25 ans, des mensualités de 1463 euros.

Au bout de 10 ans, pour une raison que je vous laisse le soin d'inventer, ils jettent encore l'éponge.

Reste 144.285 euros ------> Banque accepte le rééchelonnement mais cette fois à 12% ----> Mensualités de 1519 euros!

STOP !!!!

Je pense que vous avez compris le principe. A partir de là, ils ne rembourseront plus - s'ils y arrivent ! - que les intérêts...

Alors qu'ils ont déjà sorti... 574.800 euros, soit le double de leur emprunt initial, ce qu'ils devront sortir tous les mois ne fera, désormais, pas pour autant baisser leur dette.
Avec la Banque Centrale, ils auraient déjà remboursé leur prêt !!

C'est l'illustration du proverbe "on ne prête qu'aux riches". Si tu as les moyens, alors le taux d'intérêt est bas. Et plus tu as du mal à faire face, le taux monte. Et au final, tu n'arrives plus à suivre.

C'est exactement ce qui se passe.

Avec ce système à la con, jamais la situation ne pourra se dénouer.

Je ne suis pas économiste, je le répète mais je crois que, à l'instar de n'importe quel élève de 5ème, il est facile à comprendre que si on avait appliqué dès le début aux pays (dont la France) un taux raisonnable et non variable - tenant compte de l'inflation, comme les livrets A - la dette serait, du moins pour nous, inexistante ou presque.
Mais la Grande Finance Mondiale se veut maîtresse de la Vieille Europe, et à l'aide de ses agences de notations mène allègrement la danse.

Il faut que cette grande finance arrête de jouer au monopoly grandeur nature, sinon, la planète risque d'imploser, et eux seront coulés avec...

Je vous embrasse.

PS : inutile de chercher sur Google d'où vient cette note, elle ne provient que du cerveau (en surchauffe) de votre humble serviteur !

07/04/2012

François Hollande est sûr d'être président, démonstration

Démonstration :

Selon les 14 dernières estimations de tous les instituts de sondage, on aurait :

• Nicolas Sarkozy 28.6 % des votants
• François Hollande 27.3 %
• Marine Le Pen 15.3 %
• Jean-Luc Mélenchon 13.5 %
• François Bayrou 11%
• Eva Joly 2.2 %
reste 2.2 % pour les autres candidats.

On prévoit une assez forte abstention.
Pourquoi ?

Pour une raison fort simple : le premier tour se situe durant le seul dimanche où les trois zones scolaires de la France est en vacances. Bien joué !!! Moi-même, pris par un événèment familial, ne pourrai participer à ce premier tour !!

Disons 30% d'abstention. Ce que donnent les instituts de sondage.

En suffrages exprimés cela donne :

• Nicolas Sarkozy 20.0 % des inscrits
• François Hollande 19.1 %
• Marine Le Pen 10.7 %
• Jean-Luc Mélenchon 9.5 %
• François Bayrou 7.7 %
• Eva Joly 1.5 %
reste 1.5 % pour les autres candidats.

REPORT DES VOIX.

Nicolas Sarkozy aura logiquement :
- ses 20%
- plus (voyons large) 2/3 des électeurs de Marine Le Pen soit dans les 7%
- plus (soyons logique) la moitié de ceux de Bayrou soit 4%
- plus 1/3 des voix d'Eva Joly, et disons la moitié des voix des autres candidats, soit (soyons larges) 1%

Soit en tout 32% des inscrits plus les voix sarkozystes des abstentionnistes du premier tour.

François Hollande aura logiquement :
- ses 19%
- plus disons 20 % de ceux de Marine Le Pen (les autres s'abstenant au second tour) soit 2%
- plus disons 4/5 des électeurs de Mélenchon, en tenant compte de 1/5 de "purs et durs" soit 8%
- Plus (soyons logique) la moitié des électeurs de Bayrou soit 4%
- Plus les deux tiers de ceux d'Eva Joly soit 1%
- Plus ce qui reste des voix des petits candidats soit moins de 1%

Soit en tout 34 à 35 % des inscrits plus les voix Hollandistes des abstentionistes au premier tour.

Or qui sont ces abstentionnistes du premier tour ???

