Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2013

Trop de médicament tue le médicament

Quand j'ai commencé ce blog, voici trois ans, j'étais encore en activité.

Et, malgré le fait que cela se passait très bien au boulot, j'avalais encore énormément de comprimés.

• 5 mg de témésta (2 comprimés jaunes ou 5 comprimés blancs)
• 200 mg Atarax
• 2 stilnox

Dès mon arrivée en retraite j'ai décidé de me sevrer progressivement.

• j'ai commencé par l'Atarax, le plus facile. A raison d'une baisse de 0.25 mg par mois, en novembre 2011 j'étais arrivé à m'en passer totalement.

• Pour le témésta c'était une autre paire de manches.
Je prenais ce médicament depuis... 1973 car il m'était indispensable pour le travailleur de nuit que j'étais. Ma dernière nuit ce fut en décembre 2007...
Donc, là aussi, sevrage, beaucoup plus progressif, par 0.25 en 0.25. J'arrivai à un comprimé de 2.5 (jaune) 10 mois plus tard, donc en janvier 2012. Et je continuai sur ma lancée.

Sombre erreur ! J'étais alors de moins en moins protégé et je faisais crise d'angoisse sur crise d'angoisse, avec en point d'orgue la volonté d'en finir le 6 juin !!!
Je recommençai dare-dare mes 5 comprimés jaunes !

Le Stilnox, là j'avoue que le sevrage ne peut être fait qu'en cas de zénitude absolue. J'ai vu des fois où pendant 5 jours (avril dernier) je n'en ai pas pris un seul et où, en revanche (la nuit dernière tiens) avec 4 comprimés pas moyen de fermer l'oeil d'une grande partie de la nuit.

Il y a un an , m'arriva mon hypertension aigue. Aigue c'est à dire "fofolle". Pas de ces tensions d'obèses qui montent d'année en année pour arriver, en 20 ans, où moi j'étais arrivé en 2 minutes !
11/6 depuis ma naissance, d'un seul coup je suis passé à 19/13 !!!!
On a essayé sur moi plusieurs médicaments, de plus en plus costauds, et avec le dernier (Co-Olmetec 20/25) j'avoue que de ce côté j'arrive à éraser les pics..

Mais bonjour les effets secondaires !! En un mot la courante....

 

Donc, là je pense qu'il est temps de recommencer le sevrage.

Je vais de nouveau diminuer mon témesta, comme je l'ai fait en mars 2011, en me stabilisant cette fois à mon comprimé jaune 2.5 mg. Je pense y arriver (enfin.... si tout va bien !) dans 10 mois soit en mai 2014.

Le stilnox continuant d'être "à la demande".

Quand au Co-Ométec pour la tension, désormais je n'en prendrai que 1 sur 2. J'ai déjà commencé ce matin. Et si ça marche bien, dans 1 mois , ce sera 1 sur 3.... Le but étant de m'en passer.

Je vous tiendrai au courant.

A bientôt..

13:59 Publié dans détresse, moi | Lien permanent | Commentaires (2)

15/07/2013

Un an de "surtension"...


Le 14 juillet 2012, je faisais encore partie des "bien portants", ensuite j'allais passer dans l'autre catégorie, celle qui doit impérativement prendre des médicaments à vie.

Pourquoi ?

Depuis exactement 20 ans, je vivais en stress.

Histoire d'amour impossible, harcèlement au boulot, décès de ma mère --> il m'a fallu gérer mon père à distance (800 km) qui s'est obstiné, entre ses 87 et ses 91 ans, à vivre tout seul dans un taudis.

Puis gérer ma fille, qui tout à coup est passée de l'état de la commune gamine à lunettes à celui de la superbe jeune fille avec lentilles, qui avait besoin de prendre sa revanche et qui du coup tournait mal. C'est grâce à son vide-président de la FCPE de père qu'elle a pu passer - par 3 fois - dans la classe supérieure : 3ème, seconde et première.

Puis ce fut mon épouse, déjà épileptique, qui acceptera du bout des lèvres une opération censée la guérir de sa maladie. Echec, et à l'issue d'une trépanation en urgence, elle gardera son épilepsie, plus une aphasie sévère et une perte importante de la vision. Depuis mars 2006, je suis à la fois psy, garde-malade, et orthophoniste à plein temps...

