Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2016

HIT PARADE SALUT LES COPAINS DU 15 JUIN 1974

7406.jpg

Enfin Guichard à la première place.
Je dois dire que j'ai eu 4 attitudes avec cette chanson. Au début je n'adhérais pas, trop "zola". Et moi sans doute pas assez mûr. En 1974 je n'avais que 23 ans...
Puis après j'ai été papa, et ayant été un père absent pour cause de maladie pendant presque 10 ans, je commençais de plus en plus à comprendre ce que voulait dire le chanteur.
3ème phase, à la mort de mon père en 2006, j'ai réalisé qu'en fait il avait raison, "je suis passé à côté de lui sans le regarder". Mais c'était trop tard. A qui la faute ? 
Puis est arrivée la 4ème phase, la plus terrible car les rôles se sont inversés, et le père c'est moi. Qui s'il est choyé et dans les meilleures mains possibles, sait aussi qu'il est de moins en moins éternel - c'est d'ailleurs pour ça que j'ai publié les hits toutes les semaines au lieu de tous les mois, je ne me voyais vraiment pas tenir ce blog jusqu'en 2025 et ma fille unique - que je n'ai plus vue depuis trois ans - doit bien, elle aussi, avoir un calendrier à sa disposition...

Parenthèse fermée. On reprend !
Roméo second, on pourrait croire à un quelconque copinage de SLC. Point du tout ! Le mois d'avant, Roméo était bien numéro deux des ventes derrière Daniel Guichard (et le fameux titi, buzz qui ne durera que quelques mois).
Le plus grand tube de C.Jerôme arrive en 3ème position. Il sera bien sûr numéro un (pas tout de suite) mais restera 14 semaines sur le podium de SLC.  Qui, saluons-le pour une fois, avait anticipé le succès de la chanson. Une belle 5ème place - méritée- pour Santiana, je me répète mais dommage que SLC ait zappé la suivante, petite femme.
Sinon, amusant de voir Sheila et Ringo se parler par chansons interposées. Après le couple, lui répond par accepte-moi !
Irène est devenue sirène, chantée par Marc Charlan. Titre qui restera classé jusqu'en octobre. Bien sûr pas question de classer c'car de Stains, on ne touchait pas au président de la république à Europe 1 !
Je pense à toi de Delpech seulement 13ème... Difficile de refaire un tube après les divorcés.
"la machine" Stone/Charden commence à se gripper.  Et - du moins pour ceux qui n'aiment pas qu'on chante faux - c'est tant mieux !
Le sait-on ? Françoise Hardy ne vendait que peu de disques à cette époque. Après message personnel, je suis moi ne se vendra pas beaucoup non plus.

Pour les "étrangers", et pour répondre à Frédéric, la chanson qu'on entendait le plus en ce printemps était the most beautiful girl ; SLC ne la mettra pas plus haut qu'en 5ème
position !
Et le disco commence à se faire de plus en plus présent, TSOP se classant 8ème. A l'époque, on ne savait pas comment nommer ce nouveau
son !

Voilà pour ce hit de juin, à la semaine prochaine pour juillet, mois de mon premier mariage !

Je vous embrasse.

10/01/2016

HIT PARADE SALUT LES COPAINS DU 15 MARS 1974

7403.jpg

Je vous demande pardon d'avoir "zappé" le hit la semaine dernière, mais la mort de Delpech a occulté chez moi tout le reste. J'ai préféré lui consacrer une note, la plus exhaustive possible.

C'est Ringo nouvelle manière qui tient le haut du pavé, ceux qui disaient qu'il n'a épousé Sheila que pour faire un "coup" en sont pour leurs frais. C'est un mariage de gens qui s'aimaient, qui sont en train de ne plus s'aimer (aucun couple de chanteurs n'a tenu longtemps s'ils ne restaient pas discrets) et Sheila est en train de le lui faire comprendre par chansons interposées.
Pierre Groscolas est au sommet de sa carrière, comme Jacky Reggan, alors que Mike Brant (sans jeu de mots) amorce doucement sa descente et Art Sullivan finit la sienne.Un autre Pierre, Vassiliu, se retrouve à une place plus logique avec son qui c'est celui-là.
Plus logique en tout cas sur le parcours des divorcés - tube de ces trois mois - sur SLC (4-7-3) qu'en ventes de disques (3-1-4). Même si Michel était encore parmi nous je n'aurais pas manqué de le souligner.
Sylvie a une place d'honneur, elle ne sait plus quel style adopter.