Quelques-uns qui certes l'ont toujours été.
Mais surtout des familles en vacances, notamment des jeunes.

Logiquement, les "anciens" s'étant précipité déjà aux urnes dès le premier tour pour que leur poulain Sarko soit en tête, cette réserve-là n'existe plus !

Donc, ces abstentionnistes de gauche sont en majorité pour Hollande.

Je ne vais cependant pas tenir compte de ce fait.
Faisons comme si ces abstentionnistes avaient reflété les résultats du premier tour. Et donc, à quelques pourcentages près se répartissaient à égalité entre Hollande et Sarkozy.

Alors, malgré tous les handicaps que volontairement, dans mes calculs, j'ai infligés à Hollande (seulement 20% des électeurs du FN, alors que c'est plutôt 30%, 20 % des voix du parti de gauche qui lui feraient défaut, alors que normalement tous devraient répondre "présent", seulement la moitié de ceux du Modem alors que ce dit Modem provient à 60% de la gauche, un tiers des voix d'Eva Joly qui n'arriveraient pas au PS, et enfin des abstentionnistes du premier tour qui se répartiraient des deux côtés, ce qui ne sera pas le cas)

Hollande gagnerait avec au moins 34.5 % des voix plus les abstentionnistes.
Sarkozy serait battu avec au plus 32 % des voix plus les abstentionnistes.

Cela, je le rappelle, dans le meilleur des cas de figure pour le candidat sortant.

Alors remémorons-nous les maths de 4ème (vous pouvez sauter ce paragraphe...)

• Hollande = 34.5 + X, X étant le nombre des abstentionnistes votant pour lui.
• Sarkozy = 32 + X, X étant le (même ) nombre des abstentionnistes votant pour lui.

Sur un corps électoral de 66.5 + 2 X, 2 X étant le nombre total d'abstentionnistes.

Avec une abstention située entre 15 et 20%

- François Hollande aura au moins 51.5 % des voix.
- Nicolas Sarkozy aura au plus 48.5 % des voix. Soit 3 pts d'écart.
Ce qui est déjà faramineux, vu son bilan...

Un cachet d'aspirine ?

Je vous embrasse.

 

27/03/2012

Passage en douceur à l'heure d'été

Pour la première fois depuis mes 25 ans (l'année de sa création par Giscard) le passage à l'heure d'été s'est passé pour nous sans encombre.

Avant, il n'en était pas de même. Il me fallait, pour moi qui bossais, au moins une semaine pour récupérer.

D'abord, si l'heure de nos montres avait changé, il n'en était pas de même pour nos horloges biologiques.
Et pour la première journée de boulot en heure d'été (le dimanche, on restait plus ou moins en heure d'hiver) les ennuis commençaient.

Pour moi réveil à 5h.
Donc 4h.  Une heure de moins à dormir. Et pas le choix ! Puis la pause déjeuner. Midi et demie, soit 11h30. Avez-vous vraiment faim à 11h30 ? Puis le soir, dur dur pour se coucher... Mais il fallait s'endormir à 22h maximum (soit 21h...) car le lendemain, le réveil ressonnerait à 5h.

L'organisme finissait par s'habituer, et au bout d'une semaine, on avait récupéré.

 

Cette année, c'est différent.

Déjà le réveil est un engin dont on ne se sert qu'occasionnellement, disons une dizaine de fois par an (train à prendre ou voyageurs à aller chercher, rendez-vous matinal, etc).

Donc, j'ai fait comme avec les médicaments : sevrage progressif.

Dimanche matin, je me suis levé comme à mon habitude. Puis nous avons déjeuné non pas à 13h, mais à.... 13h45 !!!  Dîner non pas à 20h, mais à 20h45. Je me suis endormi à minuit 30 au lieu de minuit.

Lundi : Déjeuner à 13h15, dîner à 20h. Nickel.

Et finalement, hier, je me suis endormi à minuit, comme tous les autres jours.

Ce matin, toujours comme les autres jours, réveil à 8h (soit 7h), avec en prime le spectacle du soleil qui se levait !

soleil levant.JPG

Certes, il y a des inconvénients - notamment pécuniaires - à la retraite, mais il y aussi pas mal d'avantages !

Je vous embrasse.