 

La semaine d'avant, les freins de la voiture avaient lâché, et ce 15 juillet 2012, après ces 20 années de stress, de "prise sur moi", de "tenue de coup" et autre "avalages de couleuvres", mon corps a soudain dit :

BASTA !!

Ce 15 juillet (un dimanche) je me suis aperçu que quelque chose n'allait pas juste avant déjeuner. Ca tournait. Comme si je me trouvais mal. Un genre de malaise vagal.
J'ai mangé du sucre, pensant à une hypoglycémie, rien.

Puis j'ai pensé à une baisse de tension, comme j'en fais souvent (en général j'oscille entre 10 et 12, mais parfois je descends à 9), et je vérifie alors avec mon autotensiomètre, cadeau joint avec un abonnement à Top Santé.

19/12 !!!

Je refais la mesure, sur l'autre bras, idem.
Pensant que le matériel était en cause, je demande alors à une voisine infirmière de vérifier : 19/12 itou !

Médecin venu en urgence, médicaments à aller chercher à la pharmacie de garde (21 km...)

Mécecin qui m'a dit que ces brusques montées d'hypertension débouchaient assez souvent sur un AVC.
Et que ma chance à moi, était d'avoir une tension ordinairement basse. Ce qui fait que la "surtension" n'a pas eu de conséquences contrairement à des personnes qui "naviguent" au-dessus de 14, 15 et à qui une "surpression" brutale de 7 peut être fatale.

Un mois après, à cause d'une méchante voisine, je ferai une hémorragie où je perdrai 1,5 litres de sang (tandis que "chère et tendre" se lamentera devant la voisine et moi en train de pisser du sang, car je... salopais son carrelage !! La voisine était son amie, elles étaient effectivement faites pour s'entendre...)

Je ferai 15 jours d'hôpital à la suite, et ma tension ne cessera de monter pendant 7 mois, malgré des médocs de plus en plus forts (record 23/15 le 10 février...), jusqu'au mois d'avril, où après une chute spectaculaire pendant des vacances de printemps qui m'ont fait un bien fou, elle se stabilisera à un niveau à peu près raisonnable.
Enfin, quand même, 14/9....

Sachant dès lors qu'une "surtension" comme celle de février dernier peut me déclencher un AVC.

Mais bon, on ne peut pas tout avoir.
Certes cette année 2012 m'a apporté la maladie et la preuve que mon épouse était devenue - par sa maladie, je sais - quelqu'un d'inhumain.
La déception vis-à vis de certains membres de ma famille.
Mais aussi m'a débarrassé d'une obsession qui datait de 15 ans, un espoir fou auquel je m'étais accroché alors que tout le monde me disait que, justement, c'était "fou"...

De 1980 à 2012, j'avais été sans cesse tourné vers le passé, et je m'en rends bien compte.

Mais je sais que la roue tourne, et peut-être que les années à venir me seront plus favorables ?

Je vous embrasse.

18:02 Publié dans Marie, moi | Lien permanent | Commentaires (3)

06/07/2013

la retraite fait grossir ? faux !!!

Un simple croquis valant mieux qu'un long discours, voilà le graphique qui montre que non seulement je n'ai que très peu pris de poids au cours des 20 dernières années, mais surtout que depuis 2011, année de ma cessation d'activité, la tendance est plutôt à la baisse. La retraite ne fait pas grossir !Image (31).jpg
J'ai pris la base 50, le plus faible poids auquel je suis arrivé (en fait 49.6 en juillet 1980) et 80 de sommet, le plus haut atteint (79.8 en novembre 1979).

Je vous embrasse.

17:02 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (1)

25/05/2013

A mes nouveaux lecteurs

Je m'adresse à ceux qui sont tombés récemment parmi mes écritures, peut-être via une recherche Google ou tout simplement par l'intermédiaire d'une liste de blogs amis.

Ce blog est en quelque sorte un être vivant, non figé dans le temps.

Depuis la création de ce blog, à l'été 2010, beaucoup de choses dans ma vie ont changé.
A commencer... par ma vie professionnelle !
Et oui, à cette époque je travaillais encore....