Pour les "étrangers", toujours cette distinction entre Barry White et Love Unlimited !
SLC zappent les italiennes Cinquetti (dernière histoire premier amour) et Mina (ça sert à quoi) pourtant passées en boucle à RTL, Europe 1 et RMC qu'on peut écouter à présent à Paris.

A la semaine prochaine, si pas de décés, ce sera avril 74.

Je vous embrasse.

 

13/03/2015

La mort qui rôde de plus en plus autour de moi

D'abord une précision pour ceux qui ont connu mon blog avant 2014, avant qu'il ne devienne un blog consacré à la chanson française, je vais bien.

Mais force est de constater que la Grande Faucheuse s'intéresse de plus en plus à ceux qui me sont proches, et qui - logiquement - avaient encore de longues années devant eux.

Je ne commence pas par la mort de mon père en 2006. Il avait 94 ans, et si j'ai éprouvé une grande - et de plus en plus lancinante - peine, je ne me suis pas outre-mesure étonné. Mon frère est mort après quelques heures d'existence, disons que là on l'accepte nettement moins, surtout ma mère qui l'avait attendu 9 mois (et même un peu plus).

D'abord mes collègues.

En 2007, celui que je considérais comme un de mes meilleurs amis, celui à qui on pouvait tout dire - et réciproquement - celui qui accourait au premier appel, mon ami/collègue Jean-Bruno a disparu au cours de l'été d'une embolie pulmonaire à même pas 45 ans. Cela m'a fait un choc terrible, car je ne m'y attendais pas.

En revanche, pour Jacques, qui lui aussi fut un collègue et ami, la bonté et la générosité mêmes (et hélas aussi la sensibilité) cela ne m'a pas trop étonné même si le choc fut lui aussi violent.
Je l'avais connu en 2003, nous avions très vite noué des liens très forts, mais ce qui m'inquiétait chez lui était une certaine propension à l'alcoolisme, avec en plus un tabagisme non négligeable.
S'y ajoutaient  une hygiène de vie déplorable (il était de ceux qui se vantaient de n'avoir jamais vu de médecin de sa vie, et partait du principe que toute maladie "s'en irait toute seule"...).
Un harcèlement dont il fut - avec moi - la victime le fit partir d'un cancer de la langue en deux ans. Oui, ces derniers propos n'engagent que moi, mais que penser de quelqu'un qui vous annonce son cancer au téléphone d'un ton serein, presque de délivrance, en disant "à présent, je vais pouvoir me reposer, fini cette saloperie de boulot" ?????

Autre collègue encore. C'est en 2009 que ça se passe, et ma foi, j'oserai dire que lui et moi n'avions guère d'atomes crochus. Mais quand même quel choc quand un membre de son équipe, une équipe de 6, disparaît d'un infarctus foudroyant après avoir vaincu le Ventoux à vélo !!!
A chaque fois que je venais bosser, je le voyais partout. Et sa disparition a même précipité mon départ à la retraite d'un an et demie, car du coup, on voulait me "déclasser" !

La paix pendant deux ans et demie. Puis en 2012 arrive ce maudit jour de juin. Moi j'étais cette après-midi-là à hésiter à "faire une bêtise" car je n'en pouvais plus d'une vie que je trouvais trop dure à supporter (je venais de passer des semaines épouvantables, que vous pouvez suivre dans le blog).
Idem pour un ami connu via les blogs d'internet, avec qui j'avais noué de très bonnes relations (il était venu chez moi à Lons, moi deux fois chez lui à Quimper) qui en était au même point, mais pour d'autres raisons. Lui c'était plus sous l'effet d'une déception, et non, comme pour moi, d'une sensation d'abattement.
Moi j'ai réussi - avec l'aide d'autres bloggueurs et je les en remercierai toujours - à passer ce cap, lui non :(
Là encore un vide immense, d'autant plus horrible qu'on m'accusait ensuite d'"exploiter" ici même cette disparition !!!

Encore deux ans de "paix" de ce côté-là, deux ans au cours desquels ma vie a été - positivement, même si de gros nuages noirs subsistent encore dans ma tête - chamboulée puis cette fois, c'est au tour d'une voisine de mon ex-village qui se donne la mort.
Lucienne, que je connaissais depuis neuf ans, avec des hauts et des bas dans nos relations c'est vrai, Lucienne est morte le 10 décembre après avoir elle aussi absorbé des médicaments fatals.
On parle souvent d'"appels au secours" pour les TS à base de médicaments, mais on devrait demander l'avis de la famille de Dominique et de Lucienne... Fin de la parenthèse.
Si cela m'a encore énormément choqué quand - deux mois après !!!!! - je l'ai appris, pas trop de surprise pour moi, car ses dernières années avaient été des plus rudes, entre (comme moi en 2012) un "burn-out à domicile" et la mort d'un de ses petits enfants. Je la revois s'épanchant à la maison, ses yeux souvent embués de larmes.