Ma vie a donc changé, d'abord en bien, puis en moins bien puis en mieux puis en nettement moins bien et soudainement en nettement mieux. Mes commentateurs Thierry et Cristophe savent pourquoi lol ;-)
Silence radio, vous deux, hein ;-) !!! Hélas mon blog n'est pas lu que par des lecteurs désirés :(

Je voudrais donc dire à mes nouveaux lecteurs que si certaines notes sont encore d'actualité, d'autres en revanche sont tout à fait obsolètes

Exemple typique : celle de janvier 2011 où j'annonçais la mort imminente de mon chat Bob !
Celui-ci se porte très bien....
Ces notes obsolètes ont d'ailleurs été écrites pour la plupart au début de mon blog, en 2010 et 2011.

Mais quelques-unes plus récemment.

Je vais dores et déjà m'atteler à une tâche, c'est de signaler ces notes en les classant dans la catégorie "notes obsolètes". Ainsi mes nouveaux lecteurs éviteront, à la lecture de mon blog, un tournis qui peut-être les éloignerait de mes écrits.

Autre chose encore, pour ceux arrivés sur mon blog suite à une recherche "Hit-Parades SLC", j'ai la joie de leur annoncer qu'à partir de demain, mes hit-parades ne paraîtront plus mensuellement, mais de façon hebdomadaire, tous les dimanches.

Voilà, je vous souhaite une bonne fin de week-end, et je vous embrasse.

18:15 Publié dans Blog, moi | Lien permanent | Commentaires (6)

14/05/2013

C'est ta faute !

Le 872ème "c'est ta faute" depuis le début de l'année.

Enfin, je n'ai pas compté mais ça ne doit pas en être loin.

Ainsi par exemple, le "c'est ta faute" d'aujourd'hui concerne une chambre que nous avons mis à louer à la nuitée, et dont l'annonce a été notée ***** par les superviseurs du site (Airbnb) .

Et bien "c'est de ma faute" si les clients ne viennent pas !!!

Suivi de l'inévitable "de toutes façons tu fous rien", expression que Madame lance pour n'importe quel sujet quand elle est en boule contre moi...

A signaler encore :

"c'est ma faute" si le temps est pourri. Généralement suivi de "sale bled" *
    * A noter que "sale bled" est l'expression toujours employée par elle sur tous les endroit où nous avons posé nos valises, une fois qu'elle a réussi à se fâcher avec tous les voisins !

"C'est ma faute" si le chauffage marche mal, je n'arrête pas de le "tigonner" (le régler en patois cauchois)

"C'est ma faute" si le téléphone ne marche pas, et pas celle d'Orange. Panne qui devrait pourtant la ravir puisque chez moi couplée à celle d'Internet !

• "C'est ma faute" si la télé déconne (alors que, dans presque tous les cas c'est de la sienne à elle, s'étant trompée de touche sur la télécommande laquelle il est vrai nécessite un Bac +3 pour s'en servir)

"C'est ma faute" quand on a une panne de voiture. "y avait qu'à" en changer, comme elle me le demande depuis deux ans. Là, progrès, parce qu'il faut un temps (1996) où elle ne prenait pas la peine de me le demander, et c'est ainsi qu'un jour je l'ai vu arborer les clés d'une Nissan Micra en lui demandant où était passée la Clio dont j'étais très content !!

J'arrête là la liste, très longue.
Mais je pense qu'un mec un tant soi peu dépressif, à force d'entendre ça tout au long de sa journée, finirait par se tirer une balle ou se jeter dans le Source de la Loue, curiosité mondiale ***** à 1500 m de ma maison.

Mais je ne le suis plus, dépressif, et cette note, je ne la classe pas dans la catégorie "détresse", mais dans "ras-le-bol".

Ses récriminations finissent par, de plus en plus, m'entrer par une oreille et ressortir par l'autre. Après je me les lave en écoutant de belles chansons.

Le problème de CT (Chère et Tendre) est qu'elle est en train de scier la branche sur laquelle elle est assise....

Je vous embrasse.

11:24 Publié dans moi, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (7)

30/03/2013

A quoi me sert mon blog ???

A beaucoup de choses...

• par exemple à jouer les Philippe Bouvard - mon modèle en tant que diariste - et commenter l'actualité quand je trouve qu'elle dépasse les bornes.

• A débusquer les différentes arnaques que l'on subit en tant que consommateur, et en faire bénéficier mes lecteurs.

• A jouer les gâteux et vous raconter mes plus ou moins vieux souvenirs. Ce soir j'ai préféré Facebook mais je me rends compte que finalement j'aurais mieux fait de le faire ici. Ce n'est que partie remise...

• A parler des gens que j'aime, et que j'ai aimés durant ma vie écoulée.

• Ca m'a passé, mais il fut un temps où je parlais beaucoup de mon audience et de celle des notes que j'avais écrites. Je me suis fait même installer Google analytics par mon cousin/frère Jean-Yves !
Oui, ça m'a passé, et je vais vous liver un scoop, qui fera plaisir à pas mal de mes lecteurs : Cela fait à présent près de deux mois que je n'ai pas été sur la page "statistiques" ni sur le fameux Google !!! Je m'en fiche, à présent :)

• Pour les lecteurs, sa première fonction : les chansons et les chanteurs. Je suis devenu (ouille les chevilles !) la "référence" en matière de hit-parade et d'âge des interprètes, à ma grande surprise.

• Pour moi, sa première fonction : soupape de sécurité. Quand j'ai mal, je sais que je ne peux le dire à personne, notamment à ceux qui justement m'ont fait mal, surtout sans le savoir. Mon blog m'a sauvé la vie le 6 juin 2012, et m'a remonté le moral des tas d'autres jours, où j'avais le choix entre me précipiter dans la Loue ou me précipiter sur mon blog...

• Mon blog est un psy ! Qui sait si j'aurais pu parler un jour de mon frère mort, de ma soeur volée, de la terrible maladie de mon épouse, de ma dépression et de ma maniaco-dépression si je n'avais pas eu ce moyen d'expression ?

• Ce pourquoi je l'ai créé : Nathalie. Là aussi je pense que mon blog m'a beaucoup aidé à faire le travail de deuil nécessaire, à touner enfin cette (belle) page et à comprendre que jusqu'à l'automne dernier, je courais après des chimères auxquelles j'étais encore le seul à croire...

• A jouer ma Danièle Heymann de temps en temps, faire comme CriCri et bien d'autres ; commenter les films qui m'ont touchés.

• A déc...er aussi ! Dans ma catégories "délires", je m'en donne à coeur joie, même (et surtout) quand mon coeur n'est pas en joie.

• A parler de mon boulot. Pas ex-boulot car je pense que la retraite ne vous prive pas du jour au lendemain d'une vocation que vous avez embrassée depuis l'âge de douze ans.

• Evidemment vous parler de moi... comme tout blogueur ou diariste !

• De temps en temps, de parler sport, que ce soit mes enthousiasmes ou mes coups de gueule (comme le Tour de France).

• De vous raconter en images mes vacances, je sais que ces notes-là sont très appréciées.

Je pense avoir fait le tour... Si j'ai oublié quelque chose, merci de me le signaler...

Je vous embrasse.

Mon humeur selon les années

Quels adjectifs pourraient le mieux définir chez moi une année ?

Essai sur les 30 dernières :

1983 : heureux

1984 : comblé

1985 : déçu

1986 : voyageur

1987 : chamboulé

1988 : désillusionné

1989 : besogneux

1990 : écoeuré

1991 : pépère

1992 : écartelé

1993 : amoureux

1994 : traumatisé

1995 : dépressif

1996 : pitoyable

1997 : brisé

1998 : effondré

1999 : naïf

2000 : désespéré

2001 : maniaco

2002 : illusionné

2003 : rescapé

2004 : traumatisé

2005 : populaire

2006 : trahi

2007 : revigoré

2008 : épanoui

2009 : inquiet

2010 : dispersé

2011 : libéré

2012 : en plongée

2013 ?


Je vous le dirai le 31 décembre...

Je vous embrasse.

16:48 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (6)

19/03/2013

Mes sacrées bronchites

Depuis un mois, je tousse et je crache. Je carbure actuellement à l'antibilotique puissant, 1.3 g 3 fois par jour. Mais je sais qu'autant pisser dans un violon, ça ne me guérira pas, j'en ai encore pour 1 mois, c'est le tarif chez moi :(

Tout a commencé en novembre 1970. Une bronchite qui a duré jusqu'en avril ! Au départ un simple rhume, puis rhino-pharyngite et bronchite. A cette époque, j'étais à la fac de Jussieu, alors en pleins travaux, et j'avalais de l'amiante à qui mieux mieux !!! Ceci explique cela...