Bref, en même pas huit ans, Jean-Bruno, Jacques, Daniel, Dominique et Lucienne.
Des gens proches qui ont été emportés.
Et là je ne peux m'empêcher de penser "à qui le tour" ????

Je vous embrasse.

03:25 Publié dans détripage, moi | Lien permanent | Commentaires (6)

08/03/2015

HIT PARADE SALUT LES COPAINS DU 15 JUILLET 1970

7007.jpg

Johnny traverse une période faste depuis juin 69 avec je suis né dans la rue, qui se poursuivra jusqu'à l'hiver 70/71 avec essayez. Passons au phénomène Polnareff. Il classe les deux faces de son single en deux et en trois ! Gloria sera du reste le tube français incontesté de l'été, et tout comme Johnny il a lui aussi une belle série depuis juin 69 avec tous les bateaux tous les oiseaux, et ça durera jusqu'à l'été 71 avec comme Juliette et Roméo.
C'est l'été Marchal également car après le numéro 3  de pauvre Buddy River l'étoile filante arrive en très bonne place.
Ce pauvre Bourvil en enregistrant le pastiche de je t'aime moi non plus avec Jacqueline Maillan ne se doutait pas - quoique ? - qu'il ne serait plus parmi nous avant la fin de l'année. 1970 fut un "millésime" très dur pour les artistes et personnalités.
Alain Barrière classé à SLC ! Ce sera la seule fois en dehors de ma vie qui fut quand même.... 30ème en 1964 !!!! SLC ne savait vraiment pas quoi faire avec certains chanteurs :( Comme Barbara qui sera quand même mieux traitée, avec un podium en septembre.
Marc Hamilton recule de 4 places alors qu'il figure déjà parmi les plus grands slows de l'été, et heureusement, SLC va essayer de raccrocher les wagons les mois qui suivront.
Spécial copinage, Carlos (dont, pourtant l'oreille collée à la radio cet été-là - qui devait voir mes premiers émois amoureux - je n'ai pratiquement pas entendue !) restera classé trois mois avec sa Reine du Shopping !
Dalida, mon idole absolue, fait elle aussi partie des chanteuses dont SLC ne savait que faire. Elle se voit classée pour la première fois - dans le hit avec Darladirladada (qui, au passage, ne date pas du tout des Bronzés comme la plupart des gens le croient), alors qu'elle aussi avait enregistré des twists, des jerks, souvent les mêmes que Johnny ou Richard Anthony !
Enfin côté français Cloclo va pâtir de la confusion qui a voulu que le monde est grand les gens sont beaux soit le seul titre classé, alors que c'est un départ passait partout en boucle, avec une merveilleuse orchestration ! Pour moi une des plus belles du chanteur.

Allez, aujourd'hui j'ai le temps, un petit tour vers nos voisins ! In the summertime premier, SLC a tout bon ! Tout bon aussi pour la majorité des titres, en dehors de Wigwam de Bob Dylan qui aurait mérité un podium.
Triste fin de carrière pour les Beatles avec leur dernier single qui n'ira pas au-delà de la 14ème place, même s'il aurait mérité un peu mieux.
Voilà, rendez-vous dimanche prochain pour août 70 que je soignerai tout particulièrement ;)

Je vous embrasse.

20/09/2014

Je vois clair, à présent ....

Jusqu'en 1965, je n'ai jamais porté de lunettes. Alors que la myopie me frappait de plus en plus :(

C'est lors d'une visite médicale, en octobre 1965, que l'on a décelé une forte myopie chez moi. Sans doute responsable en partie du redoublement de ma troisième (je ne voyais pas le tableau).
15 jours après (et oui, même à Paris on pouvait en ces temps reculés obtenir un RDV à Paris chez un spécialiste en deux semaines.... C'était le bon temps !) je fis l'acquisition de ces fameuses lunettes.

Sans exagérer, je peux dire que ma vie a été changée ! A présent non seulement je voyais bien, mais je voyais.... trop ! Avant que Joe Dassin ne chante "elle vivait dans un monde flou où les oiseaux volent bas", c'était aussi mon cas ! Et il fallait presque que je "choisisse" ce que je devais regarder, car tout était d'une netteté incroyable...
Ainsi, lors de mon voyage en train de Paris à Lorient, en décembre, avec ma manie de regarder l'intégralité du paysage, j'eus à l'arrivée un horrible mal de tête qui ne me quitta qu'avec la nuit !

Et ma myopie s'agrandit au fil des années. Avec un pic dans les années 2000 où j'avais en plus des tas d'autres pathologies, comme l'astigmatisme. Trouver "lunettes à mon oeil" était à cette époque guère évident !

Puis, comme pour la majorité des myopes, la tendance commença à s'inverser.
Ayant égaré mes lunettes en novembre 2011, j'eus recours à de vieilles paires de 1993, avec lesquelles.... je voyais mieux !
En revanche, de près ça devenait la cata !

L'année dernière, je dus même acheter des "lunettes-loupes" pour pouvoir lire :(
Mais ma vue de loin s'améliorait encore !

En juillet dernier, pour la première fois de ma vie, pour écrire une carte postale, je dus chausser ces fameuses loupes !!!

Mais en revanche...

C'était voilà quelques jours. J'avais l'habitude de ranger mes lunettes de myope dans ma poche, vu qu'elles ne me servaient pas ou presque (sauf la nuit).
Et là, sous le coup d'une très mauvaise nouvelle, je me mis au volant sans m'apercevoir.... que je ne les avais pas ! Et je voyais pourtant très bien !
Ce n'est qu'à l'arrivée que je m'aperçus de la chose, que j'avais conduit en ville près de 15 km sans aide oculaire aucune...

Sur ce plan-là aussi, j'ai rajeuni !

Je vous embrasse.

15:00 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (3)

09/02/2014

Bouts de vie (1) : décembre 2001

Nous avions prévu de passer les vacances de Noël 2001 au Pays Basque.
Hôtels retenus, tout bien préparé.

Quand, vers le 21 décembre, ma chère et tendre, qui avait vu un reportage sur les marchés de Noël en Alsace, me supplia de changer de destination. Le cap à l'est plutôt qu'au sud-sud-est !

Ma foi, pourquoi pas, si on trouve de quoi se loger...

On trouva.
Mais... pour qui ne le sait pas, l'Alsace, région si belle et si animée - surtout l'été - se referme complètement sur elle-même du 24 décembre à 16 h au 27 au matin !
Quand le 27 ne tombe pas un dimanche...

Comme ils le disent, "c'est une fête familiale, chez nous"...
Ils n'ont peut-être pas si tort que ça ?

Bref, après avoir passé la soirée du réveillon dans le seul restaurant de Strasbourg qui veuille bien nous accepter (à savoir... le buffet de la Gare - je vous jure que c'est vrai !), avec comme menu de fêtes une choucroute garnie à 59.95 (soit l'équivalent de 14 euros actuels), après nous être baladés le lendemain dans un Strasbourg désert et glacial, dans un Colmar encore pire et surtout l'absence criante, hurlante même de restos ouverts, et surtout "non réservés " j'entends alors mon épouse me dire "et si au lieu de rester là nous passions deux jours de plus à Paris ?"


Paris, c'est bien joli, mais encore faut-il trouver- toujours - à se loger.
Je téléphone au Formule 1 Noisy le Grand, interface idéale entre la route et le RER parisien, sans trop y croire :
"vous avez de la chance, c'était complet, et un couple vient juste de se désister..."

Bref, 5 minutes avant ou 5 minutes après, on ne parlait plus de Paris !

La traversée des Vosges sous la neige sera dure. Sans équipement, c'était première/seconde/première. Et à côté, j'entendrai chère et tendre qui me dira "mais double, ah la la, mais tu ne sais vraiment plus conduire..."
Arrivés en bas, à St Dié, ma fille et moi lui disons qu'on ne pouvait pas faire mieux.

Et là, je la vois faire une de ces crises d'hystérie dont elle a le secret, critiquant tous les détails de notre voyage. " Tu m'as fait dormir dans un hôtel Bonsaï !!! Moi dans un hôtel Bonsaïi (NDR : douche-WC-Télé, quand même ), et à présent tu conduis comme un pied !" J'an ai Maaaarre !"

Et quand ma fille et moi lui faisons remarquer qu'au départ il était question de Pays Basque, et que les hôtels réservés étaient, eux très confortables, je la vois qui ouvre la portière, et s'enfuit.
Son truc à elle.