Ma plus méchante fut celle de février/mars 1993. J'en parle un peu au début de mon blog, et cette fois-là, j'ai été à deux doigts de mourir.  Je refusais d'aller à l'hôpital parce que... je refusais de me faire arrêter !!! Nous n'étions que trois à un moment, et je savais que si je m'arrêtais, les deux autres collègues se taperaient double ration de taf, et pour des raisons diamétralement opposées, m'en voudraient alors à mort. Alors je préférais bosser avec mes antibiotiques et de la cortisone administrée en piqûres 3 fois par jour... je ne dus mon salut qu'en pouvant me permettre de poser du congé... annuel !!!
Je me souviendrai toujours de ce qui était devenu une broncho-pneumonie, car, je verrai pleurer mon épouse devant ma maladie. Ce sera la seule fois où je la verrai faire ça...

Il faut aussi que je fasse attention aux dates ! Car une bronchite chopée en avril peut dégénérer.
Telle celle de 2008, où, presque guérie début mai recommença de plus belle pour perdurer jusqu'à la fête nationale ! Mon allergie au pollen avait pris le dessus.
Pour la première fois de ma vie, je demanderai du congé de maladie au "bon" docteur Estève, lequel m'octroya "généreusement" UNE journée, avec comme motif "allergie" !!!!
Même mon chef de l'époque en a rigolé, aménageant mon tableau de service pour que je puisse prendre le repos nécessaire

Une qui m'a pas mal marquée aussi, c'est une contractée pendant mon service militaire, en décembre 72. Le "jeu" consistait à nous faire doucher sans nous sécher les cheveux, et de nous mettre au garde-à-vous pendant 20 bonnes minutes. Et comme il gelait souvent, le résultat ne s'est pas fait attendre.
J'ai pu apprécier à la fois la solidarité entre "bidasses" qui évitait aux plus touchés de répondre à l'appel de 22h en se mettant entre deux lits, et l'abjection des "petits gradés" qui nous faisaient un chantage immonde : "vous demandez à voir le médecin, soit. Mais si vous avez moins de 38°, au trou !"
Une des seules choses que Chirac a fait de bien, supprimer cette saloperie.

La dernière fois, c'est un virus de Tahiti qui m'avait frappé en septembre 2011. Mon cousin/frère Jean-Yves et sa petite famille en revenaient (à ma grande joie !) apportant dans leurs bagages ledit virus, en tant que porteurs sains. Ecoutant Jean-Yves je crus bon de me soigner au début au chlorure de magnésium :(
Ignorant que ce produit était essentiellement utilisé à titre préventif et non curatiif. Je fus malade à tel point que c'est mon épouse qui dut conduire depuis Guéret jusqu'ici !!!

Cette bronchite-là durera presque jusqu'aux fêtes...

Donc je sais que normalement, si mes comptes sont justes, j'en ai jusqu'à mi-avril ! J'espère qu'ils ne le seront pas car c'est justement à cette date que je partirai en vacances, que je ne tiens pas à gâcher avec la main devant ma bouche en permanence !!!

Je vous embrasse.

15/03/2013

Un décompte qui fait peur

Que sont mes amis devenus ? dit la chanson...

Je me suis risqué ce matin, à la suite d'un coup de fil de mon épouse, à faire le compte de mes amis.
Attention à ceux qui me lisent et pourraient s'offusquer, si j'ai - et notamment parmi mes lecteurs - beaucoup de gens qui m'aiment bien, je prends le terme "ami" dans son sens franc-comtois "manger une tonne de sel avec lui"...
Enfin pas à ce point-là quand même...

Donc coup de fil à mon ami Bernard, que je déconseillais fortement à mon épouse.
Elle n'a pas eu tort, elle s'est faite poliment envoyer sur les roses par son épouse à lui après une conversation très courtoise de quelques minutes.

Il est vrai que j'ai mes torts là-dedans, avec mes plaisanteries au second degré que les gens n'apprécient pas toujours, et je n'avais pas tenu compte du calvaire que vivait cette femme, ne pouvant sortir qu'en fauteuil roulant. Moi j'ai bien ma tension, mais ça n'est pas si handicapant. Ca peut être mortel, en revanche !

Bernard était mon ami (oui, je crois que je peux oser l'imparfait après deux coups de fil de ce genre) depuis 1965... Et oui, 48 ans que lui et moi nous étions connus à Brest.

Mon premier ami fut un Corse. François Santini, un Corse d'Ajaccio, avec qui j'ai fait les 400 coups entre notre 6ème et terminale. Notamment mai 68 oui lui et moi tenions un "faux stand" dans la cour de la Sorbonne, pour railler nos aînés qu'au début nous ne prenions pas trop au sérieux. Ensuite on a changé, moi je suis devenu gauchiste, lui est entré dans la Police puis est devenu membre du GIGN pour finir avec le grade de commandant.
Je me souviens de ces expressions, de ses réflexions sur son (beau)  pays et de l'engueulade qu'il m'avait passée quand il avait vu que sa jeune soeur n'était pas insensible à mon charme de l'époque.
"Chez nous, les femmes Corses ne se marient qu'avec des Corses... Sa-che-le !"
Bon, je le sais !!! N'empêche que depuis 1969, je n'ai plus eu de ses nouvelles.

Non là je mens. Je l'avais croisé en 1982, alors que j'étais en stage à Paris entre mes deux mariages et que je m'éclatais avec une bande de collègues, mâles et femelles, me faisant revivre mes folles années de fac 11 ans plus tôt. Il m'avait donné son numéro de téléphone professionnel, je l'avais mis dans une poche....
Ma faute !!!

Puis ce sera Jean-Yves.
C'est toujours Dieu Merci !!!! Un cousin, qui m'a toujours considéré comme le grand frère qu'il n'a jamais eu, et que j'ai toujours considéré comme le petit frère que je n'ai jamais eu. Il m'avait même envoyé le disque de Leforestier à l'époque !
Il y avait eu une longue parenthèse de quelques 13 ans, entre 1998 et 2011, où, à cause du chômage il avait dû s'exiler à Tahiti. Depuis, je l'ai revu à plusieurs reprises. Il a changé, mais peu à peu nous nous "ré-apprivoisons"...

Ensuite Jean-Bruno. Un collègue que j'avais connu en 1987, et qui au fil des ans était devenu plus qu'un ami, un confident. Dans mes années "Nathaliques" il avait joué un grand rôle. Déjà d'être le témoin des ces années inoubliables, puis ensuite, il n'avait pas hésité à se taper le trajet Grenoble-Vannes en 4L parce que je l'avais appelé au-secours, dans une crise de maniaco encore plus forte que les autres.
Ce bon geste fut récompensé : lui qui cherchait l'amour depuis des années et des années, finira par le trouver lors de ce voyage...

Hélas il est mort brutalement en 2007....


Il y a eu Jacques aussi. Un collègue de Biarritz qui aurait pu lui aussi devenir mon meilleur ami si la faucheuse, elle aussi ne lui était pas tombée dessus...
Pendant l'horrible hospitalisation de mon épouse, il venait me chercher au train (sans que je lui demande !), me payait l'apéro au bar, puis m'invitait à dîner chez lui et son épouse Lorie.

Dieu que la vie est injuste, et que je comprends souvent ceux qui "attendent que ça sonne", comme disait le grand Dick (Rivers).

Et puis il y a celle à part. Une femme. Michèle, que je connais depuis à présent 32 ans. Au début j'avais été amoureux fou d'elle (c'était entre mes deux mariages) mais au bout de quatre mois, lassé, elle était devenue une amie, au sens propre du mot. Deux ans après, elle tombait amoureuse de moi, mais la flamme ne brûlait plus. Pas question de coucher sans amour, en ce qui me concerne...
Elle m'a fait rencontrer Mme Cicatrice voici 30 ans, et fut témoin du mariage.
Seulement.... on ne s'est pas vus entre l'été 1994 et l'automne 2007, la période de ma dépression et autres maniacos... On se connaît depuis longtemps mais elle n'a rien su de ma période "noire"...

J'ai failli oublier Thierry.
Thierry, je l'ai connu en 1985, voilà donc 28 ans, et pendant plus de dix ans j'ai été non seulement son meilleur ami, mais aussi son confident. J'ai su des choses que sa proche famille ne savait pas.
Mais lui en revanche m'a connu dans ma dépression et la maniaco qui a suivi et n'y a pas résisté. En 2001 il m'a alors annoncé qu'il coupait les ponts...
Mais la vie réserve de ces surprises, et en 2007, je l'ai retrouvé comme collègue. Et là, on a aussitôt renoué, sans toutefois revenir au stade d'avant 2001. Il nous a aidés dans notre déménagement, et je suis toujours en contact avec lui...
Oui, il mérite (comme le nom de la rue où il travaille lol) de figurer dans cette liste. Bien que - comme Michèle - il ignore tout d'une "certaine période"...