Ma fille et moi nous nous attablons quand même dans une cafet, et devant mon air désespéré, elle me dit, les larmes aux yeux :

"Papa, va vivre ta passion avec la femme que tu aimes en secret. Maman ne te mérite pas, et moi je vois que tu es en train de mourir à petit feu... Tu sais je préfère voir un papa de temps en temps mais bien en vie, que de fleurir une tombe..."

C'était fin décembre 2001.
13 ans.
Une éternité.....

Je vous embrasse.

22/12/2013

Des nouvelles

Je vois que beaucoup s'inquiètent de ma "disparition des écrans radars"...

Je dois leur dire que ma vie a été des plus bouleversées depuis la nuit du 7 au 8 novembre, qui aurait dû, qui a failli être la dernière, me voyant alors incompris de toutes parts.

A suivi une semaine d'hôpital où j'ai eu largement (un peu trop même) le temps de cogiter.

Depuis je ne suis plus chez moi, mais dans le Sud, dans un cadre complètement différent de celui de mes sapins. J'ai tout laissé : disques, meubles de famille, cd, dvd, toutes mes émissions, cahiers de mon adolescence, station météo, collection de timbres, voiture, et plen d'autres choses de "valeur" ....
Et évidemment mon blog ! Pardon à mes lecteurs :(

Mais mon état de santé s'améliore à la vitesse grand V, je n'ai plus de pics de tension (sauf quand je reçois des messages pleins de haine, là ça remonte vite) et je mène une vie plus saine et surtout plus cool...

Mais la tourmente n'est pas finie pour autant, je continue de vivre au jour le jour, ne sachant pas trop encore ce qui va me tomber sur la crane.

Mais une chose est sûre : je me sens mieux en ce 22 décembre que le 22 septembre !

Sans doute vais-je reprendre (peut-être dès aujourd'hui, ce sera mon cadeau de Noël ) mes hits-parades SLC :))))

Je vous embrasse.

13:07 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (8)

16/11/2013

Pas d'affolement

Suite à un problème familial, je ne suis plus en mesure d'écrire des notes pendant une durée indéterminée.
Je suis désolé pour ceux qui aiment bien ce blog, mais qu'ils soient rassurés : je vais bien.
Je vous embrasse.

18:31 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (15)

11/09/2013

Départ en mini-vacances

Comme tous les ans à cette époque, les plus grandes vacances de l'année.

Soit, et ce depuis 2007 :

• 3 jours pleins chez ma fille, à Lamballe (22), pour son anniversaire
• 3 jours pleins à Lorient, dans ma famille
• 2 jours pleins à Quimper, chez mon ami Bernard
• 4 jours pleins à Paris

Plus les délais de route, soit 2 jours pour aller chez ma fille, 1 journée de chez elle à Lorient, 1 journée de Lorient à Quimper, une journée de Quimper à Paris, et une journée de Paris à Ouhans.

Soit 18 jours, en général du 15 septembre au 3 octobre, voire plus tard, si la "nuit blanche" parisienne a lieu plus tard.

Cette année, les 18 jours sont ramenés à 4 !

Je pars chez ma fille demain, je couche à Paris, mais vu qu'elle travaille, je n'y reste que deux jours pleins, le week-end.

Pas de Lorient cette fois.
J'ai trouvé certaines attitudes de membres de ma famille assez cavalières, allant jusqu'au méga-lapin de Noël chez les uns (alors que j'avais reçu leurs deux enfants pendant 10 jours lors de leurs vacances de février, soit mon filleul et sa soeur, qui m'a récompensé en... me virant de ses amis Facebook !)

Idem une cousine, qui toujours sur le même Facebook n'a pas arrêté de me chercher des poux, pas seulement à moi, mais aussi en s'attaquant à quelqu'un de très cher pour moi et à sa région, sans aucune raison.

Quimper, rayé aussi, comme mon ami de 48 ans Bernard m'a rayé de ses amis Facebook. Je lui en ai demandé la raison, j'attends encore la réponse !

Quand à Paris, Là aussi quelques déceptions, comme par exemple une jeune femme de 28 ans, qui nous a toujours considérés comme sa "seconde famille", et dont j'ai appris la naissance de son fils sur.... Facebook !!

Donc, cette fois, retour de Lamballe direct Ouhans lundi.

D'autres facteurs entrent en jeu.

Par exemple le budget. Il faut savoir que dans ma famille à Lorient nous ne sommes pas reçus pour dormir !! La dernière fois (je ne rigole pas...) c'était en 1988 !!!