Le compte est vite fait, côté "amis à qui je peux vraiment me confier" il ne me reste que Jean-Yves.
Mais qui se trouve à 850 km....

Et il est de ces détresses qui ne peuvent se dire par téléphone, hélas...

Je vous embrasse.

16:34 Publié dans détripage, moi | Lien permanent | Commentaires (8)

08/03/2013

retour sur vendredi dernier

Je viens encore de relire ce que j'avais écrit, et, je vous le dis sincèrement, j'en ai encore honte.

Rien à voir avec ce que j'avais posté (furtivement) le 6 juin, dû non pas un gros coup de déprime, mais par un constat d'impuissance. Je venais de passer 15 jours d'enfer, mon épouse ayant fait une crise et moi devant me déplacer à Besançon, au milieu des travaux du tram, sous une chaleur implacable pour la saison. Tout ça pour la voir complètement abîmée par le personnel du CHU qui ne voulait pas de souci pour passer le week-end de la Pentecôte. 3 jours en réanimation, intubée à mort alors que le chef de service lui-même "attendait une place" pour l'en sortir. Puis arrivée dans le service de neurologie, elle était tellement en colère qu'elle s'arrachait les perfusions  ! Du coup les aide-soignantes et infirmières l'avaient attachée... Et pour finir, surdosée de gardénal, afin d'avoir la paix.

Qu'importe si cette surdose de gardénal la faisait ressembler à une ivrogne, qu'importe qui moi-même, la voyant dans cet état, ignorais si c'était temporaire ou si ça allaît être comme ça à vie ?
Elles, étaient peinardes dans leur petit cagibi où on les entendait rigoler alors que je voyais le visage de mon épouse déformé...

Puis, enfin, vint sa sortie.
Elle allait illico se remettre à des tâches ménagères qui franchement ne s'imposaient pas, et alors je pris la décision de prendre tout de suite les quelques jours de vacances que nous avions prévus pour l'Ardèche et dû reporter à cause de l'hospitalisation.

Hélas, cela se révéla une catastrophe. Il y faisait une chaleur suffocante. Les gens se moquaient de mon épouse, pensant qu'elle était réellement bourrée. Puis ce furent les freins de la voiture qui lâchèrent dans une descente dangereuse...

Bref, ce 6 juin, j'étais à bout, et si j'imaginais d'en finir, c'est parce que je voyais toutes les issues fermées autour de moi. Constat d'impuissance, personne ne pouvant alors me sauver.

Et c'est en voyant les commentaires reçus ce jour-là, que je me décidai dans un premier temps à enlever la note, et dans un second temps, d'essayer de surmonter cette épreuve.

Car la solution ne pouvait venir que de moi, et moi seul.

 

Rien à voir avec vendredi dernier, où j'étais à peu près dans le même état moral, sauf que là, malgré la plus grande volonté du monde, moi seul ne pouvais pas me sauver...

A partir de là, j'aurais dû m'abstenir d'ameuter tout le monde. De leur faire peur. Cela me servait à quoi ??? Ils m'ont encore écrit des commentaires pleins de compassion, d'amitié, d'amour presque, mais hélas, ils ne pouvaient rien changer à mon sort.

Quand, brûlant de fièvre, et ne pensant pas sincèrement pourvoir arriver jusqu'au prochain village, bien que je me sois donné le Sud comme destination, j'aurais dû tout de suite effacer ma note. Ou mettre, plutôt, un truc du genre "je vais essayer de régler ça par la fuite..." 
J'ignore si ça aurait rassuré ceux qui me connaissent bien, mais disons que j'aurais évité à de chers amis du blog de penser au pire, autour duquel je tournais ce jour-là....

Auprès de ce ceux-là je m'excuse, et je les comprendrais s'ils commençaient à s'habituer à ce genre de note, et d'y faire de moins en moins cas.

A partir d'aujourd'hui, j'arrête de prendre ce blog pour le bureau de pleurs. Je ne veux plus affoler personne en publiant dans la catégorie "détresse", catégorie que je pensais avoir oubliée.

Je sais très bien que des coups de calgon comme celui que j'ai eu vendredi dernier, j'en aurai encore.

Mais là, je ne dirai rien. Je garderai ces affaires-là pour moi, ne voulant pas paniquer les quelques personnes qui m'aiment dans cette vallée de larmes.

Je vous embrasse.

13:55 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (4)