Donc 4 nuits d'hôtel plus au moins 5 doubles repas au resto.

Idem pour Paris, 5 jours de "logement", le logement étant en général un appartement où on peut faire sa cuisine. Et par définition plus cher qu'une chambre seule.

Et le manque à gagner pour nous, car nous faisons aussi chambres d'hôte.

Soit dans les 600 euros en tout quand même !

Sachant d'autre part que, 4 semaines après, nous nous envolons pour Bastia, où cette fois, nous allons passer des vacances de nabab. Du moins si je m'en réfère à la dernière fois, soit en avril dernier.

Avec notre budget de retraité il faut se montrer raisonnable, d'autant qu'aller dans des endroits où ne nous sommes pas si attendus que cela n'est guère enthousiasmant.

Nous reverrons Lorient (peut-être Quimper) et Paris aux fêtes de fin d'année. Là nous prendrons notre temps, avant de repartir pour de nouvelles vacances au soleil une semaine après !

Elle est pas belle la vie ?

Je vous embrasse.

12:51 Publié dans moi, Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

07/08/2013

Mon plus gros chagrin

Je n'avais que 5 ans, mais je m'en souviens encore.
J'ai pleuré sans discontinuer pendant plus de douze heures, et de gros sanglots.... A tel point que mes parents (sans le sou pourtant) avaient fait venir le médecin...

Sans le sou !!! Et oui nous étions sans le sou, entassés à trois dans treize mètres carrés sans eau courante.  Et depuis des mois et des mois je passais devant la vitrine du marchand de jouets où trônait un magnifique contre-torpilleur modèle réduit qui aurait fait des ravages dans le bassin du Luxembourg où je poussais lentement mon voilier de location... Peut-être (sûrement) y ai-je croisé Gérard Palaprat qui lui logeait carrément au Sénat, le "luco" étant son terrain de jeu.

 

Ma mère m'avait appris une chose : "quand on veut t'offrir quelque chose, surtout si c'est quelque chose de valeur, il faut d'abord refuser poliment. Il faut attendre que la personne insiste pour enfin accepter."

Et un jour, arrivèrent de Bretagne ma tante et mon parrain. Ils s'enquirent auprès de ma mère pour savoir quel cadeau ils allaient m'offrir. Ma mère leur parla évidemment du contre-torpilleur devant lequel je bavais depuis des mois.

Et là ma tante "ça te plairait qu'on t'offre ce bateau, celui que tu regardes paraît-il tous les jours dans une vitrine" ?

Là je pensais aux paroles de ma mère : "quand on veut t'offrir quelque chose, surtout si c'est quelque chose de valeur, il faut d'abord refuser poliment. Il faut attendre que la personne insiste pour enfin accepter."

Et je dis d'abord "non merci" à ma tante. Attendant impatiemment son "mais si mais si...."

Il n'y eut pas de "mais si".
Mais un "comme tu voudras, je pensais te faire plaisir"...

Et là, au lieu de me défendre, d'argumenter, j'éclatai en sanglots devant tant d'injustice. Ma tante fit "tssst tsst" pensant à un caprice de plus, mais moi je le voyais mon bateau, auquel j'avais tant rêvé, et qui m'avait échappé à cause de ma politesse. Et je ne devais plus arrêter jusqu'au lendemain matin! Tous mes repères étaient désormais faussés. Ce jour-là j'appris que lorsqu'on désire ardemment quelque chose, il faut mettre la politesse ou le "savoir vivre" dans sa poche....

La récompense de ces "bonnes manières" m'avait finalement puni, et violemment.

De ce jour, et pendant près de 6 ans, je ne retournerai plus au bassin du Jardin du Luxembourg, préférant rester chez moi plutôt que de le voir me narguer, ce contre-torpilleur.

Mais je n'avais pas suffisamment retenu la leçon....
Près de 60 ans plus tard j'allais encore payer très cher ce "savoir-vivre".

Une nouvelle fois j'apprendrai que quand on désire ardemment quelque chose, il ne faut pas "faire semblant" de ne pas le vouloir, mais bien le réclamer au contraire, car d'une part la personne qui offre peut être déçue, et bien évidemment, je ne parle pas du chagrin de celui qui avait ce désir ardent.

Cette fois, à 62 ans bien sonnés, je n'ai pleuré que deux heures d'affilée....

Il y a des âges où on doit se modérer...

Je vous embrasse.

12:49 Publié dans détresse, moi | Lien permanent | Commentaires (5)